Modèles de serrurerie choisis parmi ce que Paris offre de plus remarquable/Planche 31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bury - Modèles de serrurerie - planche 31.jpg
Planche 31.

Dans les planches précédentes nous avons donné plusieurs exemples des porte-réverbères qui font partie des grilles ; dans les planches 31 et 32, nous présentons quelques-uns de ceux qui servent à la décoration comme à l’utilité des places publiques, des boulevards, des quais, etc. Leurs formes sont très-variées ; cependant les lanternes s’y attachent de la même manière et montent et descendent au moyen de poulies de renvoi. Parmi ceux que l’on voit ici, il y en a un pour le gaz ; les trois becs sont contenus dans un vase en verre, et le tout est porté par une espèce de candélabre posé sur une borne en pierre. Le plan est au-dessus.

Les porte-réverbères du Marché aux chevaux, dont nous donnons ici un exemple, diffèrent essentiellement des autres par le cercle en fer au milieu duquel se place la lanterne, et qui se renverse horizontalement au moyen d’une charnière, lorsqu’on veut la faire monter ou descendre. Ces porte-réverbères posent sur un piédestal en pierre de Châteaulandon, qui sert de fontaine. Placés au centre du Marché aux chevaux, ils ont l’avantage de ne point gêner la circulation et d’être d’un bon aspect.

Des deux porte-réverbères qui nous restent à examiner de ceux contenus sur cette planche, le premier tient à un édifice public, on en voit deux semblables au pied du grand escalier du Palais ; les quatre supports, posés en diagonale, se contournent en grecque ; la seule tige qui s’en élève est ornée de feuilles en tôle travaillée au marteau, et se termine en spirale. Ces petits monumens sont d’un aspect élégant, noble et solide.

Le second est tiré du boulevard italien, où l’on en voit quatre semblables. Ces ouvrages sont largement et richement traités : leur forme générale est bonne et solide, et les feuilles employées à leur décoration sont bien disposées et d’une exécution soignée. La tige, en se recourbant, se divise en deux branches, auxquelles sont pendues une lanterne ; ils posent sur des piédestaux très-élevés, qui contribuent à leur conservation.