Nature (Emerson)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?


Nature
1836


Introduction[modifier]

Notre époque est rétrospective. Elle construit les sépulcres de ses pères, écrit des biographies, des histoires, des critiques. Les générations précédentes voyaient Dieu face à face; nous ne le voyons que par leurs yeux. Pourquoi n’aurions-nous pas, nous aussi, une relation originale avec l’univers ? Pourquoi ne pas avoir une poésie de l’intuition et non de la tradition, une religion qui se révèle à nous et non à leur histoire ? Pendant une saison au sein de la nature, dont les flots de vie nous entourent et nous traversent et nous invitent par la puissance qu'ils donnent, à agir en relation avec la Nature pourquoi devrions-nous errer parmi les ossements desséchés du passé, ou forcer les générations actuelles à une mascarade dans cette vieille garde-robe ? Le soleil brille aussi aujourd’hui. Les champs regorgent de lin et de laine. Il y a des terres neuves, des hommes nouveaux, des pensées inédites. Exigeons notre propre travail, nos propres lois et notre propre culte.

Sans aucun doute, nous n'avons pas de questions à poser qui sont sans réponse. Nous devons faire confiance jusqu'à présent à la perfection de la création, pour croire que quelle que soit la curiosité que l'ordre des choses a éveillé dans nos esprits, l'ordre des choses peut satisfaire. La condition de chaque homme est une solution hiéroglyphique à ces enquêtes qu'il mettrait. Il l'agit comme la vie, avant de l'appréhender comme la vérité. De même, la nature est déjà, dans ses formes et ses tendances, en train de décrire sa propre conception. Interrogeons la grande apparition, qui brille si paisiblement autour de nous. Demandons-nous, à quelle fin est la nature?

Toute science a un but, à savoir, de trouver une théorie de la nature. Nous avons des théories des races et des fonctions, mais à peine une approximation lointaine d'une idée de la création. Nous sommes maintenant si loin de la route de la vérité, que les enseignants religieux se disputent et se haïssent, et les hommes spéculatifs sont considérés comme sains et douteux.frivole. Mais à un jugement sain, la vérité la plus abstraite est la plus pratique. Chaque fois qu'une vraie théorie apparaît, ce sera sa propre évidence. Son test est, qu'il va expliquer tous les phénomènes. Maintenant beaucoup sont pensés non seulement inexpliqués mais inexplicables; comme langue, sommeil, rêves, bêtes, sexe.

Considéré philosophiquement, l'univers est composé de la Nature et de l'Âme. A proprement parler, donc, tout ce qui est séparé de nous, tout ce qui distingue la philosophie comme ne me , qui est, à la fois la nature et de l' art, tous les autres hommes et mon propre corps, doivent être classés sous ce nom, Nature . En énumérant les valeurs de la nature et en en faisant la somme, j'emploierai le mot dans les deux sens, dans son sens commun et dans son sens philosophique. Dans les enquêtes aussi générales que la présente, l'inexactitude n'est pas matérielle; aucune confusion de la pensée ne se produira. La nature , dans le bon sens, fait référence aux essences inchangées par l'homme; l'espace, l'air, la rivière, la feuille. L'art est appliqué au mélange de sa volonté avec les mêmes choses, comme dans une maison, uncanal, une statue, une image. Mais ses opérations prises ensemble sont si insignifiantes, un peu d'écaillage, de cuisson, de rapiéçage et de lavage, que dans une impression aussi grande que celle du monde sur l'esprit humain, elles ne varient pas le résultat.

NATURE[modifier]

Pour entrer dans la solitude, un homme a besoin de se retirer autant de sa chambre que de la société. Je ne suis pas solitaire pendant que je lis et écris, bien que personne ne soit avec moi. Mais si un homme veut être seul, qu'il regarde les étoiles. Les rayons qui viennent de ces mondes célestes se sépareront entre lui et les choses vulgaires. On pourrait penser que l'atmosphère a été rendue transparente avec ce dessein, pour donner à l'homme, dans les corps célestes, la présence perpétuelle du sublime. Vu dans les rues des villes, comme ils sont géniaux ! Si les étoiles devraient apparaître une nuit dans un millier d'années, comment les hommes croire et adorer; et conserve pour de nombreuses générations le souvenir de la cité de Dieu qui avait été montrée! Mais tous les soirs sortent ces prédicateurs de la beauté et illuminent l'univers avec leur sourire admonestant.

Les étoiles éveillent une certaine révérence, parce que bien qu'elles soient toujours présentes, elles sont toujours inaccessibles; mais tous les objets naturels font une impression semblable, quand l'esprit est ouvert à leur influence. La nature ne porte jamais une apparence méchante. Le plus sage ne l'extorque pas non plus, et perd sa curiosité en découvrant toute sa perfection. La nature n'est jamais devenue un jouet pour un esprit sage. Les fleurs, les animaux, les montagnes reflétaient toute la sagesse de sa meilleure heure, autant qu'ils avaient enchanté la simplicité de son enfance.

Quand nous parlons de la nature de cette manière, nous avons un sens distinct mais plus poétique dans l'esprit. Nous voulons dire l'intégrité de l'impression faite par des objets naturels multiples. C'est ce qui distingue le bâton de bois du coupe-bois, de l'arbre du poète.Le paysage charmant que j'ai vu ce matin est indubitablement composé de vingt ou trente fermes. Miller possède ce champ, Locke celui, et Manning la forêt au-delà. Mais aucun d'eux ne possède le paysage. Il y a une propriété à l'horizon qu'aucun homme n'a, sauf celui dont l'œil peut intégrer toutes les parties, c'est-à-dire le poète. C'est la meilleure partie des fermes de ces hommes, pourtant à ceci leurs terres-actes ne leur donnent aucun titre.

Pour parler vraiment, peu d'adultes peuvent voir la nature. La plupart des personnes ne voient pas le soleil. Au moins, ils ont une vision très superficielle. Le soleil n'illumine que l'œil de l'homme, mais brille dans l'œil et le cœur de l'enfant. L'amoureux de la nature est celui dont les sens intérieur et extérieur sont encore vraiment ajustés l'un à l'autre; qui a conservé l'esprit de l'enfance jusque dans l'ère de la virilité. Ses relations avec le ciel et la terre, devient une partie de sa nourriture quotidienne. En présence de la nature, un délice sauvage traverse l'homme, malgré de vrais chagrins. La nature dit: «C'est ma créature,et maugure toutes ses douleurs impertinentes, il sera heureux avec moi. Ce n'est pas seulement le soleil ou l'été, mais chaque heure et chaque saison rendent son tribut de délices; car chaque heure et chaque changement correspondent et autorisent un état différent de l'esprit, du midi haletant au minuit le plus minable. La nature est un cadre qui convient aussi bien à une bande dessinée qu'à une pièce de deuil. En bonne santé, l'air est un cordial d'une vertu incroyable. Traversant un commun dénudé, dans des flaques de neige, au crépuscule, sous un ciel couvert de nuages, sans avoir dans ma pensée aucun événement de chance spéciale, j'ai joui d'une exaltation parfaite. J'ai presque peur de penser à quel point je suis content. Dans les bois aussi, un homme jette ses années, comme le serpent son bourbier, et à quelle période de la vie, est toujours un enfant. Dans les bois, c'est la jeunesse perpétuelle. Dans ces plantations de Dieu, un décorum et un règne de sainteté, une fête éternelle est habillée, et l'invité ne voit pas comment il se lasserait d'eux dans mille ans. Dans les bois, nous retournons à la raison et à la foi. Là, je sens que rien ne peut me sauver la vie, pas de disgrâce, pas de calamité (me laissant les yeux) que la nature ne peut réparer. Debout sur le sol nu, ma tête baignée par l'air blithe et soulevée dans l'espace infini, tout le monde veut dire l'égotisme. Je deviens un globe oculaire transparent. Je ne suis rien. Je vois tout. Les courants de l'Être Universel circulent à travers moi; Je suis partie ou particule de Dieu. Le nom de l'ami le plus proche semble alors étranger et accidentel. Être frères, être connaissances, maître ou serviteur, est alors une bagatelle et un dérangement. Je suis l'amant de la beauté immobile et non contenue. Dans le désert, je trouve quelque chose de plus cher et de plus proche que dans les rues ou les villages. Dans le paysage tranquille, et surtout dans la ligne lointaine de l'horizon, l'homme se montre un peu aussi beau que sa propre nature.

Le plus grand plaisir que les champs et les bois exercent, c'est la suggestion d'une relation occulte entre l'homme et le végétal. Je ne suis pas seul et non reconnu. Ils hochent la tête à moi et moi à eux. L'ondulation des branches dans la tempête, est nouveau pour moi et vieux. Cela me prend par surprise et pourtant il n'est pas inconnu. Son effet est comme celui d'une pensée supérieure ou d'une meilleure émotion venant sur moi, quand je pensais que je pensais justement ou que je faisais bien.

Cependant, il est certain que le pouvoir de produire ce plaisir ne réside pas dans la nature, mais dans l'homme, ou dans l'harmonie des deux. Il est nécessaire d'utiliser ces plaisirs avec une grande tempérance. Car la nature n'est pas toujours trompée en tenue de fête, mais la même scène qui, hier, respirait le parfum et étincelait comme pour les ébats des nymphes, se couvre aujourd'hui de mélancolie. La nature porte toujours les couleurs de l'esprit. Pour un homme qui travaille dans la calamité, la chaleur de son feu a de la tristesse. Ensuite, il y a une sorte de mépris du paysage ressenti par celui qui vient de perdre par la mort un cher ami. Le ciel est moins grand car il se ferme sur moins de valeur dans la population.

COMMODITÉS[modifier]

Celui qui considère la cause finale du monde, discernera une multitude d'utilisations qui entrent en tant que parties dans ce résultat. Ils admettent tous être jeté dans l'une des classes suivantes; Marchandise; Beauté; La langue; et Discipline.

Sous le nom général de Commodité, je range tous les avantages que nos sens doivent à la nature. Ceci, bien sûr, est un avantage qui est temporaire et médiatisé, pas ultime, comme son service à l'âme. Pourtant, bien que faible, elle est parfaite en son genre et constitue le seul usage de la nature que tous les hommes appréhendent. La misère de l'homme apparaît comme une pétulance enfantine, quand nous explorons la provision constante et prodigue qui a été faite pour son soutien et sa joie sur cette boule verte qui le fait flotter à travers les cieux. Quels anges ont inventé ces splendides ornements, ces riches commodités, cet océan d'air au-dessus, cet océan d'eau en dessous, ce firmament de terre entre? ce zodiaque des lumières, cette tente de nuages ​​qui tombent, cette couche de climats rayés, cette année quadruple? Les bêtes, le feu, l'eau, les pierres et le maïs le servent. Le champ est à la fois son sol, son atelier, son terrain de jeu, son jardin et son lit.

        "Plus de serviteurs attendent l'homme 
         Qu'il s'en apercevra." -

La nature, dans son ministère envers l'homme, n'est pas seulement la matière, mais aussi le processus et le résultat. Toutes les parties travaillent sans cesse dans les mains de l'autre au profit de l'homme. Le vent sème la graine; le soleil évapore la mer; le vent souffle la vapeur au champ; la glace, de l'autre côté de la planète, condense la pluie sur cela; la pluie nourrit la plante; la plante nourrit l'animal; et ainsi les circulations interminables de la charité divine nourrissent l'homme.

Les arts utiles ne sont que des reproductions ou de nouvelles combinaisons par l'esprit de l'homme, des mêmes bienfaiteurs naturels. Il n'attend plus les coups de vent, mais au moyen de la vapeur, il réalise la fable du sac d'Æolus et porte les deux et trente vents dans la chaudière de son bateau. Pour diminuer les frictions, il ouvre la route avec des barres de fer, et, montant une voiture avec un chargement d'hommes, d'animaux et de marchandises derrière lui, il se précipite à travers la campagne, de ville en ville, comme un aigle ou une hirondelle. l'air. Par l'ensemble de ces aides, comment la face du monde est-elle changée, depuis l'époque de Noé jusqu'à celle de Napoléon! Le pauvre homme privé a des villes, des bateaux, des canaux, des ponts, construits pour lui. Il va à la poste, et la race humaine exécute ses courses; à la librairie, et le genre humain lit et écrit tout ce qui se passe pour lui; à la cour, et les nations réparer ses torts. Il met sa maison sur la route, et la race humaine sort chaque matin, pelle la neige, et lui coupe un chemin.

Mais il n'est pas nécessaire de spécifier des détails dans cette classe d'utilisations. Le catalogue est sans fin, et les exemples si évidents, que je laisserai à la réflexion du lecteur, avec la remarque générale, que ce bénéfice mercenaire est celui qui a égard à un bien plus loin. Un homme est nourri, pas qu'il puisse être nourri, mais qu'il puisse travailler.

BEAUTE[modifier]

Un besoin plus noble de l'homme est servi par la nature, à savoir, l'amour de la beauté.

Les anciens Grecs appelaient le monde κοσμος , la beauté. Telle est la constitution de toutes choses, ou telle la puissance plastique de l'œil humain, que les formes primitives, comme le ciel, la montagne, l'arbre, l'animal, nous procurent un plaisir dans et pour elles-mêmes; un plaisir découlant du contour, de la couleur, du mouvement et du groupement. Cela semble en partie dû à l'œil lui-même. L’œil est le meilleur des artistes. Par l'action réciproque de sa structure et des lois de la lumière, il se produit une perspective qui intègre chaque masse d'objets, quel que soit son caractère, dans un globe bien coloré et ombragé, de sorte que lorsque les objets particuliers sont méchants et sans affectation, paysage qu'ils composent, est rond et symétrique. Et comme l'œil est le meilleur compositeur, la lumière est la première des peintres. Il n'y a pas d'objet si malsain qu'une lumière intense ne rende pas belle. Et le stimulus qu'il procure au sens, et une sorte d'infinitude qu'il a, comme l'espace et le temps, rendent toute la matière gaie. Même le cadavre a sa propre beauté. Mais à côté de cette grâce générale répandue sur la nature, presque toutes les formes individuelles sont agréables à l'œil, comme le prouvent nos imitations sans fin de certains d'entre eux, comme le gland, le cépage, la pomme de pin, l'épi de blé, œuf, les ailes et les formes de la plupart des oiseaux, la griffe du lion, le serpent, le papillon, les coquillages, les flammes, les nuages, les bourgeons, les feuilles et les formes de nombreux arbres, comme la paume.

Pour une meilleure considération, nous pouvons distribuer les aspects de la beauté d'une triple manière.

1. Premièrement, la simple perception des formes naturelles est un délice. L'influence des formes et des actions dans la nature est si nécessaire à l'homme que, dans ses fonctions les plus basses, elle semble se situer aux confins de la marchandise et de la beauté. Pour le corps et l'esprit qui ont été cramponnés par le travail ou la compagnie nuisibles, la nature est médicinale et restaure leur ton. Le commerçant, l'avocat sort du vacarme et de l'artisanat de la rue, et voit le ciel et les bois, et est à nouveau un homme. Dans leur calme éternel, il se retrouve. La santé de l'œil semble exiger un horizon. Nous ne sommes jamais fatigués, tant que nous pouvons voir assez loin.

Mais dans d'autres heures, la nature satisfait l'âme uniquement par sa beauté et sans aucun mélange de bien corporel. J'ai vu le spectacle du matin, depuis le sommet de la colline, contre ma maison, depuis le jour jusqu'au lever du soleil, avec des émotions qu'un ange pourrait partager. Les longues et fines barres de nuages ​​flottent comme des poissons dans la mer de lumière cramoisie. De la terre, comme une rive, je regarde dans cette mer silencieuse. Il semble que je participe à ses transformations rapides: l'enchantement actif atteint ma poussière, et je dilate et conspire avec le vent du matin. Comment la nature nous déifie-t-elle avec quelques éléments bon marché! Donne-moi la santé et un jour,et je rendrai la pompe des empereurs ridicule. L'aube est mon Assyrie; le soleil couchant et le lever de lune mon Paphos, et les royaumes inimaginables de la féerie; le grand midi sera mon Angleterre des sens et de l'entendement; la nuit sera mon Allemagne de philosophie mystique et de rêves.

Non moins excellent, à part notre moindre susceptibilité dans l'après-midi, était le charme, hier soir, d'un coucher de soleil de janvier. Les nuages ​​occidentaux se divisaient et se subdivisaient en flocons roses modulés avec des teintes d'une douceur indicible; et l'air avait tellement de vie et de douceur, que c'était une douleur de pénétrer à l'intérieur des portes. Qu'est-ce que la nature dirait? N'y avait-il pas de sens dans le repos vivant de la vallée derrière le moulin, et qu'Homère ou Shakspeare ne pouvait pas reformer pour moi avec des mots? Les arbres dépourvus de feuilles deviennent des flèches de feu au coucher du soleil, avec l'azur à l'arrière-plan, et les étoiles des calices mortes des fleurs, et chaque tige et chaume flétri rongé de givre apportent quelque chose à la musique muette. Les habitants des villes supposent que le paysage rural n'est agréable que la moitié de l'année. Je me plais à observer les grâces du paysage hivernal, et je crois que nous sommes autant touchés que par les influences géniales de l'été. Pour l'œil attentif, chaque moment de l'année a sa propre beauté, et dans le même champ, il voit, à chaque heure, une image qui n'a jamais été vue auparavant, et qui ne sera plus jamais vue. Les cieux changent à chaque instant et reflètent leur gloire ou leur morosité dans les plaines. L'état de la culture dans les fermes environnantes modifie l'expression de la terre de semaine en semaine. La succession des plantes indigènes dans les pâturages et les bords de route, qui font l'horloge silencieuse par laquelle l'heure indique les heures d'été, rendra même les divisions du jour sensibles à un observateur attentif. Les tribus d'oiseaux et d'insectes, comme les plantes ponctuelles à leur époque, se succèdent, et l'année a de la place pour tous. Par cours d'eau, la variété est plus grande. En juillet, le bleu pontederia ou le doré jaune fleurit dans de grands lits dans les parties peu profondes de notre agréable rivière, et des essaims de papillons jaunes en perpétuel mouvement. L'art ne peut rivaliser avec cette pompe de pourpre et d'or. En effet la rivière est un gala perpétuel, et revendique chaque mois un nouvel ornement.

Mais cette beauté de la nature qui est vue et ressentie comme la beauté est la moindre partie. Les spectacles du jour, le matin humide, l'arc-en-ciel, les montagnes, les vergers en fleurs, les étoiles, le clair de lune, les ombres dans les eaux calmes, etc., si on les cherche trop, deviennent des spectacles et se moquent de leur irréalité. Sors de la maison pour voir la lune, et ce n'est qu'un clinquant; il ne plaira pas comme quand sa lumière brille sur votre voyage nécessaire. La beauté qui scintille dans les après-midi jaunes d'octobre, qui pourrait l'agripper? Allez-y pour le trouver, et il est parti: ce n'est qu'un mirage quand vous regardez par les fenêtres de la diligence.

2. La présence d'un élément supérieur, c'est-à-dire de l'élément spirituel, est essentielle à sa perfection. La haute et divine beauté qui peut être aimée sans efféminité, est ce qui se trouve en combinaison avec la volonté humaine, et ne se sépare jamais. La beauté est la marque que Dieu met sur la vertu. Chaque action naturelle est gracieuse. Tout acte héroïque est aussi décent, et fait briller le lieu et les spectateurs. Nous sommes enseignés par de grandes actions que l'univers est la propriété de chaque individu en lui. Toute créature rationnelle a toute la nature pour sa dot et son domaine. C'est le sien, s'il le veut. Il peut s'en défaire; il peut se glisser dans un coin et abdiquer son royaume, comme le font la plupart des hommes, mais il a droit au monde par sa constitution. En proportion de l'énergie de sa pensée et de sa volonté, il prend le monde en lui-même. "Toutes ces choses pour lesquelles les hommes labourent, construisent ou naviguent, obéissent à la vertu;" dit un historien ancien. "Les vents et les vagues", a dit Gibbon, "mourant, et le soleil et la lune viennent chacun et les regardent une fois dans le défilé escarpé de Thermopyle; quand Arnold Winkelried, dans les hautes Alpes, à l'ombre de l'avalanche, rassemble dans son flanc une gerbe de lances autrichiennes pour rompre la ligne pour ses camarades; ces héros n'ont-ils pas le droit d'ajouter la beauté de la scène à la beauté de l'acte? Quand l'écorce de Colomb se rapproche du rivage de l'Amérique, devant elle, la plage est bordée de sauvages, fuyant toutes leurs huttes de cannes; la mer derrière; et les montagnes pourpres de l'archipel indien, pouvons-nous séparer l'homme de l'image vivante? Le Nouveau Monde n'habille-t-il pas sa forme avec ses palmeraies et ses savanes comme une draperie convenable? La beauté naturelle vole toujours dans l'air et enveloppe de grandes actions. Quand Sir Harry Vane fut traîné sur la colline de la Tour, assis sur un traîneau, pour souffrir la mort, en tant que champion des lois anglaises, l'un des membres de la multitude lui cria: «Vous ne vous êtes jamais assis sur un siège si glorieux. Charles II., Pour intimider les citoyens de Londres, a causé le Seigneur patriote Russel sera traîné dans un carrosse ouvert, à travers les principales rues de la ville, en route pour l'échafaud. "Mais," pour reprendre le simple récit de son biographe, "la multitude s'imaginait voir la liberté et la vertu à ses côtés". Dans les lieux privés, parmi les objets sordides, un acte de vérité ou d'héroïsme semble à la fois attirer le ciel comme son temple, le soleil comme sa bougie. La nature étend ses bras pour embrasser l'homme, seulement laisser ses pensées être d'égale grandeur. Volontiers elle suit ses pas avec la rose et la violette, et plie ses lignes de grandeur et de grâce à la décoration de son enfant chéri. Seulement laisser ses pensées être de portée égale, et le cadre conviendra à l'image. Un homme vertueux est à l'unisson de ses œuvres et fait la figure centrale de la sphère visible. Homère, Pindare, Socrate, Phocion, s'associent à notre mémoire avec toute la géographie et le climat de la Grèce. Les cieux et la terre visibles sympathisent avec Jésus. Et dans la vie commune, quiconque a vu une personne de caractère puissant et un génie heureux, aura Il remarqua avec quelle facilité il prenait tout avec lui, les personnes, les opinions et le jour, et la nature devint accessoire à un homme.

3. Il y a encore un autre aspect sous lequel la beauté du monde peut être considérée, à savoir, comme elle devient un objet de l'intellect. À côté de la relation des choses à la vertu, ils ont un rapport avec la pensée. L'intellect recherche l'ordre absolu des choses dans l'esprit de Dieu et sans les couleurs de l'affection. Les pouvoirs intellectuels et actifs semblent se succéder dans l'homme, et l'activité exclusive de l'un engendre l'activité exclusive de l'autre. Il y a quelque chose d'inamical dans l'un à l'autre, mais ils sont comme les périodes alternatives d'alimentation et de travail dans les animaux; chacun se prépare et sera certainement suivi par l'autre. C'est pourquoi la beauté qui, par rapport aux actions, comme nous l'avons vu vient non recherché, et vient parce qu'elle n'est pas désirée, reste pour l'appréhension et la poursuite de l'intellect; et puis, à son tour, du pouvoir actif. Rien meurt divin. Tout le bien est éternellement reproductif. La beauté de la nature se réforme dans l'esprit, non pour la contemplation stérile, mais pour la création nouvelle.

Tous les hommes sont dans une certaine mesure impressionnés par la face du monde. Certains hommes même pour ravir. Cet amour de la beauté est le goût. D'autres ont le même amour dans un tel excès, que, non contents d'admirer, ils cherchent à l'incarner sous de nouvelles formes. La création de la beauté est l'art.

La production d'une œuvre d'art jette une lumière sur le mystère de l'humanité. Une œuvre d'art est un résumé ou un exemple du monde. C'est le résultat ou l'expression de la nature, en miniature. Car si les œuvres de la nature sont innombrables et toutes différentes, le résultat ou l'expression de toutes est semblable et unique. La nature est une mer de formes radicalement semblables et même uniques. Une feuille, un rayon de soleil, un paysage, l'océan, font une impression analogue sur l'esprit. Ce qui est commun à tous, la perfection et l'harmonie, c'est la beauté. Donc l'étendard de la beauté, c'est tout le circuit des formes naturelles, la totalité de la nature;que les Italiens ont exprimé en définissant la beauté "il piu nell 'uno." Rien n'est vraiment beau seul: rien n'est beau dans l'ensemble. Un seul objet est seulement si beau qu'il suggère cette grâce universelle. Le poète, le peintre, le sculpteur, le musicien, l'architecte cherchent chacun à concentrer ce rayonnement du monde sur un point, et chacun dans son travail à plusieurs pour satisfaire l'amour de la beauté qui le stimule à produire. Ainsi est l'Art, une nature qui traverse l'alambic de l'homme. Ainsi, dans l'art, la nature travaille-t-elle par la volonté d'un homme rempli de la beauté de ses premières œuvres.

Le monde existe ainsi à l'âme pour satisfaire le désir de la beauté. Étendre cet élément à l'extrême, et je l'appelle une fin ultime. Aucune raison ne peut être demandée ou donnée pourquoi l'âme cherche la beauté. La beauté, dans son sens le plus large et le plus profond, est une expression de l'univers. Dieu est le tout-juste. La vérité, la bonté et la beauté ne sont que des visages différents du même Tout. Mais la beauté dans la nature n'est pas ultime. Il est le héraut de la beauté intérieure et éternelle, et est pas seul un solide et satisfaisant bien. Il doit donc faire partie et non pas encore la dernière ou la plus haute expression de la cause finale de la nature.

LANGAGE[modifier]

Un troisième usage que la nature prête à l'homme est celui de la langue. La nature est le véhicule de la pensée, et d'un degré simple, double et triple.

1. Les mots sont des signes de faits naturels.

2. Les faits naturels particuliers sont des symboles de faits particuliers.

3. La nature est le symbole des esprits.

1. Les mots sont des signes de faits naturels. L'utilisation de l'histoire naturelle est pour nous aider dans l'histoire surnaturelle. L'utilisation de la création extérieure est de nous donner un langage pour les êtres et les changements de la création intérieure. Chaque mot qui est utilisé pour exprimer un fait moral ou intellectuel, s'il est tracé à sa racine, se trouve emprunté à quelque apparence matérielle. Droit signifie à l'origine droit; mauvais moyens tordus . L'esprit signifie principalement le vent; la transgression , le franchissement d'une ligne; hautain , la levée des sourcils . Nous disons que le cœur exprime l'émotion, la tête pour désigner la pensée; et la pensée et l' émotion sont, à leur tour, des mots empruntés aux choses sensibles, et maintenant appropriés à la nature spirituelle. La plupart du processus par lequel cette transformation est faite, nous est caché à l'époque lointaine où la langue était encadrée; mais la même tendance peut être observée quotidiennement chez les enfants. Les enfants et les sauvages utilisent seulement des noms ou des noms de choses, qu'ils convertissent continuellement en verbes, et s'appliquent à des actes mentaux analogues.

2. Mais cette origine de tous les mots qui transmettent une signification spirituelle, si visible dans l'histoire du langage, est notre moindre dette envers la nature. Ce ne sont pas seulement des mots qui sont emblématiques; ce sont les choses qui sont emblématiques. Chaque fait naturel est un symbole d'un fait spirituel. Chaque apparition dans la nature correspond à un état de l'esprit, et cet état de l'esprit ne peut être décrit qu'en présentant cette apparence naturelle comme son image. Un enragé l'homme est un lion, un homme rusé est un renard, un homme ferme est un rocher, un homme savant est une torche. Un agneau est l'innocence; un serpent est une méchanceté subtile; les fleurs nous expriment les affections délicates. La lumière et les ténèbres sont notre expression familière de la connaissance et de l'ignorance; et chaleur pour l'amour. La distance visible derrière et devant nous est respectivement notre image de mémoire et d'espoir.

Qui regarde une rivière dans une heure méditative, et ne se souvient pas du flux de toutes choses? Jetez une pierre dans le courant, et les cercles qui se propagent sont le beau type de toute influence. L'homme est conscient d'une âme universelle dans ou derrière sa vie individuelle, où, comme dans un firmament, les natures de Justice, Vérité, Amour, Liberté, se lèvent et brillent. Cette âme universelle, il appelle Raison: ce n'est pas à moi ou à toi ou à lui, mais nous sommes ses; nous sommes sa propriété et les hommes. Et le ciel bleu dans lequel la terre privée est enterrée, le ciel avec son calme éternel, et plein d'orbes éternelles, est le type de la Raison. Ce qui, intellectuellement considéré, nous appelons Raison, considéré dans relation avec la nature, nous appelons l'Esprit. L'Esprit est le Créateur. L'Esprit a la vie en soi. Et l'homme de tous les temps et de tous les pays, l'incarne dans sa langue, comme le Père .

Il est facile de voir qu'il n'y a rien de chanceux ou de capricieux dans ces analogies, mais qu'elles sont constantes et imprègnent la nature. Ce ne sont pas les rêves de quelques poètes, ici et là, mais l'homme est un analogiste et étudie les relations dans tous les objets. Il est placé au centre des êtres, et un rayon de relation passe de tous les autres êtres à lui. Et l'homme ne peut non plus être compris sans ces objets, ni ces objets sans l'homme. Tous les faits de l'histoire naturelle, pris isolément, n'ont aucune valeur, mais sont stériles comme un seul sexe. Mais mariez-le à l'histoire humaine, et c'est plein de vie. Les Floras entiers, tous les volumes de Linné et de Buffon, ne sont que des catalogues de faits secs; mais le plus trivial de ces faits, l'habitude d'une plante, les organes, ou le travail, ou le bruit d'un insecte, appliqué à l'illustration d'un fait dans la philosophie intellectuelle, ou,nous de la manière la plus vivante et agréable. La semence d'une plante, à ce qui affecte les analogies dans la nature de l'homme, est ce petit fruit dont on se sert, dans tous les discours, jusqu'à la voix de Paul, qui appelle semence humaine le cadavre humain: corps naturel, il est élevé un corps spirituel. " Le mouvement de la terre autour de son axe et autour du soleil fait le jour et l'année. Ce sont certaines quantités de lumière brute et de chaleur. Mais n'y a-t-il pas une intention d'analogie entre la vie de l'homme et les saisons? Et les saisons n'obtiennent-elles aucune grandeur ou pathos de cette analogie? Les instincts de la fourmi sont très peu importants considérés comme les fourmis; mais à l'instant où l'on voit un rayon de relation s'étendre de l'homme à l'homme, et la petite corvée est vue comme un moniteur, un petit corps avec un cœur puissant, puis toutes ses habitudes,

A cause de cette correspondance radicale entre les choses visibles et les pensées humaines, les sauvages, qui n'ont que ce qui est nécessaire, conversent en chiffres. A mesure que nous remontons dans l'histoire, le langage devient plus pittoresque, jusqu'à l'enfance, quand tout est poésie; ou, tous les faits spirituels sont représentés par des symboles naturels. Les mêmes symboles sont trouvés pour faire les éléments originaux de toutes les langues. On a d'ailleurs observé que les idiomes de toutes les langues se rapprochent dans des passages de la plus grande éloquence et du plus grand pouvoir. Et comme c'est la première langue, c'est aussi la dernière. Cette dépendance immédiate du langage à la nature, cette conversion d'un phénomène extérieur en quelque sorte dans la vie humaine, ne perd jamais son pouvoir de nous affecter. C'est ce qui donne ce piquant à la conversation d'un paysan ou d'un bûcheron à la nature forte, que tous les hommes apprécient.

Ainsi la nature est un interprète, par lequel l'homme dialogue avec ses semblables. Le pouvoir d'un homme de relier sa pensée à son symbole propre, et de le dire ainsi, dépend de la simplicité de son caractère, c'est-à-dire de son amour de la vérité et de son désir de le communiquer sans perte. La corruption de l'homme est suivi de la corruption de la langue. Quand la simplicité du caractère et la souveraineté des idées sont brisées par la prédominance des désirs secondaires, le désir des richesses, le désir du plaisir, le désir du pouvoir, le désir de la louange, la duplicité et le mensonge prennent place dans la simplicité et la vérité. le pouvoir sur la nature en tant qu'interprète de la volonté est en quelque sorte perdu; de nouvelles images cessent d'être créées, et les vieux mots sont pervertis pour représenter des choses qui ne le sont pas; une monnaie en papier est employée lorsqu'il n'y a pas de lingots dans les coffres. En temps voulu, la fraude est manifeste, et les mots perdent tout pouvoir pour stimuler la compréhension ou les affections. Des centaines d'écrivains peuvent être trouvés dans chaque nation longtemps civilisée, qui pendant un court moment croient et font croire aux autres, qu'ils voient et disent des vérités.

Mais les hommes sages transpercent cette diction pourrie et resserrent les mots sur les choses visibles; de sorte que le langage pittoresque est à la fois un certificat imposant que celui qui l'emploie est un homme allié à la vérité et à Dieu. Au moment où notre discours s'élève au-dessus du fond des faits familiers, et est enflammé de passion ou exalté par la pensée, il se revêt d'images. Un homme qui s'entretient sérieusement, s'il observe ses procédés intellectuels, trouvera toujours dans son esprit une image matérielle, plus ou moins lumineuse, concomitante à toute pensée qui fournit le vêtement de la pensée. Par conséquent, une bonne écriture et un discours brillant sont des allégories perpétuelles. Cette imagerie est spontanée. C'est le mélange de l'expérience et de l'action présente de l'esprit. C'est une création correcte.

Ces faits peuvent suggérer l'avantage que la vie de pays possède pour un esprit puissant, sur la vie artificielle et réduite des villes. nousen savoir plus de la nature que nous pouvons communiquer. Sa lumière coule dans l'esprit de plus en plus, et nous oublions sa présence. Le poète, l'orateur, élevé dans les bois, dont les sens ont été nourris par leurs changements justes et apaisants, année après année, sans dessein et sans attention, ne perdra pas complètement leur leçon, dans le grondement des villes ou le grondement des politique. Longtemps après, au milieu de l'agitation et de la terreur dans les conseils nationaux, à l'heure de la révolution, ces images solennelles réapparaîtront dans leur éclat du matin, comme des symboles et des mots convenables des pensées que les événements qui passent s'éveilleront. A l'appel d'un noble sentiment, de nouveau les bois ondulent, les pins murmurent, la rivière roule et brille, et le bétail se couche sur les montagnes, comme il les a vues et entendues dans son enfance. Et avec ces formes, les sorts de persuasion,

3. Nous sommes ainsi assistés par des objets naturels dans l'expression de significations particulières. Mais quelle belle langue pour transmettre ces informations de poivre-maïs! Avait-il besoin d'un tel noble races de créatures, cette profusion de formes, cette foule d'orbes au ciel, pour fournir à l'homme le dictionnaire et la grammaire de son discours municipal? Tandis que nous utilisons ce grand chiffre pour accélérer les affaires de notre pot et de notre chaudron, nous sentons que nous ne l'avons pas encore utilisé, et que nous ne le pouvons pas non plus. Nous sommes comme des voyageurs qui utilisent les cendres d'un volcan pour faire rôtir leurs œufs. Alors que nous voyons qu'il est toujours prêt à revêtir ce que nous dirions, nous ne pouvons pas éviter la question, si les personnages ne sont pas significatifs d'eux-mêmes. Les montagnes, les vagues et les cieux n'ont-ils pas d'autre signification que ce que nous leur donnons consciemment quand nous les employons comme emblèmes de nos pensées? Le monde est emblématique. Les parties du discours sont des métaphores parce que la totalité de la nature est une métaphore de l'esprit humain. Les lois de la nature morale répondent à celles de la matière comme face à face dans un verre. "Le monde visible et la relation de ses parties, est le cadran de l'invisible." Les axiomes de la physique traduisent les lois de l'éthique. Ainsi, "le tout est plus grand que sa part"; "la réaction est égale à«Le plus petit poids peut être fait pour soulever le plus grand, la différence de poids étant compensée par le temps» et beaucoup de propositions similaires, qui ont un sens éthique aussi bien que physique. sens lorsqu'il est appliqué à la vie humaine, que lorsqu'il est confiné à l'utilisation technique.

De même, les mots mémorables de l'histoire et les proverbes des nations consistent ordinairement en un fait naturel, choisi comme image ou parabole d'une vérité morale. Ainsi; Pierre qui roule n'amasse pas mousse; Un tien vaut mieux que deux tu l'auras; Un estropié dans le bon sens, va battre un coureur dans le mauvais; Faites du foin pendant que le soleil brille; Il est difficile de porter une tasse pleine même; Le vinaigre est le fils du vin; La dernière once a brisé le dos du chameau; Les arbres à longue durée de vie font d'abord les racines, et ainsi de suite. Dans leur sens premier, ce sont des faits triviaux, mais nous les répétons pour la valeur de leur importation analogique. Ce qui est vrai des proverbes, est vrai de toutes les fables, paraboles et allégories. Ce rapport entre l'esprit et la matière n'est pas imaginé par un poète, mais se trouve dans la volonté de Dieu et peut donc être connu de tous les hommes. Il semble aux hommes, ou il n'apparaît pas. Quand, dans les heureuses heures, nous méditons sur ce miracle, le sage doute que, dans tous les autres cas, il ne soit ni aveugle ni sourd;

               - " Est-ce que ces choses peuvent être, 
    Et nous surpasser comme un nuage d'été, 
    Sans notre émerveillement spécial? "

car l'univers devient transparent et la lumière des lois supérieures à la sienne brille à travers elle. C'est le problème permanent qui a exercé l'émerveillement et l'étude de tous les beaux génies depuis le commencement du monde; de l'époque des Égyptiens et des Brahmanes à celle de Pythagore, de Platon, de Bacon, de Leibnitz, de Swedenborg. Là se trouve le Sphinx au bord de la route, et d'âge en âge, à mesure que chaque prophète passe, il tente sa chance en lisant son énigme. Il semble y avoir une nécessité dans l'esprit de se manifester dans le matériel formes; et le jour et la nuit, la rivière et la tempête, la bête et l'oiseau, l'acide et l'alcali, préexistent dans les idées nécessaires dans l'esprit de Dieu et sont ce qu'ils sont en vertu des affections précédentes dans le monde de l'esprit. Un fait est la fin ou le dernier numéro de l'esprit. La création visible est le terminus ou la circonférence du monde invisible. «Les objets matériels, disait un philosophe français, sont nécessairement des genres de scories des pensées substantielles du Créateur, qui doivent toujours conserver une relation exacte avec leur origine première, c'est-à-dire que la nature visible doit avoir un côté spirituel et moral. "

Cette doctrine est abstruse, et bien que les images de «vêtement», «scorie», «miroir», etc., puissent stimuler la fantaisie, nous devons invoquer l'aide d'exposants plus subtils et plus vitaux pour la rendre claire. "Toute écriture doit être interprétée par le même esprit qui l'a donnée" - est la loi fondamentale de la critique. Une vie en harmonie avec la nature, l'amour de la vérité et de la vertu, purgeront les yeux pour comprendre son texte. Peu à peu nous pouvons apprendre à connaître sens primitif des objets permanents de la nature, afin que le monde soit pour nous un livre ouvert, et toute forme significative de sa vie cachée et de sa cause finale.

Un nouvel intérêt nous surprend, tandis que, sous la vue que nous suggérons, nous contemplons l'étendue effrayante et la multitude des objets; puisque "chaque objet vu à juste titre débloque une nouvelle faculté de l'âme". Ce qui était la vérité inconsciente devient, une fois interprété et défini dans un objet, une partie du domaine de la connaissance, une nouvelle quantité pour le magazine du pouvoir.

DISCIPLINE[modifier]

En vue de cette signification de la nature, nous arrivons tout de suite à un fait nouveau, que la nature est une discipline. Cet usage du monde inclut les usages précédents, en tant que parties de lui-même.

L'espace, le temps, la société, le travail, le climat, la nourriture, la locomotion, les animaux, les forces mécaniques, nous donnent des leçons sincères, jour après jour, dont le sens est illimité. Ils éduquent à la fois la compréhension et la raison. Toute propriété de la matière est une école pour l'entendement, sa solidité ou sa résistance, son inertie, son extension, sa figure, sa divisibilité. La compréhension ajoute, divise, combine, mesure et trouve des nutriments éternels et de la place pour son activité dans cette scène digne. Pendant ce temps, la raison transfère toutes ces leçons dans son propre monde de pensée, en percevant l'analogie qui épouse la matière et l'esprit.1. La nature est une discipline de l'entendement dans les vérités intellectuelles. Notre traitement des objets sensibles est un exercice constant dans les leçons nécessaires de la différence, de la ressemblance, de l'ordre, de l'être et de l'apparence, de l'arrangement progressif; d'ascension du particulier au général; de combinaison à une extrémité de forces multiples. Proportionné à l'importance de l'organe à former, est le soin extrême avec lequel ses frais de scolarité sont fournis, un soin prédéterminé dans aucun cas unique. Quel entraînement fastidieux, jour après jour, année après année, sans fin, pour former le bon sens; quelle reproduction continuelle des ennuis, des inconvénients, des dilemmes; que se réjouissent-ils de nous des petits hommes? quelle dispute des prix, quels jugements d'intérêt, et tout pour former la Main de l'esprit, pour nous instruire que «les bonnes pensées ne valent pas mieux que les bons rêves,

Le même bon office est assuré par la Propriété et ses systèmes de dette et de crédit. La dette, la dette écrasante, dont le visage de fer la veuve, l'orphelin, et les fils de génie craignent et la haine, qui consume tant de temps, qui paralyse et décourage un grand esprit avec des soins qui semblent si bas, est un précepteur dont on ne peut oublier les leçons, et qui est le plus nécessaire à ceux qui en souffrent le plus. De plus, la propriété, qui a été bien comparée à la neige, «si elle tombe aujourd'hui au niveau, elle sera soufflée demain en dérives», est simplement l'action superficielle de la machinerie interne, comme l'index sur le visage de une horloge. Tandis que maintenant c'est la gymnastique de l'entendement, elle vit dans la prévoyance de l'esprit, l'expérience dans des lois plus profondes.

Tout le caractère et la fortune de l'individu sont affectés par les moindres inégalités dans la culture de l'entendement; par exemple, dans la perception des différences. C'est donc l'Espace, et donc le Temps, que l'homme peut savoir que les choses ne sont pas regroupées et mises en ordre, mais séparées et individuelles. Une cloche et une charrue ont chacune leur utilité, et aucune ne peut faire le travail de l'autre. L'eau est bonne à boire, le charbon à brûler, la laine à porter; mais la laine ne peut pas être ivre, ni filé à l'eau, ni mangé de charbon. Le sage montre sa sagesse dans la séparation, dans la gradation, et son échelle de créatures et de mérites, est aussi large que la nature. Les fous n'ont pas de gamme dans leur échelle, mais supposons que chaque homme est comme tous les autres hommes. Ce qui n'est pas bon, ils appellent le pire, et ce qui n'est pas odieux, ils appellent le meilleur.

De même, quelle attention, la nature se forme en nous! Elle ne pardonne aucune erreur. Son oui est oui, et son non, non.

Les premiers pas dans l'agriculture, l'astronomie, la zoologie (ces premiers pas que prennent le fermier, le chasseur et le marin) enseignent que les dés de la nature sont toujours chargés; que dans ses tas et ses ordures se cachent des résultats sûrs et utiles.

Comme l'esprit appréhende l'un après l'autre les lois de la physique avec calme et bienveillance! Quelles nobles émotions dilatent le mortel lorsqu'il entre dans les conseils de la création, et sent par la connaissance le privilège d' être ! Sa perspicacité l'affine. La beauté de la nature brille dans sa propre poitrine. L'homme est plus grand qu'il peut voir ceci, et l'univers moins, parce que les relations de temps et d'espace disparaissent comme les lois sont connues.

Ici encore, nous sommes impressionnés et même découragés par l'immense Univers à explorer. Ce que nous savons est un point sur ce que nous ne savons pas. Ouvrez un journal scientifique récent et pesez les problèmes suggérés concernant la lumière, la chaleur, l'électricité, le magnétisme, la physiologie, la géologie et jugez si l'intérêt de la science naturelle risque d'être bientôt épuisé.

En passant par de nombreux détails de la discipline de la nature, nous ne devons pas omettre d'en spécifier deux.

L'exercice de la Volonté ou la leçon du pouvoir est enseigné dans tous les cas. De la possession successive de ses divers sens par l'enfant jusqu'à l'heure où il dit: «Que ta volonté soit faite! il apprend le secret, qu'il peut réduire sous sa volonté, non seulement des événements particuliers, mais de grandes classes, ou toute la série des événements, et ainsi conformer tous les faits à son caractère. La nature est bien médiatisée. Il est fait pour servir. Il reçoit la domination de l'homme aussi docilement que l'âne sur lequel le Sauveur est monté. Il offre tous ses les royaumes à l'homme comme matière première qu'il peut façonner en ce qui est utile. L'homme n'est jamais fatigué de travailler dessus. Il forge l'air subtil et délicat en mots sages et mélodieux, et leur donne l'aile comme des anges de persuasion et de commandement. De plus en plus, avec chaque pensée, son royaume s'étend sur les choses, jusqu'à ce que le monde ne devienne finalement qu'une volonté réalisée, le double de l'homme.

2. Les objets sensibles se conforment aux prémonitions de la Raison et reflètent la conscience. Toutes les choses sont morales; et dans leurs changements illimités ont une référence incessante à la nature spirituelle. C'est pourquoi la nature est glorieuse avec la forme, la couleur et le mouvement, chaque globe dans le ciel le plus éloigné; tout changement chimique du cristal le plus grossier aux lois de la vie; tout changement de végétation du premier principe de croissance dans l'œil d'une feuille, à la forêt tropicale et à la mine de charbon antédiluvienne; tous les animaux, depuis l'éponge jusqu'à Hercule, donneront l'indice ou tonneront à l'homme les lois du bien et du mal, et feront écho aux Dix Commandements. Donc La nature est toujours l'alliée de la religion: elle prête toute sa pompe et toute sa richesse au sentiment religieux. Prophète et prêtre, David, Isaïe, Jésus, ont tiré profondément de cette source.

Ce caractère éthique pénètre si bien dans l'os et la moelle de la nature qu'il semble être la fin pour laquelle il a été fabriqué. Quel que soit l'objet privé auquel un membre ou une partie répond, c'est sa fonction publique et universelle, et elle n'est jamais omise. Rien dans la nature n'est épuisé dans sa première utilisation. Quand une chose a servi une fin à l'extrême, elle est entièrement nouvelle pour un service ultérieur. En Dieu, chaque fin est convertie en un nouveau moyen. Ainsi, l'utilisation de la marchandise, considérée par elle-même, est méchante et sordide. Mais c'est à l'esprit une éducation dans la grande doctrine de l'usage, à savoir qu'une chose n'est bonne que dans la mesure où elle sert; que conspirer des parties et des efforts pour produire une fin est essentiel à tout être. La manifestation première et grossière de cette vérité est notre entraînement inévitable et haï dans les valeurs et les besoins, dans le maïs et la viande.Il a déjà été illustré, en traitant de la signification des choses matérielles, que tout processus naturel n'est qu'une version d'une phrase morale. La loi morale est au centre de la nature et rayonne sur la circonférence. C'est la moelle et la moelle de chaque substance, de chaque relation et de chaque processus. Toutes les choses avec lesquelles nous traitons, prêchez-nous. Qu'est-ce qu'une ferme, mais un évangile muet? La paille et le blé, les mauvaises herbes et les plantes, la fonte, la pluie, les insectes, le soleil, c'est un emblème sacré du premier sillon du printemps à la dernière pile que la neige de l'hiver envahit dans les champs. Mais le marin, le berger, le mineur, le marchand, dans leurs diverses stations, ont chacun une expérience précisément parallèle et conduisant aux mêmes conclusions. Parce que toutes les organisations sont radicalement semblables. On ne peut douter non plus que ce sentiment moral qui sent l'air, qui croît dans le grain et imprègne les eaux du monde, soit pris par l'homme et sombre dans son âme. L'influence morale de la nature sur chaque individu est cette quantité de vérité qu'il lui montre.Qui peut estimer cela? Qui peut deviner combien de fermeté la roche battue par la mer a enseigné au pêcheur? Combien de tranquillité a été reflétée à l'homme par le ciel bleu azur, sur les profondeurs sans tache duquel les vents conduisent à jamais des troupeaux de nuages ​​orageux, et ne laissent aucune ride ni aucune tache? Combien d'industrie, de providence et d'affection avons-nous attrapé de la pantomime des brutes? Quel prédicateur fou de la maîtrise de soi est le phénomène variable de la santé!

Ici est particulièrement appréhendée l'Unité de la Nature, l'Unité dans la Variété, qui nous rencontre partout. Toute la variété infinie de choses fait une impression unique, identique. Xénophane s'est plaint dans sa vieillesse, que, regarde où il veut, tout est retourné à l'Unité. Il était las de voir la même entité dans la variété fastidieuse des formes. La fable de Protée a une vérité cordiale. Tout particulier dans la nature, une feuille, une goutte, un cristal, un moment du temps est relié au tout et participe de la perfection du tout. Chaque particule est un microcosme, et rend fidèlement la ressemblance du monde.

Il n'y a pas seulement des ressemblances dans des choses dont l'analogie est évidente, comme lorsque nous détectons le type de la main humaine dans la flipper du saurus fossile, mais aussi dans des objets où il y a une grande dissemblance superficielle. Ainsi l'architecture est appelée «musique gelée» par De Staël et Goethe. «Une église gothique, dit Coleridge, est une religion pétrifiée. Michael Angelo a soutenu que, pour un architecte, une connaissance de l'anatomie est essentielle. Dans les oratorios de Haydn, les notes présentent à l'imagination non seulement des mouvements, comme le serpent, le cerf et l'éléphant, mais aussi des couleurs; comme l'herbe verte. Le granit ne se différencie dans ses lois que par le plus ou moins de chaleur, de la rivière qui l'emporte. La rivière, en s'écoulant, ressemble à l'air qui la traverse; l'air ressemble à la lumière qui le traverse avec des courants plus subtils; la lumière ressemble à la chaleur qui l'accompagne à travers l'espace. Chaque créature n'est qu'une modification de l'autre; la ressemblance en eux est plus que la différence, et leur loi radicale est une seule et même chose. C'est pourquoi une règle d'un art ou une loi d'une organisation est vraie dans toute la nature. Cette unité est si intime que, comme on le voit facilement, elle repose sous le vêtement le plus pauvre de la nature et trahit sa source dans l'Esprit universel. Car, elle imprègne la pensée aussi. Toute vérité universelle que nous exprimons dans les mots implique ou suppose toute autre vérité. Omne verum vero consonne . C'est comme un grand cercle sur une sphère, comprenant tous les cercles possibles; qui, cependant, peut être dessiné et le comprendre de la même manière. Chacune de ces vérités est l'Ens absolu vu d'un côté. Mais il a d'innombrables côtés.

La même unité centrale est encore plus visible dans les actions. Les mots sont des organes finis de l'esprit infini. Ils ne peuvent pas couvrir les dimensions de ce qui est en vérité. Ils cassent, hachent et appauvrissent. Une action est la perfection et la publication de la pensée. Une action juste semble remplir l'œil et être liée à toute la nature. "Le sage, en faisant une chose, fait tout, ou, dans la seule chose qu'il fait correctement, il voit la ressemblance de tout ce qui est fait correctement".Les mots et les actions ne sont pas les attributs de la nature muette et brute. Ils nous présentent à cette forme singulière qui prédomine sur toutes les autres formes. C'est l'humain. Toutes les autres organisations semblent être des dégradations de la forme humaine. Quand cette organisation apparaît parmi tant d'autres qui l'entourent, l'esprit le préfère à tous les autres. Il dit: «De ce genre, ai-je tiré la joie et la connaissance. Dans un tel cas, ai-je trouvé et me suis-je vu. Je vais en parler. Il peut encore parler. Cela peut me donner une pensée déjà formée et vivante. En effet, l'œil, l'esprit, est toujours accompagné de ces formes, mâle et femelle; et ce sont incomparablement les informations les plus riches du pouvoir et de l'ordre qui sont au cœur des choses. Malheureusement, chacun d'eux porte les marques d'une blessure; est gâché et superficiellement défectueux. Néanmoins,

la pensée et la vertu auxquelles elles seules, de toutes les organisations, sont les entrées. C'était une enquête agréable à suivre dans le détail de leur ministère pour notre éducation, mais où cela s'arrêterait-il? Nous sommes associés dans la vie adolescente et adulte avec quelques amis qui, comme les ciels et les eaux, sont coextensifs à notre idée; qui, répondant à une certaine affection de l'âme, satisfont notre désir de ce côté-là; que nous manquons de pouvoir pour nous éloigner tellement de nous, que nous pouvons les réparer ou même les analyser. Nous ne pouvons pas chuser mais les aimer. Quand beaucoup de relations avec un ami nous a fourni un standard d'excellence, et a augmenté notre respect pour les ressources de Dieu qui envoie ainsi une personne réelle pour sortir de notre idéal; quand il est, de plus, devenu un objet de pensée, et tandis que son caractère conserve tout son effet inconscient, il se convertit dans l'esprit en une sagesse solide et douce, c'est un signe pour nous que son office se ferme.

IDEALISME[modifier]

Ainsi est la signification indicible mais intelligible et praticable du monde transmise à l'homme, l'élève immortel, dans tout objet de sens. À cette extrémité de la Discipline, toutes les parties de la nature conspirent.

Un noble doute se suggère perpétuellement, que cette fin ne soit pas la Cause Finale de l'Univers; et si la nature existe extérieurement. C'est un récit suffisant de cette Apparence que nous appelons le Monde, que Dieu enseignera un esprit humain, et en fait ainsi le récepteur d'un certain nombre de sensations congrues, que nous appelons soleil et lune, homme et femme, maison et commerce. Dans mon impuissance totale à tester l'authenticité du rapport de mes sens, savoir si les impressions qu'ils font sur moi correspondent aux objets éloignés, quelle différence cela fait-il, si Orion est là-haut dans le ciel, ou Dieu peint l'image dans le firmament de l'âme? Les relations des parties et la fin du tout restent les mêmes, quelle différence, si la terre et la mer interagissent, et les mondes tournent et s'entremêlent sans nombre ni fin, - bourdonnant sous la galaxie profonde et galactique, dans l'espace absolu, ou si, sans rapports de temps et d'espace, les mêmes apparences sont inscrites dans la foi constante de l'homme. Que la nature jouisse d'une existence substantielle sans, ou qu'elle soit seulement dans l'apocalypse de l'esprit, elle est aussi utile et aussi vénérable pour moi. Quoi qu'il en soit, c'est idéal pour moi, tant que je ne peux pas essayer l'exactitude de mes sens.

Les frivoles se plaisent avec la théorie idéale, comme si ses conséquences étaient burlesques; comme si cela affectait la stabilité de la nature. Cela ne l'est sûrement pas. Dieu ne plaisante jamais avec nous, et ne compromettre la fin de la nature, en permettant aucune inconséquence dans sa procession. Toute méfiance à l'égard de la permanence des lois paralyserait les facultés de l'homme. Leur la permanence est sacrée, et sa foi est parfaite. Les roues et les ressorts de l'homme sont tous mis à l'hypothèse de la permanence de la nature. Nous ne sommes pas construits comme un navire à lancer, mais comme une maison à tenir debout. C'est une conséquence naturelle de cette structure, que, tant que les puissances actives prédominent sur la réflexion, nous résistons avec indignation à tout indice que la nature est plus éphémère ou mutable que l'esprit. Le courtier, le charron, le charpentier, le péage, sont très mécontents de l'intimation.

Mais tandis que nous acquiesçons entièrement à la permanence des lois naturelles, la question de l'existence absolue de la nature reste encore ouverte. C'est l'effet uniforme de la culture sur l'esprit humain, non pour ébranler notre foi dans la stabilité des phénomènes particuliers, comme de la chaleur, de l'eau, de l'azote; mais pour nous amener à considérer la nature comme un phénomène, pas une substance; attribuer l'existence nécessaire à l'esprit; estimer la nature comme un accident et un effet.

Pour les sens et la compréhension non renouvelée, appartient une sorte de croyance instinctive dans le existence absolue de la nature. Selon eux, l'homme et la nature sont indissolublement unis. Les choses sont ultimes, et elles ne regardent jamais au-delà de leur sphère. La présence de Raison fonde cette foi. Le premier effort de la pensée tend à relâcher ce despotisme des sens, qui nous lie à la nature comme si nous en faisions partie, et nous montre la nature à l'écart et, pour ainsi dire, à flot. Jusqu'à ce que cette agence supérieure intervienne, l'œil animal voit, avec une précision admirable, des contours nets et des surfaces colorées. Quand l'oeil de la raison s'ouvre, esquisser et faire surface sont à la fois ajoutés, grâce et expression. Ceux-ci procèdent de l'imagination et de l'affection, et diminuent quelque peu la netteté angulaire des objets. Si la raison est stimulée à une vision plus sérieuse, les contours et les surfaces deviennent transparents et ne sont plus visibles; les causes et les esprits sont vus à travers eux. Le meilleur, Laissez-nous procéder pour indiquer les effets de la culture. 1. Notre première institution dans la philosophie idéale est un indice de la nature elle-même.

La nature est faite pour conspirer avec l'esprit pour nous émanciper. Certains changements mécaniques, une petite altération de notre position locale nous apprend un dualisme. Nous sommes étrangement affectés en voyant la rive d'un bateau en mouvement, d'un ballon, ou à travers les teintes d'un ciel inhabituel. Le moindre changement de notre point de vue donne au monde entier un air pictural. Un homme qui monte rarement n'a besoin que de monter dans un carrosse et de traverser sa propre ville pour faire de la rue un spectacle de marionnettes. Les hommes, les femmes, qui fument, courent, troquent, se battent, le mécanicien sérieux, le fainéant, le mendiant, les garçons, les chiens, sont irréalisés à la fois, ou du moins complètement détachés de toute relation avec l'observateur. et perçus comme des êtres apparents, non substantiels. Quelles nouvelles idées sont suggérées en voyant un visage de pays familier, dans le mouvement rapide de la voiture rail-route! Non, vision,) s'il vous plaît nous le plus. Dans une camera obscura, la charrette du boucher et la silhouette d'un membre de notre famille nous amusent. Ainsi, un portrait d'un visage bien connu nous gratifie. Renversez les yeux, en regardant le paysage à travers vos jambes, et que le tableau est agréable, quoique vous l'ayez vu depuis vingt ans!

Dans ces cas, par des moyens mécaniques, on suggère la différence entre l'observateur et le spectacle, entre l'homme et la nature. De là vient un plaisir mêlé de crainte; Je puis dire qu'un faible degré du sublime est ressenti du fait, probablement, que l'homme est ainsi averti, que, tandis que le monde est un spectacle, quelque chose en lui-même est stable.

2. D'une manière plus élevée, le poète communique le même plaisir. Par quelques traits, il délimite, comme sur l'air, le soleil, la montagne, le camp, la ville, le héros, la jeune fille, non différente de ce que nous connaissons, mais seulement soulevée de la terre et à flot devant les yeux. Il désolidarise la terre et la mer, les fait tourner autour de l'axe de sa pensée primaire, et les dispose à nouveau. Possédé lui-même par une passion héroïque, il utilise la matière comme symboles de celui-ci. L'homme sensuel conforme les pensées aux choses; le poète conforme les choses à ses pensées. Celui-là estime la nature comme enracinée et rapide; l'autre, fluide, impressionne son être. Pour lui, le monde réfractaire est ductile et flexible; il investit la poussière et les pierres avec l'humanité et en fait les mots de la Raison. L'imagination peut être définie comme l'usage que fait la Raison du monde matériel. Shakespeare possède le pouvoir de subordonner la nature à des fins d'expression, au-delà de tous les poètes. Sa muse impériale lance la création comme une babiole de main en main, pour incarner toute nuance capricieuse de la pensée qui domine dans son esprit. Les espaces les plus reculés de la nature sont visités, et les choses les plus éloignées sont réunies, par une connexion spirituelle subtile. Nous sommes conscients que la grandeur des choses matérielles est simplement relative et que tous les objets se rétrécissent et s'élargissent pour servir la passion du poète. Ainsi, dans sondes sonnets, des laques d'oiseaux, des odeurs et des colorants de fleurs, il trouve l' ombre de son bien-aimé; le temps qui la garde de lui est sa poitrine; le soupçon qu'elle a éveillé est son ornement;

    L'ornement de la beauté est Suspect, 
    un corbeau qui vole dans l'air le plus doux du ciel.

Sa passion n'est pas le fruit du hasard; il se gonfle en parlant à une ville ou à un état.


    Non, il a été construit loin d'un accident; 
    Il ne souffre pas dans la pompe souriante, ni tombe 
    Sous le front du mécontentement; 
    Il ne craint pas la politique, cet hérétique, 
    Qui travaille sur les baux d'heures courtes numérotées, 
    Mais tout seul reste énormément politique.

Dans la force de sa constance, les pyramides lui semblent récentes et transitoires. Et la fraîcheur de la jeunesse et de l'amour l'éblouit par sa ressemblance avec le matin.

      Enlevez ces lèvres 
    Qui ont été si doucement délaissées; 
    Et ces yeux, la fente du jour, Des 
    lumières qui trompent le matin.

La beauté sauvage de cette hyperbole, je peux dire, en passant, il ne serait pas facile de faire correspondre dans la littérature.

Cette transfiguration que subissent tous les objets matériels par la passion du poète, ce pouvoir qu'il exerce à tout moment pour magnifier le petit, pour sacrifier le grand, peut être illustré par mille exemples de ses pièces. J'ai devant moi la Tempête, et ne citerai que ces quelques lignes.

  Ariel . Le fort promontoire 
    Ai-je fait trembler, et par les éperons arrachés 
    Le pin et le cèdre.

Prospero appelle à la musique pour apaiser l'Alonzo frénétique et ses compagnons;

    Un air solennel, et le meilleur consolateur 
    Pour une fantaisie agitée, guérissez votre cerveau 
    Maintenant inutile, bouilli dans votre crâne.

Encore;

                   Le charme se dissipe 
    et, comme le matin vole la nuit, faisant 
    fondre les ténèbres, de même leurs sens naissants 
    commencent à chasser les fumées ignorantes qui recouvrent 
    leur raison plus claire.
                  Leur compréhension 
    commence à se gonfler: et la marée qui approche 
    va bientôt remplir les rives raisonnables 
    qui maintenant sont sales et boueuses.

La perception des affinités réelles entre les événements (c'est-à-dire des affinités idéales , pour celles-là seulement sont réelles) permet au poète de se libérer ainsi des formes et des phénomènes les plus imposants du monde, et d'affirmer la prédominance du âme.

3. Tandis que le poète nous enchante en animant la nature comme un créateur, avec ses propres pensées, il ne diffère du philosophe que par là, que l'un propose la beauté comme sa fin principale; l'autre vérité. Mais le philosophe, au moins le poète, reporte l'ordre et les rapports apparents des choses à l'empire de la pensée. "Le problème de la philosophie," selon Platon, "est, pour tout ce qui existe conditionnellement, de trouver un terrain inconditionné et absolu." Il procède de la foi qu'une loi détermine tous les phénomènes, lesquels étant connus, les phénomènes peuvent être prédits. Cette loi, quand dans l'esprit, est une idée. Sa beauté est infinie. Le vrai philosophe et le vrai poète sont un, et une beauté, qui est la vérité, et une vérité, qui est la beauté, est le but des deux. Le charme de l'une des définitions de Platon ou d'Aristote n'est-il pas strictement celui de l'Antigone de Sophocle? C'est, dans les deux cas, qu'une vie spirituelle a été donnée à la nature; que le bloc de matière apparemment solide a été pénétré et dissous par une pensée; que cet être humain faible a pénétré les vastes masses de la nature avec une âme informatrice, et s'est reconnu dans leur harmonie, c'est-à-dire saisi leur loi. En physique, quand cela est atteint, la mémoire se décompose de ses catalogues encombrants de particuliers, et porte des siècles d'observation dans une formule unique.

Ainsi, même en physique, le matériel est toujours dégradé avant le spirituel. L'astronome, le géomètre, s'appuie sur leur analyse irréfragable et dédaigne les résultats de l'observation. La remarque sublime d'Euler sur sa loi des arcs: "Cela se verra contraire à toute expérience,c'est vrai, "avait déjà transféré la nature dans l'esprit, et laissé la matière comme un cadavre banni.

4. On a observé que la science intellectuelle engendre invariablement un doute sur l'existence de la matière. Turgot disait: «Celui qui n'a jamais douté de l'existence de la matière peut être assuré qu'il n'a aucune aptitude pour les enquêtes métaphysiques. Il fixe l'attention sur les natures incréées nécessaires et immortelles, c'est-à-dire sur les Idées; et dans leur belle et majestueuse présence, nous sentons que notre être extérieur est un rêve et une ombre. Pendant que nous attendons dans cet Olympe des dieux, nous considérons la nature comme un appendice de l'âme. Nous montons dans leur région et savons que ce sont les pensées de l'Être Suprême. "Ceux-ci sont ceux qui ont été établis depuis le commencement, ou depuis la terre, et quand il a préparé les cieux, ils étaient là, quand il a établi les nuages ​​au-dessus, quand il a fortifié les sources de l'abîme. par lui, comme on a élevé avec lui. D'eux a pris conseil. " Leur influence est proportionnée. En tant qu'objets de la science, ils sont accessibles à peu d'hommes. Pourtant, tous les hommes sont capables d'être élevés par la piété ou par la passion dans leur région. Et aucun homme ne touche à ces natures divines, sans devenir, dans une certaine mesure, lui-même divin. Comme une nouvelle âme, ils renouvellent le corps. Nous devenons physiquement agiles et légers; nous marchons sur l'air; la vie n'est plus ennuyeuse et nous pensons qu'elle ne le sera jamais. Personne ne craint l'âge, le malheur ou la mort, dans leur compagnie sereine, car il est transporté hors du district du changement. Tandis que nous contemplons la nature de la Justice et de la Vérité, nous apprenons la différence entre l'absolu et le conditionnel ou le relatif. Nous appréhendons l'absolu. Pour ainsi dire, pour la première fois, nous existons. Nous devenons immortels, car nous apprenons que le temps et l'espace sont des relations de matière; qu'avec une perception de la vérité ou une volonté vertueuse, ils n'ont aucune affinité.

5. Enfin, la religion et l'éthique, qu'on peut appeler à juste titre, la pratique des idées ou l'introduction des idées dans la vie, ont effet analogue avec toute culture inférieure, dans la nature dégradante et suggérant sa dépendance de l'esprit. L'éthique et la religion diffèrent ici; que l'un est le système des devoirs humains qui viennent de l'homme; l'autre, de Dieu. La religion inclut la personnalité de Dieu; L'éthique ne le fait pas. Ils sont un à notre conception actuelle. Ils ont tous deux mis la nature sous les pieds. La première et dernière leçon de la religion est: «Les choses qui sont vues sont temporelles, les choses qui ne sont pas vues sont éternelles. Cela fait un affront à la nature. Il le fait pour les non-scolarisés, ce que la philosophie fait pour Berkeley et Viasa. Le langage uniforme que l'on peut entendre dans les églises des sectes les plus ignorantes est: Contemplez les spectacles non substantiels du monde; ce sont des vanités, des rêves, des ombres, des irréalités; chercher les réalités de la religion. Le dévot bafoue la nature. Certains théosophes sont arrivés à une certaine hostilité et indignation envers la matière, comme le manichéen et Plotin. Ils se méfiaient d'eux-mêmes en se retournant vers ces pots de chair d'Egypte. Plotin avait honte de son corps. Dans Bref, ils pourraient tous dire mieux de la matière, ce que Michael Angelo a dit de la beauté extérieure, "c'est l'herbe frêle et fatiguée, dans laquelle Dieu habille l'âme, qu'il a appelée dans le temps."

Il semble que le mouvement, la poésie, la science physique et intellectuelle et la religion tendent tous à affecter nos convictions sur la réalité du monde extérieur. Mais je reconnais qu'il y a quelque chose d'ingrat dans l'expansion trop curieuse des particularités de la proposition générale, que toute culture tend à nous imprégner d'idéalisme. Je n'ai aucune hostilité envers la nature, mais l'amour d'un enfant. Je m'étends et je vis dans la chaleur du jour comme du maïs et des melons. Laissez-nous la parler juste. Je ne veux pas jeter de pierres à ma belle mère, ni salir mon doux nid. Je veux seulement indiquer la vraie position de la nature à l'égard de l'homme, où, pour établir l'homme, toute bonne éducation tend; comme la terre à atteindre est l'objet de la vie humaine, c'est-à-dire de la connexion de l'homme avec la nature. La culture inverse les vues vulgaires de la nature, et amène l'esprit à appeler cela apparent,il utilise pour appeler visionnaire. Les enfants, c'est vrai, croient au monde extérieur. La croyance qu'elle apparaît seulement est une réflexion après coup, mais avec la culture, cette foi apparaîtra aussi sûrement dans l'esprit que la première.

L'avantage de la théorie idéale sur la foi populaire, c'est qu'elle présente précisément le monde qui est le plus désirable à l'esprit. C'est, en effet, la vue que prend la Raison, à la fois spéculative et pratique, c'est-à-dire philosophie et vertu. Car, vu à la lumière de la pensée, le monde est toujours phénoménal; et la vertu le subordonne à l'esprit. L'idéalisme voit le monde en Dieu. Il voit tout le cercle des personnes et des choses, des actions et des événements, du pays et de la religion, pas accumulés douloureusement, atome après atome, acte après acte, dans un passé rampant, mais comme une vaste image que Dieu peint sur le l'éternité instantanée, pour la contemplation de l'âme. Donc l'âme se tient à l'écart d'une étude trop triviale et microscopique de la tablette universelle. Il respecte trop la fin, s'immerger dans les moyens. Il voit quelque chose de plus important dans le christianisme que les scandales de l'histoire ecclésiastique ou les subtilités de la critique; et, très incurieux à propos de personnes ou de miracles, et nullement troublé par des gouffres de preuves historiques, il accepte de Dieu le phénomène, comme il le trouve, comme la forme pure et terrible de la religion dans le monde. Il n'est pas chaud et passionné à l'apparition de ce qu'il appelle sa propre bonne ou mauvaise fortune, à l'union ou à l'opposition d'autres personnes. Aucun homme n'est son ennemi. Il accepte les fables, dans le cadre de sa leçon. C'est un observateur plus qu'un faiseur, et c'est un faiseur, seulement qu'il peut regarder mieux.

ESPRIT[modifier]

Il est essentiel à une véritable théorie de la nature et de l'homme de contenir quelque chose de progressif. Les usages qui sont épuisés ou qui peuvent être, et les faits qui finissent dans la déclaration, ne peuvent pas être tout ce qui est vrai de ce logement courageux où l'homme est hébergé, et où toutes ses facultés trouvent un exercice approprié et sans fin. Et tous les usages de la nature admettent d'être sommés en un, ce qui donne à l'activité de l'homme une portée infinie. Dans tous les royaumes, dans les faubourgs et dans les banlieues, elle est fidèle à la cause d'où elle a pris naissance. Il parle toujours de l'Esprit. Cela suggère l'absolu. C'est un effet perpétuel. C'est une grande ombre qui pointe toujours vers le soleil derrière nous.

L'aspect de la nature est dévot. Comme la figure de Jésus, elle se tient la tête penchée et les mains croisées sur la poitrine. Le plus heureuxl'homme est celui qui apprend de la nature la leçon du culte.

De cette essence ineffable que nous appelons Esprit, celui qui pense le plus dira le moins. Nous pouvons prévoir Dieu dans les phénomènes grossiers et, pour ainsi dire, lointains de la matière; mais quand nous essayons de nous définir et de nous décrire, le langage et la pensée nous abandonnent, et nous sommes aussi impuissants que des imbéciles et des sauvages. Cette essence refuse d'être enregistrée dans les propositions, mais quand l'homme l'a adoré intellectuellement, le plus noble ministère de la nature est de se présenter comme l'apparition de Dieu. C'est le grand organe par lequel l'esprit universel parle à l'individu et s'efforce d'y ramener l'individu.

Quand nous considérons l'Esprit, nous voyons que les vues déjà présentées n'incluent pas toute la circonférence de l'homme. Nous devons ajouter quelques pensées liées.

Trois problèmes sont mis par la nature à l'esprit; Quel est le problème? D'où vient-il? et où? La première de ces questions seulement, la théorie idéale répond. L'idéalisme dit: la matière est un phénomène, pas une substance. L'idéalisme nous fait connaître la disparité totale entre la preuve de notre propre être et la preuve de l'existence du monde. L'un est parfait; l'autre, incapable de toute assurance; l'esprit fait partie de la nature des choses; le monde est un rêve divin, à partir duquel nous pouvons nous éveiller aux gloires et aux certitudes du jour. L'idéalisme est une hypothèse pour expliquer la nature par d'autres principes que ceux de la charpenterie et de la chimie. Pourtant, si elle nie seulement l'existence de la matière, elle ne satisfait pas les exigences de l'esprit. Cela laisse Dieu hors de moi. Il me laisse dans le splendide labyrinthe de mes perceptions, errer sans fin. Alors le cœur lui résiste, parce qu'il contrecarre les affections en niant l'être substantif aux hommes et aux femmes. La nature est tellement imprégnée de vie humaine, qu'il y a quelque chose de l'humanité en tout et en tout. Mais cette théorie rend la nature étrangère à moi et ne rend pas compte de cette consanguinité que nous lui reconnaissons.Laissons-le donc, dans l'état actuel de nos connaissances, simplement comme une hypothèse introductive utile, servant à nous instruire de la distinction éternelle entre l'âme et le monde.

Mais quand, suivant les pas invisibles de la pensée, nous venons nous enquérir, d'où vient la matière? et où? beaucoup de vérités nous émergent des replis de la conscience. Nous apprenons que le plus haut est présent à l'âme de l'homme, que l'essence universelle redoutable, qui n'est ni sagesse, ni amour, ni beauté, ni puissance, mais tout en un, et entièrement, est ce pour quoi tout existe, et ce par quoi ils sont; cet esprit crée; que derrière la nature, dans toute la nature, l'esprit est présent; cet esprit est un et non composé; cet esprit n'agit pas sur nous de l'extérieur, c'est-à-dire dans l'espace et le temps, mais spirituellement, ou par nous-mêmes. Par conséquent, cet esprit, c'est-à-dire l'Être Suprême, n'édifie pas la nature autour de nous, mais la projette à travers nous, comme la vie de l'arbre produit de nouvelles branches et feuilles à travers les pores de la vieillesse. Comme une plante sur la terre, donc un homme repose sur le sein de Dieu; il est nourri de fontaines infaillibles et tire, à son besoin, un pouvoir inépuisable. Qui peut fixer des limites aux possibilités de l'homme? Une fois inspiré l'infini, en étant admis à contempler les natures absolues de justice et de vérité, et nous apprenons que l'homme a accès à l'esprit entier du Créateur, est lui-même le créateur dans le fini. Ce point de vue, qui m'inspire des sources de sagesse et de pouvoir, pointe vers la vertu quant à

"La clé d'or

Qui opère le palais de l'éternité "

porte sur son visage le plus haut certificat de vérité, parce qu'il m'anime pour créer mon propre monde à travers la purification de mon âme. Le monde procède du même esprit que le corps de l'homme. C'est une incarnation plus éloignée et inférieure de Dieu, une projection de Dieu dans l'inconscient. Mais il diffère du corps sur un point important. Ce n'est pas, comme cela, maintenant soumis à la volonté humaine. Son ordre serein est inviolable par nous. C'est donc pour nous l'exposant actuel de l'esprit divin. C'est un point fixe par lequel nous pouvons mesurer notre départ. Comme nous dégénérons, le contraste entre nous et notre maison est plus évident. Nous sommes autant étrangers dans la nature que nous sommes des étrangers de Dieu. Nous ne comprenons pas les notes d'oiseaux. Le renard et le cerf s'enfuient de nous; l'ours et le tigre nous déchirent. Nous ne connaissons pas les utilisations de plus de quelques plantes, comme le maïs et la pomme, la pomme de terre et la vigne. Le paysage, dont chaque aperçu a une grandeur, n'est-il pas un visage de lui? Pourtant, cela peut nous montrer quelle est la discorde entre l'homme et la nature, car vous ne pouvez pas admirer librement un paysage noble, si les ouvriers creusent dans le champ durement. Le poète trouve quelque chose de ridicule dans sa joie, jusqu'à ce qu'il soit hors de la vue des hommes.

PERSPECTIVES[modifier]

Dans les enquêtes sur les lois du monde et le cadre des choses, la raison la plus haute est toujours la plus vraie. Ce qui semble vaguement possible - il est si raffiné, est souvent faible et faible parce qu'il est le plus profond assis dans l'esprit parmi les vérités éternelles. La science empirique est susceptible d'assombrir la vue et, par la connaissance même des fonctions et des processus, de priver l'étudiant de la contemplation virile de l'ensemble. Le savant devient non poétique. Mais le naturaliste le mieux lu qui prête une attention entière et dévote à la vérité, verra qu'il reste beaucoup à apprendre de sa relation au monde, et qu'il ne doit être appris par aucune addition ou soustraction ou autre comparaison de quantités connues, Mais il est arrivé par des saillies de l'esprit, par un rétablissement continu de soi, et par toute l'humilité. Il percevra qu'il y a loin plus d'excellentes qualités chez l'étudiant que la précision et l'infaillibilité; qu'une supposition est souvent plus féconde qu'une affirmation indiscutable, et qu'un rêve peut nous laisser pénétrer plus profondément dans le secret de la nature que cent expériences concertées.

Car les problèmes à résoudre sont précisément ceux que le physiologiste et le naturaliste omettent d'énoncer. Il n'est pas aussi pertinent pour l'homme de connaître tous les individus du règne animal, que de savoir d'où et d'où vient cette unité tyrannique dans sa constitution, qui sépare et classifie toujours les choses, s'efforçant de réduire les plus divers à une forme. Quand je vois un paysage riche, il est moins de mon but de réciter correctement l'ordre et la superposition des couches, que de savoir pourquoi toute pensée de multitude est perdue dans un sens tranquille d'unité. Je ne peux pas grandement honorer la minutie dans les détails, tant qu'il n'y a pas d'indice pour expliquer la relation entre les choses et les pensées; pas de rayon sur la métaphysique de la conchologie, de la botanique, des arts, pour montrer la relation des formes de fleurs, coquillages, animaux, architecture, à l'esprit, et construire la science sur les idées. Dans un cabinet d'histoire naturelle, nous devenons sensibles à une certaine reconnaissance et sympathie occultes à l'égard des formes les plus bizarres de bête, de poisson et d'insecte. L'Américain, confiné, dans son pays, à la vue de bâtiments conçus d'après des modèles étrangers, s'étonne en entrant à York-Merster ou à Saint-Pierre de Rome, par le sentiment que ces constructions sont aussi des imitations, des copies faibles d'un archétype invisible. La science n'a pas non plus une humanité suffisante, tant que le naturaliste oublie cette congruence merveilleuse qui subsiste entre l'homme et le monde; dont il est le seigneur, non parce qu'il est l'habitant le plus subtil, mais parce qu'il en est la tête et le cœur, et qu'il trouve quelque chose de lui-même dans chaque grande et petite chose, dans chaque strate de montagne, dans chaque nouvelle loi de la couleur, fait de l'astronomie ou influence atmosphérique que l'observation ou l'analyse laissait ouverte. Une perception de ce mystère inspire la muse de George Herbert, le magnifique psalmiste du dix-septième siècle. Les lignes suivantes font partie de son petit poème sur Man.

 « L' homme est toute symétrie, 

pleine de proportions, d' un membre à l' autre,

 et à tout le monde d' ailleurs. 
 Chaque partie peut appeler le plus éloigné, le frère, 

pour la tête à pied cette amitié privé,

 . Et les deux lunes et marées 


 » Rien a obtenu jusqu'à présent, 

mais l'homme a attrapé et gardé comme sa proie;

 Ses yeux démontent l'étoile la plus haute; 
 Il est dans tout petit toute la sphère. 

Les herbes guérissent volontiers notre chair, parce qu'elles y

 trouvent leur connaissance. 


 "Pour nous, les vents soufflent, 

La terre se repose, le ciel se meut, et les fontaines coulent:

 Rien ne nous voit, mais signifie notre bien, 
 Comme notre délice, ou comme notre trésor, 

Le tout est soit notre armoire de nourriture,

 Ou cabinet de plaisir. 
 «Les étoiles nous ont mis au lit: la 

nuit dessine le rideau, que le soleil retire, la

 musique et la lumière accompagnent notre tête.


 Tout ce qui est bon pour notre chair, 

dans sa descendance et son être; à notre esprit,

 dans leur ascension et leur cause. 


 «Plus de serviteurs attendent l'homme 

qu'il en prenne note ... Sur tous les chemins,

 Il piétine ce qui l'aide à se lier 
 Quand la maladie le rend pâle et pâle, 

Oh amour puissant, l'homme est un monde et un

 autre pour l'assister. "


La perception de cette classe de vérités fait l'attraction éternelle qui attire les hommes à la science, mais la fin est perdue de vue dans l'attention aux moyens. En vue de cette demi-vue de la science, nous acceptons la phrase de Platon, que «la poésie se rapproche plus de la vérité vitale que de l'histoire». Chaque conjecture et vaticination de l'esprit a droit à un certain respect, et nous apprenons à préférer des théories imparfaites, et des phrases, qui contiennent des aperçus de la vérité, à des systèmes digérés qui n'ont aucune suggestion valable. Un sage écrivain aura le sentiment qu'il est préférable de répondre aux fins de l'étude et de la composition en annonçant des régions de pensée non découvertes, et ainsi communiquer, par l'espoir, une nouvelle activité à l'esprit torpide.

Je conclurai donc cet essai avec quelques traditions de l'homme et de la nature qu'un certain poète m'a chantées; et qui, comme ils ont toujours été dans le monde, et peut-être réapparaître à tous les bardes, peuvent être à la fois l'histoire et la prophétie,

«Les fondements de l'homme ne sont pas dans la matière, mais dans l'esprit. Mais l'élément de l'esprit est l'éternité. Pour lui, donc, la plus longue série d'événements, les plus anciennes chronologies sont jeunes et récentes. Dans le cycle de l'homme universel, duquel procèdent les individus connus, les siècles sont des points, et toute l'histoire n'est que l'époque d'une dégradation.

Nous nous méfions et nions intérieurement notre sympathie pour la nature. Nous possédons et désavouons notre relation à elle, tour à tour. Nous sommes, comme Nebucadnetsar, détrônés, privés de raison et mangeant de l'herbe

comme un bœuf. Mais qui peut fixer des limites à la force réparatrice de l'esprit? Un homme est un dieu en ruines. Quand les hommes sont innocents, la vie sera plus longue et passera dans l'immortel, aussi doucement que nous nous réveillons des rêves. Maintenant, le monde serait fou et enragé si ces désorganisations devaient durer des centaines d'années. Il est tenu en échec par la mort et l'enfance. L'enfance est le Messie perpétuel, qui entre dans les bras des hommes déchus, et plaide avec eux pour retourner au paradis.

L'homme est le nain de lui-même. Une fois il a été imprégné et dissous par l'esprit. Il a rempli la nature de ses courants débordants. De lui sortit le soleil et la lune; de l'homme, le soleil; de la femme, la lune. Les lois de son esprit, les périodes de ses actions s'extériorisent dans le jour et la nuit, dans l'année et les saisons. Mais, ayant fait pour lui-même cette énorme coquille, ses eaux se sont retirées; il ne remplit plus les veines et les veinules; il est réduit à une goutte. Il voit que la structure lui va encore, mais lui va colossalement. Dites, plutôt, une fois qu'il l'a adapté, maintenant il lui correspond de loin et en haut.Il adore timidement son propre travail. Maintenant, l'homme est le disciple du soleil, et la femme le disciple de la lune. Pourtant, il commence parfois dans son sommeil et se demande à lui-même et à sa maison, et étrangement à la ressemblance entre lui et lui. Il perçoit que si sa loi est encore primordiale, s'il a encore un pouvoir élémentaire, «si sa parole est encore dans la nature», ce n'est pas du pouvoir conscient, ce n'est pas inférieur mais supérieur à sa volonté. C'est Instinct. Ainsi mon poète orphique a chanté.

À l'heure actuelle, l'homme applique à la nature mais la moitié de sa force. Il travaille sur le monde avec sa seule compréhension. Il y vit et le maîtrise d'un sou-sagesse; et celui qui y travaille le plus n'est qu'un demi-homme, et tandis que ses bras sont forts et sa digestion bonne, son esprit est imbu et il est un sauvage égoïste. Son rapport à la nature, son pouvoir sur elle, est à travers l'entendement; comme par le fumier; l'utilisation économique du feu, du vent, de l'eau et de l'aiguille du marin; vapeur, charbon, l'agriculture chimique; les réparations du corps humain par le dentiste et le chirurgien. C'est une telle reprise du pouvoir, comme si un roi banni achetait ses territoires pouce par pouce, au lieu de sauter immédiatement sur son trône. Cependant, dans les ténèbres épaisses, il ne manque pas des lueurs d'une meilleure lumière, exemples occasionnels de l'action de l'homme sur la nature de toute sa force, avec raison comme avec compréhension. De tels exemples sont; les traditions des miracles dans la première antiquité de toutes les nations; l'histoire de Jésus-Christ; les réalisations d'un principe, comme dans les révolutions religieuses et politiques, et dans l'abolition du commerce des esclaves; les miracles d'enthousiasme, comme ceux de Swedenborg, de Hohenlohe et des Shakers; beaucoup de faits obscurs et pourtant contestés, maintenant arrangés sous le nom de Magnétisme animal; prière; éloquence; auto-guérison; et la sagesse des enfants. Ce sont des exemples de Raison ' s saisie momentanée du sceptre; les efforts d'une puissance qui n'existe pas dans le temps ou dans l'espace, mais une puissance instantanée en train de produire du pouvoir. La différence entre la force réelle et la force idéale de l'homme est heureusement figuré par les écoliers, en disant que la connaissance de l'homme est une connaissance du soir, vespertina cognitio , mais celle de Dieu est une connaissance du matin, matutina cognitio .

Le problème de restituer au monde la beauté originelle et éternelle, est résolu par la rédemption de l'âme. La ruine ou le vide, que nous voyons quand nous regardons la nature, est dans nos propres yeux. L'axe de vision ne coïncide pas avec l'axe des choses, et donc ils n'apparaissent pas transparents mais opack. La raison pour laquelle le monde manque d'unité, et de mensonges brisés et en tas, c'est parce que l'homme est désuni avec lui-même. Il ne peut pas être naturaliste, jusqu'à ce qu'il satisfasse toutes les exigences de l'esprit. L'amour est autant sa demande, que la perception. En effet, aucun ne peut être parfait sans l'autre. Dans le sens le plus profond des mots, la pensée est dévote, et la dévotion est pensée. Appels profonds à profond. Mais dans la vie réelle, le mariage n'est pas célébré. Il y a des hommes innocents qui adorent Dieu selon la tradition de leurs pères,facultés. Et il y a des naturalistes patients, mais ils gèlent leur sujet sous la lumière hivernale de l'entendement. La prière n'est-elle pas aussi une étude de la vérité, une sortie de l'âme dans l'infini sans fondement? Aucun homme n'a jamais prié de tout son cœur, sans apprendre quelque chose. Mais quand un penseur fidèle, résolu à détacher tout objet des relations personnelles, et à le voir à la lumière de la pensée, allume en même temps la science du feu des affections les plus saintes, alors Dieu repartira dans la création. .

Il n'aura pas besoin, quand l'esprit est prêt pour l'étude, de chercher des objets. La marque invariable de la sagesse est de voir le miraculeux dans le commun. Qu'est-ce qu'un jour? Qu'est-ce qu'une année? Qu'est-ce que l'été? Qu'est-ce que la femme? Qu'est-ce qu'un enfant? Qu'est-ce que le sommeil? Pour notre aveuglement, ces choses ne semblent pas affecter. Nous faisons des fables pour cacher la calvitie du fait et la conformer, comme nous disons, à la loi supérieure de l'esprit. Mais quand le fait est vu à la lumière d'une idée, la fable voyante s'estompe et se rétrécit. Nous voyons la vraie loi supérieure. Pour le sage, donc, le fait est la vraie poésie, et la plus belle des fables. Ces merveilles sont amenées à notre propre porte. Vous êtes aussi un homme. L'homme et la femme, et leur vie sociale, la pauvreté, le travail, le sommeil, la peur, la fortune, vous sont connus. Apprenez que rien de tout cela n'est superficiel, mais que chaque phénomène a ses racines dans les facultés et les affections de l'esprit. Tandis que la question abstraite occupe votre intellect, la nature l'apporte dans le concret à résoudre par vos mains. C'était une enquête sage pour le cabinet, pour comparer, point par point, surtout aux crises remarquables dans la vie, notre histoire quotidienne, avec la montée et la progression des idées dans l'esprit.

Nous allons donc regarder le monde avec de nouveaux yeux. Il répondra à l'interminable question de l'intellect: qu'est-ce que la vérité? et des affections, qu'est-ce qui est bon? en se rendant passif à la volonté éduquée. Alors arrivera ce que mon poète a dit; La nature n'est pas fixe mais fluide. L'esprit change, moule, le fait. L'immobilité ou la brutalité de la nature est l'absence d'esprit; à l'esprit pur, il est fluide, il est volatile,c'est obéissant. Chaque esprit se construit une maison; et au-delà de sa maison, un monde; et au-delà de son monde, un paradis. Sache alors que le monde existe pour toi. Pour vous, le phénomène est parfait. Ce que nous sommes, c'est seulement ce que nous pouvons voir. Tout ce qu'Adam avait, tout ce que César pouvait, tu as et peux faire. Adam a appelé sa maison, le ciel et la terre; César appela sa maison, Rome; vous appelez peut-être le vôtre, le métier d'un cordonnier; cent acres de terre labourée; ou le grenier d'un savant. Pourtant, ligne par ligne et point par point, votre domination est aussi grande que la leur, mais sans beaux noms. Construis donc ton propre monde. Aussi vite que vous conformer votre vie à l'idée pure dans votre esprit, cela se déroulera ses grandes proportions. Une révolution correspondante dans les choses assistera à l'afflux de l'esprit. Si rapide apparaîtra les apparences désagréables, les porcs, les araignées, les serpents, les parasites, maisons de fous, prisons, ennemis, disparaissent; ils sont temporaires et ne seront plus vus. Le sordide et les saletés de la nature, le soleil se dessèche et le vent expire. Comme quand l'été vient du sud, les bancs de neige fondent, et la face de la terre devient verte devant elle, de même l'esprit qui avance crée ses ornements sur son passage, et porte avec lui la beauté qu'il visite et le chant qui l'enchante; il dessinera de beaux visages, et des cœurs chauds, et de sages discours, et des actes héroïques, autour de son chemin, jusqu'à ce que le mal ne soit plus vu. Le royaume de l'homme sur la nature, qui ne vient pas de l'observation, une domination telle qu'elle est maintenant au-delà de son rêve de Dieu, il entrera sans plus d'émerveillement que l'homme aveugle ne se sent peu ramené à la perfection.