Némoville/Où l’on revoit les personnages qui nous ont intéressés

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Beauregard (p. 143-144).

CHAPITRE XXIX.


OÙ L’ON REVOIT LES PERSONNAGES QUI NOUS ONT INTERESSÉS.


Quatre années ont passé depuis l’heure solennelle et émouvante, où Roger a vu couler, par son ordre, la ville où il avait vécu quelques pages de sa vie.

Sur une terrasse une jeune femme se promène, par un beau soir d’été. Elle regarde souvent du côté de la route et semble impatiente d’y voir surgir ceux qu’elle attend.

Un bambin de trois ans est auprès d’elle, et s’écrie tout à coup, en battant des mains : « Voilà papa et monsieur l’abbé. »

À la barrière du jardin, en effet, deux hommes descendent de voiture ; l’un est Roger et l’autre l’ancien curé de Némoville.

Comme on le voit, l’amitié avait survécu à la ville engloutie, et en revenant habiter sur la terre, Roger n’avait pas voulu se séparer de tous les habitants de la ville sous-marine.

Après avoir embrassé sa femme et son fils, Roger dit à Gaétane :

— « Jeanne et Paul nous suivent, ils seront ici dans quelques minutes. »

Ces paroles prouvent que Roger et Paul étaient restés de bons amis. Ils étaient aussi de bons voisins ; leurs propriétés se touchaient, et l’abbé allait de l’un à l’autre, comme un frère aîné ; pour le fils de Gaétane et la fille de Jeanne, il jouait le rôle de l’aïeul.


FIN