Message au peuple américain (Aristide Briand, 6 avril 1927)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Message au peuple américain



6 avril 1927

À l’occasion du dixième anniversaire de l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, le 6 avril 1927, Aristide Briand, alors ministre français des Affaires étrangères, adresse ce message au peuple américain par l’intermédiaire du correspondant de l’Associated Press à Paris.

Il y propose que les deux pays concluent un traité dans lequel ils s’interdiraient le recours à la guerre.

Ce traité sera effectivement signé le 27 août 1928, et sera connu sous le nom de pacte Briand-Kellogg ; il aura néanmoins connu quelques aménagements par rapport à ce que Briand propose ici (il sera ainsi multilatéral, et non plus seulement bilatéral).


À l’heure où la pensée du monde occidental se reporte à cette date solennelle de l’entrée en guerre des États-Unis, j’adresse au peuple américain l’expression émue des sentiments très fraternels et très confiants que nourrira toujours pour lui le peuple français.

Je n’oublie pas que c’est à moi que fut réservé d’apprendre, le premier, par une communication officieuse de M. Sharp, alors ambassadeur des États-Unis à Paris, que le gouvernement fédéral avait pris la détermination qui devait exercer une influence si considérable dans l’histoire de la guerre mondiale.

Dix années se sont écoulées depuis que la nation américaine, dans un élan magnifique, s’associait aux nations alliées pour la défense des libertés menacées, et au cours de ces années, un même esprit de justice et d’humanité n’a cessé d’animer nos deux pays, également soucieux de mettre fin à la guerre et d’en empêcher le retour.

La France veut autour d’elle une atmosphère de confiance et de paix et ses efforts se sont traduits par la signature d’accords tendant à écarter la menace des conflits. La limitation des armements, recherchée aussi sincèrement par nos deux gouvernements, répond aux vœux ardents du peuple français tout entier, sur qui pèsent depuis plus d’un demi siècle de lourdes charges militaires et qui a supporté pendant quatre ans sur son territoire des dévastations non encore réparées.

Les discussions sur le désarmement ont pu faire apparaître toute la complexité du problème technique soumis à l’examen d’experts ; elles ont permis du moins de dégager, politiquement, la communauté d’inspiration et l’identité de buts qui existent entre la France et les États-Unis. Deux grandes nations démocratiques, éprises du même idéal de paix, cheminent d’un même pas vers la même conclusion : les divergences de vues qui peuvent se manifester entre elles ne portent jamais que sur des questions de procédure ou de méthode. Et là même où les propositions de la France ne peuvent rencontrer celles des États-Unis, elles établissent du moins clairement aux yeux du peuple américain combien la France, sous la seule réserve de sa sécurité, est prête à s’engager loin dans la voie des réalisations.

Faut-il rappeler les propositions françaises, à Genève, tendant à limiter la plus redoutable des menaces de guerre de demain par le contrôle de l’armement industriel et chimique des États ? La France a été plus loin encore lorsqu’elle a proposé l’institution internationale d’un “état-major général de la paix.” Enfin, dans l’organisation de ses forces nationales, elle donne, en ce moment même, la preuve de son inspiration éminemment pacifique en envisageant la reconstitution de son armement d’un point de vue purement défensif. La nouvelle loi militaire actuellement soumise au Parlement français a bien été conçue par les hommes les plus hostiles au danger du militarisme : elle tend, pour la première fois, à “supprimer la conception de la guerre profitable” et fait supporter à tous, hommes ou femmes, le poids abominable de la guerre, la nation tout entière étant ainsi mise en garde contre un péril commun. Une telle organisation n’est-elle pas exclusive de toute tendance agressive ?

Plus que telle ou telle question de procédure dans l’élaboration technique d’un projet de désarmement, c’est cette question fondamentale d’une politique de paix, c’est-à-dire d’une volonté de paix et d’un esprit de paix, qui importe vraiment. Car le désarmement, après tout, ne peut résulter que de la volonté de paix des nations du monde civilisé. Et c’est par là que la pensée américaine est assurée toujours de rencontrer la pensée française.

Pour qui s’attache à cette réalité vivante d’une politique de paix, les États-Unis et la France apparaissent déjà dans le monde comme moralement solidaires. S’il en était besoin, entre ces deux grandes démocraties, pour témoigner encore plus hautement en faveur de la paix et proposer aux peuples un exemple plus solennel, la France serait prête à souscrire publiquement, avec les États-Unis, tout engagement mutuel tendant à mettre entre ces deux pays suivant l’expression américaine, “la guerre hors la loi.” La renonciation à la guerre comme instrument de politique nationale est une conception déjà familière aux signataires du pacte de la Société des nations et des traités de Locarno. Tout engagement souscrit dans le même esprit, par les États-Unis, envers une autre nation comme la France, contribuerait grandement, aux yeux du monde, à élargir et fortifier la base sur laquelle s’édifie une politique internationale de la paix. Ainsi deux grandes nations amies également dévouées à la cause de la paix, auraient fourni au monde la meilleure illustration de cette vérité que la réalisation la plus immédiate à atteindre n’est pas tant le désarmement que la pratique de la paix.

En souvenir de ce dixième anniversaire de l’entrée en guerre des États-Unis, la Légion américaine se prépare à faire un pieux pèlerinage en France, où reposent ses morts et où se tiendra sa Convention annuelle. Je souhaite que les légionnaires viennent ici le plus nombreux possible : ils y seront les bienvenus. De leur trop court séjour parmi nous ils emporteront, je le sais, le souvenir d’une France au travail, aussi désireuse de la paix qu’elle a été ardente à la guerre, et largement ouverte à tout cela de grand et de généreux qui fait battre les cœurs à l’unisson des vôtres.