Mes souvenirs (Massenet)/01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mes souvenirs (1848-1912)
Pierre Lafitte & Cie (p. 13-20).

Mes Souvenirs


(1848-1912)




CHAPITRE PREMIER

L’ADMISSION AU CONSERVATOIRE



Vivrais-je mille ans — ce qui n’est pas dans les choses probables — que cette date fatidique du 24 février 1848 (j’allais avoir six ans) ne pourrait sortir de ma mémoire, non pas tant parce qu’elle coïncide avec la chute de la monarchie de Juillet, que parce qu’elle marque mes tout premiers pas dans la carrière musicale, cette carrière pour laquelle je doute encore avoir été destiné, tant j’ai gardé l’amour des sciences exactes !…

J’habitais alors avec mes parents, rue de Beaune, un appartement donnant sur de grands jardins. La journée s’était annoncée très belle ; elle fut, surtout, particulièrement froide.

Nous étions à l’heure du déjeuner, lorsque la domestique qui nous servait entra en énergumène dans la pièce où nous nous trouvions réunis. Aux armes citoyens !… hurla-t-elle, en jetant — bien plus qu’elle ne les rangea — les plats sur la table !…

J’étais trop jeune pour pouvoir me rendre compte de ce qui se passait dans la rue. Ce dont je me souviens, c’est que les émeutiers l’avaient envahie et que la Révolution se déroulait, brisant le trône du plus débonnaire des rois.

Les sentiments qui agitaient mon père étaient tout différents de ceux qui troublaient l’âme inquiète de ma mère. Mon père avait été officier supérieur sous Napoléon Ier ami du maréchal Soult, duc de Dalmatie, il était tout à l’empereur et l’atmosphère embrasée des batailles convenait à son tempérament. Quant à ma mère, les tristesses de la première grande révolution, celle qui avait arraché de leur trône Louis XVI et Marie-Antoinette, laissaient vibrer en elle le culte des Bourbons.

Le souvenir de ce repas agité resta d’autant mieux gravé dans mon esprit que ce fut le matin de cette même historique journée, qu’à la lueur des chandelles (les bougies n’existaient que pour les riches familles) ma mère me mit pour la première fois les doigts sur le piano.

Pour m’initier davantage à la connaissance de cet instrument, ma mère, qui fut mon éducatrice musicale, avait tendu, le long du clavier, une bande de papier sur laquelle elle avait inscrit les notes qui correspondaient à chacune des touches blanches et noires, avec leur position sur les cinq lignes. C’était fort ingénieux, il n’y avait pas moyen de se tromper.

Mes progrès au piano furent assez sensibles pour que, trois ans plus tard en octobre 1851, mes parents crussent devoir me faire inscrire au Conservatoire pour y subir l’examen d’admission aux classes de piano.

Un matin de ce même mois, nous nous rendîmes donc rue du Faubourg-Poissonnière. C’était là que se trouvait — il y resta si longtemps avant d’émigrer rue de Madrid — le Conservatoire national de musique. La grande salle où nous entrâmes, comme en général toutes celles de l’établissement d’alors, avait ses murs peints en ton gris bleu, grossièrement pointillés de noir. De vieilles banquettes formaient le seul ameublement de cette antichambre.

Un employé supérieur, M. Ferrière, à l’aspect rude et sévère, vint faire l’appel des postulants, jetant leurs noms au milieu de la foule des parents et amis émus qui les accompagnaient. C’était un peu l’appel des condamnés. Il donnait à chacun le numéro d’ordre avec lequel il devait se présenter devant le jury. Celui-ci était déjà réuni dans la salle des séances.

Cette salle, destinée aux examens, représentait une sorte de petit théâtre, avec un rang de loges et une galerie circulaire. Elle était conçue en style du Consulat. Je n’y ai jamais pénétré, je l’avoue, sans me sentir pris d’une certaine émotion. Je croyais toujours voir assis, dans une loge de face, au premier étage, comme en un trou noir, le Premier Consul Bonaparte et la douce compagne de ses jeunes années. Joséphine ; lui, au visage énergiquement beau ; elle, au regard tendre et bienveillant, souriant, et encourageant les élèves aux premiers essais desquels ils venaient assister l’un et l’autre. La noble et bonne Joséphine semblait, par ses visites dans ce sanctuaire consacré à l’art, et en y entraînant celui que tant d’autres graves soucis préoccupaient, vouloir adoucir ses pensées, les rendre moins farouches par leur contact avec cette jeunesse qui, forcément, n’échapperait pas un jour aux horreurs des guerres.

C’est encore dans cette même petite salle — ne pas confondre avec celle bien connue sous le nom de Salle de la Société des Concerts du Conservatoire — que, depuis Sarette, le premier directeur, jusqu’à ces derniers temps, ont été passés les examens de toutes les classes qui se sont données dans l’établissement, y compris celles de tragédie et de comédie. Plusieurs fois par semaine également, on y faisait la classe d’orgue, car il s’y trouvait un grand orgue à deux claviers, au fond, caché par une grande tenture. À côté de ce vieil instrument, usé, aux sonorités glapissantes, se trouvait la porte fatale par laquelle les élèves pénétraient sur l’estrade formant la petite scène. Ce fut dans cette salle aussi que, pendant de longues années, eut lieu la séance du jugement préparatoire aux prix de composition musicale, dits prix de Rome.

Je reviens à la matinée du 9 octobre 1851. Lorsque tous les jeunes gens eurent été informés de l’ordre dans lequel ils auraient à passer l’examen, nous allâmes dans une pièce voisine qui communiquait par la porte que j’ai appelée fatale, et qui n’était qu’une sorte de grenier poussiéreux et délabré.

Le jury, dont nous allions affronter le verdict, était composé d’Halévy, de Carafa, d’Ambroise Thomas, de plusieurs professeurs de l’École et du Président, directeur du Conservatoire, M. Auber, car nous n’avons que rarement dit : Auber, tout court, en parlant du maître français, le plus célèbre et le plus fécond de tous ceux qui firent alors le renom de l’opéra et de l’opéra-comique.

M. Auber avait alors soixante-cinq ans. Il était entouré de la vénération de chacun et tous l’adoraient au Conservatoire. Je revois toujours ses yeux noirs admirables, pleins d’une flamme unique et qui sont restés les mêmes jusqu’à sa mort, en mai 1871.

En mai 1871 !… On était alors en pleine insurrection, presque dans les dernières convulsions de la Commune… et M. Auber, fidèle quand même à son boulevard aimé, près le passage de l’Opéra — sa promenade favorite — rencontrant un ami, qui se désespérait aussi des jours terribles que l’on traversait, lui dit, avec une expression de lassitude indéfinissable : « Ah ! j’ai trop vécu ! » — puis il ajouta, avec un léger sourire : « Il ne faut jamais abuser de rien. »

En 1851 — époque où je connus M. Auber — notre directeur habitait déjà depuis longtemps son vieil hôtel de la rue Saint-Georges, où je me rappelle avoir été reçu, dès sept heures du matin — le travail du maître achevé ! — et où il était tout aux visites qu’il accueillait si simplement.

Puis il venait au Conservatoire dans un tilbury qu’il conduisait habituellement lui-même. Sa notoriété était universelle. En le regardant, on se rappelait aussitôt cet opéra : La Muette de Portici, qui eut une fortune particulière et qui fut le succès le plus retentissant avant l’apparition de Robert le Diable à l’Opéra. Parler de la Muette de Portici, c’est forcément se souvenir de l’effet magique que produisit le duo du deuxième acte : « Amour sacré de la patrie… » au Théâtre de la Monnaie, à Bruxelles, sur les patriotes qui assistaient à la représentation. Il donna, en toute réalité, le signal de la révolution qui éclata en Belgique, en 1830, et qui devait amener l’indépendance de nos voisins du Nord. Toute la salle, en délire, chanta avec les artistes cette phrase héroïque, que l’on répéta encore et encore, sans se lasser.

Quel est le maître qui peut se vanter de compter dans sa carrière un tel succès ?…

À l’appel de mon nom, je me présentai tout tremblant, sur l’estrade. Je n’avais que neuf ans et je devais exécuter le final de la sonate de Beethoven, op. 29. Quelle ambition !!!…

Ainsi qu’il est dans l’habitude, je fus arrêté après avoir joué deux ou trois pages, et, tout interloqué, j’entendis la voix de M. Auber qui m’appelait devant le jury.

Il y avait, pour descendre de l’estrade, quatre ou cinq marches. Comme pris d’étourdissement, je n’y avais d’abord pas fait attention et j’allais chavirer quand M. Auber, obligeamment, me dit : « Prenez garde, mon petit, vous allez tomber » — puis, aussitôt, il me demanda où j’avais accompli de si excellentes études. Après lui avoir répondu, non sans quelque orgueil, que mon seul professeur avait été ma mère, je sortis tout effaré, presque en courant et tout heureux… IL m’avait parlé !…

Le lendemain matin, ma mère recevait la lettre officielle. J’étais élève au Conservatoire !…

À cette époque, il y avait, dans cette grande école, deux professeurs de piano. Les classes préparatoires n’existaient pas encore. Ces deux maîtres étaient MM. Marmontel et Laurent. Je fus désigné pour la classe de ce dernier. J’y restai deux années, tout en continuant à suivre mes études classiques au collège, et en prenant part également aux cours de solfège de l’excellent M. Savard.

Mon professeur, M. Laurent, avait été premier prix de piano sous Louis XVIII ; il était devenu officier de cavalerie, mais avait quitté l’armée pour entrer comme professeur au Conservatoire royal de musique. Il était la bonté même, réalisant, on peut le dire, l’idéal de cette qualité dans le sens le plus absolu du mot. M. Laurent avait mis en moi sa plus entière confiance.

Quant à M. Savard, père d’un de mes anciens élèves, grand-prix de Rome, actuellement directeur du Conservatoire de Lyon (directeur de Conservatoire ! combien en puis-je compter, de mes anciens élèves, qui l’ont été ou qui le sont encore ?), quant à M. Savard père, il était bien l’érudit le plus extraordinaire.

Son cœur était à la hauteur de son savoir. Il me plaît de rappeler que lorsque je voulus travailler le contrepoint, avant d’entrer dans la classe de fugue et de composition, dont le professeur était Ambroise Thomas, M. Savard voulut bien m’admettre à recevoir de lui des leçons que j’allai prendre à son domicile. Tous les soirs, je descendais de Montmartre, où j’habitais, pour me rendre au numéro 13 de la rue de la Vieille-Estrapade, derrière le Panthéon.

Quelles merveilleuses leçons je reçus de cet homme, si bon et si savant à la fois ! Aussi, avec quel courage allais-je pédestrement, par la longue route qu’il me fallait suivre, jusqu’au pavillon qu’il habitait et d’où je revenais chaque soir, vers dix heures, tout imprégné, des admirables et doctes conseils qu’ils m’avait donnés !

Je faisais la route à pied, ai-je dit. Si je ne prenais pas l’impériale, tout au moins, d’un omnibus, c’était pour mettre de côté, sou par sou, le prix des leçons dont j’aurais à m’acquitter. Il me fallait bien suivre cette méthode ; la grande ombre de Descartes m’en aurait félicité !

Mais voyez la délicatesse de cet homme au cœur bienfaisant. Le jour venu de toucher de moi ce que je lui devais, M. Savard m’annonça qu’il avait un travail à me confier, celui de transcrire pour orchestre symphonique l’accompagnement pour musique militaire de la messe d’Adolphe Adam, — et il ajouta que cette besogne me rapporterait trois cents francs !…

Qui ne le devine ? Moi, je ne le sus que plus tard, M. Savard, avait imaginé ce moyen de ne pas me réclamer d’argent, en me faisant croire que ces trois cents francs représentaient le prix de ses leçons, qu’ils le compensaient, pour me servir d’un terme fort à la mode en ce moment.

À ce maître, à l’âme charmante, admirable, mon cœur dit encore : merci, après tant d’années qu’il n’est plus !