Nobiliaire et armorial de Bretagne/C

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  B
D  ►

C


Cabellic (le).

Réf. 1443, par. de Perros-Guirec, év. de Dol.

De gueules à la croix potencée d’argent, cantonnée de quatre croisettes de même, comme Lezergué.

Yves, évêque de Cornouaille, † 1276.


Cabon, sr de Kerandraon, — de Gorréquer, — de Châteaurun, — de Kergunic, par. de Kernouez, — de Keroudern, — de Kervéguen, — de Kerarret, — de Keralias, par. de Kersaint-Plabennec, — de Mesormel — de Lesmaïdic.

D’argent à trois têtes de chapon arrachées de gueules (Arm. 1696) ; alias : de gueules au coq ou chapon d’argent.

Des syndics, miseurs, procureurs et notaires à Lesneven, depuis 1682. Un capitaine au régiment de Berry, fusillé à Quiberon en 1795.

Ce nom est employé dans les réformations et montres de 1426 à 1503. paroisse de Landouzan, évêché de Léon.


Cabournais (de), sr dudit lieu, par. de Cléden-Poher, — de Bourgerel, par. de Treffrin, — de Quillien par. de Pleyben.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Cornouaille.

De gueules à trois mains d’argent en pal (Sceau 1395), comme Louays et Mezle.

Pierre, sénéchal de Cornouailles, ratifie le traité de Guérande en 1381. Fondu en 1600 dans Kerret.


Cacault, év. de Nantes.

Coupé au 1 : d’argent à la bande d’azur, chargée de trois étoiles d’argent ; au 2 : d’azur au léopard d’argent, surmonté d’une croix endenchée d’or.

Un secrétaire d’ambassade à Naples en 1785, depuis ambassadeur, sénateur en 1804.


Cacé (de), sr dudit lieu, — de Marigné, par. de l’Hermitage.

Réf. de 1427 à 1513, par. de Saint-Gilles et l’Hermitage, év. de Rennes.

D’argent à une merlette de gueules ; au chef d’or chargé de trois croisettes de sable.

Fondu dans Godelin, puis Pinçon, qui ont pris les armes de Cacé.


Cacé (de), sr dudit lieu, év. de Rennes.

De sable à trois fasces d’argent, acc. de trois coquilles de même (Arm. de l’Ars.).


Cacquerai, voyez Caquerai.


* Cadaran (de), sr dudit lieu et des Yonnières, par. de Saint-Mars-du-Désert, — du Plessis-Tison, par. de Saint-Donatien, — de la Ferrière, par. de Moisdon, — de l’Epinay, par. de Carquefou, — de la Ville-Hévin.

Ext. réf. 1668, sept gén., ress. de Rennes et de Nantes.

D’azur à trois cylindres d’or.

Mace, épouse vers 1440 Geoffroyne de Marbreil ; un conseiller au parlement en 1786.


Cadé, sr de Saint-Drénou.

Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Quimper-Guézennec, év. de Tréguier.

D’argent à la croix anillée de sable.


Cadelac (de), sr dudit lieu, — de la Jouberdière, — de Chaufour, — de la Motte-Bonnelaye, — de la Hévrie, — du Désert.

Anc. ext. réf. 1668, huit gén., réf. et montres de 1423 à 1513, par. de Cadelac et Trébry, év. de Saint-Brieuc.

D’azur à la bande d’or, chargée de trois roses de gueules.

Geoffroi, fait une donation en Plémet à Thomas de Chemillé, en 1246 ; Thomas, épouse vers 1447 Marie Aubry. Famille éteinte.


Cadeville (de), voyez Ameline.


Cadet, sr de la Dieuzays et du Boisrolland, par. de Corseul, — de Bellevue, — du Bois-Tual.

Déb. réf. 1669, ress. de Dinan (prot. 1788).

D’or au pin de sinople, sommé d’un épervier de sable.


Cadier, sr de Kerinan, par. de Languédias.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Saint-Jacut, év. de Dol, Dolo, Jugon, év. de Saint-Brieuc et Mégrit, év. de Saint-Malo.

De gueules à la fasce nouée d’argent, chargée d’une merlette de gueules (aliàs :[sic] et soutenue d’une molette de même (G. le B.).

Fondu dans Trémigon.

Les srs du Mené, par. de Guéhenno, de Trévérac, par. de Billio, de Kerampillon et de Kergalot, par. de Cruguel, déb. réformation de 1671, ress. de Vannes.


Cadier, sr de Coatdoun, par. de Plouguiel, — de Penanguer, — de Kerdérien.

Déb. réf. 1671, ress. de Lannion.

D’azur au massacre ou rencontre de cerf d’or. (G. le B.).

Les vicomtes de Veauce, en Bourbonnais, du nom de Cadier, portent les mêmes armes.


Cadio, sr du Parc, — de Limellec, par. de Brech, — de la Ville-Jennay et de Languiniec, par. de Pluviguer, — de Kerloguen et de Kergonan, par. de Plouharnel.

Déb. réf. 1668, ress. d’Auray ; réf. 1536, par. de Brech, év. de Vannes.

Échiqueté d’argent et de gueules, à la bande fuselée de sable, chargée de trois quintefeuilles d’argent (Arm. 1696).

Philippe, sénéchal d’Auray en 1609 ; Jean, trésorier de France, général des finances en Bretagne en 1696.


Cadiou.

Réf. de 1426 à 1441, par. de Ploumoguer et Plougar, év. de Léon.


Cadiou, sr de la Folletière, du Gage et du Buat, par. de Saint-Hélen.

Réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Saint-Hélen, év. de Dol.

Porte une fleur de lys florencée (Sceau 1306).


Cado ou Cadoc, sr de Coaterallen, par. de Carnac, — de Kerloyo, par. de Saint-Goustan d’Auray, — du Bothloré, par. de Saint-Avé.

Anc. ext. réf. 1670, quatre gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Carnac, év. de Vannes.

D’azur à la fasce de gueules, à enquerre, chargée de trois besants d’or et accomp. de trois étoiles d’argent.

Robert, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396; Henry, vivant en 1499 épouse Jeanne Philippes.

La branche de Coaterallen, fondue dans Gouyon de Vaudurand.

Les srs du Boterff, paroisse de Melrand et de Kerboqueleon, paroisse de Taupont, déboutés, réformation de 1669, ress. de Ploërmel.


Cadore (de), voyez Nompère.


Cadoré, sr du Hautfougeray et de la Fauvelière, par. de Bais, — de Cérizay, par. de Domaigné, — de Pérouse, par. de Rannée, — de la Barre, — de Belletouche.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par. d’Amanlis, év. de Reunes.

D’azur à un ours bridé d’argent, comme Orcises.

Robert, conseiller et secrétaire du duc Jean V, en 1420 ; Bernardin, conseiller au parlement en 1597, épouse Jeanne Fleuriot.

Une branche de cette famille n’a gardé que le nom de Pérouse, mais avec d’autres armos. Voyez Pérouse.


Cadoret (de), sr dudit lieu, par. de Guégon, — de l’Epineguen, par. de Ploufragan.

Réf. et montres de 1423 à 1513, par. de Ploufragran, év. de Saint-Brieuc.

D’or à deux fasces de gueules à l’orle de merlettes de même, comme Couësby.

Olivier, de la paroisse de Plumieux, chevalier en 1286 ; Jean, marié à la fin du XVe siècle à l’héritière d’Estuer, prit pour lui et ses descendants les nom et armes d’Estuer.

La branche ainée fondue dans Doudart.


Cadoret, sr de Traonrun et de Buorz, par. de Plougasnou, év. de Tréguier.

D’azur à une bande d’argent, chargée en chef d’un croissant de sable (G. le B.).

Fondu dans Mériadec.


Cadoret, sr de la Gobinière, par. d’Orvault, — du Moltay, par. de Saint-Père-en-Retz, — du Préaudoré, — de la Blotière.

Maint. réf. 1669, par les privilèges de la mairie de Nantes.

De gueules à deux croissants d’argent en chef et une étoile d’or en pointe.

René, échevin de Nantes en 1644.

Cette famille et la précédente paraissent avoir une origine commune.


Cadoudal (de), sr dudit lieu et de Kervéno, par. de Plumelec, — des Salles, — de Kermarker, par. de Guern.

Réf. et montres de 1427 à 1536, par. de Plumelec, Guern et Riantec, év. de Vannes.

D’argent à la croix engreslée de sable, comme Trévécar.

Olivier, conseiller du duc Jean III en 1340, et son exécuteur testamentaire ; Guillaume, capitaine d’Hennebont pour Jean de Montfort en 1342.

Fondu dans Sévigné puis Guémadeuc.


* Cadoudal ou Cadudal, par. de Brech, év. de Vannes, anobli en 1816.

D’azur au dextrochère armé d’or, tenant une épée d’argent montée d’or, et chargé d’un bouclier d’hermines, surchargé d’une fleur de lys de gueules.

Georges, lieutenant général nommé par Louis XVIII en 1800, † 1804 ; un maréchal de camp en 1825 † 1852.


Cadre (le), sr de Trémelgon, par. d’Ambon, — de Noué, par. d’Aizal, — du Lobo, par. de Caro.

De gueules à trois billettes (aliàs : losanges) d’or. (G. le B.)

Jean, sénéchal de Rochefort en 1610.


Cadrouillac, sr de Mesguen.

Déb. réf. 1670, ress. de Quimper.


Cady (orig. du Poitou), sr de Pradouais, par. de Mesquer.

Déb. réf. 1668, ress. de Guérande.

D’azur à 2 lions affrontés d’or ; au chef d’argent, chargé de 2 merlettes de sable (Arm. 1696).

Charles, alloué de Guérande en 1666 ; deux maîtres des comptes depuis 1767.


Caffarelli (orig. du Languedoc), sr du Falga.

Parti au 1 : d’argent au lion de sable ; au 2 : coupé, le premier taillé d’argent et de gueules, le second tranché d’argent et de gueules ; au chef cousu d’or sur les deux partis.

Un évêque de Saint-Brieuc en 1802, baron de l’Empire, frère d’un lieutenant de vaisseau en 1786, comte de l’Empire, conseiller d’État et préfet maritime à Brest de 1800 à 1814 ; un membre fusillé à Quiberon en 1795.


Cahideuc (de), sr dudit lieu, par. d’Iffendic, — marquis du Bois-de-la-Motte, par. de Trigavou, — sr de la Cour, par. de la Gouesnière, — de Trémerreuc, par. de ce nom, — de la Brosse, par. de Fresnay, — de Beaulieu, par. de Bignan, — de la Boullais, — marquis de Brie et de Chambière et vicomte de la Motte, par. de Saint-Armel, — sr de Janzé, — de la Hunaudais, par. de Saint-Colombin, — de Broël, par. d’Arzal, — marquis de Cucé, par. de Cesson, — sr de Bellouan, par. de Ménéac.

Anc. ext. chev., réf. 1668, quatorze gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. d’Iffendic et la Gouesnière, év. de Saint-Malo.

De gueules à trois têtes de léopard d’or, lampassées de gueules. Devise : Antiqua fortis virtute.

Robert, fils de Jean, se croisa en 1248 (cab. Courtois) et fut père d’Éven, marié à Mahaut d’Acigné, qui transigea en 1280 avec Guillaume de Montauban ; Jean, commandeur de la Guerche en 1515 ; Artur, chevalier de l’ordre et gentilhomme de la chambre du Roi, député de la noblesse aux états généraux de 1614, présida les états de Guérande de 1626 ; un capitaine de vaisseau, volontaire au combat de Saint-Cast en 1758, vice-amiral et grand-croix de Saint-Louis en 1702. Trois membres admis aux honneurs de la cour de 1771 à 1780.

La branche du Bois-de-la-Motte fondue en 1773 dans Le Roux de Coëtando.


Caignart sr de Kerbuchard et de Clachamp, par. de Plumelin, — de Coëtservel, — de Brangolo, par. d’Inzinzac.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Plumelin, év. de Vannes.

De gueules au lion d’argent.

Olivier, archer dans une montre de Jean de Beaumanoir en 1356 ; Jean, fils d’autre Jean et petit-fils de Guillaume, épouse vers 1560 Madeleine Mosnier.

La branche de Brangolo fondue en 1697 dans Chefdubois.


Caillard (orig. d’Anjou).

D’or a une fasce échiquetée d’argent et d’azur de trois tires (Arm. 1696).

Un auditeur des comptes en 1747.


Caillauh (orig. du Poitou, sr du Souchay, — de la Trémissinière, par. de Saint-Donatien, — de la Greffardière, — de la Hamelinière, par. de Saint-Similien, — du Bois-Tenet, — de Montreuil.

Maint. réf. 1669 par les privilèges de la mairie de Nantes.

D’azur au chevron dentelé, accomp. en chef de trois étoiles et en pointe d’un croissant, le tout d’argent, tenant entre ses pointes une caille d’or.

Claude, échevin de Nantes en 1630.

Le sr de la Brézaudière, paroisse de Blain, débouté, réformation de 1669.


Cailleau, sr de la Tour, — du Fief-Maugeais, — de Peaumont, par. de Casson.

Maint. réf. 1669 par les privilèges de la mairie de Nantes.

D’azur à la fasce d’argent, chargée d’un cœur de gueules, accomp. en chef d’une gerbe de blé d’or et en pointe de deux étoiles de même.

René, échevin de Nantes en 1636.


Caillebot, sr de Keraudou.

Arrière-ban de Cornouailles en 1636.

D’or à six annelets de gueules, qui est Caillebot de la Salle, en Beauce.

Guillaume, sénéchal de Concarneau en 1582.


Cailler, sr de Chenezay.

Réf. 1513, par. de Betlon, év. de Rennes.

Geoffroi, de la paroisse de Betton, anobli en 1445.


Cailleteau, sr de la Dixemie, par. du Loroux-Bottereau, — de la Fouillerie, par. de Saint-Herblon.

Réf. 1446, par. de Saint-Herblon, év. de Nantes.

Guillaume, prévôt de Nantes et conseiller au parlement du duc Pierre en 1451 ; Gillet, épouse vers 1446 Jeanne Le Veneur ; Jean, conseiller au parlement en 1598, † 1605.


Cailleteau, sr de la Chasseloire, de l’Aubrais et de Gras-Moutou, par. de Château-Thébaut.

Maint. réf. 1669 par les privilèges de la mairie, et à l’intend. en 1715.

De gueules à la fasce d’argent, chargée de trois têtes d’aigle d’azur, et accomp. de trois fleurs de lys d’or.

Jean, sous-maire de Nantes en 1637.

Fondu en 1746 dans Le Lou de la Biliais.

Le sr du Préclos, débouté, réformation de 1668.


Caillole, sr de la Villelieu, par. de Pleumeleuc, — de la Haye.

Ext. réf. 1669, cinq gén.. év. de Saint-Malo.

D’azur au chevron d’argent, accomp. en pointe d’une tête d’homme de profil de même.

Jean, de la paroisse de Saint-Brieuc-des-Iffs, exempt par lettres du duc en 1444 ; Jean, épouse vers 1500 Louise Le Voyer.


Caillon (orig. de Poitou), sr du Pont, par. d’Essé.

Déb. réf. 1669, ress. de Rennes.

De sinople à trois cailles d’argent en bande (Arm. 1696).


Cajetan (orig. d’Italie), duc de Sermonetta.

D’or à la jumelle ondée d’azur périe en bande ; aliàs : d’argent au pal croisetté de gueules ; au chef parti d’argent et de sable.

Mathieu, commandant les armées de Mainfroy, roi de Sicile en 1260, aïeul du pape Boniface VIII ; Nicolas, cardinal-diacre à l’âge de douze ans, évêque de Cornouaille en 1550, puis archevêque de Capoue, † 1585.


Calamaign (de), sr dudit lieu, et de Pontarbleiz, par. de Plouguin.

Réf. de 1427 à 1444, par. de Plouguin, év. de Léon.

Yvon, dans une montre d’Olivier Le Moine, capitaine de Lesneven en 1378 ; Jean, archer de la garde du duc dans son voyage à Amiens en 1425 ; Marie, épouse vers 1426 Yvon Jouan, sr de Penanec’h.


Calan (de), voyez Lande (de la).


Callac (de), voyez Moraud.


Callac (de), sr dudit lieu et du Brossay, par. de Guéméné-Penfao, — de Callac, par. d’Ingrande, — de la Babinais, par. du Pin, — de Chamballan, par. de Rougé, év. de Nantes.

D’or à deux fasces de gueules.

Guillaume Nort, chevalier anglais au service du duc Jean IV, marié en 1380 à Aliette, dame de Callac, dont Pierre, chambellan du duc Jean V qui prit le nom de Callac et épousa Philippote Le Vayer, dame de Trémélan ; Guillaume, fils des précédents, chambellan de Louis XI et grand veneur de France, marié en 1470 à Bertrande, dame de Chamballan.

La branche aînée fondue en 1520 dans des puinés de Bruc qui prirent aussi le nom de Callac, d’où cette seigneurie a passé par acquêt en i600 aux Guéheneuc, et depuis aux Moraud ; voyez Moraud.


Callac (de), sr dudit lieu, de la Sauldraye et de Talcoëtmeur, par. de Plumelec, — de Ploufragan, par. de ce nom, de Randrécar, par. de Tréflléan, — de Rohéan, par. de Sérent.

Réf. et montres de 1427 à 1535, par. de Plumelec et Ploufragan, év. de Vannes et Saint-Brieuc.

D’or à deux fasces nouées de sable, accomp. de neuf merlettes de même, 4. 3. 2.

Denis, décapité à Paris par ordre de Philippe de Valois en 1343 ; Bonabes, ambassadeur à Calais, près du Roi d’Angleterre en 1360, signa le traité de Guérande en 1365. Robert, chevalier du Porc—Epic en 1448.

La branche ainée fondue en 1455 dans La Lande, d’où la seigneurie de Callac a successivement appartenu aux Tiercent, aux Forestier et aux Rgyier qui la firent ériger en baronnie en 1645. Cette baronnie a été possédée ensuite par les Guémadeuc, les Marbœuf et les Blanchard de la Buharaye.

La branche de Talcoëtmeur fondue vers 1500 dans Trécesson ; la branche de Randrécar fondue vers 1613 dans Lantivy ; la branche de Rohéan, fondue vers 1566 dans Kerguizec.


Callaran, sr de Poulguénan.

Déb., réf. 1669, ress. de Lannion.


Callec (le).

D’argent au fer de moulin de sable en fasce (Arm. de l’Ars.).


Callo, sr de Kerglas, par. de Saint-Nolff, — de la Ramée, par. des Touches, — de Trémeur, par. de Grandchamp, — de Sibervé, par. de Lanvaudan.

D’argent à la croix dentelée de sable ; à la bordure de gueules (Arm. de l’Ars.).

Charles, archer des ordonnances de la Reine en 1513 ; Guillaume, greffier de Nantes en 1612.


Calloët, sr de Lanidy, par. de Plouigneau, — de Kerahel, par. de Botsorhel, — de Kerbrat, par. de Servel, — de Kerven, — de Portzcadiou, — de Trégomar, par. de ce nom, — de Toulbrunoët, par. de Merléac, — de Keraugouarec, — de Lostanvern, — de Kerastang, — de Trofor, — de Keriavily, par. de Plouaret, — du Faouët, — de Kermaria, par. de Plouha, — du Lou, par. de Dolo, — de Lizandré, par. de Plouha, — de Talarun, par. de Guimaëc.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouigneau, Guimaëc et Plésidy, év. de Tréguier.

D’or à la fasce d’azur, surmontée d’une merlette de même. Devise : Advise toi.

Yves, épouse vers 1420 Marguerite de Kerlosquet ; Pierre, conseiller du duc Jean V, puis secrétaire du roi Charles VII en 1450 ; Jean, évêque de Tréguier, † 1501 ; trois avocats généraux aux comptes depuis 1621, dont l’un conseiller d’État en 1617 ; un président de la noblesse de Tréguier qu’il commandait lors de la défaite des Anglais à Camaret on 1694. Famille éteinte.


Callot, sr de Cramezel, par. de Saint-Brice de Clisson.

Déb., réf. 1669, ress. de Nantes.


Callouel (de), sr du dit lieu, par. de la Beussac, — de Tréauden, par. de Combourg, — de la Tour, par. de Saint-Pern, — de Malnouë, — de la Roche, — de la Ville-Durand, par. de Saint-Uniac.

Anc. ext. réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Dol et Saint-Malo.

D’or à une fleur de lys de gueules, accomp. de trois fers de mule de même.

François, fils Alain, épouse en 1536 Anne de la Lande.


Calon, sr de la Villejames, de la Porte, de Luzidic, du Buy-Bourichet et de Kerhillier, par. de Guéraude, — de Meslay, — de la Plesse.

Réf. 1513, par. de Saint-Guenolé-de-Batz, év. de Nantes.

D’argent à une moucheture d’hermines, accomp. de trois cailloux de gueules.

Guillaume, vice-amiral de Bretagne en 1489 ; François, conseiller aux Grands-Jours en 1540, président à mortier en 1556.


Calonec (le), sr de Kermézou, par. de Lanmeur.

Déb. réf. 1670, ress. de Morlaix.

Léonard, de la paroisse de Ploumiliau, anobli en 1460.


Calvé, sr de Morinay, — de Soursac. par. de Mesquer, — de Barjulé, — de Pradizé, près Saint-Nazaire.

D’azur à une macle d’or, accomp. de trois contre-hermines d’argent.

Pierre, capitaine des vaisseaux du Roi en 1690, secrétaire du Roi en 1731 ; un lieutenant au régiment de Bourbon (infanterie) en 1760.


Calvez, sr du Prédic, par. de Plougonvelin, — de Keranscoul, par. de Ploudalmézeau.

Réf. et montres de 1427 à 1503, par. de Ploudalmézeau, Ploumoguer, Plouarzel et Plouvien, év. de Léon.

D’or à la bande de gueules, chargée de trois étoiles d’argent.

Marguerite, femme de Jean de Portzmoguer et mêre d’Hervé, capitaine da la nef la Cordelière, tué au combat naval de Saint-Mathieu en 1513.

Le sr de Kersalou, ressort de Morlaix, débouté, réformation de 1669.


Cam, sr de Traonleff, par. de Plouagat-Chatelaudren, — de Kerhorre, par. de Ploëzal, — de Kerouziern, — par. de Cavan, — de Tromorvan, par. de Tonquédec, — de l’Escluse, de Launay, — du Rodou, — de Sussinio, par. de Ploujean, — de Kernasquiriec, par. de Trégrom, — de Kervasdoué, par. de Saint-Michel-en-Grève, — de Toulgoët.

Anc. ext., arrêt du parl. de 1734, huit gén., év. de Tréguier.

D’argent au chevron de sable (aliàs : d’azur), accomp. de trois annelots de même, comme Le Nas.

Guillaume, épouse vers 1580 Anne de Coëtnempren.


Camarec (de), sr dudit lieu, par. d’Elven, — de Kernier et du Roz, par. de Theix.

Réf. et montres de 1448 à 1536, par. d’Elven, év. de Vannes.

De gueules à cinq besants d’or en sautoir ; au chef d’hermines (Sceau 1393).

Fondu vers 1600 dans Rosnyvinen.


Cambray (de) (orig. de Normandie), sr de Sacé.

D’azur à trois lionceaux d’argent.

Cette ancienne maison alliée aux Vendôme, Malemains, Saint-Gilles et Rochefort s’est fondue vers 1450 dans les Couvran, qui ont transmis la seigneurie de Sacé aux Romilley puis Budes.


Cambray.

Parti d’or et d’azur (G. le B.)., comme Basserdel.


Cambout (du), sr dudit lieu et de Chef-du-Rost, par. de Plumieux, — baron de Poutchâteau et de la Roche-Bernard, — marquis puis duc de Coislin, par. de Cambon et pair de France en 1663, — vicomte de Carheil en 1685, par. de Plessé, — sr de Beçay, en Poitou, — de la Vieux-Ville, — de la Houssaye, — de Vauriou, — de Mérionnec, par. d’Escoublac, — de Crécy, — de Valleron, — du Plessix, par. de Saint-Dolay, — de Brignan, par. de Pontchâteau, — de la Bretesche, par. de Missillac, de la Sauvagère, par. de Nivillac, — de Beaumanoir, par. de de Vieuxbourg, — de la Moquelays, par. de Maroué.

Anc. ext. chev., arrêt du parl. de 1776, quinze gén., réf. et montres de 1469 à 1535, par. de Plumieux, év. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois fasces échiquetées d’argent et d’azur (Sceau 1405). Devise : Jamais en vain.

Alain, sire du Cambout. fils Gilles, épouse en 1271 Jeanne Bedou dont : Gilbert, marié avant 1347 à Marguerite de Goyon-Matignon, père 1º de Jean, tué à la bataille d’Auray en 1364 ; 2º d’Alain, marié à Jeanne Tournemine qui ont continué la filiation.

Cette maison a produit des chevaliers bannerets, des échansons, grands veneurs et grands maîtres des eaux et forêts de Bretagne ; des capitaines de cinquante et cent hommes d’armes des ordonnances du Roi ; plusieurs chevaliers de Malte depuis 1584 ; des chevaliers des ordres du Roi ; trois abbés de Saint-Gildas-des-Bois depuis 1608, dont le dernier, évêque d’Orléans, puis cardinal et grand aumônier de France, † 1706 ; un évêque de Tarbes, † 1729 ; un abbé de Geneston, de la Vieuville et de la Villeneuve, † 1690 ; deux lieutenants-généraux des armées du Roi en 1641 et 1668 ; une abbesse de Nidoiseau au diocèse d’Angers en 1695 ; un évéque de Metz, dernier duc de Coislin, † 1732, en qui s’est éteinte la branche aînée.

La terre du Cambout passa au dernier siècle aux princes de Lambesq de la maison de Lorraine qui la revendirent en 1744 à une branche cadette du Cambout, dont deux membres admis aux honneurs de la Cour en 1751, deux maréchaux de camp en 1770 et 1816, et un pair de France en 1823 † 1837. Cette dernière branche s’est éteinte en 1873.


Cambronne, (or. de Picardie).

D’azur au lion d’or, à l’orle de dix grenades d’argent.

Un général de brigade en 1813, baron de l’Empire, puis vicomte par letttres du Roi de 1818 † 1842.


Cameru (de), sr dudit lieu, par. de Guidel, — de Trogouarast, par. de Lanmodez, — de Kerouspy, par. de Cavan, — du Cosquer, — de Rossalic, — de Loffer, — de Leurarmoris, par. de Plounéventer.

Anc. ext, réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1425 à 1543, par. de Guidel, év. de Vannes et Lanmodez, év. de Dol, enclaves de Tréguier et Plounéventer, év. de Léon.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur à la coquille d’argent ; aux 2 et 3 : d’argent au croissant de gueules, accomp. de quatre billettes en croix de même Devise : En quichen rei é ma quéméret (Après donner, il faut prendre).

Thérézien épouse vers 1470 Françoise de la Porte.

La branche de Kerouspy par alliance avec les Pérennez, porte les armes de Pérennez chargées en cœur de celles de Cameru.

Le sr de Lescao, débouté à l’intendance en 1702.


Camper (du), voyez Nourquer.


Campion, sr de Portzlazou, év. de Tréguier.

De sinople au sautoir d’argent, cantonné de quatre coquilles de même (G. le B.). voyez Coadallan.


Campion (le), sr de Pontlosquet, par. de Coatréven, — de Kerrez, par. de Plourivo.

Déb. réf. 1670, ress. de Lannion ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Coatréven et du Minihy, év. de Tréguier.

De sable au léopard d’or, au chef d’argent.


Campion (orig. de Normandie), sr de la Campionnière.

Déb., réf. 1670, ress. de Rennes.

D’or au lion d’azur, armé et lampassé de gueules ; aliàs : d’argent au lion de sable, portant en sa gueule une étoile de gueules (Arm. de l’Ars.).


Campir (de), sr dudit lieu, par. de Tréouergat, — de Kerozal et de Kerjean, par. de Plouguin, — de Kerlaziou, par. de Plabennec.

Réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Plouguiu et Plabennec, év. de Léon.

D’or à trois fasces de sable, au lion de gueules brochant.


Camprond (de) (orig. de Normandie, y maint. en 1463, 1599 et 1671), sr dudit lieu élection de Carentan, — de Saint-Loup, — de Glatigny, — du Vaudoré, près de Dol.

Maint. à l’intend. en 1701.

D’argent à une quintefeuilles de gueules.

Jean, écuyer dans une montre reçue à Valognes en 1377.


Camus (le), sr de Keriffern, — de Kergoman, par. de Cléden-Poher, — du Bois-Garin, par. de Spézet.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Cornouaille.


Camus (orig. d’Auxonne), sr de Marcilly, — de * Pontcarré, en Brie, — de Saint-Bonnet, — de Sengy, — du Belloy, — de Viarmes, — de la * Guibourgère, par. de Teillé, — de Chateau-d’Erech, par. de Questembert, — vicomte de Lesmais, par. de Plestin, — sr de Beuvres, par. de Messac, — de la Rivière, par. d’Auverné.

D’azur à trois croissants d’argent, une étoile d’or en abyme.

Perrenot, maire et capitaine d’Auxonne, défendit cette ville contre les troupes de Charles Quint en 1526 ; Jean, échevin de Lyon en 1542 ; secrétaire du Roi en 1549 ; un premier président au parlement de Provence en 1588 ; trois premiers présidents au parlement de Rouen, de 1703 à 1790 ; un évêque de Bellay en 1609 ; un évêque de Séez en 1614 ; un intendant de Bretagne en 1735, et plusieurs chevaliers de Malte depuis 1748.


Camus, sr du Martroy, baron de l’Empire.

D’azur à la martre d’or.

Un conseiller aux aides de Paris en 1778.


Camus, sr du Clos, — de la Savitaye, — de Kerbilly.

Déb. réf. 1669, ress. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois oiseaux de sable (Arm. 1696).

François, sénéchal de Moncontour en 1696.


Camus, sr des Rouxières, ress. de Vitré.

D’azur au chevron surmonté d’une couronne et accomp. en chef de deux croissants et en pointe d’une tour, le tout d’argent (Arm. 1696).

Etienne, commissaire des fouages de Vitré en 1696.


Camuzat, sr de Clinval.

Déb. à l’intend. en 1699.

Cinq points d’or équipolés à quatre d’azur : au chef d’argent, chargé d’une aigle naissante de sable (Arm. 1696).

Jean, receveur de la prévosté de Nantes en 1696.


Canaber, sr de Kerlouët, par. de Plévin, — de Restarvez, par. de Buhulien, — du Cleuzmeur, par. de Pleumeur-Bodou, — de Kertanguy, par. de Lanmérin.

Anc. ext. chev., réf. 1668, dix gén., réf. et montres de 1481 à 1543, par. de Plévin, év. de Cornouaille. Buhulien et Pleumeur-Bodou, év. de Tréguier.

D’argent au greslier de sable, accomp. de trois merlettes de même, qui est Kerlouët ; au chef de gueules chargé de trois quintefeuilles d’argent, qui est Canaber.

Yvon, épouse en 1372 Constance, dame de Kerlouët, fille de Jean, huissier d’armes et capitaine de la Roche-Porzay. René, gouverneur de Carhaix en 1669, marié à Marguerite Le Borgne de LesquifFiou. Famille éteinte.


Cancoët (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Gravé, — de Kernivinen et de Saint-Nouan, par. de Bubry, — de Kerriec. par. de Guern, — de Kerouallan, par. de Languidic.

Anc. ext. chev., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Saint-Gravé, év. de Vannes.

D’argent au sanglier effrayé de sable, défendu et allumé de même.

Jean fils Jean, épouse en 1467 Marie de Pontrouault.

Famille éteinte.


Candé (de), voyez Maussion.


Canloup, sr de la Salle, par. de Langonnet, — de Villeoger.

Déb., réf. 1670, ress. de Gourin.

D’or à une rose de gueules, accomp. de trois molettes de même. (G. le B.).


Cantisac (de), sr dudit lieu, par. de Séné, — de Lezivit.

Réf. 1536, par. de Péaule, év. de Vannes.

D’argent à une bande de gueules, chargée de trois alérions d’or.

Fondu dans Coëtlagat.


Caourcin, sr de Kerambellec, par. de Runan, — de Kemarquer, par. de Penvénan, — de Penanhéro.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Cavan et Plouec, év. de Tréguier.

D’argent à une tête de maure de sable, tortillée du champ.


Capitaine, sr de la Porte, — du Halgoët, par. de Rosnoën, — de Kervilio, — du Boisdaniel, par. d’Elliant.

Réf. et montres de 1448 à 1481, par. de Gourin, Tréogat et Plounévez-Porzay, év. de Cornouaille, et Saint-Goustan d’Auray, év. de Vannes.

Olivier, homme d’armes de la retenue de Jean de Penhoët en 1420 ; Jean, de la paroisse de Gourin, anobli en 1440 ; maître Guillaume, bailli de Gourin en 1627, appelé à l’arrière-ban de Cornouaille en 1636. Jean, procureur au présidial de Quimper en 1590.


Cappel (orig. de Paris), sr de Preigny.

Trois fleurs de lys au pied nourri, surmontées d’un lambel.

Jacques, conseiller au parlement de Bretagne en 1566, † 1586.


Caquerai ou Cacqueray (orig. de Normandie, y maint. en 1667), sr des Laudes — des Molières, — de * Valmenier. — de Mesancy, — de Bavière, — de l’Orme, — de Valolive.

D’or à trois roses de gueules. Devise : Aut gloriam, aut latum.

Guillaume, sr de la Folie, en Valois, gentilhomme verrier, épousa 1º N. Brossard, fille de Colart, gentilhomme verrier qui lui donna en dot la moitié de son privilège ; 2º en 1470, Antoinette du Bosc de Radepont, dont : Jean, marié en 1497 à Jeanne Bouju, qui ont continué la filiation.

Une branche établie paroisse de Marpiré, évêché de Rennes, a produit un sénéchal de Vitré en 1720 ; une autre branche a fait enregistrer ses titres au conseil souverain de la Martinique en 1769 ; trois filles reçues à Saint-Cyr, de 1712 à 1710 ; un page de roi en 1755, puis maréchal de camp, † 1822 ; un chef d’escadre en 1784, † 1797 ; deux membres tués à Quiberon en 1795.


Caradec, sr de Trefflez, par. de Landrévarzec.

Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Plounévez-Ponzay et Landrévarzec, év. de Cornouaille.

Yves, Henry et Gicquel, de la paroisse de Plounévez, petits-fils de Guillaume en plaid pour sa noblesse, réformation de 1426, anoblis en 1468 ; Jean, sergent de l’abbé de Landévennec en 1536.


Caradeuc (de), marquis dudit lieu en 1776 et sr du Vauruffier, par. de Plouasne, — sr de la Chalotais, — de la Bellaugerie, — de Beauchesne, — du Domaine, — de la Vallée, — de Launay, — de la Bertaudière, — de Beaumont, — de la Belle-Épine, — de la Grandais, — de la Rivière, — de Keranroy, — de Coëtgrall, de Keranroux et de Kergariou, par. de Ploujean, — de Bodister, par de Plourin-Tréguier.

Anc. ext., réf. 1670. douze gén., réf. et montres de 1446 à 1513, par. de Lehon et Médréac, év. de Saint-Malo.

D’argent à la fasce de gueules, chargée d’une molette d’or et accomp. de trois croissants de gueules. Devise : Arreste ton cœur.

Jean, écuyer, dans une montre de 1356, marié à Julienne Hattes ; Raoul, sénéchal de Rennes, docteur en lois et en décret, l’un des ambassadeurs envoyés vers le Roi pour soutenir les droits du duc en 1384, épouse Marguerite Eder ; quatre connétables de Rennes depuis 1614 ; un chevalier de l’ordre et gentilhomme de la chambre du Roi en 1617 ; plusieurs conseillers et procureurs-généraux au parlement depuis 1672, dont le célèbre auteur des Constitutions des Jésuites, † 1785.

Fondu dans Falloux.


Caradreux, voyez Keradreux (de).


Carantez, sr de Crec’hlec’h, — de Kerezoult.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Pommerit-Jaudi, év. de Tréguier.

Barré d’argent et de gueules, (Blancs-Manteaux).


Carcado, par. de Saint-Gonery, év. de Vannes, baronnie en 1624 en faveur du sr Le Sénéchal, voyez Sénéchal.


Carcaradec (de), voyez Rogon.


Carcoutx (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Jouan de l’Isle, év. de Saint-Malo.

Bandé d’or et de gueules de six pièces. (G. le B.).

Fondu dans la Moussaye.


Carcouët (de), voyez Burot.


Cardé, sr de Saint-Germain.

D’argent au chêne de sinople fruité d’or, accomp. en chef de trois molettes de gueules.

Un gentilhomme servant du Roi, anobli par lettres de 1743. Un capitaine des vaisseaux du Roi en 1734.


Cardin (orig. du Poitou), sr des Nouhes.

D’argent au chevron de sable, accomp. de trois roses de gueules (Arm. 1696).

Jean, receveur des tailles de l’élection des Sables, marié vers 1668 à Anne Lodre de Chataigner.

Un secrétaire de Stanislas, roi de Pologne en 1759, greffier en chef des comptes de Nantes en 1769, et un auditeur des comptes en 1778.


Cardinal (le), sr de * Kernier, par. de Plouvara, — de Kerglas, par. de Quimper-Guézennec, — du Boismainguy, — de Kerdour, par. de Plomelin.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1426 à 1543, par. de Neuillac et Plomelin, év. de Cornouaille, et Plouvara, év. de Saint-Brieuc.

Coupé d’argent et de gueules, au lion de l’un en l’autre, qui est Cardinal ; écartelé d’argent au chef endenché de gueules, qui est Le Borgne. Devise : L’âme et l’honneur.

Eon, sr de Crépillai, paroisse de Neuillac, vivant en 1426, père de Guillaume, sénéchal de Goêllo, marié : 1º en 1454, à Marguerite Le Borgne, dame de Kernier ; 2º à Marie de Mordelles ; Pierre, procureur de Cornouaille en 1530 ; Lancelot, capitaine des paroisses de Cohiniac et Plouvara en 1572 ; Guillaume, fils du précédent, capitaine de cinquante arquebusiers à cheval en 1594, se distingua sous le maréchal d’Aumont et fut fait cinq fois prisonnier par les ligueurs ; une chanoinesse de Saint-Pierre de Metz en 1690.


Cardonne (de) (orig. d’Espagne), sr de Vairet du Chaffault, par. d’Anetz, — de la Grée, par. de Saint-Herblon, — des Dervallières, par. de Chantenay.

De gueules au chevron d’or, accomp. de trois cardons d’Espagne de même. (Sceau 1489).

Jean-François, bâtard de Cardonne, capitaine de Collioure, faisait partie du corps d’Espagnols envoyés au secours de la duchesse Anne, en 1488, et fut créé général des finances en Bretagne en 1493 et premier président aux comptes en 1524.

Fondu dans Tissart.


Cardré (le), sr de Nouër.

Déb., réf. 1668, ress. de Redon.


Careil (de) voyez Foucher.


Carfort (de), voyez Nepveu (le).


Cargouët (de), sr dudit lieu, par. de Meslin, — de la Cornillière, par. de Maroué, — de la Coste, — des Portes, — du Vaurouault, — de Ranléon, par. de Saint-Igneuc.

Anc. ext. réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1423 à 1476, par. de Meslin et Maroué, év. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois fleurs de lys de gueules, comme Le Bel et de France. Devise : Sicut lilia germinabunt.

Geoffroi, fils du surnommé Dimanac’h et Alain son fils empruntent 36 livres àBeauport, sur le gage de terres en Plounez, en 1256 et 1257.

Pierre, fils de Guillaume, épouse en 1490 Jeanne Gouyon.

La branche aînée fondue dans Bertho et Sauvaget.

Cette famille parait avoir la même origine que celle de la Cornillière, dont elle porte les armes en alternant les émaux.


Carhaix, ville et barre royale, év. de Cornouailles. ancienne capitale du comté de Poher, assiégée en 1341, 1363 et 1590.

Pour anciennes armes : un arbre chargé de deux oiseaux et accomp. de deux fleurs de lys (Sceau 1306) ; aliàs : d’or au bœuf passant de sable (Arm. 1696).


* Carheil (de), sr duditlieu, par. de Plessé, — de Kermoreau, par. de Pénestin, — de Launay, par. de Sucé, — de la Guichardaye et de la Tronchaye, par. de Carentoir, — des Portes, par. de Doulon, — de Rédunel, par. d’Assérac.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén., montre de 1544, par. de Plessé, év. de Nantes.

D’argent à deux corneilles essorées, affrontées de sable, membrées d’or et une molette de sable en pointe. Devise : Potius mori quàm fædari.

Macé, épouse vers 1443 Valence de la Serpaudaye ; un page du Roi en 1780 † 1845 ; un membre fusillé à Quiberon en 1795.

La branche aînée fondue en 1619 dans les Cambout, en faveur desquels Carheil a été érigé en vicomté en 1685.


Carion (orig d’Espagne), sr de la Guibourgère, par. de Teillé, — de la Guignardaye, par. de Saint-Père-en-Retz, — de la Noue, — de Rosangavet, par. de Plouëzoc’h, — de Glivéry, par. de Lanmeur, — de Kerriou, par. de Plouigneau, — de Kersalut.

Ext., réf. 1670, quatre gén., ress. de Rennes et Lanmeur.

De gueules à la main droite d’argent, soutenue de six ondes de sinople en pointe. Devise : Nihil virtute pulchrius.

Jean, sr de la Guibourgère, épouse vers 1550 Jeanne Perrault.


Carion (orig. de Touraine), sr du Pastis, — de l’Esperonnière, — de la Roulerie, — du Petit-Pont.

Maint. à l’intend. en 1699.

D’or à trois bandes d’azur ; au chef d’hermines. (Sceau 1392).

Pierre, sr de l’Esperonnière, épouse en 1596 Marie de la Haye.


Cariou, sr de Kerguiniou, de Gouazven, de la Villeneuve et de Saint-Vincent, par. de Ploumilliau, — du Rest, — de Kerilis, — de Roscerf, — des Tourelles, par. de Loqueffret.

Anc. ext. réf. 1669 , six gén., réf. et montres de 1445 à 1543, par. de Ploumiliau, év. de Tréguier.

D'azur à trois molettes d'or. Devise : Urgent stimuli.

Le sr de Kerléan, conseiller au présidial de Quimper en 1696, portait les mêmes armes.


Carluer, sr de Rumedon, — de Rudounou, par. de Camlez.

Déb., réf. 1668, ress. de Lannion.

D'or au lion de gueules (G. le B.).

Un sénéchal de Lannion en 1660.


Caris, sr du Bois-Macé, par. d'Oudon, — de Bougon, par. de Couffé, — de la Béraudière.

Déb., réf. 1669, ress. de Nantes.

D'argent à la bande de gueules, chargée de trois roses d'or ; au chef d'azur.

Pierre, receveur ancien des fouages de l'évêché de Nantes en 1669.

Une famille du même nom employée dans les réformations de 1453 et 1478, paroisse de Saint-Jean-de-Béré, y possédait les maisons des Fougerays, de Malitourne et de la Pérardière.


Carlier (le), (orig. de Picardie, y maint. en 1709), sr d'Herlyes, — de Veslude.

D'argent au lion de sable, parti de sable à la roue d'or. Devise : Ruenne vendigies.

Robert, de la ville de Noyon. licencié ès lois et procureur en la chambre des comptes de Paris, anobli avec Jean son frère, en 1407 ; un page du Roi en 1755 ; une branche fixée en Bretagne a produit au dernier siècle un chef d'escadre, et s'est éteinte de nos jours.


Carme (le), sr des Salles et des Iles, par. de Plouizy.

Réf. 1535, par. de Notre-Dame de Guingamp.

Echiqueté d'argent et de gueules de six tires ; au chef d'or.

Henry, receveur de Guingamp en 1535.

Fondu dans Cresolles puis du Cleuz et en 1785 Kerouartz.


Carmené (de) ou Kermené (de), sr dudit lieu, par de Plessala, — de Bogard, par. de Quessoy, — de Gueyvon, par. de Saint-Vran, — de Quillirien, de la Touche, des Essarts et de Bouchenay, par. de Langast, — de Vauvert et de Cornéan, par. de Plouguénast, — de Brondineuf, par. de Sévignac.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plessala, Langast el Plouguénast, év. de Saint-Brieuc.

De gueules au sautoir d'or.

Gilles, premier échanson de la reine Anne, marié en 1498 à Françoise de Broons, dame de Brondineuf.

La branche ainée fondue dans Le Mintiér et Couppé.

La branche de Brondineuf fondue dans Derval puis en 1715, Saint-Pern.


Carn, sr de Ranvelin, par. de Kerlouan, — de Keryven, — de la Pallue, par. de Saint-Houardon, — de Kerhan, — de Kerguézennec, — de la Motte, par. de Brélez.

Anc. ext., réf. 1669, cinq gén., réf. et montres de 1447 à 1534, par. de Saint-Frégan et Guipa vas, év. de Léon.

D'or à trois chevrons de gueules.

Yves, épouse vers 1534 Adelice Mazéas.

Carnavalet, voyez Kernévénoy (de).

* Carné (de), sr dudit lieu, par. de Noyal-Muzillac, — de la Touche et de la Salle, par. de Sérent, — de Marzen, par. d'Assérac, — de Kerdaniel, par. de Lauzach, — vicomte de Trouzilit, par. de Piouguin, srde * Keriar, par. de Plourin, — vicomte de Coëtquénan, par. de Plouguerneau, — srde Trémeur et de Liniac, par. de SaintAubin de Guérande, — de Bléhébun et de Trévy, par. de Caden, — de Cohignac, par. de Berric, — de Blaison, — de "Trécesson, par. de Campénéac, — de Rosampoul et du Garspern, par. de Ploujonven, — de Coëtcanton, par. de Melguen, — viomte de Trévalot, par. de Scaër, — sr de Castillan, par. de Saint-Martin-surOust, — de Pratanros, par. de Penhars, * de Kerliver, par d'Hanvec, — de Kerdineau, — du Plessix-Mareil, par. de Saint-Viaud, — vicomte de * Maroein, par. de Saint-Nazaire, — srde la Jonchais, par. de Donges, — de la Haultière, par. de Chantenay, — de la Rigaudière, par. d'Ancenis, — de la Roche, par. de Mésauger, — de * Carnavalet.

Anc. ext. chev., réf. 1669, quatorze gcn., réf et montres de 1427 à 1536, par. de Noyai, Sérent et Caden, év. de Vannes, Saint-Aubin de Guérande et Assérac, év. de Nantes.

D'or à deux fasces de gueules. Devise : Plutôt rompre que plier.

Cette maison alliée à celles de Penhoët, Goulainc, Rohan, Rieux, etc., remonte à Alain, qui fit une fondation à la chapelle Sainte-Philippe de Vannes en 1203 ; Olivier, fils du président, croisé en 1248 (cab. Courtois); Guillaume, vivant en 1350 épouse Marie, dame de Bléhéban ; Péan, petit-fils du précédent vivant en lil2 laissa de son mariage avec Raoulette de Mello : 1o Rolland qui a continué la filiation ; 2o Eon, époux de Jeanne, dame de Trécesson, dont les descendants ont pris les noms et armes de Trécesson en 1491.

Jean, maître des comptes en 1402 ; Sylvestre, chevalier du Porc Épic en 1448 et de l'Hermine en 1454 ; Jean, abbé de Villeneuve, † 1456 ; Tristan, maître d'hôtel héréditaire de la reine Anne, † 1535 ; Marc son fils, lieutenant de Roi en Basse-Bretagne, capitaine de Brest et Guérande, chambellan et gentilhomme ordinaire du roi François Ier, nommé par Henri II grand veneur, grand maître et réformateur général des eaux et forêts de Bretagne, † 1553 ; neuf chevaliers de l'ordre depuis 1568 ; Guillaume, prévôt de Vertou en 1532 ; Catherine, abbesse de la Joie en 1580 ; Jérême, vice-amiral de Bretagne, † 1580 ; des gouverneurs de Brest, Morlaix et Quimper, de 1566 à 1632 ; un membre de l'académie française, † 1879.

Caroff, srde Kermainguy, — de Kergonval, év. de Léon.

De sable à trois aigles d'or (Arm. 1696).

Louis, épouse vers 1660 Anne Dencuff.

Carpeau (orig. de Picardie), sr de Ponthery.

Maint. réf. 1669, 0 gén. par. de Saint-Christophe-des-Bois, év. de Rennes.

D’azur à deux fasces ondées d’argent, accomp. de six étoiles d’or, 3. 2. 1.

Claude, majeur de Guise, anobli en 1651.


Carpentier (orig. du Nivernais) sr de Crécy-sur-Canne, en Nivernais.

D’azur à une étoile d’or, accomp. de trois croissants d’argent.

Pierre, président à mortier au parlement de Bretagne en 1587.


Carpont (du), sr dudit lieu, par. de Plouénan.

Réf. et montres de 1427 à 1444, par. de Plouénan, év. de Léon.

D’argent à une fasce d’azur, chargée d’un cerf passant d’or.


Carpont (du), sr dudit lieu par. de Louannec.

Réf. et montres de 1427 à 1518, par. de Louannec,év. de Tréguier.

D’azur au massacre de cerf d’or.


Carpont (du), sr de Kerbileau, par. de Sizun, év. de Léon.

De sable au lion d’argent, l’écu semé de billettes de même. (G. le B.), comme Coëtlosquet, Penhoadic et la Roche.


Carquet (orig. de Languedoc), sr de Kerfilly, par. de Plouzané, év. de Léon.

D’argent au palmier de sinople, accolé d’une guivre de sable (Arm. 1696).

Cette famille alliée aux Le Veyer de Pouleonq et aux le Dail de Keréon a produit un lieutenant au siège royal de Brest en 1760.


Carrage, sr de Kerguiniou, par. de Ploubezre, év. de Tréguier.

D’argent au sautoir engreslé de sable. (G. le B.).


Carran (de), sr dudit lieu, par. de Chanteloup, — de Villeblanche.

Réf. de 1427 à 1513 par. de Chanteloup, év. de Rennes.

De sable à trois croix pattées d’argent (Arm. de l’Ars.).


Carre (orig. d’Ecosse), sr des Loges, par. de la Mézière, — de la Gouzée, par. de Gévezé, — de la Boulière, par. de Saint-Grégoire, — de Luzançay, — de Carreville, — de la Haultière, par. de Chantenay.

Maint. à l’intend. en 1708, réf. 1513, par. de la Mézière, év. de Rennes.

D’azur au chevron d’argent, chargé de trois étoiles (aliàs: trois molettes) de gueules ; aliàs : au franc canton d’or, chargé d’un lion de gueules. Devise : Nusquàm devius.

Robert, l’un des archers écossais de la garde du duc François II en 1485 ; Michel, époux de Gillette d’Autye, † avant 1513; un connétable de Rennes en 1533 ; un secrétaire du Roi en 1700.


Carré sr de la Reinière.

Déb. réf. 1668, ress. de Morlaix.

D'argent à la fasce d'azur, chargée de trois quintefeuilles d'or ; accomp. en chef de deux aigles de sable et en pointe de deux lions affrontés de même(Arm. 1696).

Un receveur des tailles de l'évêché de Tréguier eu 1696.


Carrer (Le), sr de Bringolo, par. de Goudelin.

Réf. et montres de 1481 à 1513, par. de Saint-Quay, év. de Dol et Goudelin, év. de Tréguier.

D'or au chevron de gueules, accomp. de trois alérions de sable.

Fondu dans Geslin.


Carrière (de la), sr de la Boucherie, par. de Loudéac.

Déb. réf. 1669, ress. de Saint-Brieuc.


Carron, sr du Hédan.

Déb. réf. 1669, ress. de Lannion.

De sable à la fasce crénelée de quatre pièces d'or (Arm. 1696).

Olivier, capitaine des francs-archers de Tréguier en 1475.


* Carron (orig. de Picardie), sr de la Carrière, — de la Noë, par. de Tressé, év. de Dol.

Déb. réf. 1670, ress. de Rennes, et anobli en 1815.

D'azur au chevron d'or, accomp. en chef de deux croissants d'argent, et en pointe de trois losanges de même, posées en fasce.

Pierre, gendarme de l'ordonnance du maréchal de Brissac, l'accompagna en Bretagne en 1596, et y épousa 1o Charlotte de la Montellière, 2o. en 1608 Marguerite Uguet, de la maison de Chantelou ; Bonaventure, sénéchal, syndic et major des milices de Dol et député aux Etats, † 1740, aïeul de l'abbé Carron, fondateur des écoles ouvertes en Angleterre aux enfants d'émigrés français, † 1821 ; un évéque du Mans, † 1833.
Une famille de même nom et armes a été maintenue en Picardie par lettres patentes de 1653.


Cartes (des), (orig. du Blésois), sr de la Haye, en Touraine, — du Perron, en Poiiou, — de la Bretallière, — de Chavagne et de la Jaille, par. de Sucé, — de Montdidier, — de Kerleau, par. d'Elven, — de Kerbourdin, par. de Questembert.

Ext. réf 1668, 0 gen., ress. de Rennes et Vannes.

D'argent au sautoir de sable, accomp. de quatre branches de palmier de sinople.

Jean, licencié ès lois, lieutenant de la juridiction d'Amboise en 1466 ; Louis, conseiller au bailliage de Blois, anobli en 1610 en considération de ses services et de ceux de François son père, secrétaire ordinaire de la chambre du Roi, près la personne de Marguerite de France, duchesse de Savoie, en 1559 ; Joachim, frère de Louis, conseiller au parlement de Bretagne en 1586, père 1o de Pierre, auteur des seigneurs de Kerleau, fondus vers 1736 dans le Prestre ; 2o de René, célèbre philosophe, † 1650 ; 3o de Joachim, auteur des seigneurs de Chavagne. Un chevalier de Saint-Lazare en 1718.


Cartier, sr du Hindret, par. de Saint-Coulomb, — de la Boulaye, par. de Betton.

Réf. et montres de 1441 à 1513, par. de Saint-Coulomb et Saint-Lunaire, év. de Dol et Saint-Malo.

De gueules à cinq puis d’or ; au chef de gueules soutenu d’une divise d’or, chargé d’une hermine passante de même.

Robin, secrétaire du Duc en 1441 ; Jacques, célêbre navigateur de Saint-Malo, découvrit le Canada en 1531 et était fils de Jamet et de Geffeline Jansart.


Carton sr du Val, par. de Plancoët.

Déb. réf. 1668, ress. de Jugon.


Caslou (de), voy. Lamour.


Cassard, sr de la Pantière et de Lépan, par. de Vertou, — de la Joue et de la Frusière, par. de Yigneux, — de Pontveix, par. de Conquereuil, — du Brossay, par. de Fégréac, — du Tertre et du Port-Lambert, par. de Saint-Donatien.

Déb. en 1668, ress. de Nantes et confirmé ou anobli en tant que besoin eu 1702.

D’argent au lion de sable, surmonté de deux papillons (aliàs : abeilles) de même. Devise : Sans venin.

Plusieurs auditeurs et maîtres des comptes depuis 1616 ; Paul, maire de Nantes en 1688 ; Jean, fils d’Olivier et de Charlotte Davy, capitaine au régiment de Guébriant en 1702.


Cassé.

De sable à trois fasces d’argent, accomp. de trois coquilles de même, 2. i (Arm. de l’Ars.).


Casset ou Cazet voy. Cazet.


Cassia (du), sr de la Houssaye, par. de Rezé, év. de Nantes.

Tiercé aux 1 et 2 : palé d’azur et d’argent de quatre pièces, occupant les deux liers de l’écu, et chargé en chef de deux étoiles d’azur, et en fasce de deux coquilles d’argent de l’un en l’autre ; tiercé au 3 : d’or à une bande d’azur, accomp. de deux roses de gueules, tigées et feuillées de sinople.

Un échevin de Nantes en 1673, maître des comptes en 1691.


Cassin, sr des Perrières, ress. de Saint-Brieuc.

De gueules au lévrier courant d’argent, accomp. de trois têtes de lévrier d’or (Arm. 1696).


Casso (du), sr dudit lieu, et de Langle, par. de Donges, — du Brefle, par. du Clion, — du Plessix et de la Verrie, par. de Pontchateau.

{{A[ Réf. 1429, par. de Donges et le Clion, év. de Nantes.

De gueules à une bande de vair.

Jean, secrétaire du Roi 1534.

|2|1}}


Castagny, sr de Coëtligné, par. de Baud, év. de Vannes (Protest, de 1788).

D’argent au châtaignier de sinople, mouvant d’un croissant de gueules, accosté de deux étoiles d’azur.

Un lieutenant-colonel au régiment d’Aunis, anobli pour services militaires en 1763.

* Castel (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Servant, — du Chardonnay, par. du Rheu, — de la Ville-Caro, par. de Lanouëe, — de Quilly et de la Rabinaye, par. de Quilly, — de Landual, par. de Ménéac, — de la Ville-au-Denache, par. de Taupont.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Saint Servant et Quilly, év. de Vannes, le Rheu, év. de Rennes, Lanouëe et Taupont, év. de Saint-Malo.

Coupé de gueules et d’hermines, au lion de l’un en l’autre, armé et couronné d’or (Sceau 1402).

Philippot fils de Piot, épouse vers 1380 Jeanne du Chardonnay, dame dudit lieu et de la Ville-Caro ; Olivier frère du précédent, filleul du connétable de Clisson, au nombre de ses légataires en l406 ; Olive, demoiselle d’atours de la duchesse Françoise d’Amboise en 1463.


Castel, sr de Quierny, — de la Rivaudière, par. de Chevaigné.

Déb. à l’intend. en 1669.

D’azur au château d’argent.

Un connétable de Rennes en 1696 ; un secrétaire du Roi en 1702.


* Castellan (de), sr dudit lieu et de Trélan, par. de Saint-Martin-sur-Oust, — de Launay, par. des Fougerets, — du Bois et de Boro, par. de Saint-Vincent-sur-Oust, — de la Giraudais, par. de Bains, — de Bignac, de la Brissonnais et de la Touche, par. de Saint-Congard, — du Verger, par. de Glenac, — des Rambergères, par. de Sainte-Pazanne, — de la Rivière, par. de Port-Saint-Père, — de la Guignardais, par. de Saint-Père-en-Retz, — de la Fouaye, par. de Sion, — de Malville, par. de Ploërmel, — de la Vallée, — de Cancoët, par. de Saint-Gravé, — du Clio, — de la Musse, par. de Jans.

Anc. ext. réf. 1668, huit gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Saint-Vincent, Saint-Martin-sur-Oust, Saint-Congard, Les Fougerets et Glenac, év. de Vannes.

D’argent à trois sangliers de sable (Sceau 1418).

Perrot, écuyer dans des montres d’Olivier de Clisson en 1375 ; François, fils de Jean, et de N. de Lourme, épouse avant 1480 Catherine, dame de Bignac ; un chevalier de Saint-Lazare en 1612 ; un chevalier de l’ordre du Roi en 1658 ; un page du Roi en 1740 ; un brigadier des armées navales en 1783.

La branche ainée fondue en 1589, dans Carné, par le mariage de Renée, dame de Castellan, avec François de Carné, sr de Rosampoul, gouverneur de Morlaix, pour la Ligue. Elle s’enferma avec son mari dons cette place assiégée en 1591 par le maréchal d’Aumont et soutint par son courage celui des assiégés dont elle partagea les dangers, les travaux et les privations. La seigneurie de Castellan rentrée en 1716 dans la famille de ce nom par retrait lignager est passée par alliance en 1811 aux Borel de Bottemont. Nunc : la Ruée.


Castellou (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Brandan, — de Kervillio et de Kergornec, par. de Saint-Gilles-Pligeau.

Réf. et montres de 1423 à 1543, par. de Saint-Brandan et Plaintel, év. de Saint-Brieuc, Saint-Gilles et le Vieux bourg de Quintin, év. de Cornouaille.

D’azur à sept quintefeuilles d’or, 3. 3. 1.

Fondu en 1541 dans Jégou.

Castelnau (de) (orig. du Berry), marquis dudit lieu en 1652, — sr de la Mauvissière, en Touraine, — de la Buzardière, au Maine.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur au château donjonné d’argent, qui est Castelnau ; aux 2 et 3 : d’or à deux loups passants de sable, qui est la Loubère, sur le tout d’or à trois chevrons de sable, qui est Levis.

Pierre, écuyer d’écurie de Louis, duc d’Orléans depuis Louis XII en 1482, est l’auteur de cette famille à laquelle appartenait Jacques, gouverneur de Brest, puis maréchal de France, tué au siège de Dunkerque en 1658, père de Michel, aussi gouverneur de Brest, et ce dernier père d’Henriette-Julie, comtesse de Murat, née à Brest en 1670 et qui s’acquit une grande réputation dans les lettres.


Castillon, sr de Langonéry, par. de Plourin, év. de Léon, — de Kerbriand, par. de Plougasnou.

Déb., réf. 1669, ress. de Saint-Renan.

Famille alliée aux Kermeidic et aux Parcevaux.


Castonnet, sr de la Trinquedaye, par. de Guichen, — des Fosses, par. de Fougeray, — de la Rivière, par. de Maxent.

Déb., réf. 1668., réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Guichen, év. de Saint-Malo.


Castras (orig. de Languedoc), sr de Saint-Blanquart.

Déb. réf. 1670, ress. de Saint-Brieuc.

D’azur à la tour d’argent.


Cat ou Gat (le), sr de Ponthellain.

Réf. 1513, par. de Landujan, év. de Saint-Malo.

D’argent à un frêne de sinople.


* Cathelineau (orig. d’Anjou), anobli sous la Restauration, en 1815.

D’azur à la hampe fleurdelysée d’or, à la banderolle d’argent, chargée d’une croix alésée de gueules, fichée dans un cœur de même. Devise : Dieu et le Roi.

Un généralissime de l’armée vendéenne, tué au siège de Nantes en 1793.

Cette famille s’est alliée aux Kermel et a produit un volontaire pontifical au siège d’Ancône en 1860.


Catuelan (de), voyez Merdy (du).


Catus (orig. de Poitou), sr de la Catusière, — de Saint-Generoux, — du Bois, près Beauvoir-sur-Mer, — de Saint-Fulgent, — du Breuil, — des Granges, près de Talmont.

De gueules au chat ou léopard d’or, accomp. d’étoiles de même, sans nombre.

Maurice, sénéchal de la Garnache en 1185 ; Pierre, possessionné, paroisse de Machecoul, en 1323 ; Hugues, l’un des écuyers du combat des Trente en 1350 ; Jean, capitaine de Talmont, accompagna François Ier à la conquête du Milanais en 1525, et épousa Marie du Vergier, fille de Guy, sr de la Rochejacquelein.

La branche des Granges éteinte en 1600.


Caunelaye (de la), voyez Breil (du).


Caunelaye (de la), voyez Thomas.

Caussel, sr de Penanros, par. de Ploaré.

Déb. réf. 1669, ress. de Quimper.


Caux (le).

Réf. et montres de 1440 à 1479, par. de Bréteil, év. de Saint-Malo.

Guillaume, et Raoul, son fils, de la paroisse de Bréteil, anoblis en 1426.


Cavan (de), sr dudit lieu et de Caouënnec, par. de Cavan, év. de Tréguier.

D’or à trois chouettes de sable (G. le B.).

Hémery vivait en 1280 ; ses héritiers eurent leurs biens confisqués par le duc Jean Ier qui les donna à viage à Jean de Kersaliou, de la paroisse de Pommerit-Jaudy, à la mort duquel la seigneurie de Cavan fut réunie au domaine ducal.

Un avocat au parlement en 1786, de même nom et armes, né à Prat en 1764, prenait pour devise : Caveant.


Cavardin (de), sr dudit lieu et du Pordo, par. d’Avessac, év. de Nantes.

De sable à la bande d’or, cotoyée de six coquilles de même.

Fondu en 1419 dans Saint-Gilles, puis Téhillac, et en 1609 Le Breton de Villandry.


Cavaro (de), sr dudit lieu, par. de Béganne.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dite par., év. de Vannes.

Porte une rose (Sceau 1417).

Guilaume, notaire-passe à la Roche-Bernard en 1417.

Fondu dans Bellève, puis la Saulaye.


Cavelier (orig. de Normandie), sr de Maucomble, — de * Cuverville.

D’azur à trois croissants d’or. Devise : Spes mea Deus.

Pierre, sr de Maucomble, généralité de Rouen, maître ordinaire à la chambre des comptes de Normandie en 1617, est l’auteur de cette famille, alliée en Bretagne aux Visdelou, Suasse, Mahé de Kerouant, Lesguern et Trolong, et qui a produit trois trésoriers de France à Rouen depuis 1652, un capitaine de vaisseau en 1781, contre-amiral en 1816 et un contre-amiral de nos jours.


Cazalis ou Casalis.

D’or à trois fasces d’azur (Arm. 1696).

Guillaume, échevin, puis syndic de Nantes en 1660.


Caze (orig. de Provence), baron de la Bove en 1740.

D’azur au chevron accomp. de deux losanges en chef et d’un lion en pointe, le tout d’or.

Jacques fils Milan, conseiller du Roi, trésorier et receveur-général de ses emprunts en la ville de Lyon, acquit en 1595 un office d’auditeur en la chambre des comptes de Montpellier ; un intendant de Bretagne en 1780.


Caze (de la), sr du Borda.

Déb. à l’intend. en 1704.

D'argent à la fasce crénelée de sable, écartelé d'argent au chevron de sable (Arm. 1696).

Gabriel, receveur ancien, triennal et alternatif des épices du présidial de Quimper en 1696.


Caze (de la).

De gueules au chevron d'or, nccomp. en chef de deux croix ancrées d'or et en pointe d'une tour de même ; au chef d'argent, chargé d'une rose de gueules, accomp. de deux étoiles de même (Arm. 1696).

Jean, intéressé aux fermes de Nantes en 1696.


Cazeaux (des), sr de la Folliette, — du Hallay, par. de Saint-Fiacre, — des Aubrais, par. de la Chevrollière.

D'azur à un jardin de neuf carreaux d'argent, bordé de sinople, soutenu de deux lions affrontés d'or et accomp. de quatre lionceaux de même (Arm. 1696).

Un échevin de Nantes en 1674, sous-maire en 1676, anobli en 1702.


Cazet (orig. du Maine), comte de Vautorte en 1653.

D'azur à trois aigles d'or (G. le B).

Jean, lieutenant de la juridiction du comté de Mayenne en 1570, épouse 1o Jeanne Cotteblanche ; 2o Jeanne Bignon ; Louis, président aux enquêtes du parlement de Bretagne en 1625, père de Louis, évêque de Lectoure, puis de Vannes, † 1687.


Cazin (de), sr dudit lieu et de Lestrénec, par. de Plouigneau, — de Poulbrignou, par. de Prat, — de Rosangavet, par. de Plouëzoc'h, — de Kermeur et de Quenquizou, par. de Plougasnou, — de Lesmoual, par. de Plounérin.

Anc. ext., réf. 1670, cinq gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouigneau, Plougasnou et Plouëzoc'h, év. de Tréguier.

D'argent à la fasce d'azur.

Yves, épouse vers 1540 Renée de Kergoat.

La branche aînée fondue dans Estienne ; la branche de Rosangavet fondue dans Carton.

Les familles de Cosquerguen, Keraminou, Geoffroy, Kergoz, Kerhallic et Le Levier, portent les mêmes armes, avec diverses brisures.


Cazlen, sr de Kerhellou, par. de Plouëgat-Guerrand.

Réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Plouëgat et Plestin, év. de Tréguier.

Kcartelé aux 1 et 4 : d'argent à une moucheture d'hermines de sable ; au 2 et 3 : d'argent à un annelet aussi de sable.

Fondu dans Le Du.


Celle (de la), sr des Rouxières et de la Sécardais, par. de Mézières, — des Poiriers, — de la Mettrie, — de la Minays, — comte de Châteaubourg, par. de ce nom, — sr du Plessix-Pillet, par. de Dourdain.

Anc. ext. réf. 1671, neuf gén., réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Mézières, év. de Rennes.

De sable au croissant d'or, accomp. de trois quintefeuilles de même.

Perrin, époux en 1430 d’Olive Ferron, père de Jean, châtelain de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1455, marié à Jeanne Le Viel ; Jean, archer de la garde de Saint-Aubin en 1484, épouse Perrine Moustard ; Jean, compris à la taxe des nobles pour la rançon de François Ier en 1527 ; un page du Roi en 1773.


Cellier (du), sr dudit lieu et de la Ferrière, par. du Cellier, — de Beauchesne et du Pastiz, par. de Noyal-sur-Vilaine, — du Crévy, par. de Pontchateau, — de la Roche, par. de Guenroc, — de Beau-Jardin, — de la Souchais, par. de Saint-Aubin-des-Châteaux, — de la Cosnelais, — de la Roberdais, — de la Hunaudais, par. de Mauves.

Anc. ext. réf. 1668, 0 gén., réf. et montres de 1427 à 1544, par. du Cellier et Oudon, év. Nantes, Noyal, év. de Rennes et Guenroc, év. de Saint-Malo.

De gueules à la fasce de vair, accomp. de trois quintefeuilles d’argent.

André, envoyé par le duc contre Josselin de Rohan, évêque de Saint-Malo en 1382 ; Jean, président aux comptes, puis chancelier et sénéchal de Rennes en 1458.

Famille éteinte.


Cercleux, sr des Fossés.

D’argent au sautoir de sable, chargé de cinq fleurs de lys d’or (Arm. 1696).

Michel, notaire à la Roche-Bernard en 1696.


Cerizay, sr des Islaux, par. de Plouër, — de Teillé, par. de Saint-Herblain, — de la Courneuve, par. de Lohéac, — du Haut-Chemin.

Déb., réf. 1669 et anobli en 1704, ress. de Dinan.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur à trois roses d’or, une fleur de lys d’argent en abyme ; aux 2 et 3 : d’argent à trois guidons de gueules en pal.

François, connétable de Dinan en 1669.


Cerizay, (orig. d’Anjou), sr du Mas, — de la Roche.

D’argent à la fasce de sable.

Jean, échevin de Nantes et auditeur des comptes en 1637.


Cervelle (de la), (orig. de Normandie, y maint, en 1463 et 1599), sr dudit lieu, par. du Désert, — de Villiers, — de Guéperroux, — d’Aucey, — de la Corbonnaye, — marquis de la Grande-Barre en 1750, — sr du Ferou, — de Kerello, — de la Lance, — de la Fontenelle, par. de Pleine-Fougères, — de la Martinaye, par. de Romagné.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén., ress. de Bazouges, réf. 1513, par. de Romagné, év. de Rennes.

De sable à trois losanges d’or. (Sceau 1371).

Guillaume épouse 1o en 1325 Aliette de Poilley, 2o Jeanne d’Espinay ; du 1er lit : Sylvestre, grand aumênier de France, évêque de Coutances en 1371, † 1386 ; Etienne, élu des aides au diocèse d’Avranches en 1371 ; un page du roi en 1742.


Cervon (de) (orig. du Maine), sr dudit lieu, — baron des Arcis en 1620.

Anc. ext. chev., réf. 1668, neuf gén., ress. de Rennes.

D’azur au cerf d’or, ramé d’argent.

Guillaume épouse en 1449 Marie Neveu ; Charles, gentilhomme de la chambre et gouverneur de Fougères en 1574 ; un conseiller au parlement en 1657 ; une abbesse de Moutons au diocèse d'Avranches en 1704.

Fondu dans Montesson.


Cezé, sr du Parc et du Plessix, par. de Guer, év. de Saint-Malo.

Déb., réf. 1669, ress. de Ploërmel.

D'argent au sauvage de sable, tenant une massue de sinople (Arm. 1696).


Chabannes (de), (orig. de Bourbonnais), marquis de *Curton en 1563, sr de la *Palisse, — du *Verger, — de Pionzat.

De gueules au lion d'hermines, armé et couronné d'or.

Robert, tué à la bataille d'Azincourt en 1415 ; Jacques, maréchal de France, tué à la bataille de Pavie en 1524 ; Gilbert, abbé de Saint-Meen en 1743. Un vice-amiral en l862 † 1889.


Chabot (orig. de Poitou), baron de Retz, — sr de la Grève, — comte de *Jarnac, — sr de Sainte-Aulaye, — duc de *Rohan en 1652, — prince de *Léon, — comte de Porhoët, de Charny et de Buzançois, — marquis de Mirebeau, — sr de la Turmelière, par. de Chàteauthébaud, — marquis de Blain en 1660, — comte de Seizploué, sous le nom de Maillé, par. de Plounévez-Lochrist, — sr de Liré en Anjou, — de Coëtmeur et de Daoudour, par. de Plougourvest, — de Kermilin, par. de Trefflaouénan, — de Kerguéhéneuc, par. de Bignan, — de la Rocheservière, pairs de France.

D'or à trois chabots de gueules en pal (Sceau 12.30). Devise : Concitsshs surgo.

Cette ancienne maison connue depuis Guillaume, père de Thibaut père de Sèbran croisé en 1147, a produit Philippe, amiral de France, † 1543, et s'est alliée en 1645 à la maison de Rohan par le mariage d'Henri Chabot, sr de Sainte-Aulaye avec Marguerite, duchesse de Rohan, princesse de Léon, comtesse de Porhoêt, avec substitution expresse des nom et armes de Rohan aux enfants à naître de ce mariage, ce qui a été exécuté. Voyez Rohan.
Un lieutenant-général, chevalier des ordres en 1781 et un cardinal-archevêque d'Auch, puis de Besançon en 1828 † 1833.
La branche de Liré fondue en 1504 dans du Bellay puis du Breil et la Bourdonnaye.


* Chabre (orig. d'Auvergne), sr de Pouzols, — de Calonges, — de Varennes, — de Blot-le-Rocher, — de Demolle.

Maint. au conseil en 1662 et par lettres confirmatives de 1699.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'azur au chevron d'or, accomp. de trois têtes de chèvre coupées de même ; aux 2 et 3 d'azur à la croix alésée d'argent, à la bordure de vair.

Antoine, lieutenant criminel[sic] à Riom, anobli en 1643, est l'auteur de cette famille, alliée en Bretagne aux Boisberthelot, Coétgoureden, Penhoadic et Hervé du Penhoat.


Chaffault (du), (ramage de Rezé), sr dudit lieu, par, de Bouguenais, — de Monceaux, par. de Saint-Philbert, — de la Limouzinière, par. de ce nom, — de la Sénardière, par. de Boufféré, près Montaigu, — de la Motte, par. de Besné, — de Violain, par. de Grand-Champ.

Maint, à l'intend. de Poitiers en 1667 ; réf. 1443, par. de Sainl-Philbert-de-Grand-Lieu, év. de Nantes.

De sinople au lion d’or, armé, lampassé et couronné de gueules (Sceau 1470), voyez Chousant.

Sévestre vivant en 1271, † 1302 et enterré dans l’église de l’abbaye de Villeneuve ; autre Sévestre, époux d’Isabeau de la Jaille, † 1376 ; Bertrand, chevalier de l’Hermine en 1454 ; Pierre, évêque de Nantes, † 1488 ; quatre chevaliers de Malte dont un commandeur, depuis 1718 ; un membre a fait ses preuves pour les honneurs de la cour en 1789 ; un lieutenant-général des armées navales, † 1794 ; un maréchal de camp en 1815.


Chaillou, sr du Guern, par. de Plougasnou, — de Rucat, — du Croisat, — de l’Étang, — de Ruporzou, — de Kermouster, par. de Trégrom, — de Kerneis, — de Kerédern, − de Kerlayno, par. de Ploumagoar.

Déb. réf. 1668, ress. de Guingamp.

D’azur au chevron échiqueté d’argent et de gueules de deux tires, accomp. en chef de deux soleils d’or, et en pointe d’une croisette de même.

René, procureur de Guingamp en 1565 ; Michel, maire de Guingamp en 1611 ; René, secrétaire du Roi en 1701 ; deux maîtres des comptes en 1742.


Chainillac.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur au lévrier passant d’or ; aux 2 et 3 : d’or à une bande d’azur, accomp. de six quintefeuilles de gueules, en orle (G. le B.).


Chalet, sr de la Hamonays, par. de Saint-Sulpice-de-l’Abbaye, — de la Bretonnière, par. de l’Hermitage.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par. et par. de Saint-Erblon, év. de Rennes.

De gueules au léopard d’argent ; au chef de France (Sceau 1413).

Le sr de la Bourgonnière demeurant à Ancenis, débouté, réformation de 1368.


Challin, sr de la Minière, par. de Rieux, év. de Vannes.

Déb., réf. 1668, ress. de Ploërmel.


Chalonge (du), sr dudit lieu.

Réf. 1515, par. de Trébédan, év. de Dol.

De gueules à la bande d’hermines, comme Bois-Adam, Cicé et Lorgeril ; aliàs : de gueules à six molettes d’or [Sceau 1306).

Olivier fait un accord pour les eaux du moulin de Trévéron, avec le prieur de Lehon en 1277 ; Bonabes et Guy, abbés de la Vieuville de 1500 à 1540.
La branche aînée fondue dans Bouan ; moderne Lorgeril.


Chalons (de) (ramage des comtes de Bourgogne), prince d’Orange, en Provence, — sr de Touffou, par. du Bignon, év. de Nantes.

De gueules à la bande d’or.

Jean, gouverneur de Bretagne en 1493, était fils de Guillaume et de Catherine de Bretagne, sœur du duc François II.


Chalopin (orig. du Maine), sr de la Chalopinière, — des Touches, — de la Pentière, — du Clèray, — de Chevigné, — du Plessix-Pezats, — d’Aubigné, — de Mauny, — de Vauberger en Anjou.

D'argent à trois roses de gueules.

Jacques, gentilhomme de la chambre et lieutenant des gendarmes des seigneurs d'Avaugour et de Liscoët, puis mestre de camp d'un régiment de gens de pied en 1593, père de François, aussi gentilhomme de la chambre, capitaine de cent hommes d'armes pour la garde des Ponts-de-Cé en 1620 ; deux conseillers au parlement de Bretagne de 1558 à 1578.
La branche de Chevigné fondue dans Racappé.


Chalot, sr de la Chalouzais et du Boschet, par. de Bourg-des-Comptes, — de la Glétière, par. de Pacé, — de Mainteniac, par. de Pléchatel.

Réf. et montres de 1446 à 1513, par. de Bourg-des-Comptes, év. de Rennes.

D'argent à la croix de gueules, cantonnée de quatre lionceaux de sable.

La branche aînée fondue en 1585 dans Lescoêt.
Une famille de même nom et armes était établie en Provence en 1760.


Chalotais (de la), voyez Caradeuc (de).


* Chalus (de), (orig. du Maine), sr de la Baconnière.

Maint. aux aides de Paris en 1754 et par arrêt du parl. de Bretagne en 1762.

D'azur à trois croissants d'argent.

Cette famille, alliée aux Lorgeril et aux Trédern a produit un volontaire pontifical, tué à Castelfidardo en 1860.


Chamballan (de), sr dudit lieu, de Fourchencoul, de Frégeul, du Bois-Jean, de la Séverière et de Rouel, par. de Rougé, — de la Ville-Aubin, par. de Nivillac, — de la Tébergeais et de la Rouaudière, par. de Saint-Jean-de-Béré, — de Rouvray, par. de Saint-Aubin-des-Chàteaux, — de Trévelan, par. de Sulniac, — de la Ricardaye, par. de Rieux, — de Busson-Guérin, par. d'Allaire.

Réf. de 1428 à 1478, par. de Rougé, Saint-Aubin et Nivillac, év. de Nantes et Rieux, év. de Vannes.

De sable au lion d'argent, accosté de deux épées de même en pal, voyez Le Maistre.

Deux chevaliers de l'ordre depuis 1571.
La branche aînée fondue en 1640 dans la Chapelle de la Roche-Giffart.


Chambellé (de), (ramage de Champagné), sr dudit lieu, par. de Feins, — du Boulier.

Réf. 1513, par. de Parigné, év. de Rennes.

D'hermines au chef de gueules, à la cotice d'azur brochante.


Chambellé, sr des Ousches, par. de Saint-Sébastien, — de Cangé, — de la Boissière, par. de la Remaudière, — du Dréneuc, par. de Héric, — de Laujardière, par. de Vallet, — de la Pervenchère, par. de Casson.

Ext. réf. 1668, 0 gén., ress. de Nantes.

D'or à trois chevrons de gueules ; une fasce d'azur sur le tout.

Sidrach, maréchal de camp en 1652, † 1674.


Chambière, par. de Saint-Armel-des-Boschaux, év. de Rennes.

Seigneurie successivement possédée par les familles eo Préauvé et Loisel, réunie à la seigneurie de Brie et érigée en marquisat en 1600 en faveur de François Loisel, et transmise ensuite aux Cahideuc et aux Sarsfield puis par acquêt aux de Langle.

Chambre (de la), (orig. de Savoie), comte dudit lieu, près Saint-Jean-de-Maurienne.

De France, au bâton de gueules.

Philippe, prieur de Lehon, puis évêque de Cornouaille et cardinal de Bologne, † 1550.


Chambbe (de la) (orig. de Normandie), sr de Vauborel.

Maint, au conseil en 1671, par. de Saint-Jean-sur-Couaisnon, év. de Rennes.

De sable à une fasce d’or, frettée de gueules ; aliàs : accomp. de trois roses d’or. Devise : Altissimus nos fundavit.

Guillaume, sr du Mesnil-Gilbert, élection de Mortain, petit-fils de Richard vivant en 1391, issu en ramage de la maison de Saint-Manvieu, fut renvoyé par Monfault en 1463 et reconnu noble par la charte générale des francs-fiefs en 1470.

Famille éteinte.


Chamillart (orig. de Paris), comte de la *Suze en 1720, — marquis de Cany et de Courcelles.

D’azur à une levrette d’argent, colletée de gueules ; au chef d’or, chargé de trois étoiles (aliàs : de trois molettes) de sable.

Jean-François, évêque de Dol de 1692 à 1702 puis évêque de Senlis, † 1714, succéda à Bossuet, comme premier aumônier de la duchesse de Bourgogne.


Champagne, sr de Kerdavy, par. de Plusquellec, év. de Cornouaille.
Déb. réf. 1670, ress. de Carhaix.

|2|1}}


Champagné (de), sr dudit lieu, par. de Gévezé, — de la Rossignolière et du Plessis, par. de Pacé, — du Bouessay, par. de Sens, — de la Montagne, par. de Visseiche, de Chambellé, par. de Feins, —, de Melesse, par. de ce nom.

Réf. 1513, dites par., év. de Rennes.

D’hermines au chef de gueules, aliàs : chargé d’un lambel d’or.

Juhel, croisé en 1190 (cab. Courtois); Gohier, croisé en 1248 (cab. Courtois); Alain, tué au siège de Carthage en 1390 ; deux connétables de Rennes en 1536 et 1573.

La branche aînée fondue en 1400 dans Montbourcher ; la branche de Chambellé fondue en 1609 dans Beaucé ; la branche de la Montagne fondue dans Hay ; une autre branche transplantée à la fin du xive siècle en Anjou, a produit un brigadier d’infanterie en 1767.


Champagny (de), voyez Nompère.


Champalaune (de), sr dudit lieu, par. de Pacé, év. de Rennes.

D’argent à trois fasces de gueules, à la bande d’azur brochante.

Fondu au xive siècle dans Saint-Pern.


Champeaux (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de la Touche-Abelin et de Bonabry, par. de Cesson, — du Moulin-Blot, par. de Vendel, — de Bassigné, par. de Saint-Jean-en-Coglais.

Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

Bandé d’or et d’azur de six pièces (G. le B) ; aliàs : d’or à une jumelle d’azur, surmontée d’un lambel de gueules (Sceau 1349).

La branche aînée fondue dans d’Espinay.

Champeaux (de), voyez Palasne.


Champeaux (des), sr dudit lieu, par. d’Auverné, — du Greix, par. de Corsept, — de l’Hôpitau, par. de Saint-Cyr-en-Retz, — du Plessis, par. de Saint-Viaud, — de Malnoue, — de l’Abbaye-Blanche, par. de Bourgneuf, — de Trégouët, par. de Béganne.

Ext. réf. 1668, six gén., réf. de 1447 à 1478, par. d’Auverné et Moisdon, év. de Nantes.

D’hermines au lion de gueules, armé et couronné de sable. Devise : Diex le volt.

Guillaume, se dit noble et est débatif, réformation de 1447 ; Jean, son fils, notaire de cour séculière, épouse vers 1460 Renée Meschinot ; un chevalier de l’ordre en 1658.


Champion (orig. de Normandie), baron de Cicé en 1598, par. de Brutz, — sr des Croix, par. de Saint-Martin de Rennes, — de la Chaise, — du Chesneblanc, par. de Saulnières, — de la Jaleuzie et de Kerpond’armes, par. de Guérande, — de Grasbusson, par. d’Acigné, — du Helfaut, par. d’Elven.

Ext. réf. 1668, sept gén., réf. de 1513, par. de Saint-Martin de Rennes et Acigné.

D’azur à trois écussons d’argent, chargés chacun de trois bandes de gueules. Devise : Au plus vaillant le prix.

Jean, originaire de Condé-sur-Vire, anobli aux francs-fiefs en 1470 ; Gilles, épouse en 1524 Jeanne Corsin ; deux procureurs des bourgeois de Rennes, en 1519 et 1557 ; trois chevaliers de l’ordre depuis 1572 ; quatre conseillers au parlement, depuis 1621 ; un abbé de Fontenay en 1611, puis de Bonne-Fontaine (Reims) et évêque de Tréguier, † 1635 ; un abbé de Landévennec en 1746, successivement évêque de Troyes en 1758 et d’Auxerre en 1761 ; un vicaire apostolique à Siam en 1701, † 1727 ; un abbé de Chantemerle au diocèse de Troyes en 1760, successivement évêque de Rodez, puis archevêque de Bordeaux en 1781, garde-des-sceaux en 1789 et archevêque d’Aix † en 1810 ; un chef d’escadre de l’ordre de Saint-Lazare en 1667 et un chef d’escadre en 1784.

La branche de Cicé fondue dans Berthou de Kerverzio ; une autre branche fondue dans la Bintinaye.

Famille éteinte en 1796. [1]


Champion (le), sr de Caimbie et de Lesquen, par. de Bréhant, — de la Vieuville, par. de Pleurtuit, — de Bellevue, — de Runello.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén., réf. et montres de 1423 à 1513, par. de Bréhant-Moncontour, év. de Saint-Brieuc, et Pleurtuit, év. de Saint-Malo.

D’azur au sautoir d’or, accomp. de quatre fleurs de lys d’argent.

Geoffroi, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Robert, vivant en 1480, épouse Hélène Le Roux. Un lieutenant de Vannes en 1536.


Champion, sr de Chartres, par. de ce nom, év. de Rennes, — du Laz, par. de Carnac.

Réf. 1536, par. de Carnac, év. de Vannes.

D’azur à trois têtes de lévrier d’argent, accolées de gueules.

Gilles, lieutenant-général des eaux et forêts de Bretagne en 1596 ; Michel, procureur des bourgeois de Rennes en 1532.


Champlais (orig. du Maine), marquis de Courcelles en 1667.

D’argent à trois fasces de gueules, surmontées de trois aigles de sable.

Louis, épouse en 1640 Marie de Neuville-Villeroi ; un abbé de Saint-Méen en 1675 ; un abbé de Saint-Jacques de Montfort en 1725, † 1786.

Champs (des), sr de Trojan, év. de Tréguier.

Déb. réf. 1668, ress. de Lannion.

De gueules au sautoir d'or.


Champs (des) (orig. du Maine), sr de Richemont, — de la Guitterie, — du Méry.

D'argent à deux lions affrontés de gueules.

Adam, notaire au Châtelet de Paris en 1421 ; Adam, président de l'élection du Mans en 1566, marié à Marie Le Bouc, trisaïeul de René, auditeur des comptes de Nantes en 1732 ; ce dernier père d'un trésorier de France à Alençon en 1769, et d'un conseiller aux aides de Rouen en 1783 ; David, gouverneur des villes et château de Mayenne en 1740.


Champs (des), par. de la Bouëxière, év. de Rennes.

De gueules à la fasce d'argent, accomp. de trois croix ancrées de même ; au chef d'or, chargé d'un croissant d'azur.

Un colonel d'infanterie, créé chevalier par lettres de 1818.


Champsavin (de), voyez Beschu (le).


Champsavoy (de), voyez Grignart.


Champsneufs (des), sr dudit lieu, de la Caffinière et de la Jarrie, par. de Frossay, — des Fontaines, des Bariolles, de Saint-Rémy, de Laujardière et des Maillières, par. de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, — de la Blanchardaye, par. de Vue.

Maint. réf. 1668, 0 gén., ress. de Nantes.

D'azur à trois croissants d'argent, comme Montmartinays.

Cette famille anoblie en 1648, en la personne de Jean Bouriau, portait antérieurement le nom de Bouriau.


Chancerel (orig. d'Orléans), sr du Coudray, — d'Ardennes, par. de Sainte-Pazanne, — de la Haye.

De gueules au chevron d'or, accomp. de trois abeilles de même.

Un secrétaire du Roi en 1770.


Chandos (orig. d'Angleterre), vicomte de Saint-Sauveur, en Cotentin, — sr du Gavre, par. de ce nom, év. de Nantes.

D'argent au pal aiguisé de gueules. (Sceau 1362).

Jean, connétable d'Aquitaine et sénéchal de Poitou, renommé pour sa valeur pendant les guerres de Charles de Blois, tué en 1370 dans une rencontre avec Jean de Kerlouët, capitaine de la Roche-Pozay ; Jean, neveu du précédent, s'établit dans le Léon, suivant G. le B.


Chanoine (le), sr de la Jandière, du Tertre et de la Fouilletière, par. de Montreuil-le-Gast, — du Vauraoul, par. de Saint-Médard-sur-Ille, — de Montmur, par. de Guipel.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

D'azur à deux épées d’argent garnies d’or, passées en sautoir et accomp. de quatre coquilles d’argent.

Cette famille n’a gardé, depuis 1500, que le nom de la Jandière.


Chansay (de), sr du Bodou, — de la Rembaudière, par. de Saint-Viaud.

D’azur à la bande d’argent, chargée de trois coquilles de gueules.

Louis, président en la généralité de Bretagne, anobli en 1638, obtint lettres de surannation en 1644 et 1646.


Chantelou (de), voyez Plouays.


Chanteloup (de) (orig. de Normandie, y maint, en 1463, 1598 et 1666), sr dudit lieu, — d’Ailly, — de la Rivière, — du Coudran, — de Montperron, par. d’Etrelles.

Maint. à l’intend. en 1671 ; réf. 1440, par. d’Etrelles, év. de Rennes.

D’or au loup passant de sable, aliàs : accomp. de trois tourteaux d’azur en orle.

Un seigneur de cette maison à la conquête d’Angleterre en 1066 ; un autre se croisa en 1096.


Chantemerle (orig. de Picardie), sr de Flavacourt, au Véxin normand.

D’azur à la bande d’argent, chargée de trois coquilles de gueules et accomp. d’une étoile en chef (Sceau 1364).

Anseaume, évêque de Rennes et chancelier de Bretagne, † 1427.


Chanu, sr de Cardinal et de Kerhéden, par. de Saint-Aubin de Guérande, — de *Limur, par. de Séné.

D’azur à l’étoile d’or. Devise : Pour fidèlement tenir.

Jean-Alain, épouse vers 1630 Julienne-Marie Le Trezle, dame de Kerhéden ; Joseph, petit-fils des précédents, officier au régiment irlandais de Jacques II (cavalerie) en 1692, puis garde scel au présidial de Vannes en 1700, marié à Louise Bourgeois, dame de Limur ; deux lieutenants généraux de l’amirauté de Vannes et un alloué au présidial de cette ville depuis 1760.


Chantegrue, sr de Trans, par. de ce nom, év. de Rennes, — de la Rivière, par. de Saint-Léger, év. de Saint-Malo.

De gueules à une grue d’argent (Arm. de l’Ars.).

Thomas, écuyer dans une montre de 1380 ; Jeanne, dame de Trans, épouse en 1377, Guillaume de Boisbaudry.


Chaourcin ou Chaoursin (or. d’Anjou), sr de la Motte, — d’Ampoigné, — du Genest, — de la Bérangeraye, — du Bois-Bardoul.

D’or à la fasce fleurdelysée et contrefleurdelysée de gueules. (Sceau 1380).

Jean, écuyer dans une montre reçue à la Guerche en 1380, chevalier de l’Hermine en 1414.


Chapel, sr de Procé, par. de Sucé, — du Hil.

Déb. réf. 1669 et 1699, ress. de Nantes et Rennes.

D'or à la fasce crénelée de trois pièces de gueules, du côté de la pointe. (Arm. 1696).


Chapelain ou Capelain, sr de la Villeguérin.

D'azur à la fasce d'or, accomp. de trois trèfles d'argent (Arm. 1696).

Jean, député de Saint-Brieuc aux Etats de Nantes, en 1609.

Un maire de Saint-Brieuc en 1693.


Chapelain, sr de la Touche, ress. de Saint-Brieuc.

D'argent à la rose de gueules, accomp. en chef de deux annelets d'azur et en pointe de trois étoiles de même. (Arm. 1696).


Chapelain, sr de Kerezoult, par. de Ploumilliau.

Réf. et montres de 1481 à 1513, par. de Ploumilliau, év. de Tréguier.

D'argent à trois bandes de gueules ; au franc canton de même, chargé d'une étoile d'argent, voyez Morice.


Chapelier (le), sr de Cucille, — de la Maison-Blanche, — de Launay, — de Villejan, par. de Mauron, év. de Saint-Malo.

Déb. réf. 1669, ress. de Ploërmel.

D'azur à trois losanges d'argent rangés en fasce ; au chef d'argent, chargé de trois pals d'azur.

Sébastien, syndic des États en 1643 ; Pierre-Jean, abbé de Boquen en 1677 ; Guy-Charles, substitut du procureur-général, anobli sur la demande des États en 1769, père du président de l'Assemblée nationale, décapité en 1794.


Chapelle (orig. du Périgord), marquis de * Jumilhacen 1656, — baron d'Arfeuille, — sr de Cubjac, — de Brutine, — de Saint-Jean-de-Ligoure, — duc *de Richelieu, par substitution, en 1822.

D'azur à une chapelle d'or.

Antoine, anobli en 1597 pour les louables vertus et mérites qui sont en sa personne ; deux lieutenants généraux des armées en 1745 et 1815 ; un évêque de Vannes en 1742, archevêque d'Arles en 1746 † 1775 ; un évêque de Lectoure en 1760 † 1772.


Chapelle (de la).

Porte un croissant accomp. de huit billettes (Sceau 1381).

Jean, ratifie le traité de Guérande parmi les nobles de Rennes, en 1381.


Chapelle (de la), sr dudit lieu, — de Vausalmon, par. de Paramé, — de Villeaudren, — de Villesalou, — des Salines, — de Fougerais, — des Nouës, — de la Villepelote, par. de Guégon, — de Haubart, — du Boisbonnier.

Ext. réf. 1668, six gén., et maint, à l'intend. en 1679 ; réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Paramé, év. de Saint-Malo.

D'argent à trois gresliers de sable, comme Rolland.

Jean, archer de la garde de Saint-Malo en 1479 et mari de Jeanne Tranchant, père et mère de Jean, sr de Vausalmon, époux de Guillemette Garnier.

Chapelle (de la), sr dudit lieu, de Trégomain, du Hautmoron et de la Villemarie, par. de la Chapelle-du-Lou.

Réf. et montres de 1444 à 1513, dite par., év. de Saint-Malo.

D'azur à la fleur de lys d'or, accomp. de trois coquilles de même.

La branche de Trégomain fondue en 1550 dans la Lande du Lou.


Chapelle (de la), sr du Mené, trève de Saint-Gilles, par. de Saint-Jacut, — de la Villecolen, par. de Saint-Germain de la mer.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. d'Hénansal et Saint-Germain de Matignon.

Porte trois lions (Sceau 1392) ; aliàs : d'argent à la croix pattée de sable (Arm. de l'Ars.).

Le sr du Verger, paroisse de Plurien, débouté, réformation de 1669.


Chapelle (de la), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de Molac, par. de ce nom, — de Sérent, par. de ce nom, — de Pestivien, par. de ce nom, — des Brieux, par. de Plélan-le-Grand.

Réf. et montres de 1426 à 1513, par. de la Chapelle-sous-Ploërmel et Plélan, év. de Saint-Malo.

De gueules à la fasce d'hermines.

Thomas, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Olivier, grand-maréchal de Bretagne en 1318 ; Olivier, fils du précédent, épousa Marie de Derval dont : 1o Olivier, mariée en 1412 à Alliette de Molac, qui a continué la branche aînée ; 2o Guillaume, auteur des srs de la Roche-Giffart qui suivent. Cette maison a, en outre, produit un chambellan du duc François II et s'est fondue au xvie siècle dans celle de Rosmadec, en faveur de laquelle la Chapelle fut érigée en comté, en 1576.


Chapelle (de la), (ramage des précédents), sr de Sion, — de la Rochegiffart, par. de Saint-Sulpice, — du Bourg, de la Marre et des Freux, par. de Marcillé-Robert, — de Millac et de la Villescoz, par. de Bais, — de Bœuvres, par. de Messac, — marquis de Fougeray en 1644, par. de ce nom, — sr d'Anguignac, par. de Conquereuil, — de la Verrie, par. de Soudan, — de Chamballan, par. de Rougé, — de la Foresterie, par. de Touvois, — de Saffré, par. de ce nom, — de la Villehélio et vicomte de Plédran, par. de Plédran, — de Limouëllan, par. de Sévignac.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Saint-Sulpice-des-Landes, Marcillé Messac et Bais, év. de Rennes, Sion et Soudan, év. de Nantes et Plédran, év. de Saint-Brieuc.

D'argent à six annelets d'azur, 3. 2. 1. (G. le B.) aliàs : Ecartelé aux 1 et 4 de la Chapelle au lambel d'or ; aux 2 et 3 : de Plédran.

Louis, tué au siège de Fougeray en 1595 ; quatre chevaliers de l'ordre de 1591 à 1649 ; Henri, tué au combat de la porte Saint-Antoine en 1652.

La branche de Bœuvres fondue dans Guémadeuc, puis Huart et Camus.

La branche de la Roche-Giffart fondue en 1680 dans du Bouays de Mèneuf.


Chapelles (des), comté en 1639, en faveur du sr Rogier, voyez Rogier.


Chapelle (de la), voyez Sauveur.

* Chapperon (orig. de Guyenne), sr de Terrefort, par. de Cubzac, — de Lataste, — de Saint-Julien.

De gueules à l'arbre terrassé de sinople, le tronc chargé d'un lévrier courant d'argent, surmonté de trois étoiles de même. (Arm. 1696).

Julien, bourgeois de Libourne en 1616, laissa entre autres enfants : Arnaud, capitaine au régiment de Montausier, élu maire de Libourne en 1657 et 1663 ; aïeul de Jean, acquéreur en 1708 de la seigneurie de Terrefort, secrétaire du Roi, près la cour des Aides de Bordeaux en 1730. Cette branche qui a produit un conseiller au parlement de Bordeaux, en 1759, et un capitaine au régiment Royal-Champagne, s'est éteinte dans la Faurie de Monbadon.

Autre Arnaud, fils puine de Julien, qui précède, fut père d'Ignace, procureur au présidial, jurat et greffier criminel de Libourne en 1686, dont la postérité alliée aux de Sèze et aux Decazes, s'est continuée à Libourne et en Bretagne.


Chapon, près Châteaubriant.

D'azur au chapon couronné d'or (Arm. de l'Ars.)


Chaponnier (le), sr de Kermaistre, par. de Ploubazlanec, — de Kerroc'h, par. de Plounez, — de Maulouarn, par. du Merzer, — du Bois de la Salle et de Kergollot, par. de Pléguien, — de Lézerec, — de Runamber, — de Kervézec, par. de Trédarzec, — de Kermartin, — de Botbihan, — du Verger, — de Keramanac'h, — de Saint-Georges, — de Keranglouar, — de Saint-Antoine, — de Kerhouaton, — de Kerglas, — de Kergrist.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1144 à 1535, par. de Plounez, Ploubazlanec et Paimpol, év. de Saint-Brieuc, Perros-Hamon, év. de Dol et Pleumeur-Gautier, év. de Tréguier.

De sable au loup passant d'argent.

Laurens, prête serment au duc entre les nobles de Goëllo en 1437 ; Gilles, sr de Lézerec, épouse vers 1440 Jeanne de Vaucouleurs ; Guillaume, sieur de Kermaistre, chef d'une autre branche, épouse en 1508 Valence Le Véer, dame de Maulouarn.

La branche du Bois de la Salle fondue dans Méhérenc.


*Chappedelaine (orig. de Normandie y maint, en 1463), sr du Rocher et de Clinchamp, en Normandie, — de la Recolaye, — de Lorailles, d'Isles, d'Emmenard et de la Guiberdière, au Maine, — de Pémeigné et du Breil, par. de Landehen, — du Boslan, — de la Vallée, — des Marais, par. d'Hillion, — de la Ville-Pichart, — des Noës-Lochet, — des Salles, — de la Falaise, — de Laumosne.

Maint, à l'intend. de Tours et de Bretagne en 1667 et 1716 et par arrêt du parl. de 1774, anc. ext., dix gén., réf. 1429, par. de Saint-Judoce, év. de Dol.

D'argent à la fasce de sable chargée d'une épée d'argent et accomp. de six fleurs de lys d'or, 3. 3., à enquerre ; aliàs : de sable à l'épée d'argent en bande, accomp. de six fleurs de lys de même (Sceau 1436). Devise : A jamais, à jamais.

Jean, vivant en 1340 père de Guillaume, époux en 1383 de Jeanne Catehoulle, dame de Clinchamp, dont : 1o Pierre, rebelle au roi Henri V d'Angleterre en 1419, marié à Laurence de Billy, auteur de toutes les branches. Deux pages du Roi et de la comtesse d'Artois en 1779 ; deux maréchaux de camp en 1814 et 1816.

Chapperon, (orig. d'Anjou), sr de la Chapperonnière, par. de Jallais, près Beaupréau, — de Savenières, par. d'Anetz, — de Bernay et de Bourgneuf, en Poitou.

Réf. 1437, par. d'Anetz, év. de Nantes.

D'argent à trois chaperons de gueules (Sceau 1383).

Jean, témoin en 1421 au traité de mariage de Louis II duc d'Anjou, avec Isabeau de Bretagne, épousa Lucette Pelault, dame de la Bourgonnière ; Pierre, fils des précédents, laissa de N. d'Avoir 1o Jean, sr de Bernay, dont la postérité s'est fondue dans Mauléon ; 2o Charles, chevalier de Rhodes, au siège de cette ile on 1480 ; 3o Jean, abbé de Charroux, au diocèse de Poitiers en 1444 ; 4o Geoffroy, abbé de Moreaux, au diocèse de Poitiers en 1457 ; 5o Auvergnais, chambellan du Roi Charles VII et capitaine de Mirebeau en 1444, auteur d'une branche établie en Aunis, qui a produit : Gaspard, chevalier de Malte en 1629.

La branche de Savenières, fondue en 1496 dans Clérembault.


Chapperon, voy. Chaperon.


Charault, sr de Mérionnec et de Careil, par. de Guérande, — de la Brétaignerie, par. de Saint-Aignan, év. de Nantes.

Tiercé en pal d'azur, d'or et d'argent (Arm. 1690).

Guillaume, maître des comptes en 1750, époux de Jeanne Besson, père de Sainte, dame de Careil, mariée à Louis-François Foucher, conseiller au parlement en 1735.


Charbonneau (orig. de Poitou), sr de l'Échasserie, par. de la Bouffetière, — de la Ville, par. d'Aigrefeuille, — de Maisdon, par. de ce nom, — de la Pilotière et de la Prémaignerie, par. de Vieillevigne, — de la Ferté-Escuesche, par. d'Auverné, — de la Rouaudière, par. de Sainte-Opportune, — de la Moricière, — de Saint-Symphorien, — de Saint-Vincent, — de l'Étang, par. de Mouzeil, — de la Belourdière, — de la Popelinière, par. de Boussay, — de la Vallée, — de la Minière, par. de Réminiac, — dela Villefief par. d'Augan.

Anc. ext. chev., réf. 1668, treize gén., montres de 1543, par. d'Aigrefeuille et Maisdon, év. de Nantes.

D'azur à trois écussons d'argent, 2.1., accomp. de dix fleurs de lys d'or, 4. 3. 2. 1. Devise : Pro fide scuta, a rege lilia.

Guillaume, qualifié varlet en 1250, marié à Marguerite de Lucé ; Antoine, abbé de Lanténac en 1575 ; quatre chevaliers de Malte de 1627 à 1657 ; un page du Roi en 1719 ; un conseiller au parlement en 1780 Deux membres de cette famille fusillés à Quiberon en 1795.


Chardel, sr de la Cossais, par. de Carentoir.

Déb. réf. 1668, ress. de Ploërmel.

D'argent à deux chevrons de gueules, accomp. en pointe d'une quintefeuille de même (Arm. 1696).


Chardel, sr de la Villebouel, ress. de Quimperlé.

D'or au sautoir alésé d'azur, cantonné de quatre macles de même (Arm. 1696).


Chardonnay (de), sr dudit lieu, par. du Rheu, — de la Villecaro, par. de Lanouée, de Bicherel, — de la Bardeille, par. de Vertou, — de la Marne, par. de ce nom, — de la Malonnière, par. du Loroux-Bottereau, — de l’Hermitière, par. de Saint-Philbert, — de Juspié, par. de Fresnay.

Anc. ext. réf. 1669, 0 gén., ress. de Nantes, réf. de 1427 à 1445, par. du Rheu, év. de Rennes.

De gueules au lion d’argent.

Deux pages du Roi en 1737 et 1772.

La branche ainée fondue dans Castel.


Charet ou Charey (orig. de Savoie), sr de la Galiotière, par. de Châteauthébaud, — de la Frémoire, par. de Vertou.

Naturalisé en 1683 et confirmé par lettres de 1731.

D’argent à trois pals de gueules (Arm. 1606).

Nicolas, échevin de Nantes en 1748, puis secrétaire du Roi en la grande chancellerie, obtint ses lettres d’honneur en 1778.


Charette, sr de la Bretonnière et de la Thomassière, par. de Sautron, — de Montbert, par. de ce nom, — de Beaulieu, par. de Couëron, — de l’Ornière, de l’Etang, de la Jou et de la Rouillonnais, par. de Saint-Etienne-de-Mont-Luc, — du * Boisfoucault, par. de Saint-Mesme, — de Briord, par. de Port-Saint-Père, — du Pellan, — des Houmeaux, par. de Mouzeil, — baron de la Colinière en 1775 et sr du Boisbriant, par. de Doulon, — de la * Contrie, par. de Couffé, — marquis de la Gascherie en 1775, par. de la Chapelle-sur-Erdre, — sr de la Haultière, par. de Chantenay, — d’Ardennes, par. de Sainte-Pazanne, — du Tiercent, — de la Verrière, — du Tréget, par. de la Chevrollière, — de la Guidoire, par. d’Aigrefeuille, — de la Ramée, par. de Prinquiau, — de la Guitonnière.

Ext. réf. 1668, six gén., ress. de Nantes et maint, à l’intend. en 1699.

D’argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules, accomp. de trois canettes de sable, 2.1., membrées et becquées de gueules.

Pierre, vivant en 1508, laissa do Jeanne de Barlagat, de la paroisse d’Auverné, Jean, marié en 1535 a Mathurine du Beyzit, de la paroisse de Saint-Dolay, auteur de toutes les branches des Charette. Cette famille a produit depuis 1572 un auditeur, deux maîtres et un premier président aux comptes ; des prévôts, des alloués, des sénéchaux et sept maires de Nantes ; vingt députés de Nantes aux États dont plusieurs présidents du Tiers ; six conseillers au parlement ; un page de Louis XIII, tué au siège de Gravelines en 1614, combattant à côté du maréchal de la Meilleraye ; un chevalier de l’ordre en 1646 ; une abbesse de la Trinité de Poitiers en 1692, et trois chevaliers de Malte depuis 1762.

La branche de Montbert a fini à Marie-Madeleine-Elisabeth, † 1778, mariée : 1o en 1733 à Louis de Sérent, sr de Kerfily, père du duc de Sérent ; 2o en 1743 à Henri de Bretagne, comte de Vertus ; 3o en 1752 à Anne-Léon de Montmorency, lieutenant-général.

Les branches du Boisfoucault et de la Contrie existent encore ; à cette dernière appartenait le célèbre général vendéen fusillé en 1796, et un pair de France en 1823, dont les cinq fils ont vaillamment combattu en qualité de volontaires, à Castelfidardo et à Gaëte, en 1860. L’un d’eux, commandant des volontaires de l’Ouest, blessé à Patay en 1870.

Cette famille parait avoir la même origine que les srs de Tréviguet, paroisse de la Chapelle et de Penhoat, paroisse de Fégréac, du nom de Charette, employés dans les réformations et montres de 1426 à 1543, paroisses de la Chapelle-sous-Ploêrmel et Fégréac.

Charil, sr de * Villanfray, par. de Chatillon en Vendelais, év. de Rennes.
D'argent au lion de sable, accomp. de trois roses de gueules (Arm. 1006).


Charil, sr de Beauvais, — de * Ruillé, par. de Saint-Martin de Vitré.
Déb. à l'intend. en 1703.
D'argent au lion de gueules, couronné d'or ; au chef de sable (Arm. 1690).


Charil, sr de la Barre, — des * Masures, par. de Châtillon en Vendelais, — de la Grande-Lande, — de la Cour, par. de Taillis.
D'argent au chevron de gueules, accomp. de trois roses de même ; au chef d'azur, chargé d'un lion passant d'argent (Arm. 1696).

Les trois familles Charil ont pour auteur commun Etienne, fils de René, époux en 1602 de Louise Le Moine, père : 1o de Mathurin, auteur des srs de Villanfray ; 2o de Michel, auteur des srs de Ruillé ; 3o d'André, auteur des srs des Masures.


Charles, sr de Kerninon, — de Mesnabat.
Déb. réf. 1668, ress. de Lesneven.
D'argent au pin arraché de sinople, accosté de deux trèfles de sable (Arm. 1996).

Un contrôleur des deniers d'octroi et patrimoniaux de Brest en 1696.


Charlet (orig. de Poitou), sr de la Garenne, — d'Esbly, — de Lassy, — de Grandval, — de la Grange, — de la Poupardière.
Ext. réf. 1668, cinq, gén., ress. de Saint-Malo.
D'or à l'aigle de sable.

Yves, maire de Poitiers en 1486, est l'auteur de cette famille qui a produit : Etienne, conseiller au parlement de Paris en 1540, marié à Marie du Bourg, fille d'Antoine, chancelier de France ; François et Charles, conseillers au parlement de Rennes en 1573 et 1586 ; Jacques, président aux comptes de Nantes en 1592 ; un page du Roi en 1720.

La branche d'Esbly fondue dans Guémadeuc.


Charlet, sr de Kerinou, par. de Troguery, — du Bot, par. de Trédarzec, — de Kerbléven, par. de Quimper-Guézennec.
Réf. 1543, par. de Quimper-Guézennec, év. de Tréguier.

Fondu dans Le Du.


Charmoys, sr de Keraëret, — de la Coudraye, par. de Trémeoc, — de Poulguinan, par. d'Ergué-Armel, év. de Cornouaille.
Maint, par arrêt du pari, de 1675 et au conseil en 1698.
D'azur à un écureuil rampant d'or ; aliàs : d'argent à un soleil d'or en chef et un cœur de gueules en pointe (Arm. 1690).


Charnacé (de) (orig. d'Anjou).
D'azur à trois croix pattées d'or.

Jacques, conseiller au parlement en 1577.


Charnacé (de), sr de la Ville-David, ress. de Dinan.
De gueules à trois glands d'argent (Arm. 1690).
Charnières (de) (orig. du Maine), sr du Verger, — des Hameaux, — du Bignon, — de la Meignanière, — de la Bouchefollière, — de la Bélinière.
D'argent à trois merlettes de sable.

René, avocat à Angers en 1540, père de Jean, conseiller au parlement de Bretagne en 1568.

Le sr de Launay-Quénouas, paroisse de Miniac-Morvan, débouté à la réformation de 1670.


Charon ou Charron (orig. de Paris), sr d'Ormeilles, — de la Papotière, par. de Doulon.
D'azur au chevron, accomp. en chef de deux étoiles et en pointe d'une roue le tout d'or.

Florimond, général des finances en Bretagne en 1558.


*Charon, sr du Bois-de-la-Motte, par. de Saint-Cyr en Retz.
D'or au chevron d'azur, accomp. de trois chats effrayés de sable (Arm. 1696).

Pierre, échevin de Nantes en 1720.


Charonnière (de la), sr dudit lieu, par. de Saint-Aubin-des-Landes, — de Courdoisil, par. de Princé, — de la Motte, par. d'Etrelles, — de Bouessay.
Réf. de 1441 à 1513, dites par., év. de Rennes.
De gueules fretté d'argent ; aliàs : d'or à trois étoiles de sable.

Cette famille portait anciennement le nom de Charon. Geoffroi, épouse avant 1478 Roberte du Bouchet, dame de la Motte ; Georges, gouverneur de Dol, chevalier de l'ordre en 1601.

La branche aînée fondue en 1616 dans Bégassoux.


Charpentier (le), sr du Margat et de la Villedanne, par. de Saint-Judoce.
Ext. réf. 1670, cinq gén., réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Saint-Judoce, év. de Dol.
D'argent à trois canettes de sable.

Raoulet, maître de la charpenterie du duc et faiseur des engins, canons et bombardes du pays de Bretagne, anobli en 1437 pour ses grandes peines et bonnes diligences au recouvrement de la personne du duc, au siège de Chàteauceaux ; Jean, fils du précédent, jusarmier à une montre de 1480 ; Olivier, vivant en 1559, épouse Anne Regerat.


Charpentier, sr de la Moulinière, — de la Chesnaye, — du Harda, — de Gourhel et de Camayon, par. de Ploërmel, — du Pommeray, — du Tertre, — de Caléon, par. de Saint-Jacut, — de Ti-Souquet et de Lenvos, par. de Cléguérec, — de la Villeroux, — de Keronic, par. de Pluvigner, — de la Touche, — de Lessac, du Blanc et de Kerven, par. de Guérande, — de Trébal, par. de Saint-Nazaire, — de la Mabardière, par. de Saint-Aubin-des-Châteaux.
Maint, réf. 1669, 0 gén., ress. de Ploërmel et Guérande, et à l'intend. en 1698.
De sable à deux épées d'argent en sautoir, la pointe en bas.

Laurent, procureur-syndic de Nantes en 1575 ; Armel, avocat à la cour de Ploërmel, † 1500, bisaïeul de Pierre, avocat au parlement, anobli en 1648, marié à Renée de la Coudraye.

Les charges de lieutenants aux sièges de Ploërmel et de Guérande étaient héréditaires dans cette famille, qui a produit trois conseillers au parlement depuis 1721, et s’est éteinte de nos jours.


Charpin (orig. d’Auvergne), sr de Génetines, — de * Fougerolles.
D’argent à la croix ancrée de gueules ; au franc quartier d’azur, chargé d’une molette d’or.

Un chanoine comte de Lyon, évêque de Limoges en 1707, abbé du Relec en 1729, † 1740.


Charrier (orig. d’Auvergne).
D’azur à une roue d’or, surmontée d’un lambel de trois pendants de même (Arm. 1696). Devise : Semper in orbitâ.

Guillaume, abbé de Sainte-Croix de Quimperlé en 1668, † 1717, plusieurs fois nommé, dans les lettres de Mme de Sévigné.


Chartres (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, év. de Rennes.
D’azur à l’écu d’or en abyme, accomp. de huit coquilles d’argent en orle (Arm. de l’Ars).

Jean, écuyer dans une montre de 1418.

Moderne Champion.


Charuel, sr du Ménez et vicomte du Guerlesquin, par. de ce nom, — sr de Kerahel, par. de Botsorhel, — du Guérand et de Kergoallon, par. de Plouëgat, — de Lezenor, par. de Ploulec’h, év. de Tréguier.
De gueules à la fasce d’argent (Sceau 1338). Devise : Calonec a drec’h bep tra (L’homme de cœur surmonte tout).

Henry, l’un des chevaliers de la baillie de Tréguier qui devait le service à l’ost du duc en 1294 ; Even, contribua en 1342 à la défense de Rennes et se distingua à la bataille des Trente en 1350 et à la bataille de Cocherel en 1364.

Fondu en 1420 dans la maison de Penhoët.


Chasant, sr de la Salle, par. de Saint-Erblon, — de Launay-Péan, par. de la Chapelle-Chaussée, év. de Saint-Malo.
De gueules, au léopard d’or [aliàs : d’argent).

Jean, se portant noble, s’arme ès mandements du prince et s’entremet de faict de pratique, réformation de 1427, paroisse de Saint-Erblon.


Chasné (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de Tesnières, par. de Noyal-sur-Vilaine, — de Combourtillé, par. de ce nom, — de la Mancelière, par. de Baguer-Pican.
Réf. de 1427 à 1513, par. de Combourtillé, év. de Rennes.
D’azur parti (aliàs : coupé) d’or, au lion de l’un en l’autre (Arm. de l’Ars.)

La branche ainée fondue dans Québriac, puis Montbourcher.


Chasse (de la), sr dudit lieu, par. d'Iffendic.
Réf. et montres de 1427 à 1513, par. d'Iffendic, év. de Saint-Malo.

Deux secrétaires du Roi en 1562 et 1569.

La branche aînée fondue en 1550 dans les d'Andigné, en faveur desquels la seigneurie de la Chasse, unie à celle de Saint-Jean, paroisse de Saint-Malon, a été érigée en châtellenie en 1707.


Chassé, sr des Chesnayes, par. de Domagné.
Déb. à l'intend. en 1738 et déchargé du droit de franc fief par arrêt du conseil de 1739 ; réf. 1513, par. de Domagné, év. de Rennes.
De gueules à six alérions d'argent.


Chasseraux, par. de Bain, év. de Rennes.
Ecartelé au 1 : d'azur au lévrier d'or ; au 4: d'azur au château d'argent, maçonné de sable ; aux 2 et 3 : de gueules à deux drapeaux d'or en sautoir, surmontés d'une étoile d'argent.

Un maréchal de camp, baron de l'Empire, † 1840.


* Chassin, sr de Kergommeaux, trêve du Fœil, par. de Saint-Turiaff-de-Quintin, — de Kerbriac, — du Guerny, — de Keraudren, — du Rhun, par. de Vieux-Bourg.
De sinople au sautoir d'argent, chargé de quatre écrevisses de gueules(Arm.l696)

Un conseiller du Roi, maire de Quintin en 1696.


Chassonville (de), voyez Mallier.


* Chasteigner, (orig. de Poitou), sr de la Chàtaigneraye et de la Roche-Pozay, en Poitou, — du Lindois, en Angoumois, — de Mallevault, — de Rouvre, — de la Rochequairie, par. de Saint-Etienne-du-Bois, — de la Thébaudais, par. de Gévezé, — du Douet-Rouaud, par. du Loroux-Bottereau, — de la Berlaire, par. de Vieillevigne, — de Bougon, par. de Bouguenais.
Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Gévezé, év. de Rennes et le Loroux, év. de Nantes.
D'or au léopard de sinople. Devise : Atavis et armis.

Thibaut, contribua au denier de la croisade en 1248 ; Hélie, chevalier dans une montre d'Olivier de Clisson en 1383 ; un commandeur de la Feuillée et du Palacret en i486 ; cinq abbés de Beauport de 1581 à 1678; un ambassadeur à Rome, chevalier du Saint-Esprit en 1583.

La branche de Bretagne fondue en 1540 dans la Lande ; d'autres branches existent encore en Poitou et ont eu un membre admis aux honneurs de la cour en 1776 et trois membres fusillés à Quiberon en 1795.


Chasteigner.
Porte trois châtaignes (Sceau 1381).

Guillaume, ratifie le traité de Guérande en 1381.

Chasteigneraye (de la), sr dudit lieu, par. de Campénéac, — de la Coste, par. de Plaintel.
Réf. et montres de 1426 à 1543, dites par., év. de Saint-Malo et Saint-Brieuc.
D’or à trois branches de châtaignier fruitées de sinople ; aliàs : d’or à trois bogues de châtaigne de sinople (Arm. de l’Ars.)

La branche aînée fondue dans Rohan puis la Feillée.


Chasteigneraye (de la), sr dudit lieu, par. d’Avessac, — de Lesnérac, par. de Guérarde, — de Kerian, par. de Marzan.
Réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Marzan, év. de Vannes.
D’azur à trois croix d’argent, engreslées de sable (Blancs-Manteaux).

Fondu dans Moraud-du-Dèron et depuis Beysit, Butault et par alliance en 1737 Durfort de Lorge.


Chastel (du), sr dudit lieu et de Lezirivy, par. de Plouarzel, — de la Motte-Tanguy, par. de Quilbignon, — baron de Trémazan, par. de Landunvez, — sr de Kerlec’h, par. de Ploudalmézeau, — de Kersimon, par. de Plouguin, — de Coëtivy, par. de Plouvien, — de Leslem, par. de Plounéventer, — vicomte de la Bellière, par. de Pleudihen, — sr du Bois-Raoul, par. de Renac, — du Juch, par. de Ploaré, — vicomte de Pommerit, par. de Pommerit-le-Vicomte, — sr de Kersalliou, par. de Pommerit-Jaudi, — baron de Marcé, en Anjou, — sr de Lesnen, par. de Saint-Tual, — de Tonquédec, par. de ce nom, — de Mezle, par. de Plounévez-du-Faou, — de Chàteaugal, par. de Landeleau, — de Gournois, par. de Guiscriff, — de * Bruillac, par. de Plounérin, — de Coëtangarz, par. de Plouzévédé, — de Kerbasquiou, par. de Plouëzal, — de Keranroux, par. de Plufur, — de Keraldanet, par. de Lannilis, — de Keryvot, par. de Milizac, — de Kermorin, par. de Saint-Thégonnec, — de la Roche-Droniou, par. de Calanhel, — de Coëtelez, — de Pratcaric, par. de Plounévez-Moëdec.
Anc. ext. chev. réf. 1671, quatorze gén., réf. et montres de 1427 à 1534, par de Plouarzel, Landunvez et Plourin, év. de Léon, Landeleau, Guiscriff et Calanhel, év. de Cornouaille.
Fascé d’or et de gueules de six pièces (Sceau 1274). Devise : Da vad é teui. (Tu viendras à bien) et Vaillance du Chastel. Aliàs : Mar car Doué (S’il plaît à Dieu).

Bernard, fils Tanguy, se croisa en 1248 (cab. Courtois), et épousa Constance de Léon, dont 1o Hervé, qui continua la filiation ; 2o Bernard, dont les descendants prirent le nom de Kerlec’h, voyez Kerlec’h. Tanguy, capitaine de Brest † 1352 ; autre Tanguy, grand maître de la maison du Roi, † 1449, commandait en Italie les Bretons à la solde de Louis, roi de Sicile, et prit Rome de vive force en 1410 ; Guillaume, panetier du Roi, tué au siège de Pontoise en 1441 ; Tanguy, grand maître de l’écurie du Roi, † au siège de Bouchain, en 1477 ; Guillaume, sr de Kersimon, capitaine de Brest, battit dix mille Anglais au Conquet en 1558 ; Gabriel, évéque d’Uzès, † à Rome en 1463 ; Jean, évêque de Carcassonne, † à Rome en 1472 et enterré à Sainte-Praxède ; Christophe, évêque de Tréguier, † 1479 ; Olivier, évêque de Saint-Brieuc, † 1525 ; Olivier, abbé de Daoulas, † 1550 ; Tanguy, sr de Châteaugal, tué au siège d’Ostende en 1602.

La branche aînée fondue en 1575 dans la maison de Rieux, d’où la baronnie du Châtel-Trémazan a passé successivement aux Scépeaux, Gondy, Cossè-Brissac, Penancoët de Kerouazle, Crosat, Gontaut-Biron, Gontaut-Lauzun et par acquêt en 1778 aux Rohan-Guéméné.

La branche de Bruillac, seul existante, issue de la branche de Coëtangarz, a fait enregistrer ses titres au conseil souverain de la Martinique en 1732 et a produit un aumônier du Roi en 1746, abbé de Samer-au-Bois, au diocèse de Boulogne et de Belval, au diocèse de Reims, † 1778.

Un de ses membres a été admis aux honneurs de la Cour en 1786.


Chastel (du), sr de la Ville-Guérin, par. de Corseul, — de la Rouvraye, par. d’Évran, — de Frémeur.
Anc. ext., réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1428 à 1513, par. de Corseul, Évran et Saint-Coulomb, év. de Saint-Malo et Dol.
De gueules au château sommé de trois tours et supporté de deux lions, le tout d’or.

Olivier, sr de la Rouvraye en 1375, père 1o d’Olivier marié à Jeanne du Bois-Jean ; 2o d’Olive, mariée en 1399 à Rolland du Breil, sr de Rays.


Chastel, sr de la Rouaudais et de la Touche, par. de Pleurtuit, — de la Villedenais, — des Landelles, par. de Melesse, — de la Bouëxière, — de la Gaudière et de Beaumont, par. de Saint-Juvat, — de la Rifflais, par. de Langrolay.
Anc. ext., réf. 1670, sept gén., réf. et montres de 1447 à 1513, par. de Guenroc, Langrolay et Pleurtuit, év. de Saint-Malo.
De gueules au château d’or ; aliàs : sommé de trois billettes de même (Sceau 1353) ; aliàs : de neuf boulets de canon, six à fleur et trois enfoncés.

Guillaume, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Olivier, épouse vers 1440 Olive Lucas ; trois pages du Roi et de la Reine depuis 1708 ; un chevalier de Malte en 1755 ; un abbé de Rigny au diocèse d’Auxerre en 1754 et de Fontaine Blanche au diocèse de Tours en 1772, aumônier des deux dernières reines de France † à Jerzey en 1799.


Chastel (du), sr de Lannurien et de Penamprat, par. de Plouescat.
Anc. ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1446 à 1534, par. de Plouescat, év. de Léon.
De gueules au château d’argent, accosté à dextre d’une épée de même, garnie d’or, la pointe en haut.

Yves, épouse en 1483 Guillemotte du Bois.


Chastelais (de la), sr dudit lieu, — de Lorière, par. de Nozay.
Ext. réf. 1670, sept gén., par. de Montrelais, év. de Nantes.
D’azur à quatre étoiles d’argent, deux en chef et deux en fasce, et un croissant de même en pointe.

Jusqu’en 1560, cette famille portait le nom de Cheval. Grégoire Cheval, franc-archer, dans la compagnie de Pierre l’Epervier en 1484, épouse Perrctte Priou.


Chastelet (du), sr dudit lieu, év. de Rennes.
D’or à trois bande de gueules ; à la bordure échiquetée d’or et de gueules de deux tires. (Arm. de l’Ars).

Regnault, homme d’armes de l’ordonnance du duc en 1460.

Chastellier (du), sr de la Ville-Avron et du Breil-Morin, par. de Louvigné-du-Désert.
Réf. de 1448 à 1513, dite par., év. de Rennes.
Palé d'or et de sinople (Sceau 1379).


Chastellier (du), sr dudit lieu, par. de Corps-Nuds, — de la Hautays, par. de Tresbœuf, — du Préauvé, par. de Vern, — de Chateaulogier, par. du Ferré, —. de la Jaroussaye, par. de Janzé.
Anc. ext., chev., réf. 1668, dix gén., réf. de 1427 à 1513, par. de Corps-Nud-les-Trois-Maries, év. de Rennes.
De gueules au dextrochêre mouvant du côté sénestre, tenant une fleur de lys d'argent, accomp. de quatre besants de même, un en chef, deux en flancs et un en pointe, voyez, Guel, La Lande, La Marche et Saint-Brieuc. Devise : Non inferiora secutus.

Georges, épouse vers 1375 Jeanne de la Fontaine ; Pierre, son fils épouse 1o Jacquemine d'Acigné ; 2o Ambroisine de Sévigné ; Olivier, président à mortier en 1591 ; Pierre, capitaine au régiment de la Reine, tué à la bataille d'Hochstedt en 1703.

Famille éteinte.


Chastellier (du), sr dudit lieu, par. d'Éréac, — de Brancien, — de la Ville-Geffroi, par. de Lanrelas, — de la Motte-Olivet, par. de Pleslin.
Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.
D'or au chef de sable, chargé d'un lambel d'argent (Sceau 1377).

Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois), fait en 1239, aux moines de Boquen, une aumône assise en Sévignac.

Fondu en 1480 dans Villeblanche.


Chastellier (du), sr dudit lieu et de la Folletière, par. du Chastellier, — de la Pouardière, par. de Saint-Germain-en-Coglais, — de Combourtillé, par. de ce nom.
Réf. de 1478 à 1513, dites par., év. de Rennes.
D'azur à la fasce d'argent, accomp. de trois fleurs de lys d'or.

Fondu vers 1513 dans Malenoë.


Chastellier (du), sr dudit lieu, par. de Vieux-Viel, — du Petit-Pré et du Plessix- Guéhenneuc, par. de Marcillé, — de la Bouëxière, par. de Feins.
Ext. réf. 1670, six gén., réf. de 1478 à 1513, par. de Vieux-Viel et Marcillé-Raoul, év. de Rennes.
D'argent à l'aigle de sable, becquée et membrée de gueules.

Mathurin fils de Pierre, épouse vers 1500 Georgine du Plessix.

La branche aînée fondue en 1568 dans Bréhand.

On trouve Jean, abbé du Tronchet en 1486, mais nous ne savons à quelle famille du Chastellier il appartenait.


Chastellier (du), sr dudit lieu, — vicomte de Pommerit, par. de ce nom, — de Gournois, par. de Guiscriff, — baron de Marcé, en Anjou, — sr de Lesnen, par. de Saint-Tual, — de Miniac-Morvan, par. de ce nom.
Réf. et montres de 1444 à 1481, dites par., év. de Tréguier, Cornouaille et Dol.
D’or à neuf (aliàs : sept) quintefeuilles de gueules.

Jean, épouse vers 1430 Marguerite de Mauny ; Vincent épouse en 1465 Madeleine de Villiers du Hommet.

Fondu en 1512 dans du Chastel puis Gouyon-la-Moussaye.


Chat (le), sr de Kersaint, de l’Isle et de la Hignonnaye, par. de Pordic, — de Lizandré, par. de Plouha, — de Sainte-Croix, — du Plessix, — du Bourgneuf, — du Chalonge.
Ext. réf. 1669, six gén., réf. de 1513 à 1535, par. de Pordic, év. de Saint-Brieuc.
De sable au chat effarouché d’argent. Devise : Mauvais chat, mauvais rat.

Jean, prête serment au duc entre les nobles de Goëllo en 1437 ; Jean, notaire-passe de Goêllo en 1457, père de Jacques, marié à Marie Conen.

Le sr de la Lande, fils d’un sénéchal de Dinan, anobli en 1698, portait les mêmes armes.


Chat (le), sr de Saint-Marc-le-Blanc, év. de Rennes, — de Saint-Léger, év. de SaintMalo.
Réf. 1428, par. du Hirel, év. de Dol.
D’hermines à deux fasces accomp. en chef de trois merlettes (Sceau 1242).

Hamon, témoin d’une fondation au prieuré de Combourg en 1080 ; Philippe, jure l’association des nobles de Rennes en 1379.


Chat (le), (orig. d’Anjou), sr de la Chàterie, — de la Touche, — de la Haye-Brissarthe, — de Vernée, — de Tessecourt.
Maint, réf. 1671, 0 gén., ress. de Rennes.
D’azur à trois têtes de chat d’or.

Pierre, fils d’Olivier et de Jeanne Pineau, élu maire d’Angers en 1588 ; trois conseillers au parlement de Bretagne de 1636 à 1732.


Chateaubourg, par. et seigneurie, év. de Rennes, érigée en comté en 1680 en faveur de Charles Deniau, voyez Deniau, puis possédée par les La Celle.


Chateaubriand (de), olim : Chateaubriant (de), baron dudit lieu, — sr de Beaufort, par. de Plerguer, — du Plessix-Bertrand et du Guesclin, par. de Saint-Coulomb, — d’Orenges, par. de Vieux-Vy-sur-Couësnon, — de Candé, de Chalain, du Lyon d’Angers et des Roches-Baritault en Anjou, — de Vioreau, par. de Joué, — de la Guérande, par. d’Hénan-Bihen, — de Bélestre, par. de Pléhérel, — de la Croix, par. de Saint-Armel-des-Boschaux, - comte de * Combourg, par. de ce nom, par acquêt de 1761 ; — sr de la Villeneuve, — du * Val-Guildo, par. de Saint-Potan.
Anc. ext. chev., réf. 1669, quinze gén., et maint. par les commissaires en 1699 ; réf. et montres de 1440 à 1513, par. de Plerguer, Saint-Coulomb et Vieux-Vy, év. de Dol.
Pour armes antiques : de gueules semé de pommes de pin (aliàs : de plumes de paon, ou papelonné) d’or (Sceau 1199) et par concession de saint Louis : de gueules semé de fleurs de lys d’or. Devise : Mon sang teint les bannières de France.

Briant, sire de Chateaubriant, vivait en 1056; Clément, évêque de Nantes en 1227 ; Geoffroi, croisé en 1248 combattit vaillamment à la Massoure et épousa 1o Sibille, qui mourut de joie, à son retour d'Afrique ; 2o Amaurie de Thouars ; Briant, amiral de Bretagne en 1450 ; Georges, maître de la vénerie du Roi en 1481; Gabriel, maréchal de camp en 1649 ; François, abbé d'Evron au diocèse du Mans † 1519 eut pour successeur René, son neveu ; six chevaliers de l'ordre du Roi de 1568 à 1615.

La branche ainée s'est fondue en 1383, dans la maison de Dinan, d'où la baronnie de Châteaubriand a passé successivement aux maisons de Montfort-Laval, Montmorency et Bourbon-Condé ; la branche des Roches-Baritaut s'est éteinte en 1671.

L'illustre écrivain de ce nom, pair de France, chevalier des ordres du Roi, ministre et ambassadeur de nos jours, † 1848, frère puiné d'un conseiller au parlement de Rennes en 1779, dont la postérité existe, était d'une branche cadette de cette maison, issue des srs de la Guérande. Deux membres de cette branche ont été admis aux honneurs de la Cour en 1787 et 1788.


Chateaudacy (de), voyez Loquet.


Chateaudérech (de), sr dudit lieu et de Kerjuhel par. de Questembert.
Réf. et montres de 1448 à 1536, dite par., év. de Vannes.

Jean, maître d'hôtel du roi Louis XII en 1510.


Chateaufremont (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Herblon, — des Roussières, év. de Nantes.
Porte une fasce (Sceau 1116).

Olivier, témoin d'une donation au prieuré de Pontchàteau en 1116, fit une donation aux moines de Pontron en 1199. Cette famille s'est fondue vers 1230 dans les Le Felle d'où la châtellenie de Chateaufremont a été possédée par les d'Avoir et les du Bueil qui la vendirent au duc de Bretagne en 1431 ; Madeleine, petite-fille de François, fils naturel du duc François II, la revendit en 1574 à Jean de Mesanger ; en 1627 elle fut acquise par Claude des Houmeaux, dont la fille l'apporta en mariage aux Cornulier en faveur desquels elle a été érigée en marquisat l'an 1683. Voyez Cornulier.


Chateaufur (de). sr dudit lieu. par. de Plounévez-Lochrist, — de Kerrolland, par. de Tréflez, — de Lannorgar, par. de Trefflaouénan, — de Pontplancoët, par. de Plougoulm, — du Hellan, — de Kerdivez, — de Kerasquer.
Anc. ext., réf. 1671, huit gén. et arrêt du parl. de 1787 ; réf. et montres de 1426 à 1536. par. de Plounévez-Lochrist, év. de Léon.
D'azur au château d'argent. Devise : Var an tré ha var al lano, Castelfur eo va hano. (Au jusant comme au flux, Châteaulfur est mon nom).

Alain, vivant en 1139 épouse Mahaud Maheuc ; Hervè, son fils épouse en 1170 Marguerite de la Rive.

La branche ainée fondue en 1611 dans Quélen puis Montigny (famille éteinte).


Chateaugal (de) sr dudit lieu et du Granec, par. de Landeleau, év. de nornouaille.
De gueules à trois châteaux d'or.

Jeanne, abbesse de la Joie en 1370, † 1390.


La branche aînée fondue en 1312 dans les Kermellec qui adoptèrent les armes de Châteaugal, en retenant le nom de Kermellec, d’où la seigneurie do Châteaugal a passé par alliance en 1433 aux du Chastel-M’zle.

Chateaugiron (de), baron dudit lieu et sr du Jaulnay, par. de Châteaugiron, — baron de Derval, par. de ce nom, — sr de Rougé, par. de ce nom, — des Vignes, par. de Domloup, — de la Touche-Fouquet, par. de Saint-Aubin, — des Boulinières, par. de Moulins, — de Saint-Jean, par. de Laillé.

Anc. ext., réf. 1669, 0 gén. et arrêt du parl, de 1787, neuf gén. ; réf. de 1427 à 1513, par. de Châteaugiron, Domloup, SainL-Aubin-du-Pavail, Moulins-sur-Roche et Laillé, év. de Rennes.

De vair à une bande de gueules (Sceau 1261) ; aliàs : chargée de trois coquilles d’argent (Sceau 1300) ; aliàs : d’or au chef d’azur (Sceau 1376). Devise : Pensez-y ce que vous voudrez.

Giron fils d’Anquelil, sire de Châteaugiron, vivait on l’an 1000; Alain, et Alain, neveu du précédent, évêques de Rennes de 1308 à 1328; Patri et Armel son fils aîné, maréchaux de Bretagne en 1407 et 1412; Alain, sr de Saint-Jean, frère juveigneur d’Armel, époux de Françoise de La Lande, a continué la filiation.

La branche aînée s’est fondue dans la maison de Malestroit, puis Raguenel, d’où la baronnie de Châteaugiron est passée aux Rieux, Laval, d’Acigné, Cossè-Brisac et par acquêt en 1701 aux le Prestre de Lezonnet.

Chateaugiron (de), voyez Le Prestre.

Chateaulin, ville, château et barre royale, év. de Cornouaille.

D’azur au château d’argent, girouelté d’or.

Budic, comte de Cornouaille, surnommé Castellin, éleva au x" siècle ce château assiégé en 1163 par le comte de Léon et pillé par les ligueurs.

Chateaulin-sur-Trieuc, par. de Plouec, év. de Tréguier.

Seigneurie possédée par les maisons d’Avaugour et de Bretagne-Penthièvre dont le château fut rasé en 1420 par le duc Jean V.

Chateaumen (de), sr dudit lieu, par. de Taulé.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Taulé, év. de Léon.

D’azur au château d’argent (Sceau 1306).

Alain, voyer do Morlaixen 1306.

Fondu dans Kergroadez puis Kergadiou.

Chateaumerlet (de), sr-dudit lieu, par. de Cruguel, — de Rellenoë, par. de Rieux, — dela Ville-GuérilT. par. de Saint-Servant. Réf. de 1426 à 1448, par. de Cruguel et Rieux, év. de Vannes.

Un château donjonné (Sceau 1416, mss. Gaignières).

Chateaumeur (de).

Ecartelé aux 1 et 4 : de gueules au lion d’or ; aux 2 et 3 d’hermines à la bordure de gueules, qui est Penthièvre G. le B.).

Chateauneuf (de). sr de l'Estang, par. de Plouzané, — de la Mériais. Déb., réf. 1669, ress. de Saint-Renan.

De gueules à la bande d'argent, chargée de trois coquilles de sable (Arm. 1696). Jacques, lieutenant au siège royal de Brest en 1669.

Chateauneuf, châtellenie et paroisse, év. de Saint-Malo.

Cette terre, d'abord possédée par une branche de la maison de Rieui, a été érigée en marquisat en 1702 en faveur du sr de Béringhen, gouverneur de Marseille, érection confirmée en 1746 en faveur du srBaude de la Vieuvillle, voyez Béringhen et Baude.

Chateaurenault (de), voyez Rousselet.

Chateautro (de), sr dudit lieu, de la Vills-lado, des Clèches et de Riolo, par. de

Guilliers, — du Breil, par. de la Haye-Fouassière, — du Chesne, par. du Loroux

Bottereau, — de Kerbezonnet, — du Hengray et de Vaujuas, par. de Ménéac.

Anc. ext. réf. i668, huitgén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Guillers,

Ménéac et Loyat, év. de Saint-Malo et la Haye-Fouassière, év. de Nantes.

D'argent à trois têtes de renard coupées de sable, lampassées de gueules.

Alain fils Alain, épouse vers 1440 Fleurie leCorgne ; Jacques, conseiller aux GrandsJours en 1538; Louis, conseiller au parlement en 1554.

Chateauvieux (de), voyez Girard.

Chateauvieux (de), voy3z Moucheron.

Chatelaudren, ville et château, év. de Tréguier.

Ce château bâti au v» siècle par le roi Audren, séjour ordinaire des comtes de Goêllo, fut rasé en 1420 par le duc Jean V. Pour les armes, voyez Avaugour.

Chateloger (de), voyez Mercerel.

Chatelets (des), voy. Esnoul.

Chatelet (du), par. de Balazé, év. de Rennes, marquisat en 1682 en faveur du sr Hay, voy. Hay.

Chatillon (de), (orig. de Champagne), comte, puis duc de Châtillon-sur-Marne en 1566, — comte de Saint-Pol, de Chartres, de Blois et de Dunois, —sr d'Avesnes, — comte de Penthièvre, — vicomte de Limoges,—comte de Goëllo, — baron d'Avaugour, pat. de Plésidy, — comte de Porcéan, — sr de Sourvilliers et de Marigny, pairs de France.

De gueules à trois pals de vair ; au chef d'or (Sceau 1293).

Cette illustre maison alliée à celles de France et de Bretagne, puis aux Sanzay, aux Rohan-Chabot et aux Goêsbriand, a produit entre autres personnages célèbres : Gaucher, sénéchal de Bourgogne, qui se signala au siège de SainWean-d'Acre en 1191 et à la bataille de Bouvines en U14 ; Jean, dit de la Grille, abbé de Sainte-Croix de Guingamp, puis évêque de Saint-Malo, † 1163, mis au nombre des saints ; Gaucher, connétable de Franco en 1286 ; Charles, dit de Blois, qui disputa la couronne de Bretagne à Jean de Montfort, fut tué à la bataille d’Aurai en 1364 et dont la postérité s’est fondue dans les de Brosse ; Jacques, amiral de France, tué à la bataille d’Azincourt en 1415.

La dernière branche a donné deux lieutenants-généraux au gouvernement de Bretagne depuis 1739 et s’est fondue dans les Crussol, ducs d’Uzés et dans les la Trémoille.

Chatillon-en-vendelais, par. de ce nom, év. de Rennes.

Seigneurie successivement possédée par les maisons de Vitré, Laval, Montfort, Rieux, Coligny et la Trémoille.

Chatillon (de), voyez Godet.

* Chaton, sr des Vaux et de Saint-Trimoel, par. de Maroué, — de la Ville-Morhen, par. de Bréhaut-Moncontour, — de Hay-Durand, — du Boispigneul, — de la ToucheGuihart, - de Tréveleuc, — de Runbron, — de la Rocherie, — de Ranléon, par. de Saint-Ygneuc, — du Quilliou, — de la Villeneuve, — de la Tertrée, — de Vaugery, — des * Morandais, par. de Noyal.

Anc. ext. réf. 1668, neuf gén., réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Maroué, Trébryet Bréhant-Moncontour év. de Saint-Brieuc.

D’argent au pin arraché de sinople, chargé de trois pommes d’or. Devise : A peine un chat y peut atteindre et Dieu et mon courage.

Rolland fils Thébault, vend la forêt de Mezun à l’église de Dol en 1204 ; Guillaume, jure la paix en 1272 avec Robert, abbé de Saint-Aubin-des-Bois ; Hervé, écuyer sous le sire de Craon en Anjou en 1363 ; Rolland, accompagne Richard de Bretagne en France en U19 et épouse Perrine Baudré ; Robert, sr de la Ville-Morhen, marié à Guillemette du Cambout, eut ses biens confisqués par la duchesse Anne en 1489, pour avoir suivi le parti français ; une fille à Saint-Cyr en 1767 ; un chevalier de Malte en 1779.

Chauchart, sr du Bois, par. de Pleurtuit, — de la Vicomté, par. de Saint-Enogat, — d’Argental, — du * Mottay, par. d’Évran.

Ext. réf. 1668, cinq gén., réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Pleurtuit et Saint-Enogat, év. de Saint-Malo.

D’azur à trois têtes de cygne d’argent, arrachées et becquées de gueules.

Charles, sr du Bois épouse vers 1500 Jeanne Heurtault.

Chauçzon, sr de la Cbauçsonnaye, par. de Champeaux, — de Lémo et de Baraton, par. d’Augan,— du Fief-au-Gaflre, par. de Ploërmel. Réf. 1435, par. de Champeaux, év. de Rennes.

La branche aînée fondue en 1440 dans Lémo dont elle a gardé le nom, voyez Lémo.

Chauff (le), sr de la Motte et de la Ville-Bréhaut, par. de Saint-Coulomb, — de la Sansonnais, — de la Houssière, — de Beauvais, par. de Lanvallay, — de la Brosse, — de la Bouëtardais, par. de Pipriac, — des Grands-Prés, par. de Cancale, — de la Barrière, — de Léhélec, — de la Bérangerais, — de la Ravillais, par. de Ploubalay, — de Kerguennec, par. de Saint-Molf, — de la Motte-Aleraan, par. de Saint-Nazaire. 1668, huit gén., réf. et montres de 1480 à 1513, par. de SaintCoulomb et Lanvallay, év. de Dol et Saint-Meen-de-Cancale, év. de Saint-Malo. D'argent au pigeon d'azur, surmonté de deux croissants adossés de gueules.

Charles, chambellan du duc Jean V en 1428, épouse Jeanne Boutier, de la maison de Chàteaudacy ; une fille à Saint-Cyr en 1757. Un lieutenant de vaisseau fusillé à Quiberon en 1705.

Chauff (le), sr de Kervelguen, en Goëllo — de la Villermel, par. de Ploufragan. Réf. et montres de 1441 à 1469, dite par., év. de Saint-Brieuc.

D'azur à trois glands d'or, aux coques d'argent. Guillaume, de la paroisse de Plœuc, anobli en 1461.

Chaumart, voyez Chomart.

Chaumont (de) (orig. de Paris), sr de la Galaisière. D'argent au mont de sable, fumant de gueules. Un abbé de Bégard, en 1742, † 1784.

Chaumont (de) (orig. du Vexin) srde Quitry.

Fascé d'argent et de gueules de huit pièces.

Une abbesse de Saint-Georges de Rennes, en 1743, † 1779.

Chaurand, sr du Chaffault, par. de Bouguenais.

D'azur au lion d'or, posé sur une terrasse de sinople, accomp. à dextre d'un chat d'or.

Un secrétaire du Roi en 1750.

Chaurais (de), sr de la Chaperonnaye, — de Caléon, par. de Saint-Jacut, — de Bonamour, par. de Trévé, év. de Saint-Brieuc.

La branche de Bonamour fondue en 1618 dans Talhouêt. La branche de Caléon fondue dans Charpentier.

Chaussec Ou Ciiossec (le) voy. Chossec (le).

Chaussière (de La), sr de la Villegrassier, ress. de Saint-Brieuc. D'or à la bande engreslée de sable (Arm. 1696).

Chauveau, sr de la Mulonnière, par. de la Chapelle-sur-Erdre, — de Rafflay, par. de Chàteaulhébault. Maint, réf. 1669, 0 gén., ress. de Nantes.

D'azur au léopard d'or ; au chef d'argent, chargé de trois étoiles de gueules.

François, abbé de Saint-Melaine de Rennes, † 1532 ; Mathurin, gentilhomme servant . chez la Reine, époux de Françoise Charette, anobli en 1663.

Les s" de Kernaêret près Fouesnant, de même nom et armes, paraissent issus de la même famille.

Chauvel, srdes Nouëltes, — de la Boullaye, par. de Bettou.

D'argent à trois feuilles de scie desable, posées en chevron brisé (Arm. de l'Ars.

Jérôme, procureur des bourgeois de Rennes, époux de Françoise Biandin, anobli en 1606 deux conseillers au parlement depuis 1672.

Les sTM de Launay et de la Clérais, ressorts de Rennes et Nantes, déboutés, réformation de 1669, ont produit Michel, trésorier extraordinaire des guerres à Nantes eu 1670.

Chauvelière (de La), sr dudit lieu.

Montre de 1543, par. de Plaiutel, év. de Saint-Brieuc.

Une croix pattée, aceomp. de quatre mains appaumées (Sceau 1406, BlancsManteaux).

Ghauvet, sr de la Touche.

Réf. 1427, par. de Bréteil, év. de Saint-Malo.

Une bande échiquetée (aliàs : frettée), accostée de deux oiseaux ; au franc canton chargé d'une croix potencée et contre-potencée (Sceau 1403).

Chauviehe (de La), (orig. du Poitou), sr de la Pagerie. D'or à trois roses de gueules (Arm. 1696).

Un greffier de Mortagne-sur-Sèvro on 1696 ; un président de l'élection de Châtillon-surSèvre, correcteur des comptes en 1763.

Chauvigné (de), (orig. du Maine), sr de Boisfroust, — de Septforges, au Perche, — de Monlespedon, en Anjou.

D'hermines à deux fasces de gueules, accomp. en chef de trois tourteaux de même.

Christophe, fils de Georges, et d'Antoinette de Scépeaux, évéque de Léon en 1521 et abbé de Boquen en 1539; Rolland, son neveu, évéque de Léon de 1554 à 1562.

Chauvin, sr de la Mulotaye, par. de Mordelles, — de l'Espronuiere, par. de SaintDonatien, — du Boisde-la-Musse et de l'Isle-Neuve, par. de Chantenay, — de l'Espinay, par. de Carquefou, — de Limaraud, par. d'Abbaretz, — de Montluc, par. de Saiut-Élienne, — de la Rochelordière, par. de Ligné, — de Vue, par. de ce nom.

Réf. 1427, par. de Mordelles et Bain, év. de Rennes.

D'argent à trois croissants de gueules, 2. 1, ce dernier les pointes en bas.

Jean, président aux comptes en 1413; Guillaume, chancelier des ducs Pierre II et François II, premier président aux comptes en 1456, chevalier de l'Hermine, mort dans les prisons du château de Vannes en 1481; Jean, son fils, on épousant l'héritière dela Musse, prit les nom et armes de la Musse, voyez La Musse.

Chauvin, sr de la Touche-dcs-Couëlils, par. de Saint Mars-de-Coutais, — du Moustoir, év. de i ornouaille, — des Orières. Déb., réf. 1670, ras. de Nantes.

De gueules à neuf besants d'argent, comme la Musse ; au chef drhermines (Arm. 1696).

Un échevin de Nantes en 1655 ; un doyen du présidial de Nantes en 1696.

Chauvy, par. de Pacé, év. de Rennes.

D'azur à la bande d'argent, chargée de trois roses de gueules ; au chef de même, chargé de trois fleurs de lys d'argent (Arm. de l'Ars.).

Chavres .

D'argent au pin de sinople, fruité d'or et un chèvre de sable broutant au pied (Arm. de l'Ars).

Chazé (de) (orig. d'Ânjou), sr des Moulinets, — de la Biottière, — de Ponlcréau,— du Buisson, par. de Saint-Herblon, — de la Croix, par. de Sautron, — de Braye. Ext., réf. 1669, septgén., ress. de Nantes.

De gueules à six aigleltes d'argent. 3. 3.

Geoffroi, mentionné dans le testament de Geoffroi de Chateaubriant en 1262 ; Françoit, srde Pontcréau s'établit en Bretagne, où il épousa en 1604 Françoise Rousseau, de la paroisse de Varades.

Chédanne, sr de Penguern, par. de Plougoumelen, — de Kerbourdon et du Creisquer, par. de Saint-Patern, — de Runesault, — de l'isle, par. de Grandcharap. Déb. réf. 1668; réf. de 1513 à 1536, dites par., év. de Vannes.

De gueules à la croix engreslée d'or ; au chef de même, chargé de trois coquilles de gueules.

Chefdemail, sr du Houx, de la Prioulays et de la Motte-Loisel, par. de Bédée, — de la Bouëxelays, par. d'Iffendic, — du Bois-Houel et de la Bétulaye, par. de Pleumeleuc. Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Saint-Malo.

D'argent à trois maillets de gueules (Sceau 1167).

Geoffroy, fait donation de la Ville-Aubry, paroisse d'Erquy, à l'abbaye de Saint-Aubindes-Bois en 1167.

Chefdubois (de), ou en breton Penhoet (do), sr dudit lieu et de Locohiern, par. de Kervignac, — de Timat et de Brangolo, par. d'Inzinzac, — de Restaudren et de Talhouët, par. de Cléguer, — de Trovera et de Kerdudo, par. de Guidel, — de * Kerguiomarc'b, par. de Querrien.

Anc. ext., réf. 1668. neuf gén., réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Kervignac et Inzinzac, év. de Vannes.

De gueules au greslier d'argent, enguiché de même ; aliàs : à la bande chargée de trois quinlefeuilles brochante (Sceau 1379).

Henri, capitaine d'Hennebont en 1379, marié a Marie de Bignan, dame de Locohiern ; Henri, gouverneur de Nantes en 1414, épouse Alice de Saint-Siffre ; un chevalier de l'ordre en 1660. [graphic]

La branche ainée fondue dans Musillac. La branche du jTimat fondue en 1586 dans Maillé.

Chef Du Bois (de), sr dudit lieu et de Kerduellic, par. de Ploêmeur, — de Bruslé, par. de Bubry.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par , év. de Vannes.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'argent au lion de gueules ; aux 2 et 3 : d'azur à l'épervier d'argent, qui est Bruslé.

La branche aînée fondue dans Rosmadec-Gouarlot ; la branche de Bruslé fondue dans du Bois-Dounluff.

Chef Du Bois (de), sr dudit lieu, par de Pommerit-Jaudy, — de Kerlouiit, par. de Quimper-Guézennec, — de Kerversau, par. de la Roche-Derrien.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Tréguier.

De gueules au sautoir d'or, cantonné de quatre coquilles d'argent (Sceau 1381).

Geoffroi, ratine le traité de Guérande en 1381. La branche ainée fondue en 1495 dans Boiston ; la branche de Kerloufit fondue en 1595 dans Fleuriot.

Cheffontaines (de) en breton Penfeunteniou ou Penfentenyo (de) voyez Penfeunteniou.

Cheix (le), sr de Liscouët, — de Landias.

Déb., réf. 1668, ress. de Vannes.

Ciiélas (du), voy. RémOnd.

Ciiemillé (de) (orig. d'Anjou), baron dudit lieu, — sr de Brissac.

D'or à l'orle de dix merleltes de gueules ; au franc quartier de même, chargé d'une guivre (aliàs : d'une fleur de lys), d'or (Sceaux de 1284 à 1299) ; aliàs : d'or, papelonné de gueules ; aliàs: d'or semédechausse-trapesdegueules(G.leB.).

Sigebran, porte enseigne de Foûlques, comte d'Anjou, tué dans la guerre contre Odon fils de Thibaud, comte de Champagne en 1016 ; Tiphaine, mariée à Jean de Beaumanoir, maréchal de Bretagne, f vers 1366.

Fondu dans la Haye, puis Monte.ipèdon et Scèpeaux.

Chemin (du), sr de Millé, par. d'Argentré, év. de Rennes. Déb., réf. 1668, ress. de Vitré.

D'azur à la bande d'argent, chargée de trois tourteaux de gueules.

Cheminart (or. d'Anjou), sr de la Vallière, — de la Perverie, par. de Saint-Donatien, — du Chalonge, —. de la Maisonneuve.

Ext., réf. 1669, septgén., ress. de Nantes.

D'argent à trois fusées de sable en fasce ; aliàs : d'argent à trois feuilles de chêne de gueules.

Tome I. 31

Guillaume, priour de Solesuies en 1496 et doyen de l'église du Mans, † 1517 ; Jean, sr de la Valliêre épouse vers 1500 Jeanne Poiroux ; René, maire d'Angers en 1543, maitredes comptes de Nantes, en 4553.

Ce nom est employé à la réformation de 1444, paroisse de Saint-Symphorien, évêché de Rennes.

Cheminée, sr du Boisbenest, par. de Vallel, — de la Mesnardière.

Réf. et montres de 1430 à 1544, par. de Vallet, év. de Nantes.

D'argent au léopard d'azur, couronné d'or ; au chef de gueules, chargé de trois têtes de lion d'argent, couronnées d'or.

Jean, homme d'armes de la garde de Clisson en 1464 ; Simon, chevalier de Malte en 1570. Lesr du Salut, déb. réf. 1669 ressort de Nantes.

Chemins (des), sr de Vaucelles.

Réf. 1513, par. de Parigné, év. de Rennes.

D'azur à la croix d'or (G. le B.).

Chenu (orig. d'Anjou), sr de la Bernardière, — de Lendormière, — de Clairmont, de la Thébaudière et du Boisgarnier, par du Cellier, — de Cerny, — du Bas-Plessix, — du Haut-Fossé, — du Chesne, par. du LorouxBottereau, — de Launay, par. de Couffé.

Ext. réf. 1669, six gén., ress. de Nantes.

D'hermines au chef losangé d'or et de gueules de deux tires.

Georges, fils de Pierre, épouse vers 1550 Madeleine de la Roehecorbon. Deux chevaliers de Malte en 1597 et 1601 ; Hardy, capitaine des ville et château d'Oudon, gentilhomme ordinaire de la chambre de M. le prince en 1668.

Fondu dans Nicolas de Clayes.

Chéreau, sr du Mourier, - de la Godardière.

Déb., réf. 1671 et à l'intend. en 1702.

D'argent au chevron de gueules, accomp. de trois roses de même.

Marin, gouverneur de Dol en 1671.

Ce nom est employé dans les réformations et montres de 1428 à 1480, paroisse d'Épiniac, évêché de Dol.

Cherdel, sr de Trostaag, par. de Camlez, — du Guilly, par. de Notre-Dame de Guingamp. — des Gazeaux, par. de Carentoir. Déb., réf. 1670, ress. de Guingamp.

D'argent à deux guivres tortillées d'azur, affrontées en pal (G. le B ).

Chéreil, sr des Vergers, de la * Rivière et de la Réauté, par. de Bourg-des-Comptes, — de la Touche, par. de Pléchatel, — de Bléhéban, par. de Caden. Maint, par arrêt du conseil de 1777.

D'azur au sautoir engreslé d'argent.

Mathurin, fils de Mathurin, sr des Vergers et de Jacquette Lévesque, syndic et conseiller au présidial de Rennes en 1CS9; un secrétaire du Roi en 1738, et deux présidents aux comptes depuis 1753.

•chéreil, sr de Mainteniac.

Déb., réf. 1669, ress. de Rennes.

De sable à un demi-vol. de vair (Arm. 1696).

Thomas, secrétaire du Roi en 1648, résignant en 1666.

Cherouvrier, sr des Grassières.

Maint, à l'intend. en 1705.

D'azur à une branche de laurier d'argent et une palme d'or en sautoir, accomp. en chef d'une étoile d'or et en pointe d'un croissant d'argent.

Un secrétaire du Roi, inspecteur général de la marine et receveur des domaines en Bretagne, en 1700.

Olivier, fait hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; Jean, en plaid pour le fouage avec les paroissiens de Ménéac en 1427; ce nom est encore employé dans les réformations et montres de 1481 à 1536, paroisse de Châteauneuf, évêché de Saint-Malo, Mendon et Sainte Guédas d'Auray, évéché de Vannes, mais nous no savons si aucun de ces personnages appartenaient à la famille qui précède.

Cherpin, sr de la Touche, — du Pont, par. d'Yvignac, év. de Saint-Malo.

Réf. 1444, par. de Tréméheuc, év. de Dol.

Porte trois pommes de pin (Sceau 1432).

Guillemet, fait en 1432 une fondation à l'abbaye de Boquen, pour y être enseveli.

Chertemps (orig. de Champagne), sr du Seuil.

D'azur à la fasce d'or, accomp. en chef de trois étoiles d'or et en pointe d'un croissant de même (Arm. 1696) ; aliàs : écartelé de Colbert.

Deux présidents à mortier en 1680 et 1703.

Chertier ou Chartier, sr des Rosays, par. de Héoon, — de Quillané, par. de Landehen, — de la Villeneuve, — de la Villério, — de la Villedouillère, — du Quengo, de Verrien, — de la Vieuville, — de la Ville-Caniot.

Ext. réf. 1669, six gën., réf. de 1535, par. de Hénon, év. de Saint-Brieuc, et Landehen, év. de Dol. D'argent au léopard de sable, lampassé de gueules.

Jean, épouse en 1500 Marguerite Yvenaye, dame de la Villeneuve ; Charles, secrétaire du Roi en 1584.

Chesnais(de La), voy. Houitte.

Chesnay (du), voy. Berthelot.

Chesnay (du), sr dudit lieu, des Domaines et de la Rabelière, par. de Guipe], év. de Rennes, — de Kerémar, év. de Saint-Brieuc.

Déb. réf. 1669, ress. de Rennes.

D'or au chêne arraché d'azur, le tronc chargé de deux épées de gueules, en sautoir (Arm. 1696).

La terre du Chesnay, après avoir appartenu aux Maitlecfiat et aux Prorost, a été érigée en comté en 1590 en faveur de François de la Piguelays voyez : Piguelays, et a été depuis possédée par les Brècheu, Keraly et Roscoat.

Chesnaye (de La), sr dudit lieu, par. de Sérent, — d'Estimbrieuc, par. de Guéhenno, — de Quistinic, par. de Moustoirac, — de Kermen, par. de Saint-Servant, — de Bernac, par. de Saint-Allouestre.

Anc. ext. réf. 1670, neuf gén., réf. et montresde 1426 à 1536, dites par .év. de Vannes.

D'argent à trois roses de gueules, une feuille de chêne de sinople en abyme.

Alain, vivant en 1428, épouse Perrine, dame d'Estimbrieuc.

La branche de Bernac, fondue vers 1536 dans Clèguennec.

Chesne (du), sr dudit lieu, par. de Guer, — du Tay, par. de Caro, — du Boislesné, par. de Loyat, — de l'Abbaye, par. de Campénéac, — de la Vieilleville, — de la Bouexière, — du Chesnot, — de Penguilly, — de la Noë, — de Tressant.

Anc. ext. réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Guer et Caro, év. de Saint-Malo.

Pour anciennes armes : d'argent au chêne de sinople (Sceau ii15) ; aliàs d'argent à trois cœurs de gueules, couronnés d'or, comme Robelot.

Robin, secrétaire du chapitre de Saint-Malo en 1305; Jean, écuyer dans une montre d'Olivier de Mauny en 1380; Michel, épouse en 1451 Orphaise le Bloy, dame du Tay ; un conseiller au parlement en 1573.

Les srs de Bellecourt, établis aux Antilles vers 1700, portent les mêmes armes.

Chesnel, sr du Verger et de la Chapronnaye, par. d'Evran.

Anc. ext. réf. 1671, neuf gén., réf. et montres de 1478 à 1513, par. d'Evran, év. de Saint-Malo.

De sable à la bande fuselée d'or.

Olivier, épouse vers 1440 Marie du Bois. (Famille éteinte).

Chesnel, sr de la Ballue, par. de Bazouges-sous-Pérouse, — de Saint-Malon, par. de Bourseul, — de Tréet, par. de Vieuxviel.

Réf. et montres de 1448 à 1513, par. de Bazouges et Vieuxviel, év. de Rennes.

D'argent à trois marmites de sable (Sceau 1412).

Geoffroi, écuyer, de la par. de Bazouges, huissier d'armes de Charles de Blois, ontendu dans l'enquête pour sa canonisation en 1371; Georges, épouse : 1o en 1450 Catherine de Rohan du Gué-de-l'Isle ; 2o Françoise Hamon.

Fondu dans la Bouêxière.

Chesnelaye (de La), par. de Trans, év. de Rennes.

Marquisat en 1641 en laveur de François de Romilley, voyez Romilley, puis transmis aux Roncherolles de Normandie.

Chesneu, sr de Poulbrunot, par. de Baud, év. de Vannes.

Déb. réf. 1668, ress. d'Hennebont.

Chesnon, sr de la Talchère, par. de Beignon, év. de Saint-Malo.

Déb. réf. 1669, ress. de Rennes.

Ciieux (de) (orig. de Normandie, y maint, en 1463 et 1666), sr dudit lieu, — de Saint-Martin, — de la Garenne.

Ext. réf. 1669, sept gén., ress. de Rennes.

De sable à la croix ancrée et nillée d'argent.

Jean, s'établit on Bretagne où il épousa en 1570 Jacqueline Biet, de la paroisse de Gévezé. Une famille de ce nom, déboutée à la réformation do 1669, paroisse de Sougeal, évêché de Rennes.

Chevalerie (de La), sr dudit lieu, par. de Livré, év. de Rennes.

D'azur à trois molettes d'or (G. le B.).

Perrine, épouse vers 1550 Jean Hay, sr des Nétumières.

Chevalerie (orig. d'Anjou), sr du Boisanger, par. de Balazé, — de l'Épine, — du Plessix, — de Lesperonnière.

Ext. réf. 1669, quatre gén., ress. de Rennes.

De gueules au cheval gai, effaré d'argent.

Georges, sr de l'Épino, anobli en 1547, épouse Jeanne le Moyne.

Chevalier, (le).

D'argent à trois bécasses de gueules.

Jean-François, président aux comptes en 1517 ; Jean, conseiller au parlement en 1557.

Chevalier, sr de la Chevaleraye et du Portail, par. de Langan, — des Carnais, — de Listré, — de la Petonnière, par. de Pleudihen, — de la Ville-du-Pont.

Ext. réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1480 à 1513, par. de Langan et Miniac-Morvan, év. de Dol.

De sable à trois annelets d'or ; au chef cousu de gueules, chargé d'un lion d'argent.

Pierre, vivant en 1408, père de Geoffroy et aïeul de Pierre, sr du Portail, marié en 1477 à Jeanne le Moônne.

Chevalier, sr du Bois-Chevalier, par. de Légé.

Maint, réf. 1669, 0 gén., par les privilèges de l'échevinage de Nantes.

De gueules à trois clefs d'or, les gardes en haut ; à la bordure d'azur.

Nicolas, sous-maire on 1653, maire de Nantes en 1676.

Il y a eu en Poitou une famille plus ancienne, portant même nom et mêmes armes.

Chevalier, sr du Hil, par. de Noyal-sur-Vilaine, — de la Dévorais, par. de Fougeray. Réf. de 1440 à 1513, par. de Fougeray, év. de Nantes. [graphic]

D'azur à deux lances guidonnées d'argent en sautoir, accomp. en chef d'un croissant de même (Arm. de l'Ars.).

Le sr de la Haye, paroisse d'Auverné, débouté à la réformation de 1669.

Chevalier (le) .

Déb. réf. 1668, ress. de Saint-Malo.

D'or au chevron de sable, accomp. de trois merletles de même (Arm. 1696).

Sulpice, juge criminel à Rennes en 1696. Fondu dans Huart de la Bourbansais.

Chevalier, sr de la Salle, par. de Perros-Guirec, év. de Dol, enclaves de Tréguier. D'azur au héron d'argent (G. le B.). Fondu dans Hingant.

Le sr de PortzangofT, paroisse de Plestin, débouté à la réformation de 1670.

' Chevalier (le), par. de Saint-Méen, év. de Saint-Malo.

Anobli en 1815, pour services militaires dans la chouanerie.

D'or au hibou de subie, posé sur une épée de gueules en fasce ; au chef de sinople, chargé d'une tige de lys au naturel.

Ciievasnerien(de La), voyez Libault.

Ciievau, sr de Lochon, — de la Taupinière, par. de Bréal. Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.

Jean, valet de chambre ordinaire d'Henri IV en 1608.

Chevaye (orig. d'Anjou) sr du Plessis, <— de la Benaudière, — de Lovière.

D'argent à l'aigle éployée de sable [aliàs : de gueules) surmontée de deux étoiles d'azur et soutenue d'un croissant de même (Arm. 1696).

Deux officiers aux comptes de Nantes, depuis 1727. Fondu dans Babin.

Chever (le), sr de Kerpullic et de Penforn, par. de Plomeur, — de Kermahonec, par. de Cuzon.

Réf. et montres de 1426 à 1562, dites par., év. de Cornouaille. D'or à la croix pattée d'azur, chargée de cinq roses d'argent (Sceau 1370).

Cheverue (de) (orig. d'Anjou), sr dudit Heu, par. de Chàteauceaux, — de Launay, par. de Vallet,— de la Lande, par. de Saint-Aubin-du Pavail, — de la Guidoire, par. d'Aigrefeuille, — de la Houisière, par. de Chàteaubourg, — marquis de Mesniltêve, en Normandie, en 1772.

Anc. ext., arrêt du pari, de 1778, dix gén. ; réf. et montres de 1430 à 1544, par. de Vallet, év. de Nantes et Chàteaubourg, év. de Rennes.

De gueule» à trois renco.itres de chèvre d'argent.

François, écuyer d'écurie du duc en 1451 ; Oliciir vivant eu 1513 époux de Michelle 1 Vayer.

Chevière (de La), sr dudil lieu, par. de Martigaé, — du Bois-Hamoa, — du Breil, par. d'Éancé, — de la Hervaudière, — du Bignon, — du Pontlouët, par. de Fou„ geray, — du Plessis, — de la Gaudiuais, par. de Langan, — du Rouvre, par. de Rougé, — de Saint-Morand.

Anc. ext., réf. 1669, six gen., réf. et montres de 1427 à 1513, par. de MartignéFerchaud et Éancé, év. de Rennes.

D'argent à trois rencontres de cerf de gueules.

Bertrand, vivant en 1478 épouse Jeanne Poffrais. Quatre membres fusillés à Quiberon en 1795. (Famille éteinte).

  • Chevigné (de), sr dudit lieu, du Plessix-de-Coësmes, de la Georgerieet de la Coufferie, par. de Coësmes, — du Plessis-Tizé, par. de Thorigné, — de la Sicaudais et de la Roche, par. d'Arthon, — d'Anetz, par. de ce nom, — de Vignen, par. du Pollerin,

— du Bois-Chollet, par. de Saint-Aignan, — des Mottes, par. de Sainte-Colombe, du Bois-Macé, par. de Pornic, — de Cherhal, par. de Fougeray, — de la Charpentrais, par. de Donges, — de Couëbic, par. de Savenay, — de la Frette, par. de SaintHerblon, — de la Gantelerie, par. de Pancecé, — de la Runerais, par. de Maumusson, — de la Galissonnière, par. de Saint-Jean-de-Béré, — de Lessart, par. de Machecoul, — de la Salmondière, par. du Clion, — de Saint-Viaud, par. de ce nom.

Anc. ext. chev., réf. 1668, treize gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Coësmes et Sainte-Colombe, év. de Rennes, Anetz, Fougeray, Pannecé, SaintHerblon, Saint-Jean-de-Béré et Machecoul, év. de Nantes.

De sable à quatre fusées d'or en fasce, acconïp. de six besants de même, 3. A ; aliàs : de gueules à quatre fusées d'or en fasce, accomp. de huit besants de même, 4. 4.

Guillaume, signe l'association de la noblesse de Rennes pour empêcher l'invasion étrangère en 1379 ; Riou, épouse 1o vers 1100 Marie de Coôsmes, 2o Philippette Loisel ; Christophe, fait chevalier après la bataille de Moncontour en 1569 ; Pierre, page de Louis XIII, chevalier de l'ordre en 1623, puis gentilhomme de la chambre en 1640 ; un page du Roi en 1753 ; un lieutenant-général des armées on 1792; un évêque de Séez, † 1811. Deux membres admis aux honneurs de la cour en 1785 et 1786 ; un officier de l'armée de Charette, tué à l'affaire de Touvois en 1794.

La branche aînée fondue dans Châteaugiron.

Cheville, sr de la Lande, — des Halleux, par. de Ménéac, — du Vaulerault, par. de Saint-Meloir-des-Ondes, — de la Ronce, — des Chenays, — du Val, par. de Pleudihen, — de la Ville-Cadio.

Ext., réf. 1669, sept, gén., et maint, à l'intend. en 1701, réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Merdrignac, Ménéac et Saint-Meloir-des-Ondes, év. de Saint-Malo.

D'or a la fasce accomp. en chef de trois quintefeuilles et en pointe d'un croissant, le tout de gueules. [graphic]

Guillaume, de la paroisse de Merdrignac, anobli et franchi par le duo Jean V en 1427 ; Richard, vivant en 1491 épouse Catherine Romelin ; François, secrétaire du Roi en 1573.

Chevoir (le), sr de Coètélan et de Kerourguy, par. de Prat, — de Kergoff, par. de Goudelin, — de Kerantourpet et de Keraliou, par. de Lammérin, — de Kerguiziau, — de Tromartin.

Anc. ext., réf. 1670, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de SaintJean-de-Lannion et Prat, év. de Tréguier.

De gueules au croissant d'argent, surmonté de trois macles de même.

Pierre, fils de Lancelot, épouse vers 1543 Françoise de Kerouzéré ; Marie, petite-fille des précédents, épouse do Guy Eder de Beaumanoir, baron de Fontcnelles, célèbre capitaine ligueur, exécuté pour ses crimes en 1602.

La branche aînée fondue en 1683 dans du Bouilly, puis le Corgne et Kergariou.

Le sr de Goascaêr, paroisse de Pontmelvez, débouté, réformation de 1669.

Chèvre, sr du Boiscouëlan, par. de Trélivan, — des Longrais, — de la Touche, — de Badouard, — de la Morinais, — de la Croix, — de la Rambaudais, par. d'Éréac, — des Champérins.

Ext., réf. 1669, huit gén. et maint à l'intend. en 1701 ; réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Trélivan et Eréac, év. de Saint-Malo.

D'argent à deux chevrons de sable, accomp. de trois têtes de chèvre arrachées de même.

Thomas, épouse en 1464 Henriette de Guitté.

Chevrel, sr de Beaumanoir.

Déb. réf. 1668, res<s. de Rennes.

D'or fretté d'azur (Arm. 1696),

On trouve Hervé Chevrel, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; et Radulphe mentionné dans un compte-rendu au duc Jean le Roux en 1277; mais nous no savons s'ils appartenaient à cette famille.

Chevbeuil, év. de Cornouaille.

Un chanoine et chancelier de l'église de Paris, abbé de Langonnet en 1786.

Chevrie, sr de la Barre.

D'azur au lion léopardé d'argent, lampassé de gueules (Arm. de l'Ars). Moderne Guèzille.

Chevronnière (de La).

D'argent à deux chevrons de sable, accomp. de deux roses de gueules, une en chef et une en pointe (Arm. de l'Ars.).

Cheylus (de) (orig. du Yivarais).

D'azur à un dauphin d'argent et un lévrier d'or affrontés ; le dauphin couronné d'or, le lévrier colleté de gueules. Devise : Fé et honour. [ocr errors]

Un évêque de Tréguier en 1762, transféré à Cahors en 1766 et à Bayoux en 1776, f fi Jersey en 1797.

Ciiézeau, sr de Bétoul, par. de Trédaniel, év. de Saint-Brieuc.

Déb. réf. 1669, ress. de Saint-Brieuc.

Chiennart, sr de la Mahomraerie, par. de Tremblay, év. de Rennes.

Déb., réf. 1669, ress. d'Antrain.

Ciiierdel, sr de la Villelaunay, par. de Bréhand-Moncontour, — de la Perrière.

Déb. réf. de 1670; réf. 1513, par. de Bréhand, év. de Saint-Brieuc.

D'argent àl'aigle d'azur, accomp. en chef de deux étoiles de gueules et eu pointe de cinq croissants de même (Arm. 1696).

Olive, femme eh 1*35 d'Olivier Gouicquet, sr de Vaupatry.

Chilleau (du) (orig. du Poitou), srdudit lieu, — d'Airvault, — de Monlhorin, par. de Louvigné-du-Désert, — de la Roche.

Anc. ext. chev., arrêt du pari, de 1785, douze gén., ress. de Rennes.

De sable à trois moutons paissants d'argent.

Geoffroi, fils de Pierre, épouse en 1106 Perronnello de Parthenay ; deux pages du Roi et de la Reine en 1711 et 1777 ; un chevalier de Malte en 1767 ; un maréchal de camp en 1731 ; un chef de division des armées navales en 1786 ; un évêque de Ohàlons-sur-Saone en 1781, puis archevêque de Tours en 1819 et pair de France, † 1824.

Chiron, sr de la Cazinière, — du Bois-Morand.

D'azur au chevron d'or, accomp. de trois dauphins de même, les deux ilu chef adossés.

Deux auditeurs des comptes depuis 1690.

Chiron, sr du Bodiau, par. de Pontchàteau, — du Reste, par. de Couëron,— du Brossay.

D'argent au chevron d'azur, accomp. de trois cœurs de gueules (Arm. 1696). Un échevin de Nantes en 1690. Cette famille a la même origine que la précédente.

ClIIron.

Réf. 1423, par. de Maroué, év. de St-Brieuc.

De gueules au croissant d'argent ; au chef de même chargé de trois coquilles de sable (Sceau 1399).

Choart Ou Cholwrt (orig. de Paris), sr de Buzenval, — de Magny-Saint-Loup.

D'or au chevron brisé d'azur, accomp. de trois merlettes de sable.

Nicolas, conseiller au parlement de Bretagne en 1630, évêque de Beauvais en 1651, † 1679. Famille éteinte.

Chocque, sr de Bellevue, par. de Sainte-Luce, év. de Nantes.

Pierre, dit Bretagne, originaire do Saint-Clément do Nantes, roi d'armes de la duchesse Anne, suivit en 1501 sur lo vaisseau la Cordelière Philippe de Ravestain dans sa campagne de Gênes et de l'île de Mételin dans l'Archipel ; fut franchi de fouages par lettres de 1509 et obtint lettres de mutation de nom en 1523.

Tome I. 32

Chouan, sr de Coëtcandec, du Kest et de la Chesnaye, par. de Grandchamp, — de Rosnarho, par. de Crac'h, — de Kerléau, par. d'EIven.

Anc. ext. chev. réf. 1669, onze gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Graadchamp, év. de Vannes.

D'argent au cerf passant de gueules, comme Boishamon et le Veneur.

Pierre, épouse vers 1375 Marie Leziou, dame de Coêtcandee ; un chevalier de l'ordreen 1591.

La branche de Kerléau fondue en 1618 dans des Caries.

La branche de Coetcandee fondue dans du Dreil de Lire puis la Bourdonnaye.

Choiseul (de) (orig. de Champagne), duc de Choiseul en 1665, de Praslia en 1762, de Quintin et de Lorge, pair de France.

D'azur à la croix d'or, cantonnée de dix-huit billettes de même ; cinq dans chaque canton du chef et quatre dans chaque canton de la pointe.

Quatre maréchaux de France depuis 1619; trois frères abbés de Redon depuis 1643. dont le dernier, héritier de sa branche, se démit, en 1681 pour la relever.

Renaud-César-Louis, due de Choiseul-Praslin, menin du Dauphin, épousa en 1751 Guyonne-Marguerite-Philippine de Durfort, dame du duché de Quintin-Lorge, transmis par alliance de leur petite-fille aux Nèdonchel, en 1839.

Choisne (le), sr des Lonchamps, par. de Romazy, év. de Rennés.

Déb. réf. 1670, ress. d'Antrain.

D'argent à six mouchetures d'hermines (Arm. 1690).

Chollet, sr da Claie, par. de Saint-Père-en-Retz. Réf. de 1428, dite par., év. de Nantes.

D'argent à une croix de gueules, cantonnée de quatre clefs de même.

Guillaume, noble avocat d'assise, réformation de 1428, paroisse de Saint-Père.

Le sr de Betlefonds, de la paroisse de Saint-Père, débouté, réformation de 1668.

Chollet, sr de la Mériais, du Mée et des Hayers, par. de Saint-Martin de Vitré.

Réf. de 1478 à 1513, dits par., év. de Renues.

D'argent à trois feuilles de choux de sinople.

Fondu au xvi° siècle dans de Gennes.

Chomaht, sr de la Riallais et de la Mézais par. de Marzac, — des Houmeaux, par. de Mouzeil, — de la Haye, par. de Nozay, — des Brétins et du Portail, par. de Pontchàteau, — de la Muce, de la Ténaudais et de Trénoust, par. de Jans, — de Launay, — des Marais, — du Hoscat et de Kerdavy, par. d'Herbignac, — de la Filliaye, — de Trélan, — du Guem, par. de Camocl.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1426 à 1544, par. de Marzac, Mouzeil et Nozay, év. de Nantes.

D'or à la bande de gueules, chargée de deux molettes et de deux gantelets d'argent, rangés une molette et un gantelet.

Olivier, vivant en 1424, marié à Guillemette de Mauzon ; François, grand maître des eaux et forêts de Bretagne en 1653. La branche de Kerdavy fondue dans Libault et Kersauson.

Chossec (le), sr de l’Isle, par. de Plougasnou, — du Froutven, par. de Guipavas, — de Kerguillerm.

D’or à trois feuilles de sauge de sinople (Arm. 1696). Jean, maire de Brest en 1621 et 1642.

La branche de l’Isle fondue en 1670 dans te Gou: d’Ossac ; la branche du Froutve fondue en 1754 dans Coataudon.

Chotard, (orig. d’Anjou), sr de la Loyenne, — de la Louërie, par. de Donges, év. de Nantes.

D’or à la croix ancrée de sable.

Plusieurs intendants généraux des ducs de Montmorency et princes de Condé en Bretagne, Anjou, Touraine et Poitou ; un maitre des comptes en 1745 qui obtint ses lettres d’honneur en 1776.

Fondu dans Blanchard du Bois-de-la-Musse.

Chouan, sr de la Motte, par. de Saint-Thurial, — de la Planchette, par. de Cesson, — de la Ville du-Bois et de la Rochelle, par. de Mordelles. Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par.,év. de Saint-Malo et Rennes.

D’argent à la chouette de sable (Sceau 13C6).

Pierre, sr de la Planchette, connétable de Rennes en 1423. La branche de la Motte fondue dans Jnuneaux.

Chouart, sr de Servigné, par. de Saint-Etienne,’— de la Porte et de la Caliorne, par. de Laillé, — de la Biardais, par. de Caro.

Anc. ext. réf. 1669, sept gén., réf. de 1427 à 1013, par. de Saint-Etienne et Laillé, év. de Rennes.

De gueules à la bande d’argent, chargée de trois chouettes de sable, membres et becquées de gueules et accomp. de deux filets d’or.

Yves, srde la Caliorne, épouse vers 1470 Julienne Lesné.

Choüe (de La), sr de la Villeauprovoft, par. de Ploubalay, — delà * Mettrie, par. de Trégon, — de la Ferrière, par. de Médréac, — du Vaugarny, — de la Regoussière,.— de la Villaufray, — de la Villedé et de la Brunais, par. de Créhen, — des Courtils, — du Val. des Marais, — du Closneuf, — de l’Épine, par. de Blain.

Anc. ext. réf 1068, neuf gén., réf. et montres de 1448 à 1513, par. de Ploubalay, Trégon, Médréac et Créhen, év. de Saint.Malo.

D’argent à trois chouettes de sable, membrées et becquées de gueules.

Robert, fonde une rente de vingt minots de blé en faveur des prieurs du Pont, à Dinan, en 1218 ; Pierre, écuyer du duc au siège de Pouancé en i:)7’J ; Jean, sr de la Villeauprovost, épouse vers 1 444 Jeanne le Uouadec ; un volontaire au combat de Saint-Cast en 1758.

Chouet ( orig. du Maine), sr de Gesvreau.

De gueules au lion d'argent.

Deux conseillers au parlement en lCïi et 1651. Fondu en 1693 dans Brilhac.

Choumin.

D'argent au chevron d'azur, accomp. de trois cœurs de gueules (Arm. 1696). Un receveur des fouages à Vannes en 1690.

Chourses (de) (orig. du Maine), sr dudit lieu, — de Malicorne, — de Magné et d'Echiré, en Poitou.

Burelé d'argent et de gueules ; (Sceau 1317) aliàs : à l'orle de six merleftes de sable.

Pair y, croisé en 1185 ; Antoine, épouse en 1485 Catherine de Coëtivy. La branche ainée fondue en 1545 dans Beaumanoir-Lavardin.

ClIousanT.

De sinople au lion d'or, couronné de même (G. le B.), voyez Chaffault (du).

Chrétien, sr de * Tréveneuc et vicomte de Pommorio, par. de Tréveneuc, — sr de la Villehélio, par. de Plourhan,— duTrévou, — du Mouster, — du Portail, — de Kerohic, — de Kerdaniou, — de la Masse, — de Penarstang, — de Kerabel, — de Kerannot, — de la Yillemario, par. de St-Quay.

Anc. ext. réf. 1668, huit gén., réf. et montres de 1440 à 1535, par. de Maroué et Tréveneuc, év. de Saint-Brieuc.

De sinople à la fasce d'or, accomp. de trois casques de profil de même. Devise : En bon chrétien.

Hervé, croisé en 1748 (cab. Courtois) ; lîaoulet, écuyer de la garde du château de Lehon en 1380 ; Pierre, chambellan du duc François II en 1458, marié à Guillemette de la MotteRouge, père de François, sénéchal de Rennes et chancelier de Bretagne en 1485, époux d'isabeau Hingant.

Un chevalier de Malte en 1664 ; une fille à Saint-Cyr en 1718.

Le sr des Vallées, paroisse de Carfantain, év. de Dol, et le sr de Goasfounteun, déboutés aux réformations de 1668 et 1699.

Cristy, (or. de Normandie) sr de la Pallière, — de la Morinière, — de Hauteville, en Normandie, — des Douets, par. de Saint-Meloir-des-Ondes, év. de Saint-Malo. Assemblée de la noblesse de Coûtantes en 1789. Un capitaine des vaisseaux du Roi, chevalier de Saint-Louis en 1778.

Chupeau, sr du Fail, par. de Goven, — desMesnils,— de la Musse, par. de Baulon, — des Hautevilles, — des Longrais, par. de Saint-Thurial, — de la Guerche, par. de la Chevrollière.

Maint, au conseil en 1673; réf. et montres de 1479 à 1569, par. do Goven el Saint-Thurial, év. de Saint-Malo.

D’argent à trois pins de sinople, traversés d’un sanglier d’or ; parti d’argent au lion de gueules ; au chef d’azur, chargé d’un croissant accosté de deux étoiles, le tout d’argent.

Jean, sergent féodé et de menée, exempt de fouages pour son office, réformation de 1513, paroisse de Goven ; Mathurin, sr de la Guerche, receveur des fouages de Léon en 1626.

Chupin (orig. du Maine, maint, par arrêt des aides de Paris en 1610), sr de la Guitonnière, — de la Maison-Rouge.

Maint, réf. 1669, 0 gén., ress. de Fougères.

D’azur à six billettes d’or, 3. 2. 1.

Ciet (le) sr de Méstridieu.

Déb., réf. 1670, par. des Sept-Saints de Brest, év. de Léon.

D’azur à une rose d’argent, accomp. de trois macles d’or. (Arm. 1696).

Un commissaire ordinaire de l’artillerie à Brest en 1696.

Cido (orig. de Gênes), prince de Massa et de Carrera en 1568.

De gueules à la bande échiquetée d’argent et d’azur de trois tires, qui est Cibo ; au chef de Gênes, qui est d’argent à la croix de gueules ; aliàs : abaissé sous un autre chef de l’Empire.

Arano, vice-roi de Naples, mort en 1457, père de Jean-Baptiste, pape sous le nom d’Innocent VIII en 1484; Nicolas, archevêque d’Arles en 1489, battait monnaie à son nom ; Laurent, cardinal et archevêque de Bénévent, fut en outre pourvu en 1490 par son oncle Innocent VIII, de l’évêché de Vannes qu’il fit administrer par un grand vicaire, jusqu’à sa mort arrivée en 1503 ; Marie-Thérèse, unique héritière de sa maison, mariée en 1741 à Hercule-Renaud d’Esté, duc de Modène.

* Cibon (orig. de Provence).

D’or à l’aigle impériale de sable, qui est de l’Empire ; aliàs : chargée d’un écusson de Cibo (Arm. 1696). Devise : Léauté passe tout.

Gaspard, l’un des trois consuls d’Aix en 1667 ; François, lieutenant-général en la sénéchaussée d’Aix en 1698 ; un capitaine des vaisseaux du Roi en 1780 et un chevalier de Malte en 1792.

Cette famille s’est alliée en Bretagne aux Kersauson, Dibart, Collas de la Motte, Brossart, Cramezel, Mellon, du Beaudiez et Bihannic de Tromenec.

Cicé (de), sr dudit lieu, par. de Brutz, év. de Rennes.

Porte un lion (Sceau 1436) ; aliàs : de gueules à la bande d’hermines (G. le B.). comme Bois-Adam, Chalonge et Lorgeril.

Fondu dans Botherel, depuis lesquels la seigneurie de Cicé a été possédée par les Hingant, les Champion qui la firent ériger en baronnie en 1598, les Berthou de Kerverziou et les La Bourdonnaye.

Cicoteau (orig. du Poitou) sr de la Martinière.

D’azur à la croix pattée d’argent, cantonnée de quatre besants de même ; à la bordure de gueules, chargées de six étoiles d’argent (Arm. 1696).

Un maître des comptes en 1733. dudit lieu, par. de Venèfles, — du Plessis-Masure, par. de Moulins, — de Maupré, par. de Marcillé-Robert, — de la Villate. Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

La branche aînée fondue vers 1490 dans du Hallay.

Cillart, spde la Cillardière, — de Champ-de-Radeuc, par. d'Amanlis. Réf. de 1427 à 1513, par. d'Amanlis, év. de Rennes.

D'hermines à trois chevrons de gueules (Sceau 1380), comme de Plœuc.

Olivier, dans une montre de 1380.

Le sr do Kerampoul, paroisse de Sarzeau, débouté, réformation de 1669.

Cillart, sr de la Villehélio, par. de Plourhan, — de la * Villeneuve, de Coatarsant et de Lezérec, par. de Lanmodez, — de Kerilis et de Kersaliou, par. de Pleubihau, .— de Keranstivel, par. de Plougrescant, — de Goazven, — de Mezanroux, — des Landes, — de Pratilly, — de Kergomar, — de Suville, par. de Trémeloir, — de Kerguézennec, — de * Kermainguy, par. de Pleumeur-Gautier, — de Kerhir et de Kerantrez, par. de Trédarzec, — du Clezmeur, — de Kerouazet.

Anc. ext., réf. 1668, dix gén., réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plourhan et Plérin, év. de Saint-Brieuc et Lanloup év. de Dol.

De gueules au greslier d'argent, enguiché de même en sautoir. Devise : Mon corps et mon sang.

Henri, de la paroisse de Pleubihan et Jehanne, sa femme, font une fondation à Beauport en 1312 ; Eudon, écuyer de Charles de Blois et prisonnier avec lui à la bataille de laRocheDerrien, en 1356; Jean, abbé de Beauport en 1376; Jean, écuyer d'écurie de Louis d'Anjou, roi de Sicile, reçut de ce princo promesse de 1 1025 florins d'or, en payement de ses gages et de ceux de 30 lancs de sa retenue, qu'il commandait au recouvrement du royaume de Sicile en 1384 ; Pierre, fils de Jean, épouse vers 1423 Catherine de la Lande ; Geoffroy prête serment au duc entre les nobles de Goëllo en 1437 ; un brigadier d'infanterie en 1780 et un chef d'escadre en 1786 ; trois membres fusillés à Quiberon en 1795.

Cillel'r (le) (orig. de Normandie), srde Lorgeril, — de Lambertière,— de la Garenne. Ext., réf. 1668, sept gén., ress. de Rennés.

D'azur à la bande d'or, accostée en chef de trois molettes d'argent, et en pointe de trois coquilles d'or.

Robert, de l'élection de Domfront, vivant en 1470 marié à Michelle Chauvin ; Jacquet, leur arrière petit-fils, s'établit vers 1570 en Bretagne, où il épousa Guillemette du Mat?;.

Cintré (de), voyez Huchet.

Clairefontaine (de), sr dudit lieu, par. de Trcfumel, év. de Saint-Malo. Réf. 1513, par. de Médréac et le Crouais, év. de Saint Malo.

D'or au chef d'azur, chargé d'un annelet d'or (Arm. de l'Ars) ; aliàs : d'azur à la fasce d'argent, chargée d'un annelet de sable ; au chef d'or (Arm. 1690).

Julienne, épouse en 1652, Christophe de Saint-Meen.

Cl.airambault ( orig. de Brie, maint, au conseil en 1699), sr de Grégy, — de Doulon, de Penhoët, par. de Plouaéour-Menez, év. de L'ion, — du Casquer, — de Lesconvel. D'argent à l'arbre arraché de sinople (Arm. 1696).

Pierre, secrétaire du Roi en la grande chancellerie, † 1696, époux de Jeanne le Boiteux, père d'autre Pierre, généalogiste des ordres du Roi en 1698 et aïeul de Nicolas-Patchal, généalogiste des ordres du Roi en 1716: un général de brigade en 1855, depuis général de division, prisonnier à Sedan en 1870 † 1878.

Cette famille alliée en Bretagne aux Barbier, Peiifentenyo, ChappidiUiim et GoStloaquel est aujourd'hui éteints.

Claples, év. de Tréguier.

Ecarlelé aux 1 et 4 : losangé d'or et de gueules ; aux 2 et 3 : d'argent à une croix de sable. (G. le B.).

Clarté (de La).

Vairé d'or et de sinople (Arm. de l'Ars).

Clartière (de La), sr du dit lieu, par. de Salnte-Croix de Machecoul, — de la Garnaudiùre, par. de Fresnay. Réf. 1455, par. de Machecoul, év. de Nantes.

Jean, écuyer dans une montre reçue par Foulques île Laval, en 1356 ; TfièOaud, capitaine d'une compagnie d'ordonnance en 1421, maître d'hêtel du duc en 1437. Fondu dans Grimaud.

Clarke (orig. d'Irlande).

Arrêt de reconnaissance d'anc. ext. en 1766, enregistré au conseil souverain de la Martinique en 1781.

D'or à la bande denchée d'azur, chargée d'une étoile d'argent et de deux besanls d'or. Devise : Omnia nobis prospéra.

Le maréchal duc de Feltre, pair de France, † 1818, appartenait à cette famille.

Clavier (lej, sr de la Pageotière, — du Boisbidé, — du Moulin, — de Miniac, par. de

Miniac-Morvan, de la Uassetière, — de Villenouveaux, — des Ferrières.

Ext. arrêt du pari, de 1778, ress. de Rennes.

De gueules à deux clefs d'argent, adossées et passées en sautoir.

Jean, secrétaire du Roi en 1655 ; deux gentilshommes de la vénerie du Roi en 1695. La branche de Miniac tondue dans de France ; les autres branches éteintes.

Clausse (orig. de Picardie), sr de Néry-en-Valois, — de Fieury, — de Marchaumont.

D'azur au chevron d'argent, accomp. de trois têtes de léopard d'or, enmuselées chacune d'un annelet de gueules.

Cosme, 1er président aux comptes de Nantes en 1547, père d'Henry, conseiller au parlement de Bretagne en 1566, grand maître des eaux et forêts de France en 1567 ; trois évêques, comtes de Châlons de 1572 à 1640.

Clays (de), sr du Loray et de la Vénourie, par. de Fougeray. Réf. 1450 â 1513, dite par. év. de Nantes.

D'argent au lion de gueules, accomp. en pointe d'un huchet d'azur.

Badulphe, croisé en 1248 (Cab. Courtois).

Fondu en 1654 dans Castellan.

Cleauroux (de), sr de Kergadiou et de Kerauffret, par. de Bourbriac, — de Keryvon, par. de Goudelin.

Anc. ext. réf. 1670, cinq gén., réf. et montres de 1427 à 1543 par. de Bourbriac, év. de Tréguier.

D'argent à la bande engreslée d'azur, accomp.de six tourteaux de gueules en orle.

Jacques, vivant en 1513 épouse Jeanne de Kerlivio.

Cleg'h, sr de Kerdonvaly, par. de Cavan.

Réf. et nontres de 1427 à 1543, par. de Cavan et Pluzunet, év. de Tréguier.

De gueules à l'aigle éployée d'argent.

( Leg'h, sr de la Villeclec'h et du Guermeur, par. de Lanaébert, — de la Villegarnier, — de la Grange.

Déb. réf. 1670; réf. et montres de 1513 à 1543, par. de Lannebert, év. de St-Brieuc.

D'argent à la tête de cheval bridée de sable (Arm. de l'Ars.)

Clec'h ou Clerc (le), sr de Kerhuel, par. de Lanloup, év. de Dol.

Porte un sautoir cantonné de quatre fleurs de lys (Sceau 1253).

Conan, chevalier, de la paroisse d'Yvias, en procès avec les moines de Beauport en 1233.

Clécunan (de), sr dudit lieu, par. d'Irvillac, — de Keranhoat, par. de Loperhet.

Réf. et montres de 1426 à 1536, par. d'Irvillac, év. de Cornouaille.

De sable à trois huppes d'argent, becquées de gueules, comme Kerguern.

Fondu dans Rosnyvinen.

Cléguennec (de), sr dudit lieu et de Kerdréan, par. de Naizin, — de Talhouët, par. de Lantillac, — de Mélien, par. de Cléguer, — de Moustoirlan, par. de Malguénac, — de Kermorval, — de Kermadéhoa, par. do Kernével, — de Kerdavid, par. de Locamand, — d? Bernac, par. de Saint-Allouestre.

Anc. ext., réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1536, par. de Naizin, Saint-Allouestre et Saint-Jean Brévelay, év. de Vannes.

De gueules à trois croissants d'argent ; aliàs : accomp. en chef d'un écu d'azur à sept macles d'or, qui est Madio, pour la branche de Kerdréan.

Louis, vivant en 1350, père de Perrot, marié en 1397 a Alix Madio, dame de Kerdréan ; Pierre, l'un des commissaires de la réformation de Vannes en 1426. .

La branche de Kerdréan fondue dans de Langle ; la branche do Mélien fondue dans Robecq.

Cléiiunault (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Martin-des-Prez, — d'Yvignac, par. de ce nom.

Réf.

Réf. et montres de 1536 à 1562, par. de Saint-Martin, év. de Cornouaille.

D’argent à trois lions d’azur, lampassés de gueules.

Jean, maitre d’hôtel de la reine Anne en 1508.

Fondu dans Rosnyvinen de Quitté, puis d’Espinay.

Clément, sr de Beaumont, par. de Derval.

Déb., réf. 1668, ress. de Nantes.

D’argent à trois bandes de gueules.

Clément, sr de Beauvais, par. de Saint-folombin, — de Charny.

De gueules à trois écussons d’argent.

Un maître des comptes en 1698.

Clerbault.

Porte deux fasces accomp. de trois besants (Sceau 1381).

Sylvestre, ratifie le traité de Guérande en 1381.

Clerc (le), (orig. du Maine), sr des Roches, — baron de * Juigné en 1647, — sr de Coulaines, de Saint-Ouën et de Champagne-Hommet, au Maine, — marquis de Montaigu, dans les Marches, — sr de la Gaisne, par. de Corsept, — du Rouzeray et de la Petite-Rivière, par. de Varades, — de la Chapelle, par. de Siou, — du Bois-Rouault, par. de Chemeré, — de Maumusson, par. de Saint-Hilaire-des-Chaléons.
D’argent à la croix de gueules, engreslée de sable, cantonnée de quatre aiglettes de même.

Devise : Battons et abattons.

Guillaume et Humbert, croisés en 1190 ; Colas, tué à la bataille de Poitiers en 1365 ; Guy, abbé de la Roë en Anjou, de Saint-Jacques de Montfort et de Saint-Aubin-des-Bois, évêque de Léon et aumônier de la reine Claude, † 1523 ; un lieutenant-général en 1780 ; un évêque de Châlons en 1764, archevêque de Paris en 1781 et trois pairs de France de nos jours.

Clerc (le), sr de Keraliou, par. de Tréduder, év. de Tréguier.

De gueules à la croix ancrée d’or, cantonnée en chef de deux macles de même. (G. le B.).

Le sr de Kerrest, paroisse de Duault et les srs de la Villeguiomarc’h et de la Grange, ressort de Saint-Brieuc, déboutés, réformation de 1670.

Clerc (le), sr de Lezuhel, par. de Perros-Quiree, — de Coëtjézégou, par. de Camlez.

D’or à une bande de gueules, chargée d’une macle d’or, entre deux coquilles d’argent (G. le B.).

Cette famille et la précédente paraissent avoir la même origine.

Clerc (le), sr de la Tour, par. de Saint-Vougay, — de Keraouel, par. de Plounévez-Lochrist, — de Keroulédic, par. de Plounéventer.
Réf. de 1426, par. de Plounéventer et Plouvorn, év. de Léon.

D'or à trois roses de gueules ; alias : d'or au tau ou croix de Saint-Antoine d& gueules, accosté de deux roses de même (Sceau 1381).

Pierre, ratifie le traité de Guérande en 1381. Fondu dans Tttdual puis Le Borgne.

On trouve Hervé, croisé en 1248 (Cab. Courtois), mais nous ne savons & quelle famille le Clerc il appartenait.

Clerc (le) .

Réf. et montres de 1444 à 1481, par. de Plouénaa et du Minihy, év. de Léon.

D'argent à un écureuil rampant de gueules, rongeant une pomme d'or (G. le B.).

Jean, de la paroisse de Plouénan, anobli en 1440, pour le bon gouvernement de son père. Les s" de Guisguillen et de la Ville-au-Clerc, ressort de Lesneven, déboutés, rélormamation de i 670.

Clerc (le), sr de Kergolher, par. de Plaudren. Déb., réf. 1669, ress. de Vannes.

D'argent fretté d'azur (Arm. 1696). Louis, procureur du Roi à Vannes en 1698.

Clerc (le), (orig. de Normandie), sr d'Osraonville, par. de Saiat-Saens. Déb., réf. 1668, ress. de Nantes et Rennes.

De gueules à un lion d'argent, issant d'un croissant de même (Arm. 1696). Le sr de la Galotière, secrétaire du Roi en 1774.

Clerc (le) (orig. de Paris), srdu Tremblay.

D'argent au chevron d'azur, accomp. de trois roses de même.

Pierre, grenetier du grenier à sel de Château-Thiery, puis trésorier de France, anobli en 1390; Jean, président aux enquêtes du parlementde Paris, marié à Marie de la Fayette, dont: 1o François, dit le P. Joseph', capucin, connu dans l'histoire pour avoir eu la confiance de Richelieu, † 1638 ; 2o Charles, gouverneur de la Bastille, père de Claude, abbé de Beaulieu en 1628, † 1704, à l'âge de 91 ans. (Famille éteinte).

Clérigo (du), sr de Kerozet. par. de Saint-Avé.

Réf. et montres de 1426 à 1481, dite par., év. de Vannes.

Ecartelé aux 1 et i : de sable à l'aigle éployée d'or ; aux 2 et 3 : d'argent à la fasce de gueules, accomp.de trois clefs d'azur ; sur le tout : d'hermines au franc quartier de gueules, chargé de trois fermaux d'or.

Olivier, père de Marion, dame de la duchesse Jeanne de France, en 1426 ; autre Olivier marié à Olive Benoist de Lesnevé, père de Jeanne, dame de Kerozet, femme en là 15 de Jean de la Bourdonnaye.

Clermot (de), (orig. du Dauphiné), duc*de Clermont-Tonnerre, — comte de Thoury, — baron de Dampierre, — marquis de Montoison et de Mont-Saint-Jean, pairs de France.

De gueules à deux clefs d'argent en sautoir. Devise : Si omnes, ego non.

Antoine, grand maître des eaux et forêts en 1551 ; Claude-Catherine, baronne de Retz par donation de .lean d'Annebaud, son premier mari, porta, en 1562, cette seigneurie à Albert de Gondy, maréchal de France, avec lequel elle convola ; Charles, abbé de SaintGildas-de-Rhuys en 1617, † 1626 ; Marie-Charlotte, mariée en 1738 à Hyacinthe-Gaétan, comte de Lannion, lieutenant-général ; un maréchal de France en 1747, † 1781.

Clesmeur (du), voyez Jar (le).

Cleuziou (du), voyez Raison.

Cletziou (du), (ramage de Guingamp), sr dudit lieu, par. de Louargat, — de Sanspé,

— de Roudoumeur, — de la Garde.

Anc. ext., réf. 1669, septgén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Louargat, év. de Tréguier. D'hermines à trois annelets de sable. Yves, vivant en 1417, épouse Guillemette le Goaz.

La branche ainéc fondue vers 1568 dans les Raison qui ont retenu les armes du Cleuziou.

Cleuz (du), sr dudit lieu, — du Gage, par. de Roslandrieux, — de la Lande, par. de Saint-Potan, — du Modetz, par. de Brélévenez, — de Kerazlouant, par. de Calanhel,

— du Cleuzdon et de Botillio, par. de Plougonver, — dè la Boessière, par. de Plusquellec, — du Mironer, par. de P!élan-le-Petit, — du Bois de la Roche, par. de Coadout, — de Rimaison. par. de ttieuzy, — de la Motte, par. du Gouray, — de la Roche-Droniou, — baron de Pestivien, par. de ce nom, — sr des Salles, par. de Saint-Michel de Guingamp.

Ane ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1478 à 1513, par. de Roslandrieux, év. de Dol.

Émanché d'or et de gueules de six pif'ces ; alias: d'or à l'emanche de trois pièces de gueules, mouvant du flanc sénestre, voyez Lansaniel et Harsculphe.

Olivier, chevalier de l'Hermine en 1454, épouse Marie le Voyer, dame du Gage ; Guy, chevalier de l'ordre en '622. Fondu en 1785 dans Kerouart*.

Ci.euz (de), sr dudit lieu et de Marzain, par. de Saint-Nazaire, — de Saille, de Trévé- négat et de Trouveray, par. de Guérande, — du Vauguillaume, par. de Vay, — de Monthonnac, par. de Saint-Molf, — de Rédillac et de Pont-d'Ars, par. de Saint- Jacut, — de foménan, par. de Rieux.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Nantes et Vannes. D'argent à trois coqs de sable, comme Tircoq.

Perrine, dame de Marzain épouse vers 1430 Thibaut Malor ; leurs descendants se sont fondus par les Rohan dans les Carné. La branche de Rédillac fondue en 1536 dans Huchet.

Clel/.meur (du), sr dudit lieu, par. de Pleumeur-Bodou, év. de Tréguier.

Losangé d'argent et de gueules ; au chef d'or, chargé d'un léopard de gueules. (G. le B.).

Cleuzyait, voy. Cluziat (de).

Clévédé, sr de Coëtbihan, par. de Laz, — du Guerlosquet, par. de Plourac'h, — de Quénéc'hamon, par. de Guerlesquin, — du Porzou, par. de Pédernec, — du Scozou, par. de Loguivy, — de l'isle, — du Penquer.

Ext. réf. 1670, cinq gcn., réf. et montres de 1481 à 1543, par. de Laz et Plourac'h, év. de Cornouaille, Guerlesquin, Pédernec et Loguivj -Plougras, év. de Tréguier etTaulé, év. de Léon.

D'argent à deux lions affrontés de gueules, tenant une lance d'azur en pal de leurs pattes de devant.

Philippe, fils de Maurice, épouse vers 1530 Guilleinette de Kerdaniel.

Le sr de Kercadoret, paroisse de Pouldreuzic, débouté, reformation de 1670.

Clisson (de), sr dudit lieu, év. de Nantes, — baron de Pontchàleau, — sr de Blain, — de Belleville, de Montaigu et de la Garnach2, en Poitou, — du Gavre, par. de ce nom, sire de Josselin, — comte de Porhoét, — sr de l'Épine-Gaudin, — de Châteauceaux, — de Châteauguy, par. du Cellier.

De gueules au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or (Sceau 1278). Devise : Pour ce qu'il me plaisl.

Guy, fit une fondation au prieuré de Châteauceaux en 1074 ; Olivier, époux en 1258 de Constance, dame de Pontchâteau ; Simon, évêque de Saint-Malo en 1263, † 1285 ; Garnier, capitaine de Brest pour Charles de Blois, tué au siège de cette place en 1311 ; Olivier, frère du précédent, décapité par ordre de Philippe de Valois en 1343, père d'autre Olivier, connétable de France, † 1407.

Cette puissante maison s'est fondue au xv" siècle dans les Rohan et les Penthièvre ; et la seigneurie de Clisson, confisquée sur ces derniers par le duc Joan Y fut donnée par ce prince à son frère Richard, comte d'Etampes, et a été possédée ensuite par François, baron d'Avaugour, comte de Vertus, fils naturel du duc François H, qui la transmit à ses descendants, d'où elle est entrée par alliance dans la maison do Rohan-Soubise.

Clisson, voyez Scliczon.

Cloarec (le), sr de Kerguesténan, par. de Pouldergat.

Déb. réf 1669 ; réf. et montres de 1536 à 1562, dite par., év. de Cornouaille. D'or à la croix de gueules, chargée de cinq merlettes d'argent.

Cloc'her, sr du Roz, par. de Portzpoder, — de Guernilly, par. de Plouvien, — de Kergoëledic et de Keranmoal, par. de Plounéventer, — de Crec'hquérault, par. de Plouvorn.

Réf. et montres de 1426 à 1503. dites par., év. de Léon.

Pour les armes, voyez Crec'hquérault, dont une branche a gardé le nom.

Jean, homme d'armes dans des montres de 1451 à 1481.

Clos (des), sr de la Molière, par. de Saiot-Senoux, — de la * Fonchais, par. de SaintMalo-de-Phily.

D'argent au chevron brisé d'azur, accomp. d'une ancre de sable ; au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or. Devise : Salus in adversis.

Jean, connétable de Rennes en 1701, secrétaire du Roi en 1711. Clos (du).

De gueules au léopard d'argent, au pal losange d'or et de sable brochant. Pierre, référendaire à la chancellerie en 1718.

Clos (nu), voyez Pinot.

Closmadeuc (de), voyez Uhyoy.

Cluziat (de).

D'hermines au lambel à cinq pendants (Sceau 1255) ; aliàs : d'azur à un rencontre de bœuf d'or (G. le B.).

Henri, chevalier, fils Alain, flls Eicdon Cadiou, aumêne une terre en Ploubazlanec, aux moines de Beauport, l'an 1255.

Coad, Couad, Coat (le) ou Coëd, Couën, Coër (le) en français Du Bois, voyez ce dernier mot.

Pour tous les noms commençant ainsi, nous avons suivi l'orthographe la plus usitée, les familles comme les auteurs les ayant écrits de ces différentes manières.

Coadallan (de), sr de Kerham, de Kergrescant et de Coëtjézégou, par. de Camlez, — de Kerflacca, — de Kermouster, par. de Lanmeur, — de Beaulieu, par. de SaintGlen,

— de Kernolquet, — du Porzou, par. de Pédernec, — de Trolong, par. de Heogoat,

— du Précorbin.

Ext. réf. 1670, sept gén., réf., et montres de 1481 à 1543, par. de Camlez et Pommerit-Jaudy, év. de Tréguier.

D'azur au sautoir d'argent, accomp. de quatre coquilles d'or, voyez Campion.

Alain, flls Alain, épouse vers 1481 Jeanne Gouicquet. La branche de Kerham, fondue dans le Lay.

Coail, sr de Traonévez, par. de Plouëzoc'h, — de Kermeur, par. de Plougasnou, — du Bois-de-la-Rive, par. de Lanmeur. Déb. réf. 1669, ress. de Morlaix.

D'argent semé de fleurs de lys de sable, au franc-canton d'argent, chargé d'une caille au naturel. (G. le B.).

Auffroy, gouverneur du château du Taureau on 1563.

Coant (le), sr de Kerlémarch.

Montre de 1481, par. de Plougras, év. de Tréguier. Henri, anobli en 1441.

Le sr de Poulfanc, ressort de Morlaix, débouté à la réformation de 1668.

Coasquin, sr du Bouilly, ress. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois croissants d'argent, rangés enfasce, surmontés chacun d'une étoile d'or et accomp. en pointe de deux couronnes a l'antique de même, (Arm. 1696).

Coat (le), sr de * Saint-Haouen, par. de Plougonveliu,— de Kernoter,— de * Kervéguen.

D'argent au chevron d'azur, accomp. de trois trèfles de gueules ; aliàs : d'azur au chevron d'or, accomp. de trois trèfles d'argent.

Un sénéchal de Daoulas on 1751 ; un sous-lieutenant de vaisseau en 1788 ; un contreamiral en 1816 élevé sous la Restauration à la dignité de baron.

'coattarel (de), sr dudit lieu, par. de Ploubezre, — de Kerpichon, par. de Buhulien, — de Kervérault, par. de foëtrévan, — de Keranglas, — de Kernaudour, par. de Guénézan, — de Kermodetz, par. de Pleumeur-Bodou, — de la Bouexière, — de Kerambilly, — de Kergadiou, — de Lanven, — du Cosquer, — de Kerboumet, par. de Duault.

Anc. ext. réf. 1069, six gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Ploubezre, Coôtrévan et Guéuézan, év. de Tréguier.

D'azur à trois fasces d'argent ; aliàs : d'argent à trois fasces d'azur.

Rolland, croisé en 12'i8 (Cab. Courtois) ; Louis, sr do Kervérault, épouse vers U81 Catherine le Rouge ; un page du Roi en 1741. La branche ainéo fondue dans Quélennec.

Coiuz (de), sr dudit lieu, par. de Lanhélen, — de la Chapelle, par. de Carfa^taiu, — du Peiit-Motried, par. de Roslandrieux.

Réf. et montres de 1478 à 1513, dites par., év. de Dol.

D'azur billeté d'argent (Arm. de l'Ars.).

Guigon, fit une fondation à l'abbaye de la Vieuville en H90 et se croisa la même année.

Fondu dans Ruffier.

Cociiart forig. de Normandie), sr de la Cochardière, — du Pont-Dauphin, — de la Chalopain, — de Fresneville.

Ext., réf. 1670, six gén., ress. de Fougères.

De gueules à trois fasces d'or (aliàs- : d'argent.

Ambroise, de la paroisse d'Husson, élection d'Avranchcs, annobli par la charte généiale des francs-fiefs en 1470 ; Guillaume, épouse vers 1490 Mathurine de Vauborel.

Cocenneuc, sr de Guernélez, par. du Tréhou, — du Lescoat, par. de Plounévez-Lochrist,

— de Penanvern.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. du Tréhou et Plounévez, év. de Léon.

D'azur au faisan d'or.

Fondu en 1559 dans Mol.

Cochon, sr du Vauruffier, demeurant à Lamballe.

Déb. réf. 1668, ress. de Saint-Brieuc.

D3 gueules à trois billettes percées d'or, parti d'azur à trois billettes d'argent (Arm. 1696).

Cocquart, sr de Kerné, — de Coëtpéanet de Rosxman, par. de Guérande, év. de Nantes.

D'azur à un coq d'or, perché sur un arc d'argent, couché en fasce et accomp. en pointe de deux flèches de même, empennées d'or, passées en sautoir. (Arm. 1696).

Un membre condamné à mort par contumace pour sa participation à la conspiration de Oellamarj en 1720; un capitaine au régiment colonet-général en 1772 ; un capitaine au régiment de Viennois en 1781.

Coènte (le), sr de Quillien, par. de la Chèze, — de Kerouant.

Réf. et montres de 1423 à 1513, par. de la rhèze, év. de Saint-Brieuc.

Porte une clef (Sceau 1381); aliàs : trois macles et un chef engreslé (BlancManteaux).

Jean, ratifie le traité de Guérande entre les bourgeois de Saint-Malo en 1381.

CoësmeS (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, — du Brossay, par. de Noyal-sur-Brutz,

— de Maillechat, par. de Guipel — de la Bichetière et du Sauzay, par. de Soudan,

— de la Bagais et du Pas-Besnier, par. de Saint-Jean-de-Bérc, — de Maumusson, par. de ce nom, — de la Chenaudière, par. de Rhétiers, — du Jarriay, du Plessix, du Rocher et de la Séverière, par. de Rougé, — du Plessix, par. de Noyai sur-Seiche, — de Landamère, — du Loroux, par. d'Essé, — de la Babinais, par. du Pin, — de la Herpinière, par. du Loroux-Bottereau, — des Touches-Tarambaud, en Anjou, par. Saint-Georges-sur-Loire.

Réf. de 1427 à 1513, par. de Guipel, Noyai et Rhétiers, éy. de Rennes, Soudan et Rougé, év. de Nantes.

. De gueules fretté d'hermines (Sceau 1270) ; aliàs : trois fasces chargées d'un cotice (Sceau 1421).

Brient, donne à Savigné la moitié des décimes de Rhétiers, donation confirmée en 1192 par Hervé et Mathieu ses enfants ; Jean, épouse Thomasse Babin, dame de la Babinais, morte en 1333 ; Erard, marié en 1381 à Marguerite de Saint-Mhervé, dame du Loroux, dont Jean, époux en 1405 de Marie de Chevigné.

La branche aînée fondue dans le Vayer puis Maillé qui vendirent en U55 la seigneurie de Coêsmes aux la Roé qui l'ont transmise par alliance en 1555 aux du Refuge, d'où elle est tombée aux Goyon ; la branche du Loroux fondue dans la Feillèe.

Co&smes uoy. Couësmes (de).

Coëtando (de), sr dudit lieu, par. de Plouagat-Chatcl-Audren, év. de Tréguier. D'argent à trois fasces de sable, au lion de sinople brochant (G. le B.). Moderne : le Roux, puis Briot.

GoëtAneZre (de), sr dudit lieu, par. de Ploaré, — de Lezergué, par. d'Ergué-Gabérie, de Pratmaria, par. de Locmaria, — marquisdela Roche, par. de Saint Thoix, — sr du Granec, par. de Landeleau, — de Pratanraiz, des Salles.de Kerpaën, et de Tréqueffélec, par. de Kerfeunteun.

Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Ploaré, Landeleau, Ergué-Gabéric el Kerfeunteun, év. de Cornouaille.

De gueules à trois épées d'argent, garnies d'or, les pointes en bas, rangées en bande.

Jean, procureur général en 1457.

La branche aînée fondue dans Bérien, puis Quèlen-Vieuxchâtel ; la branche de Lezergué fondue en 1532 dans Autret ; la branche de la Roche, fondue en 1595, dans Kernezne.

CoëTAnlem (de), sr dudit lieu, év. de Cornouaille, — de Rodalvez, par. de Languengar,

— de Goazellou, — du Plessis, — de Trogriffon, par. d'Henvic, — de Keravel, par. du Minihy, — de Moguérou, — de Rostiviec, — de Penanrue et du Stivel, par. de Ploujean, — de Keraudy, par. de Plouëzoc'h, — de Launay, — du Pratmeur.

Anc. ext., arrêt du pari, de 1776, dix gén.; réf. et montres de 1448 à 1534, par. de Plougoulmet du Minihy, év. de Léon et Saint-Mathieu de Morlaix, év. de Tréguier.

D'argent à une fleur de lys de sable, surmontée d'une chouette de même, becquée et membrée de gueules, voyez Joson, Le Rouge et Sugarde. Devise : Germinavit sicut lilium et flore bit in sternum ante Dominum.

Yvon, épouse vers 1427 Catherine Calloêt ; Jean, célèbre corsaire sous le règne du duc François II, puis grand amiral de Portugal en 1484, f à Lisbonne vers 1492 ; Nicolas, neveu du précédent, acquit une grande fortune dans la course et le commerce maritime et épousa avant 1500 Méance le Borgne. (Famille éteinte de nos jours).

Coctanscours (de), sr dudit lieu, par. de Plourin, — de Kermorvan, — de Rozalec,

— de Kerbuzic, par. de. Locquéméau, — de Kerduff, par. de Ploumilliau, —< du Rest, — de Launay, par. de Ploubezre, — du Roscouët, — de Kervény et de Tromelin, par de Plougasnou,'— marquis de Kerjan, par. de Saint-Vougay.

Anc. ext., chev. réf. It69, huit gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plourin, év. de Tréguier.

D'argent au chef endenché de gueules, comme le Borgne. Devise : A galon vad (de bon cœur).

Guillaume, vivant en 1427 épouse Plézou de Goôsbriand ; un conseiller au parlement en 1642 ; un colonel au régiment d'Angoumois, en 17U. Fondu dans Eogier du Crévy, puis Brilhac.

CoëtArmOAl (de), sr dudit lieu, par. de Plouzévédé. Réf. de 1443, par. de Plouzévédé, év. de Léon.

D'azur à deux épées d'argent, aux gardes d'or, posées en sautoir. Fondu dans Mescouez.

" CoëTAudON ou Coataudon (de), (ramage de Pont l'Abbé), sr dudit lieuet du Froutven, par. de Guipavas, — de Kerénez, par. de Kerlouan, — de Kerrannou, — de KerdufT, par. de Plouvien, — de Tromanoir, par. de Plouénan.

Ane. ext. chev., réf. 1669, onze gén., réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Guipavas, év. de Léon.

D'or au lion de gueules, armé lampassé et couronné d'azur, qui est Pont-VAbbé ; aliàs : à la bordure componnée d'argent et de gueules. Devise : Tout à souhait.

Olivier, épouse vers 1100 Catherine de Touronce ; un conseiller au parlement en 1781.

CoëTBilLT (de), sr dudit lieu, par. de Cuzon, — de Lesmenguy, par. de Plozévet. Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Cornouaille. Fondu dans le Minec, puis Kerhoênt.

CoëtCOngAr (de) (ramage de Toulgeët), srdudit lieu, par. de Ploujean. Réf. et montres de 1446 à 1543, par. de Ploujean, év. de Tréguier.

D'or à cinq quintefeuilles de gueules, posées 2, 2 et 1 ; au franc-canton palé de gueules et de vair de quatre pièces.

Moderne : Calloêt, puis Kergadiou et du Bois des Cours.

Coëtcrizioo (de), sr dudit lieu, de Kerdalaëz et de Kerdalhan, par. d'Irvillac, — de Guiller.

Anc. ext. réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1444 à 1562, par. d'Irvillac, év. de Cornouaille.

D'argent à une tête de maure de sable, tortillée d'argent. Olivier, épouse vers 1440 Jeanne le Goff.

CoëtDOun (de), sr dudit lieu, par. de Plouguiel.

Réf. et montres de 1427 à 1535, par. de Plouguiel, cv. de Tréguier.

D'or à une épée d'azur en pal, accostée de deux croissants de gueules.

CoëTÉlez (de), sr dudit lieu, par. du Drénec, — de Kervilléon, — de Kerbrat, par. de Plabennec, — de Coëtnempren, par. de Trefflaouénan, — de Ruzunan, par. de Plougoulm.

Anc. ext. réf., 1669, sept gén., réf. et montres de 1443 à 1534, par. de Trefflaouénan, Plougoulm et Plabennec, év. de Léon.

De gueules à la tête de lièvre d'or ; aliàs : accomp. de trois quintefeuilles de même, pour la branche de Kerbrat.

Robert, grand maitre des eaux et forêts de France en 1356 ; Dèrien épouse en 1464 Anne de Kerrom. La branche aînée fondue dans le Ny.

CoëtenFAO (de), voyez Keriioënt.

Coctengars (de), sr dudit lieu, par. de Plouzévédé.

Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plouzévédé, Pleiber-Christ et Plouvorn, év. de Léon.

Tome I. 3^

De sable à une fasco vivrée d'argent accomp. de six basants de même comme Kerpérennez et Troërin.

Fondu dans Cosquer, puis du Chastel.

CoëTÉven (de), sr dudit lieu, par. de Ploërdut, — de Kermarî, de Lespersquen et de Suillado, par. de Persquen, — de Quinquiséven, par. de Lignol.

Réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Ploërdut et Persquen, év. de Vannes.

D'or à trois jumelles de gueules (Arm. de l'Ars.), comme Rosmadec-Gouarlot.

CoëTFreC (de), sr dudit lieu, par. de Ploubezre, év. de Tréguier.

Jean, entendu dans l'enquête pour la canonisation de saint Yves en 1330.

Fondu en 1373 dans Coêtgoureden. De cette famille la châtellenie de Coêtfrec a passé successivement aux Kerimel, Penhott, La Touche-Limouzinière, Sainl-A:nadour, BretagneVertus ; par acquêt en tbl4 aux du Parc Locmaria, puis par alliance aux Cosquer et en 1688 aux le Peletier de Rosambo.

CoëTgonien (de), sr dudit lieu, par. de Berhet, év. de Tréguier.

De gueules à trois quintefeuilles (aliàs : roses) d'argent, comme Perret. Fondu avant U00 dans du Perrier puis Sclizon.

OoëTgOnVAz (de), év. de Tréguier.

D'azur à trois massacres de cerf d'or. (G. le B.).

  • CoëTgOureDen ou Coatgouredsn (de), sr dudit lieu, par. de Pestivien, — de Coëtfrec, par. de Ploubezre, — de Locmaria et de Runvezit, par. de Ploumagoar, —. de Kerninoa et de Lezuriech, par. de Ploulec'h, — de Ksrraoul, par. de Trébeurden, — de Keranroux, par. de Plouaret, — de Kerauffret et de 'Crec'hambiay, par. de Maël Pestivien, — de Kermatéman, de Lespoul et de la Hayé, par. de Duault, — de la Boëssière, par. de Trébrivant.

Anc. ext. chev., réf. 1670, six gén., réf. et montres de 1427 à 1562, par. de Ploumagoar, Ploulec'h, Trébeurden et Plouaret, év. de Tréguier, Maël-Pestivien et Trébrivant, év. de Cornouaille.

De gueules à la croix endentée d'argent, comme Fraval et Phélippes. Devise : Je me contente ; et aussi : In cruce spes et munimen.

Cette famille dont le nom primitif est Phélippes, remonte à Nicolas Phélippes, sr de Coêtgoureden en 1300, père de Rolland, sénéchal universel de Bretagne pour Charles de Blois, prisonnier au sac de Lannion en 1346 ; Henry, député vers le roi Charles VI pour traiter de la paix en 1380, ratifia le traité de Guérande en 1381 et avait épousé en 1373 l'héritière de Coêtfrec ; Philippe, marié à Isabeau Provost, dame do Locmaria, ratifia le traité de Guérande en 1381 ; Yves, capitaine de Brest en 1407; Hervé et Philippe, abbés de Bégard do 1369 à 1417; Alain, srde Kermatéman, écuyer de la duchesse Anne, son sénéchal universel et son ambassadeur en Angleterre en 1489 ; Olivier, sr de Kerauffret, fils du précédent, marié à Olive de Cabournais, quitta le nom de Phélippes par lettres de mutation de surnom en 1485 et ses descendants existent encore.

La branche ainée fondue dès le xtv siècle dans Kerimel, d'où la seigneurie de Coêtgoureden a appartenu successivement aux PenhoSt, Guillard, Bègaignon et le Brun du Lojou ; la branche de Locmaria fondue vers 1460 dans du Parc ; la branche de Kerninon fondue dans le Roux. D'autres branches conservèrent le nom de Phélippes, voyez PhéLippes.

CoëTgourgAur/r (de), sr de Kerguidouc.

Réf. el montres de 1513 à 1543, par. de Pludual, év. de Saint-Brieuc.

Echiqueté d'argent et de gueules, à la bande d'azur chargé de trois roses d'or (Arm. de l'Ars.).

^octgourhant ou Boisourhant (de), sr dudil lieu, par. de Louannec, — de Pratanscoul, par. de Camlez, — de Leslec'h, par. de Trélévern.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Tréguier et Perros-Guirec, év. de Dol.

D'or au lion de sable, brisé d'une fasce en divise de gueules, comme Hvon de Hcrlan.

Geoffroi, lait une transaction avec les moines de Beauport en 125 i relativement à une dime, paroisse do Plourivo ; Olivier, fils du précédent et Agnès sa compagne se désaisissent en 1270 de dîmes, paroisse de Saint-Quay en faveur de Geoffroi leur (Ils ; Huon, prête serment au duc entre les nobles de Tréguier en 1437.

Geoffroi, chevalier au combat des Trente en 1351, parait issu de cette famille.

CoëTGouzAn (de), év. de Tréguier.

D'argent à une hure de sanglier de sable, posée en pal, défendue et allumée d'argent. (G. le B.\.

CoëTGuiziou (de), sr dudit lieu et de Guermorvan, par. de Louargal, — de Keranmilin.

De sable au massacre de cerf d'or(G. le B.) ; aliàs : de sable à trois rencontres de cerf d'argent.

La branche de Guermorvan fondue dans Kerguèzay, puis Goêtbriand.

CoëThéLOuhy ou Cootloury (de), sr dudit lieu, par. de Cavan, — de Landébédan. — de Remarquer, — de Runaudren, — de Kerally, — de Kergomar, — de Moréac, — de Villeneuve.

Anc. ext., réf. 1668, huit gén., réf. el montres de 1427 à 1543, par. de Cavan, év. de Tréguier.

Fascé de six pièces, trois pièces d'argent frettées de gueules et trois pièces de sable plein.

Olivier, épouse vers 1440 Marguerite le Maignan ; un page du Roi en ni" ; un chevalier de Saint-Lazare en 1727; une fille à Saint-Cyr en 1787. Fondu dans Rosily.

CoërauAL (de), sr dudit lieu, par. de Plouguernével, — de Bauzo, par. de Malguénac. Réf. et montres de 1481 à 1536, dites par., év. de Cornouaille et Vannes.

Porte trois fasces, à la bordure chargée de treize basants ou tourteaux (Sceau 1315).

Henri fils d'Henri et petit-fils de Rolland, fait un accord avec'le vicomte de Rohan en 1315 ; Olivier, écuyer dans une montre de 1356.

CoëtiLez (de), sr dudit lieu, par. de Locquénolé, év. de Dol, enclaves de Léon, — de Kervéguen, par. de Guimaëc. Réf. 1426, par. de Guimaëc, év. de Tréguier.

D'argent à trois bandes de gueules. (G. le B.), Fondu dans Estienne,

Coënnizan (de), sr dudit lieu, par. de Pluzunet, év. de Tréguier.

D'argent au lion de sinople, comme Duatrit, Guynon et du Largez ; aliàs : accomp. de trois quintefeuilles de gueules.

La branche aînée fondue dans Kerimél, puis Boiséon et la Bourdonnaye.

CoëtiOn, par. de Ruffiac, év. de Vannes, vicomlé en 1647 en faveur du sr de la Bourdonnaye, voyez Bourdonnaye (de la).

Coëtivy (de), sr dudit lieu, par. de Plouvien, — du Ménant, de Froutguel et de Runinisi, par. de Plouguerneau, — du Forestic, par. de Plouédern, — de Trégouroy, — de Kerhuon, par. de Guipavas.

Réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Plouvien, Plouédern, Guipavas, Plouguerneau, Plouénan, Ploudalmézeau et Saint-Frégan, év. de Léon.

Fascé d'or et de sable de six pièces ; aliàs : écartelé de Retz (sceau 1448). Devise : Bepret (toujours).

Prigent, croisé en 1270, épouse Plézou de Kerlec'h ; Alain épouse en 1398 Catherine du Chastel, et fut tué en 1425 au siège de Beuvron ; Prigent, amiral de France, marié en 1440 à Marie de Retz, tué d'un coup de canon, au siège de Cherbourg en 1450 ; Alain, abbé de Redon, évêque de Dol, de Cornouaille et d'Avignon, et cardinal du titre de Sainte-Praxède en 1449, procura la canonisation de saint Vincent-Ferrier et mourut à Rome en U74; Olivier, frère de Prigent et d'Alain qui précèdent, marié à Marguerite, bâtarde de Valois, fille de Charles VI et d'Agnès Sorel, † 1480, père et mère de Charles, comte de Taillebourg, prince de Mortagne-sur-Gironde, époux de Jeanne d'Orléans, fille du comte d'Angoulême ; Louise, fille des précédents, épouse en 1501 Charles de la Trémoille, prince de Talmont ; Jeanne, abbesse de la .loief 1490.

La seigneurie de Coûtivy, aliénée en 1497 a été possédée depuispar les maisons du Juch, du Chastel, Rieux, Scêpeaux, Gondy, Cossè-Brissac, Penancoct, Crozat, et Gontaut-Biron.

CoëTrvy (de) ou le Petit-Coëtivy, sr dudit lieu, par. Plouvien, év. de Léon. D'azur au lion d'argent. (G. le B.) Fondu dans Kerlozrec ; moderne du Louât, puis le Borgne.

Coetlagat (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Patern,— de Clégrio, par. de Guéhenno, — de Cantizac, par. de Séné, — du Quélennec, — dé Kerdualic, par. de Plescop.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén., et maint, à l'intend. en 1669 ; réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Saint-Patern, Guéhenno et Plœren, év. de Vannes.

D'azur à trois aiglettes d'or.

Geoffroi, croisé en 1248 (Cab. Courtois) ; Robert, épouse vers 1448 Catherine Sorel ; Jean, abbé de Lanvaux en 1565.

CoëTléAir (de), sr dudit lieu, par. de Plusquellec.

Réf. 1536, par. de Plusquellec, év. de Cornouaille. D'argent à la bande fuselée de sable (Arm. de l'Ars.).

CoèTLéouen (de). sr dudit lieu. par. de Trégrom, év. de Tréguier.

Ecartelé au 1 et 4 : contre écartelé d'or et d'azur, qui est Tournemine, chaquo quartier chargé d'une étoile de l'un en l'autre ; aux 2 et 3 : vairé d'argent et de gueules, qui est Keranraiz ; sur le tout : fascé ondé d'or et d'azur. (G. le B.)

Jean, écuyer dans une montre reçue à Paris en 1356 ; Rolland, écuyer dans des montres reçues par le connétable du Guesclin en 1371 et 1373. Fondu dans Kerïmel, puis Kersauson.

CoëTLKSTrémeur (de) (ramage de Rivoalan), sr dudit lieu et du Cosquer, par. de Plounéventer.

Réf. de 1426 à 1447, par. de Plounéventer et Plouénan, év. de Léon.

D'argent au sautoir accomp. en chef d'une étoile, en flancs et en pointe de trois quintefeuilles, le tout de gueules, comme Coëtquis, le Grand, Kerbouric, du Plessix et Plorsquellec.

Fondu dans Penmar&h.

CoéTLéven (de), sr dudit lieu, par. de Trégrom, — de Kermenguy, par. de Ploumilliau. Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par. év. de Tréguier. D'argent au lion de gueules. Fondu dans Rosmar.

CoèTlez (de), sr dudit lieu, par. de Tréfilez.

Réf. et montres de 1445 à 1503, par. de Tréfilez, év. de Léon. Fondu dans Boiséon, puis Poulpiquet.

  • CoëTLOgon (de), marquis dudit lieu en 1622 et sr du Gué-de-l'Isle, par. de Plumieux,

— de Kerbério, par. de Plestin, — de la Lande, par. de Pacé, — vicomte de Méjusseaume en 1570 et sr de la Motte-au-Vicomte, par. du Rheu, — baron de Pleugriffet, par. de ce nom, — sr dela Gaudinaye, par. de Ploërmel, — d'Ancremel, par. de Plouigneau,

— de Kervéguen, par. de Plouzélambre, — vieomte de Loyat et sr de Lezonnet, par. de Loyat, — sr de Kerhuel, par. de Saint-Michel-en-Grève, — de Lescrec'h, par. de Taulé, — de Pontlo, — de la Bourdelaye, par. de Campénéac, — de la Ville-Guyoraarc'h, par. de Laurenan, — du Gué-au-Duc, — de Botbléven, par. de Cléguérec.

N'ont pas produit à la réf. de 1669 ; réf. et montres de 1426 à 1543, par. de Plumieux et Laurenan, év. de Saint-Brieuc, Ploërmel, Loyat et Gampénéac, év. de Saiut-Malo, Plouigneau et Plouzélambre, év. de Tréguier.

De gueules à trois écussons d'hermines (Sceau 1370), comme du Bé et Riaut.

Devise : De tout temps Coëtlogon.

Cette maison qui remonte à Eudes, sire de Coêtlogon, époux en i (80 d'Agnès de Derval, aproduitentre autres personnages remarquables : Olivier, chevalier de l'Hermine en H54, président aux comptes en 1462 ; Robert, abbé de Saint-Méen en 1443 † 1492 ; Gilles, chambellan du duc Franeoi» II en 1479 ; des gentilshommes de Ici chambre des rois Charles IX et Henri IV do 1570 à 1596 ; Guy, abbé de Saint-Jean-des-Prez, puis do Paimpont † 1472 ; Michel, abbé do Lanténac et de Geneston en 1537 ; Gilles, abbé de SainWean-des-Prez, † 1506 ; trois conseillers au parlement de 1619 à 170? ; un évêque de Cornouaille, † 1706 ; un abbé de Regard, évêque de Saint-Brieue puis de Tournay, † 1707 ; un abbé de SaintMesmie au diocèse do Ghalons en 1730 ; une abbesse do Moutons au diocèse d'Avranches: en 1770 ; un maréchal de France, vice-amiral et chevalierdes ordres, † 1730 ; un lieutenantgénéral des armées du Roi en 1748 ; deux membres admis aux honneurs de la Cour en 178» et 1784.

La branche ainée a porté par alliance en 1G13 le marquisat de Coétlogon dans la branche de Méjusseaume, qui l'a transmis aussi par alliance en 1740 à la famille de Carné-Trécesson.La branche de Lezonnet fondue en i.*>20 dans le Prestre ; la branchequi existe aujourd'hui a pour auteur : Charlex-EUmbeth, sr de Romilli, neveu do l'évoque de Cornouaille et du maréchal de France, marié en 1722 à Marie-Françoise Veteris, noble vénitienne.

  • CoëTlOSQuET (de), sr dudit lieu, par. de Plounoour, — de Kerannot, par. de Saint-Thôgonnee, — des Salles, — de Keralivin et de Kerigou, par. du Minihy, — de KerdufT,

— de Kergoat, — de Keroman, - de Mesgoff, - de Kermorvan, par. de Plougasnou,

— des Isles, par. de Guimaëc, — de Kergoaret, — de la Pallue, par. de Plougoulra,

— de Penlan, par. de l'Iounez, — de Ranvelin, — du Portzmeur, par. de SaintMartin-des-Champs.

Anc. ext. chev., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1443 à 1534, par. de Plounéour-Ménez, év. de Léon.

De sable semé de billettes d'argent, au lion morné de même sur le tout, comme Carpont, Penhoadic et la Roche. Devise : Franc et loyal.

Bertrand, croisé en 1248 (eab. Courtois) ; Olivier, de la compagnie d'Alain de Rohan, aux guerres de Flandre en 1383 ; Jean, vivant en 1448 épouse Constance de Penhoadic ; Jean, chevalier do Malte en 1513 ; Guillaume, chevalier de l'ordre en 1647 ; Jean-Gilles, né en 1700 a Saint-Pol, membre de l'Académie française, précepteur des enfants de France, commandeur du Saint-Esprit en 1776, abbé de Saint-Philbert-de-Tournus au diocèse de Chalons-sur-Saone, de Saint-Paul au diocèse de Verdun et évêque de Limoges en 1739, † 1784; un abbé de Saint-Gildns-des-Rois en 1760 ; plusieurs chevaliers et commandeurs de Saint-Lazare depuis 1721 ; trois pages du Roi depuis 1731 ; quatre membres admis aux honneurs de la Cour depuis 1758 ; deux frères fusillés à Quiberon en 1795; un maréchal de camp en 1791 et un lieutenant-général en 1821, † 1836.

COÔTlOury (De), VOy. CoëThéLOUry.

CoèTmADeue, par. de Kervignac, baronnie en 1637, en faveur du sr de Lopriac, voyez Lopriac, transmise par alliance en 1752 aux Kerhoënt.

CoëTmelleC (de), sr de Kermanach, par. d'Inguiniel.

Réf. et montres de 1481 à 1536, dite par., év. de Vannes. Burelé de dix pièces d'argent et de sable.

Coêtmen (de), (ramage de Penthièvre), baron dudit lieu en 1487, par. de Tréméven, — vicomte de Tonquédec, par. de ce nom et de Pléhédel, par. de ce nom, — sr de Lannévez, par. de Perros-FIamon, — de Landégonnec, par. de Plourhan, — de Chateauguy, par du Cellier, — du Bois-Guézennec, par. de Louannec, — de Keran-

pouiiz, par. de Plouigneau, — de Keruzec, par. de Pleumeur-Bodou, — de Rosserff — de Kergadiou et de Leingouez, par. de Guimaëc, — de Blavon, par. de Bédèe.

Anc. ext. chev., réf. 1669, quinze gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Tréméven et Plourhan, èv. de Saint-Brieuc, Tonquédec et Louannec, év. de Tréguier et Bédée, év. de Saint-Malo.

De gueules à neuf (aliàs : sept) annelels d'argent 3. 3. 3. (Sceau 1298). Devise : Item, item.

Geslin, filsjuveigneur d'Henry, comte de Penthièvrc et do Mahaut de Vendême, sénéchal de Goéllo en 1220 et tuteur de son neveu Henry d'Avaugour, reçut en partage la baronnie de Coetmen dont il prit le nom, et laissa de l'héritière de Tonquédec : Alain, marié à Constance de Léon ; Rolland, fils des précédents se croisa en 1270, et épousa Annette de Laval.

La branche ainée se fondit en U95 dans la maison dCAcignè, d'où la baronnie de Coêtmen est passée aux Cossé-Brissac puis aux Neuville de Villeroy qui la vendirent aux la Pierre de Talhouêt et ceux-ci en 1737 à Alexis-René de Coêtmen, sr de Kergadiou, maréchal de camp en 1748 dont la fille ainée la porta par mariage aux Rouge en 1748, tandis que la fille cadette transmit par alliance en 1759 Kergadiou aux Caradeuc et successivement aux Kermarec, puis aux Mauduit.

Coêtménech (de), vicomte dudit lieu par. de Plouider,— sr de Coëtjunval, par. de Ploudaniel, — de Kerrom et de Rucat, par. du Minihy de Léon, — de Keranhoat, par. de Loperhet, — de Penandreff. par. de Plourin.

Réf. et montres de 1446 à 1503, par. de Plouider, Kerlouau, Plourin, Languengar, Ploudaniel et le Minihy, év. de Léon.

Fascé de vair et de gueules (Sceau 1418), Devise : Soit.

Prigent vivant en 1373, marié à Tiphaine du Chastel.

La branche ainée fondue au xv« siècle dans le Vayer, d'où la vicomté de Coêtménec'h a appartenu successivement aux la Feillèe, Beaumanoir, Rosmadec, Kergroades, Montmorency et par acquêt aux Barbier de LescoM.

La branche de Coëtjunval fondue dans du Loui't qui ont retenu les armes de Coëtménec'h ; le chef d'une autre branche en épousant l'héritière de Lesguern, en Saint-Frégan, prit ainsi que ses descendants le nom de Lesguern, mais en conservant les armes de Coêtménec'h. Voyez Lesguern.

CoëTmeUR (de), sr dudit lieu et de Daoudour, par. de Plougourvest, — de Kermilin, par. de Trefffaouénan, — de Lescoat, par. de Plougujn, év. de Léon.

D'argent à un écusson de gueules en abyme, à l'orle de six croix recroisettées d'azur, voyez Sylvestre.

Sylvestre, fils d'Yvon, chevalier en 1260.

La branche ainée fondue au commencement du xv« siècle dans Tournemine, d'où la seigneurio de Coetmeur a appartenu successivement par alliance aux Vieux-Pont, aux Rieux ; par acquêt en 1702, aux Danycan, puis aux Rofian-Chabot.

La branche de Lescoat fondu dans Saint-Denis, puis Boiséon, et la BourdonnayeMontluc.

CoèTmOhAn (de), sr dudit lieu, par. du Merzer, — de Guernanchanay, par. de Plouaret, év. de Tréguier.

D'argent au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lys d'argent, (Sceau 1385) ; aliàs : une croix cantonnée de quatre hures de sanglier (Sceau 1365).

Guillaume, chanoine de Paris, et fondateur du collège de Tréguier à Paris en 1319 ; Qeoffroi, évêque de Cornouaille, puis de Dol, f1381.

La branche ainée fondue dans Rosmar ; la branche de Guernanchanay fondue dans le Lan, d'où cette terre a passé aux la Boulaye, le Gualès, Cosquer-Rosambo et Robien.

Costnempren (de), sr dudit lieu, de Crec'hengar, de Kerdournan, de Leslouc'h de Kerdélégan, de Kernilis et de Kerneizon, par. de Trefflaouénan, — de Kerlaudy, par. de Plouénan, — du Vrénit, par. du Minihy, — de Keramear et de Kerénez, par. de Kerlouan. — de Kerléau, par de Landuuvez, — de Kerouc'hant, par. de Sainte-Sève, — de Kerdanet, par. de Taulé, — de Penguern, par. de Saint-Thégonnec, — de'Kersaint et de Crec'hraorvau, par. de Cléder, — de Coëtcanton, — de Trépompé, de Loraogan et de Kerprigent, par. de Saint-Martin-de-Morlaix, — du Rouazle, par. de Dirinon.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén, réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Trefflaouénan, Plouénan, le Minihy, Saint-Martin-de-Morlaix, Saint-Thégonnec, Kerlouan, et Plounévez-Lochrist, év. de Léon.

D'argent à trois tours crénelées de gueules, comme Crech'quérault. Devise : Et abundantia in turribus tuis.

Raoul, croisé en 1248, (Cab. Courtois) ; Yvon, marié vers 1375 k Jeanne de Keramanac'h ; Tanguy, auteur de la branche de Kersaint, épouse vers 1440 Marguerite de Saint-Denis. Cette branche a produit un vice-amiral, député à la Convention, décapité en 1793, laissant une fille unique, mariée en 1797 au duc de Duras, et un chevalier de Saint^Lazare en 1778, contre-amiral en 18H dont le fils a été confirmé sous la Restauration dans le titre de comte.

La branche ainée fondue au xvi» siècle dans le Vèyer, puis Liscoët ; la branche de Crec'hengar fondue dans le Floc'h, puis VEstang ; la branche de Trépompé fondue dans du Parc, écartelait de Trépompé ; la branche du Rouazle, par alliance avec l'héritière de ce nom en 1505, portait les armes du Rouazle. Cette dernière branche a fini à Marguerite, dame du Rouazle, mariée 1o à Guy de Keraldanet, sr du Rascol ; 2o à Charles, marquis de Sévigné, seigneur des Rochers, f en 1635 ; 3o à Honorat d'Acigné, comte de Grandbois et de la Roche-Jagu.

CoëTnemPren (de), (ramage des précédents), sr dudit lieu, par. de Trefflaouénan, — de Penancoèt, par. de Plougourvest, — du Prédic, par. de Plougonvelin.

Réf. et montres de 1441 à 1503, par. de Plougourvest, Plouider, Beuzit-Conogan et Plougonvelin, év. de Léon, Guimaêc, év. de Tréguier. et Pleurtuit év. de Saint-Malo.

Losangé d'argent et de sable, à la fasce en divise de gueules, chargée d'un oiseau de sinople, comme Ruzunan.

Fondu dans Keranraiz, puis Coêtélez.

CoëTnÉvénOy (de), sr dudit lieu, par. de Pommerit-Jaudy.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Pommerit-Jaudy, év. de Tréguier.

D'or au pin de sinople, accosté de deux merlettes de sable.

Moderne : le Borgne.

CoëtnOuns (de), sr dudit lieu, par. de Riantec, — de Kersach, par. de Merlevenez, — de Kernault et du Granec, par. de Mellac.

Déb., réf. 1670, réf. et montres de 1448 à 1536, par. de Rianlec et de Merlevenez, év. de Vannes. D’argent au lion de gueules, armé et lampassé de sable.

Un sergent du vicomte de Rohan à, l’île de Groix en 1448 ; un capitaine garde-côtes à Groix en 1720 ; un brigadier des gardes du corps du Roi, tué à Malplaquet en 1709.

Coëtquéau (de), sr dudit lieu, év. de Tréguier.

D’azur à trois pommes de pin d’argent (G. le B.) comme Le Du.

Coëtquelven (de), sr dudit lieu, par. de Guimiliau, — de Kerioul, par. de Crozon.

Réf. de 1426 à 1448, par. de Guimiliau et Plounéour-Trez, év. de Léon.

D’argent à la quintefeuille de sable, comme Kerbiquet. Devise : Beza é péoc’h (être en paix).

Bernard, épouse vers 1426 Catherine de Guernisac.

CoétquelVeN (de), sr dudit lieu, par. de Plougourvesl, — de Brénignant, — de Kerdournadec’h, par. de Cléder, — de Leslouc’h, par. de Trefflaouénan.

Réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Plougourvesl, Trefflaouénan, Cléder et Trézilidé, év. de Léon.

De sable-au lion d’argent ; aliàs : surmonté d’un lambel de même.

Eon, épouse Constance Le Barbu, veuve en 1390.

La branche aînée fondue dans Geoffroi, puis Morice et la Tullaye ; la branche de Brénignant, par alliance en 1473 avec Aliette, dame de Kergournadec’h, prit les nom et armes de Kergournadec’h et s’est fondue dans Kerhoënt.

CoëtqueN (ramage de Dinan), marquis dudit lieu en 1576, par. de Saint-Hélen, — baron du Vauruffler en 1576, par. de Plouasne, — comte de Combourg, — sr de Maupiron, par. de Moisdon, — vicomte d’Uzel en 1538, — sr du Bois de la Motte, par. de Trigavou, — de Tréméreuc, par. de ce nom, — de la Marzelière, par. de Bain, — de Rougé par. de Tréfumel, — du Quélennec, par. de Merléac.

N’ont pas produit à la réf. de 1668; réf. et montres de 1478 à 1513, par. de SaintHélen, év. de Dol, Moisdon, év. de Nantes, Plouasne et Tréfumel év. de Saint-Malo.

Bandé d’argent et de gueules, (Sceau 1219). Devise : Que mon supplice est doux.

Raoul, chevalier en 1140, père de Guillaume, marié à Denise de Dol ; Clément, évêque de Dol, † 1243 ; Marguerite, abbesse de Saintr-Sulpice de Rennes, † 1363 ; Raoul, maréchal de Bretagne en 1420 ; Jean, grand maître de Bretagne, mariée 1491 à Jacquemine de Tournemine ; plusieurs gouverneurs des ville et château de Saint-Malo ; dont l’un mort en 1679 fut marié a Marguerite de Rohan-Chabot surnommée par M"» de Sévigné la Brune, maîtresse du chevalier de Lorraine, puis de Turenne ; un lieutenant-général des armées en 1718, † 1726.

Fondu en 1735 dans Durfort-Duras.

CoétquéNan (de), vicomte dudit lieu, par. de Plouguerneau, — sr des Iles, par. de Kernouez.

Réf. 1447, par. de Plouguerneau, Kernouez, Siberil et Guissény, év. de Léon.

D’azur au château d’or, sommé de trois tourillons de même.

Fondu dans Bouteville, depuis lesquels la vicomté de Coëtquénan a appartenu successivement aux Parcevaiuv, Goulaine, Plœuc, Percin, Kerèraull et Carné.

CoëTQuévéHAn (de) (ramage de Poher), sr dudit lieu, par. de Saint-Hernin, — de la Haye, par. de Cléden-Poher, — de Méneznevec et de Kertanguy, par. de Langonnel. Réf. et montres de 1443 à 1562, dites par , év. de Cornouaille.

Vairé d’or et de gueules, au chevron d’hermines.

Auffrel, chanoine de Tréguier et recteur de Plourin, l’un des auteurs du premier dictionnaire breton, imprimé à Tréguier en 1199.

CoëTQuis (de), sr dudit lieu, év. de Léon, — de Kernéguez, par de Saint-Mathieu. Réf. et montres de 1481 à 15t3, par de Saint-Mathieu de Morlaix, év. de Tréguier.

D’argent au sautoir de gueules, accomp. en flancs et en pointe de trois quinfeuilles et en chef d’un annelet de même, comme Coètlestrèmeur, le Grand Kerbouric, et Plessix du Ploèsquellcc.

Yves, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Philippe, abbé de Bégard, évoque de Léon, puis archevêque de Tours et cardinal d’Avignon, f ; Jean, évéque de Rennes, puis de Tréguier, † 1464.

Fondu dans Kergadiou.

CoëTréDHez (de), sr dudit lieu, du Rest et de Penault, par. de Trédrez, — de Trogorre, par. de Loguivy, — de Keradennee, — de Kerbisquin. Réf. et montres de 1481 à 1543, par. de Trédrez, év. de Tréguier.

D’argent au lion de gueules, écartelé de Charuel.

Hugues, évéque do Tréguier, † 1468, Pierre, chevalier de l’ordre en tfiio. La branche aînée, tondue en 1606 dans du Parc-Locmaria.

Hervé, juveigneur, épousa en 1389 Margelie de Boiséon, et leurs enfants prirent les nom et armes de Boiséon.

CoëTregAl (de), sr dudit lieu, par. de Pluherlin. Réf. de 1448, dite par., év. de Vannes.

De gueules à six besants d’or ; au chef denché d’argent (G. le B.)

CoëTréven, sr dudit lieu et de CoëtU’ac, par. de Coëtréven, év. de Tréguier.

Ecartelé d’or et d’azur (Sceau 1381) aliàs à trois croissants de gueules sur le tout (Sceau 1415).

Un chevalier croisé en 1218 (cab. Courtois); Guillaume, ratifie le traité de Guérande 1381. Fondu dans du Chastél, puis Kerimel et Boiséon.

Cootrieux (de), sr dudit lieu et de Kerguillé, par. de Pédernec, — du Boisbilly, par. de Plorec, — de f arnabat, par. de Plouizy, — de la Rivière, par. de Haut-Corlay, — de Kertoudic par. de Bourbriac, — de Kerauffret, — de Saint-Michel, — de Remarquer, par. de Pleumeur-Gautier, — de Fniaudour, par. de Quimper-Guézennec.

Anc. ext., réf. 1668, ouzegén. ; réf. et montres de 1447 à 1543, par. de Pédernec, Tréglamus, sa trêve, Bourbriac et Plésidy, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'argent à trois fasces de gueules: aux 2 et 3 d'argent à l'arbre de trois branches de sinople, accomp. de trois quintefeuilles de gueules ; aliàs ; d'azur à trois trèfles d'or. (G. le B.).Devise: Trina imitas utrique veneranda.

Pierre, épouse vers 1380 Annette de Bellisle, de la maison de Tropont ; Henry, abbé de Saint-Maurice de Carnoêt en 1468 ; Guillaume, gouverneur de Guingamp pour le duc de Mercœur, † 1616 ; un page du Roi en 1718, maréchal de camp en 1767, † 1791.

CoëTniou (de), sr dudit lieu, — de Kerdérien, par. de Gurunhuel, — de Kergoulio, par. de Louargat.

Réf. 1543, dites par., év de Tréguier.

D'or à un arbre de sinople, cantonné à sénestre d'un papillon de gueules. (G. le B.).

CoëTriVAs, par. de Kervignac, év. de Vannes, baronnie en 1636 en laveur du sr de

Talhouët. Voyez Talhoust-keraveon.

CoëtrOmAnc'n (de), sr dudtl lieu, par. de Plestin.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plestin, év. de Tréguier. D'azur à une tour crénelée d'or, comme la Tour. Fondu dans Kermlguen.

Cootroi Zault (de), sr dudit lieu, par. de Rospez, — de Kerroudault.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plougasnou et Plouégat-Guerraud, év. de Tréguier.

D'argent à trois bandes d'azur.

Le nom ancien de cette famille est Roudault.

Cootsal (de), voy. Rois De La Salle (du).

Coctsal (de), sr dudit lieu, par. de Plumergat Réf. 1536, dite par., év. de Vannes.

Losangé d'or et de gueules, à la bande d'azur brochante. Fondu vers 1638 dans Botherel de Quinlin.

( oëtSAOuF (de), sr dudit lieu, par. de Plouigneau.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plouigneau, év. de Tréguier. D'argent à un sautoir double ou jumelé de gueules.

Coëttrez (de), sr dudit lieu, par. de Ploudaniel, év. de Léon. D'or à deux fasces de sable. (G. le B.). Fondu dans Keransquer, puis Pe>iancoâl et Barbier.

CoëtuDAVel (de) (ramage de Penhoël), sr dudit lieu, par. de Plouvorn. Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plouvorn, év. de Léon. [graphic]

D'or à la fasce de gueules, qui est Penhoët, au lambel d'azur. Devise : Red é vé (il faudrait).

Fondu dans le Ny de Coëtèlez.

CoëTuhan (de), sr dudit lieu, par. de Bréhand, — de Coëtcodu, par. de Langoélan, — du Gaffre, par. de Crédio.

Réf. et montres de 1423 à 1536, par. de Bréhand-Loudéac, év. de Saint-Brieuc et Crédin, év. de Vannes. De gueules à trois croissants d'argent.

La branche aînée fondue en 1481 dans Brèhand-Glècoët. La branche de Goëtcodu fondue dans Pentioët, d'où la seigneurie de Coëtcodu a appartenu successivement aux du Fresnay, Pèrenno et le Vicomte.

CoëTus (de), voyez Couôtus. (de).

CoèTvoui/r (de), sr dudit lieu, par. de Plouigneau, — de Penanvern, par. de Sainte-Sève. Réf. et montres de 1443 à 1481, par. de Saint-Martin-des-Champs, év. de Léon.

De gueules à trois fasces de vair. Moderne : Kergus-Mezambez.

Coeur, sr de la Piquenais et de la Vallée-au-Coeur, par. d'Andel.

Réf. et montres de 1469 à 1535, par. d'Andel, év. de Saint-Brieuc. D'argent à trois cœurs de gueules, rangés en bande. Fondu en 1537 dans du Breil du Closneuf.

Coeuret (orig. de Normandie, y maint, en 1598 et 1666), sr d'Estry, — de la Grisellière,

— de Secqueville.

D'argent à trois cœurs de gueules.

Jean, originaire de la vicomté de Vire, anobli par charte de 1520. Un major de vaisseau en 1786 f contre-amiral (famille éteinte.) Nous ne savons si Etienne Cœuret, chancelier de Bretagne et évêque de Dol en U03i appartenait à cette famille.

Coglez ou Coglais (de), sr dudit lieu, par. de Saint-Jean, — de Moutoger, par. d& Luilré, — de la Rouxière, par. de Mézière. Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

D'argent au loup passant de sable, la queue fourchée (Sceau 1306). Tfiomas, secrétaire du duc en 1445.

Cognets (des), sr dudit lieu, du Tertre, de l'Hêpital et de la Ville-Roger, par. de Plurien, — de Galinée, par. de Saint Polan, — de la Roncière, par. de Matignon, — de la Touche, — de Préabras, — de la Baillie, — de Saint-Uréguet, — de la Noëtarain,

— de Lanverain, — de Kerjean, — de *Correc, par. de Laniscat, — de la Garenne, — de la Ville-Josselin, — du Val, — de Maisonneuve, — de la Guévière, par. de Maroué, — de la Noê, par. de Pordic, — de Kerdréoret, — de la Lande.

Ane. ext., réf. 1668, sept gén., et maint, à l'inlend. en 1702 ; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plurien, Saint-Potan et Pléboulle, év. de Saint-Brieuc.

De sable à la croix potencée et contrepotencée d'argent, cantonnée de quatre molettes de même.

Guillaume, témoin à une donation du duc Conan IV en ll61 ; Jean, épouse en 1482 Jeanne Cary ; Jean, abbé de Saint-Jacut, † 1511 ; un archidiacre de Cornouaille, abbé de Saint-Méen en 1771 ; un conseiller au parlement en 1768.

La branche aînée fondue dans Plorec ; la branche de Galinée fondue en 1529 dans Brèhand,

Cogniec (le), sr du Colombier, — de Champlorin, év. de Saint-Brieuc.

De sable à la la croix potencée d'argent, cantonnée de quatre molettes de même, comme des Cognets. (Arm. 1696).

Yves, époux en 1620 de Jeanne Compadre, père et mère de 1o Henri, marié à Isabeau de Boisgelin ; 2o Jacques, marié à Renée Proffict.

Cohier, sr des Marais.

Maint, à l'intend. en 1699.

D'azur à une fasce haussée d'or, chargée d'une hure de sanglier de sable ; accomp. en chef de deuxbesants d'or, et en pointe d'une licorne passante d'argent (Arm. 1696).

Un trésorier de France, en Bretagne, anobli en 1695.

Cohier. .

De gueules au sautoir d'argent ; au chef denché de même (Arm. de l'Ars.).

Cohon (orig. d'Anjou), sr de la Merhoussaye.

D'or à deux serpents entrelacés et adossés de sable ; au chef de même, chargé d'une étoile à six rais d'argent ; aliàs : écartelé de Brie ; aliàs : d'azur à une fasce d'or, accomp. d'un soleil de même en chef, et de trois étoiles aussi d'or en pointe.

Antoine-Denis, évêque de Dol, puis de Nimes, doyen du Folgoôt et abbé du Tronchet, prononça l'oraison funèbre de Louis XIII en 1643, et prêcha au sacre de Louis XIV en 1654 : Jules-Paul, neveu du précédent, doyen du Folgoét, † 1675 ; un auditeur des comptes en 1706.

Cohue, srde la Garde, - de la liillardais.

Déb. réf. 1668 et à l'intend. en 1699 ress. de Saint-Malo.

D'argent au sautoir de sable, accomp. de trois roses de gueules, deux en flancs et une en pointe, et chargé d'une épée tombante d'argent (Arm. 1696)

Coignard, (orig. du Languedoc, sr de la Serre. Déb. à l'intend. en 1699, ress. de Saint-Malo.

D'argent à la fasce de gueules, accomp. en chef de trois mouchetures d'hermines, et en pointe d'un tourteau de sinople (Arm. 1696.)

Jean, conseiller au parlement de Toulouse en 1550, père de Michel, marié à Catherine Catclany dont ; François et Jean, gentilshommes ordinaires de la Reine Marguerite do Valoisen 1612.

Coignet, (or. de Bourgogne) sr de la Thuillerie, — de Courson.

D'azur à deux épées d'argent en sautoir, les gardes d'or, a«comp. de quatre croissant s d'argent.

Hylaire, conseiller au parlement en 1574.

Coignelx (le), (orig. de Paris), marquis de Bélabre, dans la Haute-Marche, en 1650. D'azur à trois porcs-épics d'or.

Jacques, président au parlement de Paris, chancelier du ducd'Orléans, frèrede Louis XIII, père de Madeleine, abbesse de la Joie en 1G48, † 1688, et d'Anne, abbesse de Kerlot, † 1691.

Coing (du), en breton Cornec, — sr de Kerguélen, par. de Briec, de Keranéisan, par. de Plomeur, — du Vergier, par. de Tréméoc, — de Lescoulouarn, par. de Plonéour Réf. et montres de 1426 à 1562, dites par., év. de Cornouaille.

D'or au pélican d'azur, en sai piété de gueules.

Pierre, noble et marchand sur mer, acquéreur en 1550 de la seigneurie de Lescoulouarn, père d'Bèlène, mariée en 1586 a François de Lezivy.

Coing (du), sr dudit lieu, par. de Saint-Fiacre, — de la Frémoire, par. de Vertou, — du Plesfis-Moussard. Montre de 1543, par. de Saint-Fiacre, év. de Nantes.

D'argent à trois écussons de gueules. La branche aînée fondue en 1561 dans Pantin.

Coislin, par. de Cambon, év. de Nantes, seigneurie successivement possédée par les familles la Musse, le Guennec, Baye et Cambout, érigée en marquisat en 1634 et en duché-pairie en 1663 en faveur d'Armand du Cambout, voyez Cambout. (du).

Cojalu (de) srdudit lieu, par. de Gacl, — du Plessis, par. de Bédée, — de la Haye, par. de Plumaugat. Réf. et montres de 1440 à l.">13, par. de Bédée, év. de Saint-Malo.

D'argent au coq de sable, barbelé de gueules.

La branche ainée fondue dans Rou.rel, puis la Houssaye.

Coligny (de), (orig. de Bourgogne), sr dudit lieu, — d'Andelot. — de Châlillon-surLoing. — de Rieux, par. de ce nom —comte de Laval. — sr de Montfort-la Canne, — de Chàtillou-en-Vendelais, — baron de Vitré et de la Roche-Bernard, — srde Tintébiac, par. de ce nom, — de Bécherel. par. de ce nom.

De gueules à l'aigle d'argent, membrée et couronnée d'azur.

Gaspard, maréchal de France, † 1522 ; Gaspard, amiral de France, massacré à la SaintBarthélemy en 1572 ; Gaspard, maréchal de France, † 1646 ; Odet, évêque de Beauvais et cardinal, abbé de Sainte-Croix de Quimperlé en 1553, f en Angleterre en 1571, dans la religion réformée.

La branche d'Andelot qui a produit un colonel-général de l'infanterie française f en 1568, s'est alliée en Bretagne aux maisons de Rieux, la Motte-Vauclair et Tournemine. (Famille éteinte en 1694).

Colinière (de La), par. de Doulon, év. de Nantes, baronnie en 1776, en faveur de LouisFrançois Charette, voyez : Charette.

Collardin (orig. de Normandie, y maint, en 1599 et 1666), sr de Boisollivier, — de la Pinsonnière.

D'azur à la fasce accomp. en chef d'une fleur de lys à dextre et d'un bosant à sénestre, le tout d'or ; aliàs : de sable à la fasce d'or, chargée à sénestre, d'un tourteau de gueules et surmontée au canton dextre d'une fleur de lys d'or.

Cette famille s'appelait anciennement le Large, Gabriel le Large, sr de Boisollivier vivait en 1520 ; Charles, fils de Robert, de la paroisse de Saint-Germain de Tallevcnde, élection de Vire, anobli en 1544.

Collas, sr du Tertrebaron et de la Motte, par. de Pléboulle, — de la Villehunaut, par. de Plurien, — du Bignon, par. de Noyal, — de la Barre, par. de Saint-Potan, — de la *Baronnais, par. de Saint-Énogat — de l'Épine, — de Bouord, — de Kergonval, — du Roslan,— d'Erbrée, par. de Talensac. — de l'Éperonnière, en Anjou.

Anc. ext. réf., 1669, huit gén., et maint par arrêt du pari, de 1743; réf. et montres de 1469 â 1535, par. de Pléboulle, Plurien et Ruca, év. de Saint-Brieuc.

D'argent à l'aigle impériale de sable, becquée, membrée et couronnée de gueules. Devise : De tout temps immémorial et Capiam aut mergor.

Rolland et Olivier son fils, donnent en 1260 à l'abbaye de Saint-Aubin, la moitié d'une dimo en Pléhérel ; Pierre, vivant en 1380, époux de Jeanno Michel, pèrede Bertrand marié en 1153 à Marie Gouyon, do la maison du Vaurouault ; doux volontaires au combat de Saint-Cast en 1758 : deux filles à Saint-Cyr depuis 1779 ; un chevalier de Saint-Lazare en 1783.

La branche ainéc fondue au xv« siècle dans des Nos, puis Gouyon.

Collasseau, (orig. d'Anjou), srde la Machefollière, par. de la Renaudière, en Anjou, — de Poulguénan. Déb. réf. 1670, ress. de Lannion.

D'argent à une rose de gueules, accomp. de trois molettes de sable (Arm, 1*396) ^

Prosper, épouse en 1660 Marguerite Fumée. Famille alliée en 1804, aux Cambout de Cuislin.

Colleau, sr de la Chapelle, par. de Malensac. Déb. réf. 1668, ress. de Vannes.

Collédo (du), sr dudit lieu, par. de Guéhenno, — de Rosvelec et de Limoges, par. de Saint- ratern.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., et par. dcPlougoumeleu, év. de Vannes.

Éruy,évêque de Vannes, † 1270 ; Michel, auditeur des comptes en H77 ; Nicolas, abbé de Blanche-Couronne en 1548, conseiller au parlement eu 1554.

Collet, sr de la Villauvays, de Kergré et de l'Hêpital, par. de Planguénoual, — de la Villesolon, par. de Plérin, — de la Villemérien, — de la Villerobert, par. de Saint-Quay, — du Reposoir, — des Loges, — du Bois, — de la Porte, du Verger, — de Uourgoigne, — de la Grée, — de la Villecorre, par. de Quessoy, — du Moustier, — de la Ville Ernault, par. de Saint-Michel de Saint-Brieuc, — dela Villeneuve, par. de Pommerit-le- Vicomte.

Anc. ext. réf. 1669, neuf gén., et maint, à l'intend. en 1700; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Planguénoual, Matignon, Plérin, Erquy, év. de Saint-Brieuc, et Pommerit, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 d'argent à une fleur de lys de gueules : aux 2 et 3, de gueules au lion rampant d'argent.

Yvon, écuyer dans une montre de du Guesclin, reçu à Bourges en 1361 ; Olivier, épouse on 1442 Marie de la Planche ; Louis, épouse en 1502 Olive de Beaulieu.

Collet, sr de la Ville-Gris, — des Hayes, par. d'Evran. Déb., réf. 1670, ress. de Dinan.

D'or à la tête de maure de sable, bandée d'argent (Arm. 1696).

Collet, 8r du Bois-de-la-Roche, ress. de Saint-Brieuc.

De sable à la fasce d'or, chargée d'une moucheture d'hermines et accomp. de trois rochers d'argent (Arm. 1696).

Collin ou Colin .ramage d'Ingrande), sr de la Briaye, de la Herbetière, de la Champelière et d'Ardennes, par. de Saint-Julien-de-Vouvantes, — de la Biochaye, — de la Bouchetière, — de h Rauperie, par. de Vritz, — de la Gaudière, — de la Rivière, par. de Couffé, — de Villeneuve, par. de Saint-Jean-de-Béré.

Maint. par arrêts des aides de Paris en 1680, et du pari, de Bretagne en 1744, anc. ext., neuf gén.; réf. et montres de 1513 à 1544, par. de Saint-Julien et Vritz, év. de Nantes. D'azur à trois merlettes d'or.

Simon, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Julien, capitaine de cinquante hommes d'armes, marié à Catherine de Saint-Didier, fonda à Saint-Julien la chapcllenie de Sainte-Catherine en 1400 ; trois présidents aux requêtes depuis 1710; un abbé du Tronchet puis de Bonrepos en 1776 ; un chef d'escadre en 1784; un page du Roi en 1785 puis enseigne des gardes françaises, fusillé à Quiberon, en 1795.

Fondu de nos jours dans Hay des Nètumières et Poulpiquet du Halgouêt.

Collin, sr de la Noue, — de Saint-Philbert et du Mesnil, par. de Ligné, — de la Verrie, par. de Châteauthébaud, — de la Singerie, par. de Mazé, en Anjou. Réf. de 1425 à 1445, par. de Ligné, év. de Nantes.

De gueules à deux pommes de pin versées d'or en chef, et une étoile de même en pointe.

Jean, de la paroisse de Ligné, époux en 1445 d'Aliette de Bailleul, se dit anobli par grâce et son flls a été armé à Beuvron en 1426; Hervé, chevaucheur de l'écurie du duc, eut sa maison de Bernier, paroisse de la Plaine, franchie en 1485 ; deux conseillers au parlement depuis 1588.

  • Collin, (orig. d'Irlande), sr delaBriselaine, par. de Saint-Servan, — de Boishamon, par. de Miniac-Morvan, — de la Bellière, par. de Pleudihen.

D'argent au chevron de sable, accomp. de trois corneilles de même, comme Floyd.

Jean, fils de Mathias et de Catherine Mayler, originaire du comté de Weseford, s'établit àSaint-Malo où il épousa vers 1580 Guillemettc Eon ; un capitaine de vaisseaux au service de la compagnie des Indes, chevalier de Saint-Louis en 1788, père d'un lieutenant d'artillerie au régiment de Besançon en 1785, capitaine en 1792 et chevalier de Saint-Louis.

Collin, s* du Mesdon, — de Poulras et de Coëtelan, par. de Plourivo, — de Coëtlestrémeur, par. de Plounéventer, — du Cosquer, — de Kerbrat.

Maint, au conseil en 1701; réf. de 1450 à 1444, par. de Poullaotten et Plouyé, év. de Cornouaille.

D'argent à trois fasces de gueules, à la bande d'azur brochante.

Pierre, de la paroisse de Poullaoiien, franc par lettres du duc de 1440 ; un gouverneur du château du Taureau en 1568.

Tollin, srde la Contrie, év. de Rennes.

De gueules à la tour d'argent, maçonnée de sable ; parti d'or au lion de sable, tenant de sa patte dextre une branche de lys au naturel.

Un officier supérieur dans les guerres de la chouanerie, anobli en 1822.

Colliou, sr de Lanrodec, par. de Plouagat, — de Kerlosquet, par. de Ploumagoar, — de la Fosse-Malard.

Anc. ext., réf. 1671, sept gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de PlouagatChatelaudren et Ploumagoar, év. de Tréguier.

D'azur au croissant d'or, surmonté de deux molettes d'argent. Jamet, vivant en 1503, épouse Aliette Marrec.

Collobel, srdeCoatres, par. de Pierric, — du Bot, par. de Langon, — de Tréguiel, par. de Loyat, — de Kervallon, par. de Marzan, — de Roche, — de la Durantais, par. de Rénac, — du Prédic, — du Tromeur — du Bodel.

Anc. ext., réf. 1668, neuf gén., réf. et montres de 1426 à 1513, dites par., év. de Nantes, Vannes et Saint-Malo.

D'argent à la bande de sable, chargée de trois molettes d'or.

Jean, vivant en 1428 épouse Marie du Val ; un conseiller au parlement en 1579. La branche de Coatres fondu dans le Maistre.

Collobert, srde Kerstrat, — de Keranguen, par. de Châteauneuf-du-Faou. Déb., réf. 1668, ress. de Châteaulin.

Collot (orig. de Picardie), sr de l'Écurie, près Vitré, — de Landauran, par. de Saint- Aubin-des-Landes, — de Sévoy. Maint, à l'intend. en 1699.

D'azur au chef d'argent, chargé d'une molette de sable.

Tome I. 36

Jean, homme d'armes des ordonnances du Roi, sous le commandement du connétable Anne de Montmorency en 1531 ; André, confirmé ou anobli en tant que besoin, par lettres de 1675.

Collotin, sr de Talarun, par. de Lanmeur.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dite par., év. de Dol et par. de Guimaëc, év. de

Tréguier.

Colombier (du), sr dudit lieu, par. de Plouguerneau, év. de Léon.

D'or à trois pigeons d'azur, becqués et membres de gueules. (G. le B.). Fondu dans Penmarc'h.

Colombier (du), sr de Coëtsaouf, par. de Tlouigneau, év. de Tréguier. D'azur à trois gerbes de blé, liées d'or (G. le B.), comme Trobodec.

Com (du), sr dudit lieu et de Kerangarz, par. de Lannilis, — du Bouriot, par. de Plougonvelen.

Montres de 1481 à 1534, par. de Lannilis et Ploumoguer, év. de Léon. D'or au pélican en sa piété d'azur.

Comaille, sr de la Touche, par. de Nozay, — du Eoisraguenet, par. d'Orvault. D'azur à trois mailles (monnaie) d'or ; aliàs : d'argent.

Toussaint, contrêleur général de la marine du Ponant en 1550, père de Claude, mariée en 1563 à Pierre Cornulier.

Combles (orig. de Lorraine), sr de Naives. '

Maint, au conseil en 1671, à l'intend. en 1699 et par arrêt du pari, de 1770, ext.,

sept gén.

Ecartelé d'or, de gueules, d'azur et d'argent, à la croix de sinople, bordée de sable brochante sur le tout, et une étoile d'or sur le quartier de gueules.

François, capitaine, gruyer et maire d'Ancerville en 1480; un conseiller au parlement. en 1775.

Cette famille s'est alliée en Bretagne aux la Bourdonnaye et aux Kergus. Combourg (de) (ramage de Dol), comte dudit lieu, év. de Saint-Malo. Ecartelé d'argent et de gueules, comme Dol.

Gervais, fils Hamon, croisé en 1096, fut armé chevalier devant Antioche l'an llll par Cécile, veuve de Tancrède, fille du Roi Philippe I»r.

Le comté de Combourg a été possédé successivement depuis par les maisons de Solignë, Tintèniac, Maleslroit, Châteaugiron, Raguènel, du Chastel, Montjean, Acignè, Coâtquen et Durfort de Duras, qui le vendirent en 1731 aux Chateaubriand.

Combout (de), sr dudit lieu et de Kerguiomarc'h, par. de Querrien, — du Lan, — de Keramis, par. de Plougar, — de Kerrest, par. de Lanmeur, — de Kerasquer, — du Clos, — de BoJilian, par. de Pestivien, — de Trévanec, par. de Locludy.

Ane. ext., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 à 1536, par. de Querrien, Bannalec et Saint-Colomban de Quimperlé, év. de Cornouaille.

De gueules au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or.

Guillaume, vivant en 1427, épouse Jeanne Gillot.

La branche ainée fondue dans Tintèniac ; la branche de Keramis fondue dans le Véyer de Poulconq. Moderne, Kerjean. Xoiam *i Co^o^bi. V«~ ïjuam.

Comenan (de), sr dudit lieu et de la Grée, par. de Rieux, — de Botvrel, par. de Pluherlin. Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes. De sable à trois chevrons d'argent.

Perrot, l'un des champions du Combat des Trente du coté des Anglais en 1351 ; Robert, abbé de Geneston, † 1509.

La branche ainée fondue dans de Cleuz, puis Huchet ; la branche de Botvrel fondue dans Quistinic, puis Rosmadec du Plessix-Josso.

Commacre (de) (orig. du Berry).

D'argent à trois merlettes de sable.

Gilles, clerc-secrétaire en 1492, puis président aux comptes de Nantes en 1526 ; Maurice, abbé de Landévennec et de Boquen en 1548 , Laurent, abbé de Toussaint d'Angers en 1554.

Comorre (de), voyez Gratien.

Comi'adre, sr des Alleux, — de Prélouer, — de la Ville-Gicquel, par. de Plérin, — du Hautchamp, — des Prés-Josse, — de Saint-Jouan, — de Kermaiu. Déb. réf. 1668, ress. de Saint-Brieuc.

D'argent à 3 chevrons d'azur.

Guillaume, srdc la Villegicquel époux en 1540 de Moricette Lochet, père et mère de Henry, syndic de Saint-Brieuc en 1591. (Fondu dans Limon et Ruffelet).

Comper (de), sr dudit lieu, par. de Concoret, — du Boschet, par. de Boisgervilly. Réf et montres de 1440 à 1513, par. de Gaël et Boisgervilly, év. de Saint-Malo.

De gueules à trois fleurs de lys d'or, les deux du chef supportant deux merlettes affrontées de même (mus. Gaignières).

La branche aînée fondue dans Mont for t-Ga€l d'où la seigneurie de Comper a appartenu aux Laval, Rosmadec, Sèrent et Narbonne-Palet. Nunc : Charette. Le maréchal d'Aumontlut blessé à mort en assiégeant la place de Comper en 1595.

Compludo ou Complude, (orig. d'Espagne), sr de Livernière, par. de la ChapelleHullin, — de la Roullière, par. de Saint-Colombin, — du Carterou, par. de HauleGoulaiue,— de la Coignardière, par. de Monnières.

Parti au 1 : d'azur à une fleur de lys d'or ; au 2 : de gueules à une main issanle d'argent, portant une croix de Saint-André d'or.

Un maire de Nantes en 1580 ; un maître des comptes en 1534.

Lesr d'Orfcuille, paroisse do Saint-Donatien, débouté à la réformation de 1669.

Comte (le), sr de Tréhuélan, de Logodec et du Helfaut, par. d'Elven. Réf. et montres de 1448 à 1536, dite par., év. de Vannes.

Ecartelé d'or et d'azur en sautoir, à quatre fleurs de lys de l'un en l'autre.

Pierre, maitre des comptes en 1444, conseiller du duc et alloué de Nantes, eut sa maison de la Bélourderaye, paroisse de Saint-Etiennc-de-Mont-Luc, franchie en 1485. La branche du Helfaut fondue vers 1563 dans Saint-Martin, puis Cousturiè.

Comte (le), sr du Fresne, — de la Gaillardière. Déb. réf. 1671, ress. de Rennes.

D'azur à la couronne de comte d'or, perlée d'argent, en chef ; accomp. de trois cœurs d'argent, 2. 1 et d'une étoile d'or en abyme (Arm. 1696).

Sebastien, avocat au parlement de Rennes en 1665.

Ce nom est employé dans les réformations de 1427 à i5i3, paroisse de Gévezé, évêché de Rennes.

Concarneau, ville de Cornouaille, trêve de la par. de Beuzec-Conq et place forte, assiégée en 1373, 1489 et 1576.

D'hermines à trois haches d'armes de gueules en pal (Arm. 1696).

Concer, sr de Runfellic et de Kermébel, par. de Plougasnou.

Anc. ext., réf. 1669, cinq gén. ; réf. et montres de 1445 à 1543, par. de Plougasnou, év. de Tréguier.

D'argent à une aigle éployée de sable, tenant en ses serres deux coupes couvertes d'or.

Famille éteinte.

Concoret (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, év. de Saint-Malo. De gueules à la fasce d'argent Marie, épouse vers 1490 Pierre Cornulier.

Condest (de), sr dudit lieu et de Cocquerel, par. de Nivillac, — de Craon, par. de Langon, — de Morterais, par. de Saffré, — vicomte de Loyaux en 1490, par. de Fresnay.

Anc. ext., réf. 1670, six gén., réf. de 1437 à 1451, par. de Nivillac, év. de Nantes.

De gueules à trois épées d'or en parles gardes en bas. (Sceau 1399).

Gilles, épouse vers 1460 Marie de Montauban dont : Jean, marié vers 1490 à Jeanne de Pasquéau.

Conan, sr du Cosquer, — de Kerigou, — de la Roche-Héron, par. de Pleybert-Christ. Coupé d'argent et de gueules, au lion de l'un en l'autre (Arm. 1696).

La branche de la Roche-Héron fondue en 1690 dans Guillolou.

  • Conen, srde PrécréaQt, do la Ville-l'Évéque, de la Ville-Robert, de Prépéan, de la Ville-Papault, de la Hignonaye, de Rambelleville, de la Touèze et de Saint-Hélory, par. de Pordic, — de Kerhello, — de la Ville-Basse, par. de Trémeloir, — de SaintAndré, — des Longrais, — du Vieux-Marché, par. de Plouaret, — de * Penlan, par. de Quimper-Guézennec, — de la Ville-au-Guichoux, — de la Roche, — de * Saint-Luc.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1141 à 1535, par de Pordic et Trémeloir, év. de Saint-Brieuc.

Coupe' d'or et d'argent, au lion de l'un en l'autre, armé, lampassé et couronné de gueules, à enquerre. Devise : Qui est sot, a son dam.

Geoffroi, témoin dans une transaction de Geoffroi de Rohan en 1280 ; Alain, caution du vicomte de Rohan, porte un fermait sur un sceau de 1299; Yvon, époux en 1285 d'Azou Hélory, sœur de saint Yves, entendue dans l'enquête pour la canonisation de son frère en 1330 ; Jean, fils Perrot, épouse vers 1418 Perronnelle de Dolo ; François, chevalier de l'ordre du Roi, gentilhomme do sa chambre et capitaine de Cesson en 1597 ; un prévét des maréchaux en 1650; un page du Roi en 1730; un conseiller au parlement en 1744 président à Mortier en 1771, frère d'un abbé de Langonnet en 1766, évéque de Cornouaille en 1773, † 1790 et père entre autres enfants d'un officier aux dragons des Deux-Ponts, fusillé à Quiberon en 1795.

Coniac (le), sr des Noés, par. de Ploufragan, — de la Vallée, de la Villeaupilon et de la Villecadio, par. de Saint-Brandan, — de Toulmen, par. d'Allineuc, — des Onglées. — du Clyo.

Maint, réf. 1671, 0 gén., montre de 1569, par. de Lanfain3, év. de Saint-Brieuc. D'argent à l'aigle au vol abaissé de sable. Devise : Contendit ad cœlos.

Jean, vivant en 1525 et Perrine le Carré père et mère de : 1o Henri/, sr de la Longraye, paroisse de Cohiniac, auteur des sieurs de Trébua, paroisse de Plaintel, de Guermain et de la Pommerais, paroisse du Fœil ; 2o Mathurin, sr de la Ville-Auray, paroisse de Lanfains, marié a Gillette Docos, dont : Hervé, procureur fiscal du comté de Quintin en 1604, Vincent, sr du Clos-Rosty, paroisse de Plaine-Haute, alloué de Quintin en 1591 et Maurice, sr de la Yillepirault, paroisse du Fœil, auteurs des s" de Penlan, de Trinquoêt, paroisse de Lanfains, du Bouillon, paroisse de Plémy et des Perrières, déboutés à la réformation de 1668, éteints ; 3o Pierre père de Jean, marié à Françoise Burlot, fermier général du comté de Quintin, anobli par lettres de 1C19.

Cette dernière branche a produit cinq conseillers au parlement depuis 1614 et un abbé de Talmont, au diocèse de Luçon, en 1632.

Conigan ou Cuninoham (orig. d'Ecosse), sr de Lermiteau, — de Cangé, en Touraine, — baron de Ritz-Chauveron, dans la Basse-Marche, — sr de la Clartière, par. de Fresnay, de la Rousselière, par. de Frossay, — de Jasson, par. de Port-Saint-Père, — de la Ville-Orion, par. de Carentoir. Anc. ext. chev., réf. 1669, sept gén., ress. de Nantes.

D'argent au pairie de sable, écartelé d'azur à trois fermaux d'or (Sceau 1365).

Jean, capitaine de Melle en Poitou, chevalier de la retenue de Jean Chandos en 1365 ; Robert, capitaine des gardes écossaises en 1443, tué au siège de Liège en 1468 ; Jean, chambellan du Roi et bailli de Chartres en 1487, tué au siège de Novare ; Marguerite, dame d'honneur de la Reine en 1581 ; Pierre, gouverneur de Tours, gentilhomme ordinaire du duc d'Alençon frère du Roi en 1581 ; Antoine, lieutenant au gouvernement d'Amiens en 1571 ; Roger, abbé de Pornit, + 1640.

Famille éteinte en Bretagne, dont une branche, transplantée en Bourgogne, admise aux Etats de cette province depuis 1563, a produit un brigadier d'infanterie en 1734.

Constantin, sr de la Fontaine-Orain, par. de Planguénoual, — de la Villeianet.

Ext. réf., 1669, cinq gén., réf. et montres de 1469 à 1535, par. de Planguénoual, év. de Saint-Brieuc.

D'argent à la bande de sable, chargée de trois coquilles d'argent. Jean, prête serment au duc entre les nobles de Lamballe en 1437.

Constantin (orig. d'Anjou), sr delà Fraudière, — de Montriou,— d'Aubray, — de SaintMars-la-Jaille, — de Varennes, — de la Lorie, — de Mai-ans, — du Plessis-Giffart, par. d'Irodouer.

Maint, réf. 1670, 0 gén., ress. de Nantes

D'azur au rocher d'or, mouvant d'une mer d'argent. Devise : Sans reproche et : Mediis immota periclis.

Robert, conseiller au présidial d'Angers, père io de Gabriel, conseiller au parlement en 1612 et abbé de Saint-Jean de Chartres ; 2o de Jacques, maître des comptes en t62l époux de Marie Martineau, dont Jacques et Robert, conseillers au parlement en 1049 et i655 et Gabriel, grand prévêt d'Anjou et correcteur des comptes en 1670 ; un page du Roi en 1705.

La branche de Saint-Mars fondue au Xviie siècle dans Perron de la Ferronaye ; la branche de la Lorie fondue au xvm* siècle dans Marinier.

Contant, sr de la Gouzillais, par. de Mohon. Déb., réf. 1679, ress. de Ploèrmel.

Contrie (de La), voyez Collin.

Copale, sr de la Croix, par. de Fougeray. Déb. réf. 1669, ress. de Nantes.

Coq (le), sr de Keranguen, par. de Ploumagoar, cv. de Tréguier. D'azur au coq d'or. (G. le B.)

Coq (le), sr du Vergier et de la Beschardière, par. de Saint-Germain-sur-Ille, — de la Ménardais, par. de Vieuxvy-sur-Couësnon. Réf. de 1481 à 1513, dites par., év. de Rennes.

Porte deux fasces (Sceau 1371) ; alias : do gueules à deux, bars adossés d'or, accomp. de trois trèfles de même.(G. le B.)

Hervé, écuyer dans une montre de 1371 ; Jamet, maître des comptes en U02. Fondu dans du Breil de Pontbriand.

Coq (le), sr la Preuzière, — du Plessix, — du Bois. Déb. réf., 1668, ress. de Vitré.

D'azur à un besant d'argent, chargé d'un coq de sable, barbelé de gueules (Arm. 1696).

Coq (le), (or. de Normandie).

Mi-parti : de gueules à 2 léopards d'or, l'un sur l'autre, qui est de Normandie, et d'azur à 3 poissons d'argent, qui est de Luron ; au chef d'hermines : Devise : Missus a Deo.

Un évêque de Luçon en 1875, transféré à Nantes en 1877.

Coq (le), sr de la Ribergère, — de la Martinais, — de Monfromerie, par. de la Chapelle-Janson.

De sinopleà trois gerbes de blé d'or (Arm. 1696).

Coquebert (orig. de Champagne), sr de Crouy, — de Montbré, — de Touly. De gueules à trois coqs d'or.

Oudart, secrétaire du Roi en la grande chancellerie en 1576.

Une branche établie en Bretagne a donné, depuis 1723, plusieurs officiers à la milice de Nantes.

Coquillonnais (de La), par. de Combourg.

D'argent à 3 coquilles de sable (Arm. de l'Ars).

Coran (de), sr dudit lieu et du Mescoiiez, par. de Plougasnou, — de Launay, — de Kergoat, — de Runadou, — de la Villeneuve, — de Kernoter, par. de Plouêzoc'h.

Anc. ext., réf. 1670, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plougasnou, év. de Tréguier.

De sable à une molette d'argent, accomp. de trois fleurs de lys de même.

Maurice, épouse en 1472 Jeannette Marrec. (Famille éteinte en 1763). Le sr du Resto, par. de Pluduno, débouté à la réformation de 1669.

Corbel, sr de Kerdaniel, — de Rozonnet, — de Kerilliau. Déb., réf. 1668, é". de Tréguier.

D'argent à trois corbeaux de sable.

Gillette, épouse en 1660 François de Kermabon. Un sous-lieutenant de vaisseau en 1786.

  • Corbière (de La) (orig. du Maine), sr dudit lieu, — de Juvigné, — de la Chapelle-

Craonnaise, — de Vahais, — Ce Mortelêve, — du Feu, — de Bois-Robin, — de la Bénischère, — des Alleux. Anc. ext. chav., réf. 1670, neuf gén., ress. de Rennes.

D'argent au lion de sable, armé, lampassé et couronné de gueules.

Philippe et Guillaume, croisés en 1248 (cab. Courtois) ; Jean, écuyer dans une montre reçue au Mans en 1392; Pierre, épouse vers 1400 Françoise de la Roche ; trois conseillers au parlement depuis 1653 ; deux abbés de la Valence au diocèse de Poitiers en 1649 et 1685 ; deux chevaliers de Malte depuis 1669; un page du Roi en 1731 ; un abbé de Talmont, au diocèse de Luçon en 1784.

La branche ainée fondue dans Bouillé, puis Cervon, et en 1606 dans Quatrebarbes branche de Juvigné fondue en 1760 dans Hardas ; la branche de la Vahais, fondue en 1853 dans Chabot de Thénies.

Corbière, par. d'Amanlis, év. de Rennes.

D'azur au chevron d'or, accomp. en pointe d'un coq de même.

Un ministre de l'intérieur, anobli sous le titre de comte, en 1822, pair de France et chevalier des ordres du Roi en 1827 † 1853.

Corbin, sr de la Villeneuve-lès-Lannion, par. de Loguivy, év. de Tréguier.

D'argent à un ours passant de sable, bridé d'or. (G. le B.).

Corbinaye (de La), sr dudit lieu, par. de Balazé, — de Bourgon, au Maine, — de la Besnelaye, — de la Marolais et de la Touche-Huet, par. de Mézières.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén., réf. de 1427 à 1513, par. de Balazé et la Chapelle-d'Erbrée, év. de Rennes.

D'argent à la croix de sable, dentelée de gueules, cantonnée de quatre corneilles de sable.

Pierre, épouse vers 1500 Françoise le Prévost, de la maison du Plessis ; François, chevalier de l'ordre en 1570 ; un chevalier de Malte en 1635 ; un président aux enquêtes en 1676.

Corbinière (de La), sr dudit lieu, — des Forges, par. de Néant, — de Villeroux, par. de Gaël, — de Gourhel, par. de Ploërmel. Déb., réf. 1668 et à l'intend. en 1699, év. de Saint-Malo.

D'argent à trois tfites de corbeau arrachées de sable.

Corbon, sr de la Corbonnaye, — du Bois-Mandé, — du Parc, par. de Taden. Réf. 1513, par. de Taden, év. de Saint-Malo.

D'or au corbeau de sable.

Guillaume, anobli en 1400; Gilles, sr du Bois-Mandé, marié en 1500 à Jeanne, dame du Parc.

Corbon, sr de la Gerberie.

D'azurà la gerbe d'or, sur une terrasse de sable (Arm. 1696). Jean, échevin de Nantes en 1696.

Corcé (de), sr de Maupiron, par. de Moisdon, év. de Nantes. Porte un dextrochère (Sceau 1381).

Jamet, époux de Philine de Coësmes, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Philippe archer de la garde du duc en 1451.

COrdemIne.

Porte un lion couronné ; au chef chargé d'un lambel (sceau 1352).

Cordier (le), sr de Restigou, — de Runescop, — du Spernot, — de Meshuel. Déb., réf. 1668, ress. de Morlaix.

D'azur à la cordelière d'or, passée en lacs d'amour (Arm. 1696). Un fermier du domaine du Roi à Morlaix en 166L

Cordon, sr de la Forest, par. de Carquefou, év. de Nantes.

D'hermines à deux fasces de gueules. Devise : Tout sans contrainte.

Pierre ot Denise Mahéas sa femme, franchis par lettres de 1436 ; Georges, archer de la garniion de Nantes en 1484. Cette famille a été maintenue en Anjou et en Champagne en 1669.

Cordonnier, sr de la Bouëssière, ress. de Rennes. De gueules à sixannelets d'or (Arm. 1696).

CORFdenmAd.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Bourbriac, év. de Tréguier. Hervé, prête serment au duc entre les nobles de Tréguier en 1437.

Corfineau, sr de Kerascoët, par. de Moëlan, — de Kerguern, par. de Trégunc, — de Lesmadec, — de Penamprat, — du Stang, par. de Fouesnant.

Ext. réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Moëlan et Trégunc, év. de Cornouaille.

D'argent à la croix pattée et alésée de sable, accomp. en chef d'un croissant de gueules, chargé d'une étoile d'argent.

Alain, noble d'une lignée, employé dans la réformation de 1426, paroisse de Moêlan ; Jean, époux de Tiphaine, dame de Kerguern, exempt de fouages par lettres de 1440.

Corgne (le), sr de la Villegouranton, — de Launay et de la Fosse-Davy, par. de Maroué, — de la Viile-Corhen, — des Courbetières, — de la Villeneuve, — des Fontenelles, — de Bonabry, par. d'Hillion, — de la Noë-Haslé, par. de Coëtmieux, — du Colombier, — de la Lande, — du Perray, — du Bois, — de Timadeuc.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén , réf. et montres de 1440 à 1513, par. de Maroué, év. de Saint-Brieuc, et Cancale, év. de Saint-Malo.

D'azur au lion passant d'or, accomp. en chef de deux fleurs de lys de même, voyez Guéhéneuc et Triag. Devise : Spes et fortitudo.

Bertrand, de la paroisse de Plédéliac, témoin dans une donation de Geoffroy de Penthièvreà l'abbaye de Saint-Aubin des Bois en il67; Foulques, croisé en i248 (cab. Courtois) ; Guillaume, tué à la bataille de Saint-Aubin du Cormier en 1488, marié à Jeanne Bertrand ; un abbé de Vierzon au diocèse de Bourges en 1762, archidiacre de Goèllo, puis de Paris, † 1804. (Famille éteinte).

Le sr de la Villemarqué, débouté à l'intendance en 1710.

Corlay (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, év. de Cornouaille.

De gueules au lion d'or la tête contournée, regardant une étoile d'argent à sénestre (Sceau 1293) ; aliàs : une croix pattée, cantonnée au 1 : d'un croissant ; au .4 : de trois besants ; aux 2 et 3 : d'une molette (Sceau de 1301).

Henri, chevalier en 1195 f H98, père de Marguerite, deuxième femme d'Alain HI, vicomte de Rohan, auquel elle apporta la châtellenie de Corlay.

Tome I. 37

Geoffroi, témoin à une donation faite à Josselin de Rohan en 1290 ; Tiphaine, veuve de Henri de Corlay, fait un accord avec Olivier de Rohan en 1301.

Cormier (du), sr de la Courneuve, — de la Vieuville, — du Medic, — de la Salle.

Ext., réf. 1670, trois gén., ress. de Rennes.

De gueules au chevron d'or, accomp. de trois croissants d'argent.

Yves, secrétaire du Roi en 1584, père de Pierre, secrétaire du Roi en 1609 ; un alloué de Rennes en 1660, un conseiller au parlement en 1702 et un gouverneur des Invalides, - 1753.

Cornec (le), en français Coin (du). Voyez Cou (du).

Cornet, év. de Nantes.

D'azur à trois huchets d'or. Devise : Hex et lex.

Un receveur des fouages de l'évêché de Nantes en 1784, depuis échevin, enfin sénateur, comte de l'Empire et pair de France, † 1832. (Famille éteinte).

Cornet (du).

D'or au greslier de sable, lié et enguiché *le gueules, accomp. de trois meriettes de sable (Arm. de l'Ars).

Cornillé (de), sr dudit lieu, de la Bichetière, de la Croix, de la Guichardière et de la Révélais, par. de Cornillé, — de Montchouon, par. d'Elrelles, — du Bois, de la, Motte et du Plessis, par. de Torcé, — de Vausselles, du Grand-Fougeray et de la Ville-Cotz, par. de Bais, — de la Jarnouse, par. de Mécé, - de la Pichardaye, par. de Villamée, — de la Souillerie, par. de Visseiche.

Réf de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

D'argent à trois corneilles de sable (Sceaux de 1252 à 1477).

Hamelin, Odon et Geoffroi, témoins de donations faites par les barons de Vitré, de 1060 à 1090, et au traité de paix qui suivit la bataille de Tinchebray en 1106 ; Pierre, ratifie en 1225 les privilèges accordés par le duc à Saint-Aubin-du-Cormier ; Jean, chevalier du Temple en 1309 ; Guy, abbé de Saint-Augustin de Limoges en 1337 ; Jean, maitre des comptes du sire de Laval, ratifie le traité de Guérande en 1 381, et épouse 1o Marguerite Racappé, 2o Jeanne du Hallay ; Pierre, abbè de Mont-Morel au diocèse d'Avranches en 1558.

La branche de la Bichetière fondue dans Kermainguy ; la branche de la Guichardière fondue dans les Taillandier qui ont pris le nom de la Guichardière.

La maison de Cornulier parait issue en ramage de cette famille, coye ; Cornuuer.

Cormllière (de La), (ramage du Boisglé), sr dudit lieu, par. de Quessoy, — d'Ardaine, — dela Garenne, — de la Ville-Mainguy, par. de Saint-Pere, — des Rivières, — de Narbonne, par. de saint-Mareau.

Anc. ext., réf. 16b9, six gén., réf. et montres de 1440 a 1513, par de Saint-Père Marc-en-l'oulet, cv. de Saint-Malo, Maroué, év. de Suint-Brieuc, Landéhen. Bonaban et Saint-Uniac, év. de Dol.

De gueules à trois fleurs de lys d'argent, voyez Boisglé, CArOouëT et La RocherHousse. Devise : Ferrum, ferra, consilium, consilio.

Guillaume, épouse avant 1372 Mahaut du Cambout ; Jean, capitaine du château de Lehon en 1480, père de Jean, marié en 1502 à Jeanne Béniçuet ; deux volontaires au combat de Saint-Cast en 1758.

La branche ainée fondue dans le Voyer, puis le Felle.

-cornouaille, comté et évêché dont Quimper était la capitale.

D'azur au mouton passant d'argent, accorné et onglé d'or.

Le comté de Cornouaille était l'apanage des puînés de Bretagne, qui possédèrent, tout le duché en 1066, par la mort sans postérité du duc Conan II, frère d'Havoise, épouse de Hoël, comte de Cornouaille, + 1084. Aiain Fergent, fils des précédents, succéda à son père dans le comté de Cornouaille, et à sa mère dans le duché de Bretagne ; il mourut en 11 19.

•cornouaille (de), en breton Kernéu ; (de), sr dudit lieu, de Kerinou et de KerdulT, par. de Lambèzellec, — de Lossulien et de Kerguern, par. de Guipavas, — de Kerescar, — de l'Isle Yvon, du Guermeur et de Kerulaouen, par. de Ploudiry, — du Mescam, par. d'Hanvec, — de Lanros, par. d'Ergué-Armel, — de Kermodiern, par. de Rosnoën.

Ane ext. chev., réf. 1669, dix gén., nf. et montres de 1426 à 1534, par. de Lambèzellec, Guipavas, Plounéour-Ménez, év. de Léon, Hanvec, Rosnoën, ErguéArmel et Riec, év. de Cornouaille.

Ecartelé aux 1 et 4 : de Cornouaille ancien ; aux 2 et 3 : de Kerguern ; sur le tout : .d'argent au croissant de gueules, qui est Kernéau ; aliàs : frelté d'argent et d'azur qui est Kerguern, chargé d'un croissant de gueules qui est Kernéau (Sceau 1313).

Helgomarc'h, époux de Mabille, inhumée à Carnoët, vers 1313, père et mère de Guillaume, lequel servit vaillamment la comtesse de Montfort depuis 1342 jusqu'à sa mort ; Olivier, capitaine de Lesneven en 1338 ; Olivier, épouse en 1437 Catherine de Mesnoalet ; Olivier, prisonnier des Espagnols à la bataille de Cérignole en 1503.

La branche de Kerinou fondue en 1750 dans le Borgne de la Paine ; la dernière branche, fondue en 1845 dans Hersart.

, cornu, sr du Sable, par. de Saint-Nazaire.

D'azur au chevron d'or, uccomp. de trois glands versés de même (Arm. 16961. François, président des traites et gabelles de Clisson en 1696.

CornuLier, sr de la Haudelinière, de 'Lucinière, de Montreuil, baron, puis comte de la Roche en 1718, par. de Nort, — sr de la Haye, par. de Saiute-Luce. — de la Touche, par. de Nozay, — vicomte de Rezé, par. de ce nom, — srdes Gravelles, par. de SaintOnen, - marquisdeChâteau-Fremontea 1683, par. de Saint-Herblon, — comte de*Vair, par. d'Anetz, —sr du *Bois-Maqueau et de la Sionnière, par. de Teillé, — comte de Largouët, par. d'Elven, — baron de Montrelais, par. de ce nom, —sr de la *Caratcrie et de la Pajotterie, par. de Saini-Etienae-de-Mer-Morte, — du Pezle, de Lorière, de la Grande-Haye, de Jasson et de Malnoè, par. de Brains, — du Vernay et du Meixf par. des Touches, — baron de Lan vaux, par de Grandchamp. An*1, ext. chev., réf. 1668, sept gén. ress. de Nantes.

D'azur au rencontre de cerf d'or, sommé d'une moucheture d'hermine d'argent. Devise : Firmus ut cornus.

Pierre, sr de la Haudelinière, époux en 1490 de Marie de Concoret et Pierre son fils, successivement capitaines des arquebusiers à cheval du sire de Chateaubriant en Us7 et 1525.

Cette famille a produit deux maires de Nantes en 1569 et 1605; deux généraux des finances en *570 et 1588 ; un capitaine de cinquante hommes d'armes, gouverneur de Nantes en 1596 ; deux grands-maîtres des eaux et forêts et grands veneurs de Bretagne en 1602 et 1642 ; Pierre, abbé de Saint-Méen, de Blanche-Couronne et de Sainte-Croix de Guingamp et successivement évêque de Tréguier et de Rennes, -f-1639 ; Claude, aumênier du Roi, abbé de Blanche-Couronne, + 1681 ; sept présidents à mortier depuis 1640; quatre présidents aux comptes depuis 1674 et quatorze conseillers d'Etat ; deux chevaliers de Saint-Lazare en 1681 et 1723 ; un chevalier de Malte en 1764, commandeur de la Roche-Villedieu en 1774 ; un chef de division des armées royales de la Vendée, † 1843 ; un commandant des chasseurs à pied de la garde, tué sur la brèche à l'assaut de Sébastopo 1 en 1855, frère d'un contre-amiral en 1868f 1886.

Suivant une tradition rapportée par du Haillan, histographe de France sous Henri III, les Cornulier, dont le nom se trouve souvent écrit Cornillé, sont issus de Grégoire de Cornillé, très grand et habile chasseur de cerfs, dont le duc Jean IV changea les armes en I38L Voyez Cornillé.

Coroller (le), sr de la Roche, par. de Saint-Martin des Champs, — de Kerdannot, — de *Kervescootou par. de Plougasnou, — de Kerosven, — de la Vieuxville, — de Keropartz, — de Pratalan, — du Maretz, — de Kerguélen, — de Coëtlez, par. de Ploudiry, — duNec'hcoat, par. de Ploujean.

Maint, au conseil en 1717 et par arrêt du parlement de 1773, neuf. gén.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Garlan et Saint-Melaine de Morlaix, év. de Tréguier.

De sable au cerf passant d'or, accomp. de trois besants de même.

Eon, écuyer et son porte-targe, dans une montre de 1356, fut suivant la tradition, pendu à la Roche-Corroller avec 50 notables de Morlaix, en 1374 pour avoir exterminé la garnison anglaise que le duc Jean IV avait mise dans cette ville ; Pezron, épouse en 1540 Anne Gérault, dame de Kervescontou ; un gouverneur au château du Taureau en 1608.

Corpel, sr de Languilforc'h, par. de Plouzané, — de Brescanvel, par. de Brélez. Rèf et montres de 1427 à 1534, par. de Plouzané, év. de Léon. D'argent à trois piverts de sinople, becqués et membrés de gueules. La branche de Brescanvel fondue dans le Roux puis Poulpiquet.

Corperkt, év. de Tréguier.

De sinople à la fasce ondée d'argent, accomp. de trois coupes couvertes d'or. (G. le B.).

Corpsnuds (de), sr dudit lieu et du Planteis, par. de Corpsnuds-les-Trois-Maries, — de Sainte-For, par. de Toussaints. Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes. Fondu dans du Chastellier

Corre (le), sr de Keruzaré, par. de Carantec.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Carantec, év. de Léon.

D'or à trois trèfles d'azur.

Gorre (le) sr de Kerbuzic, par. de Locquémeau, év. de Tréguier.

De sable fretté d'or, qui est Kerbusic ; au chef de gueules, chargé d'un cerf d'or. (G. le B.)

Corre (le).

Réf. de 1427 à 1463, par. de Bourbriac, év. de Tréguier.

D'azur à une chauve-souris éployée d'or en pal, l'estomac percé de gueules. Devise : Nocte vigilat.

Corre (le), sr de Kerlavarec, par. de Plougasnou, — de Kerouzien, — de Coetcren, — du Plessis.

Réf. et montres de 1481 à 1543, par. de Plougasnou, év. de Tréguier. D'argent au chevron de sable, accomp. de trois quintefeuilles de même. Jean, anobli avant U8i ; un gouverneur du château du Taureau en 1621.

Corre (le), sr de Penarpalud, par. de Plonivel, — de Kerdaniel, par. de Plougastel- Saint-Germain.

Réf. etmontresde 1442 à 1562, dites par. et par. de Landudec, év. de Cornouaille.

Yvon, anobli par lettres du prince en Ui0 ; Pierre, abbé de Saint-Maurice de Carnoêt en 1520.

Guillaume, sr de Lanriou, procureur du Roi à Ch&teauneuf-du-Faou, appelé a l'arrière ban de Cornouaille en 1636, débouté à la réformation de 1688. Ce nom est encore mentionné aux réformations et montres de 14U & 1562, paroisses de Coray et Trégourez, évêché de Cornouaille.

Corre (le), sr de Kergroas.

D'or au cœur de gueules, surmonté d'un croissant d'azur (Arm. 1696).

Un contrêleur des deniers d'octroi et patrimoniaux de Saint-Pol-de-Lêon en 1696.

Correc (de), voyez f Ognets (des).

Corret, sr de Kerbauffrel, év. de Cornouaille, ress. de Carhaix.

D'argent à la hure de sanglier de sable, couronnée d'or ; aliàs : écartelé de la Tour d'Auvergne, chargé d'une barre de gueules.

Adèle, eut au xvn« siècle d'Emmanuel-Théodose de la Tour d'Auvergne, duc de Bouillon, vicomte de Turenne, un flls naturel père de : Théophile-Malo, mousquetaire du Roi en 1767 puis capitaine au régiment d'Angoumois (infanterie) en 1782, surnommé le premier grenadier de France ; autorisé en 1779 à porter les nom et armes de la Tour d'Auvergne, tué en 1800 a Oberhausen, d'un coup de lanco dans le cœur.

Corsin (le), Sr du Tertre, par. du Rheu, — du Chesneblanc, par. de Sauluières. Anc. ext., réf. 1669, neuf gén., réf. de 14Î7 à 1513, dites par., év. de Rennes.

D'argent à trois croix pattées de sable.

Guillaume, vivant en 1450 épouse Philippette Saulnier ; le dernier abbé de Lanvaux en 1786, et celui de Prières en 1787 appartenaient à cette famille.

Cortois (orig. de Bourgogne), sr de Quincey, — de * Pressigny.

D'argent au rinceau de trois feuilles de lierre de sinople en fasce ; au chef d'or, chargé d'une aigle de sable.

Le dernier évêque de Saint-Malo en 1786, archevêque de Besançon en 1815. pair th> France, † 1823, appartenait à cette famille, dont une branche s'est transplantée en Bretagne.

Corvaisier (le), sr des Portes, par. de Reminiac, — de Saint-Vallais, — des Échelles, — de Vaudoré, — de la Villegontier, par. de Parigné, — de Pellaine, — de la Chassaudière, par. de Baguer-Morvan, — de la Motte, — de Beauregard, — des Ormeaux, près Vitré.

Maint, à l'intend. en 1701 et par. arrêt du pari de 1774, dix gén.; réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Reminiac, év. de Saint-Malo. /

D'azur au sautoir d'or, accomp. de quatre étoiles de même ; au chef d'argent, chargé de trois mouchetures de sable.

Olivier ; fils de Jean, épouse vers 1440 Perrine Lesné; deux conseillers au parlement en 1554 et 1617. La branche de la Villegontier fondue dans Frain.

Coscat ou Cosquat (du), sr dudit lieu, par d'Arzal, — de Timadeuc. Réf. et montres de 1427 à 1536, par. d'Arzal, év. de Vannes.

D'argent au lévrier passant de sable. Fondu dans Rhuys, puis la Haye.

  • cosmao, sr de Kerjulien et du Manoir, év. de Cornouaille.

Écartelé au 1 : d'azur à deux étoiles d'argent en barre ; aux 2 et 3 : de gueules plein ; au 4 : d'azur au vaisseau soutenu d'une mer, le tout d argent ; à la croix d'or brochante sur les quatre quartiers.

Un sous-lieutenant de vaisseau en 1786, depuis contre-amiral et baron de l'empire en 1810, confirmé en 1816, † 1825.

Cosnier, sr de la Bothinière par. de Saffré, — de la Grandhaye, par. de Nozay, — de la Clergerie et du Puysallé, par. de Ligné, — de Ranzay et de la Renaudière, par. de Saint-Donatien, — de la Pannière, par. de Vallet, — de la Pommelière, par. de Varades. Maint, à l'intend. en 1704.

D'argent à la fasce d'azur, chargée d'une colombe d'or, tenant ans son bec un rameau d'olivier de même, accomp. de trois étoiles de gueulps.

Un échevin de Nantes en 1585 ; deux correcteurs des comptes depuis 1659 ; un conseiller au parlement en 1684.

Cosnoal (orig. d'Angleterre), sr de Saint-Georges, par. de Nostang, — du Crano, par. de Lignol, — de Kervérien, par. de Saint-Caradec-Trégomel, — de Lieuzel, par. de Pleucadeuc, — de Kerhuélic, par. de Baud. Maint, au conseil en 1671 et à l'intend. en 1699.

D'argent à trois croix pattées et alésées de sable ; aliàs : d'argent à deux lasces d'azur (Arra. de l'Ars.).

Pierre, maître des comptes en 1531 ; Hyacinthe, épouse vers 1660 N. Rouxel, dame de Kervérien et du Crano.

Cospéau (orig. du Hainaut), sr de la Fouais, par. de Lusanger, év. de Nantes.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'azur à trois bouterolles d'or ; aux 2 et 3 : d'or à la croix alésée de gueules.

Philippe, successivement éveque d'Aire, de Nantes et de Lisieux, † 1646.

Cosquer (du), eu français La Vieuville, sr dudit lieu, par. de Combrit. Réf. et montres de 1126 à 1481, dite par., év. de Cournouaille.

D'argent à sept feuilles de houx d'azur, 3. 3. 1.

Le nom ancien de cette famille est Glezran. Jean, armé pour le recouvrement de la personne du duc en <120. La branche aînée fondue dans Kerlazret, puis Euzenou.

Jean, juveigneur, épousa en 1470 Catherine de Kernicher ; Sébastien, fils des précédents, s'établit en Artois, où il francisa son nom en la Vieuville et épousa en 1510 Perrine de Saint-Wast. Voyez Vihuvh.uc (de La).

Le sr de Lezergué, par. d'Ergué-Gabéric, débouté à la réformation de 1668.

Cosquer (du), sr dudit lieu et de Kerldffrec, par. de Plounévez-Moëdec, — de Keruec'hriou, par. de Pleudaniel, — de Cabaloux et de Barac'h, par. de Louannec, — de Rosambo et de Goasruz, par. de Lanvellec, — de Gueruanchanay, par. de Plouaret. de la Boulaye, par. de Plounérin, — de Keruzec, par. de Pleumeur-Bodou,— de Coètfrec, par. de Ploubezre, — du Pré, par. de Bréléveuez, — de Kerimel, par. de Kermaria-Sulard, — de Keruabat, — de Kerailis.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dixgén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plounévez-Moëdec et Plounérin, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'or au sanglier de sable (Sceau 1381), qui est Cosquer ; aux 2 et 3 : contrecarlelé d'or et d'azur, qui esl Tournemine de Harac'h. Devise : Mad ha caPr (bon et beau).

Hugues, croisé en 1248, (cab. Courtois) ; Jean ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Brianil épouse en 140U Marguerite de Kergorlay ; Mathias. élu évéque de Tréguier en 1417 : deux ' chevaliers de l'ordre en 1614 et 1634.

Fondu on 16S<* dans le Peletier, [graphic]

Cosquerguen (de), sr dudit lieu, par. de Taulé.

Réf. et montres de 1443 à 1503, par. de Taulé, év. de Léon.

D'argent à lafasce d'azur, surmontée d'une merlettede même, commeKerhallic.

Cette famille et celles de Cazin, Geoffroy, Keraminou, Kerpoz et le Levier, paraissent avoir une origine commune.

Fondu dans Fouquet de Kervèzec.

  • Cosse (de) (orig. d'Anjou), sr dudit lieu, — comte, puis duc de Brissac et pair de France en 1611, — marquis d'Acigné, par. de ce nom, en 1609, — baron de Coëtmen, par. de Tréméven, — sr de la Guerche, par. de ce nom, — de Châteaugiron, par. de ce nom, — baron de Malestroit, par. de ce nom, — sT du Chastel, par. de Plouarzel, — de Coëtivy, par. de Plouvien, — de Fontenay, par. de Chartres.

De sable à trois fasces d'or, denchées par le bas.

Cette famille alliée en Bretagne aux d'Acigné, Beaumanoir, Ruéllan, de Bruc et la Fore-it d'Armaillè a produit quatre maréchaux de France de 1550 à 1768 ; des grands pannetiers, grands fauconniers et grands-maîtres de l'artillerie de France ; un lieutenant-général au gouvernement de Bretagne en 1645 ; un évéque de Coutances, dit le cardinal de Meudon, 11548 ; un abbé de Saint-Melaine en 1560, évêque de Coutances, † 1587; un abbé de Bégard en 1614 † 1675.

Cossin (orig. du Poitou), sr de la Boutrochère, — de Chourses, — de Maurivet, — de Belletouche.

D'or à trois têtes de milan arrachées de gueules. Devise : Spes mea Deus.

Guillaume, flls de Jacques, lieutenant de Gâtines, sénéchal de Maulevrier et élu de Thouars en 1519 ; un auditeur des comptes en 1779.

Cosson, srde Siurac, — de Kervodiez.

D'azur au chevron d'or, accomp. de 3 poissons de même ; au chef de gueules, chargé de 3 étoiles d'or. (Arm. 1696.).

Un lieutenant de vaisseau en 1696 ; un sénéchal de Lesneven en 1784.

Cossu, sr des Aulnays.

Déb., réf. 1670, ress. de Morlaix.

Costard, sr de la Ville-Coslard, par. d'Augan, — de la Cucuère, par. de Goven, — de la Porte, — des Rousselières, — de Lazillière, — des Vignes, — de la Cléraye, — du Brossay, par. de Guémené-Penfao.

Anc. ext., réf. 1669, cinq gén., réf. et montres de 1454 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.

D'argent à la fasce vivrée de sable.

Alain, abbé du Tronchet en U30 ; Etienne, épouse vers 1479 Aliette Le Clerc. La branche du Brossay fondue dans Becdelièvre. [graphic]

Costardaye (de La), sr dudit lieu, par. de Médréac, év. de Saint-Malo.

Parti d’argent et de gueules à deux léo pards de l’un en l’autre. (G. le B.) Fondue dans Glè.

Costardière (de la), voy. Bois (du).

Coste (de La) .

De sable à la fasce d’argent, chargée d’un c œur de gueules et accomp. de trois étoiles d’argent (Arm. de l’Ars). Etienne, archidiacre de Léon en 1700.

Cotereau (orig. de Paris), sr de Maintenon. D’argent à trois lézards de sable.

Jean, trésorier et intendant des finances de François 1", anobli en 1530 ; Dominique, conseiller au parlement de Bretagne en 1603. La branche de Maintenon fondue dans d’Angennes.

  • cotignon (orig. du. Nivernais) sr de la Motte, — de Mouasse, — du Clinseau, — de Fauraichard, — de Brion, — de Chauvry, — de Chaumve, — du Breuil, — de la Charnoye, — de Montsecq, — de Cigogne, — du Boisrolland, — de la Claye par. de Brutz, év. de Rennes. Maintenu par arrêt du pari, de Bretagne en 1676. D’azur au sautoir d’or, à la molette de même en chef.

Gyy, valet do chambre de la Reine Louise de Lorraine en 1590; Claude, aumênier du Roi et abbé de Blanche-Couronne en 1602 ; Antoine, abbé de Sainte-Croix do Quingamp en 1646 ; trois généalogistes des ordres du Roi de 1610 à 1692.

Cottel, sr de Kerjean, par. de Louannec, év. de Tréguier.

D’azur à un poignard garni d’or, engaîné de gueules. (G. le B.).

Cotten, sr de Saint Yvi de Kerveïl-pr.d’Elliant Réf. et montre de 1481 par. de Landeleau, ev.de Cornouaille D’azur à un chevron d’or accompagné en chef de deux étoiles de meme et en pointe d’un trefle d’or Corentin, Intendant général d’Ile de France(1804)


Cottes, sr du l’Iessis, par. de Hénon, — de la Barre, par. d’Iffiniac, — de la Ville-au- Pilon et de l’onabry, par. de Saint-Brandan. Réf. et montres de 14*23 à 1535 dites par., év. de Saint-Brieuc.

D’argent au croissant de gueules ; au chef d’or, chargé de trois macles a’azur (Sceau 1419). Moderne: Budes.

Cottin, sr de Saint-Léger, de Saffré, év. de Nantes.

D’azur à 2 chevrons d’argent, accomp. de 3 hures de sanglier d’or.

Un secrétaire du Roi en 1784, député de la sénéchaussée de Nantes aux Etats-Généraux en 1789, fils d’un commandant de milices à Saint-Domingue.

Couaisnon (de), sr de Bremanfany, par. de Mondevert, — de la Rongerais et de la Lanceulle, par. de Janzé, — de Bollande et de B eauvais, par. de Bazouges-la-Pérouze, — de Lorgerie, — de la Barillière, au Maine.

Tome I. 38

Ane. ext. chev., réf. 1670, huit gén., réf. de 1453 à 1513, dites par., év. de Rennes.

D'argent à trois molettes de sable, comme Dollier et Erbrée.

Pierre, vivant en 1453, épouse Marguerite de la Porte. Le sr de Bonnefontaine, débouté à l'intendance en 1712.

Couaisnon (de), sr du Haut-Verger, par. de Nivillac, — de Lauréat et de la Bastine, par. de Cambon.

Maint, réf. 1669, 0 gén., par les privilèges de la chambre des comptes.

Ecartelé aux 1 et 4 : d'azur [aliàs : de sable) à trois molettes d'argent ; aux 2 et 3 : de sable [aliàs : d'azur) à trois coquilles d'argent. Un auditeur des comptes en 1661.

Coual.

D'azur à trois feuilles de chêne d'or, une étoile de même en abyme (Arm. de l'Ars.)

  • couaridouc(de), sr dudit lieu et du Plessix, par. de Saint-Onen-la-Chapelle, — de la Barre, par. d'Iffendie.

Anc. ext. réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.

D'argent à quatre maillets de sable ; aliàs : d'argent à la croix fie sable, cantonnée de quatre maillets de même (Sceau 1357).

Macè, donne quittance de ses gages et de ceux des hommes d'armes et archers de sa compagnie en 1357 ; Sébastien, vivant en 1380, épouse Marguerite de Plumaugat.

Couart (le).

D'argent à trois roses de gueules, au lambel de même. (G. le 13.).

Coudé, sr de Kermarquer, par. de Sarzeau, — de Kerrio, — par. de Graudchamp, — de Matival. Déb. réf. 1669, ress. de Vannes.

D'argent à deux bandes de sable, accomp. en chef de deux étoiles de même et en pointe d'uncœurde gueules (Arm. 1696).

Un conseiller au présidial de Vannes en 1669 ; un lieutenant de frégate en 1778, puis contre-amjral, † 1822.

Coudrais (de La), sr de Keranlou, par. de Guégon, — de la Villeneuve, — de Kerboutier, par de Noyal-Pontivy, — de Kerdisson, par. de Stival. Réf. 1513, par. de Rochefort, év. de Vannes.

Degueulesàla croix dentelée d'or ; au chef de même, chargé de trois coquilles de • gueules. (G. le B.)

Pierre, châtelain de Rochefort en 1500, père de Grégoire, l'un des gentilshommes de la maison de Monsieur en 1513. La branche de Kerboutier fondue vers 1660 dans Bahuno. [graphic]

Coudray (du), S1* dudit lieu, par. de Mauron, — de la Mouidaye, — de l'Epine, par. de Plédéliao, — des Fontaines, par. de Plorec, — de Tréveneuc, — de Condé, — du Rocher, — de la Villehuliu, — du Portail.

Anc. ext., réf. 1668, six gén.; réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Mauron, év. de Saint-Malo.

D'or à la bande de gueules, chargée de trois coquilles d'argent et accostée de deux cotices d'azur.

Jamet, jusarmier en brigandine dans une montre de 1479; Philippe, épouse vers 1479 Anne de Saint-Pern. Le nom ancien de cette famille est Blanchard.

Les s" du Hil, paroisse d'Acigné, et des Touches-Rondiers, déboutés à la réformation de 1668.

Coudray (du) (orig. du Maine), sr de la Vaugelière, — du Bois-de-la-Cour, par. de Saint-Molf. Maint, à l'intend. en 1699.

De gueules à un arbre d'or, accomp. de trois cœurs d'argent ; alias : d'argent au lion de gueules (Arm. 1696).

Charles, épouse avant 1660 Madeleine d'Andigné.

Coudraye (de La), sr du Brenzent et du Hanvot, par. de riœmeur, — de Kerguénan, par. de Surzur, — de Kerthomas, par. de Sarzeau, — de Kerné, par. de SaintGildas-de-Rhuys.

Déb. réf. 1668, ress. de Vannes.

D'argent à sept macles de sable, 3. 3. 1.

Un auditeur et un maître des comptes depuis 1679.

Coue, sr du Brossay, par. de Renac, — de Trégoudan, — de Kergurioné, par. de Crach, — de Salarun, par. de Theix.

Anc. ext. chev., réf. ï669, sept gén.; réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Renac, év. de Vannes.

D'argent à la fascede sable, accomp. de trois fleurs de lys de gueules.

Jean, ratifie le traité de Guérande en f 381 ; Guillaume, épouse vers 1460 Jeanne Bernardin ; Julien, auditeur des comptes en 1503, marié à Marie Compludo.

Youëmc (du), sr dudit lieu, de Kergoualer, de Coadigou et de Kermabel, par de Scaer, — vicomte de Kerguélénen, par. de Pouldergat, — srde Kerbleizec, par. de Gourin,— de Squividan, par. de Treffiagat, — de Minuello. par. de Melven, — de Kerouzy, — de Kerdrain, — de Paradis, par. de Langoëlan, — de Kermeur.

Ane ext. réf. 1669, huit gén., réf.vet montres de 1426 à 1535, par. de Scaër, év. de Cornouaille.

D'argent à la branche de châlaignier de sinople, chargée de trois feuilles d'azur.

Henri, croisé en 1248, (Cab. Courtois) ; Geoffroy, époux en 1396 de Louise le Flo, père de Raoul, employé à la réformation de 1 vin et marié à Mario du Mur ; François, ancien officier de dragons, l'un dos chefs do la conspiration de Cellamare, décapité à Nantes en 1720 ; un capitaine de vaisseau, mort en 1780 des suites de ses blessures au mémorable combat de la Surveillante en 1779 ; un conseiller au parlement en 1779 : un grand-veneur et grand-maître des eaux et forêts de Bretagne en 1781.

Un membre a fait ses preuves pour les honneurs de la Cour en 1789 ; un autre a été élevé sous la restauration, à la dignité de vicomte.

i

CouëDor (de), sr dudit lieu, — du Val et de l'Abbaye, par. de Guer, — de la Danaye, par. de Carentoir, — du Biosglé, — des Bouëssières.

Réf. et montres de 1427 à 1536, dites par., et par. de Malensac, év. de SaintMaloet Vannes.

De gueules à la fasce d'argent, chargée de trois coquilles d'azur, et accomp. de six macles d'argent.

Jean, écuyer du duc Pierre en 1450 ; Jean, chevalier de l'ordre en 1586.

Couëdro (nie) (ramage de Rochefort). sr dudit lieu, par. de Questemberf, — de Pinieux, par. de Limerzel, — du Deil, par. d'Allaire, — de Kermadio, par. de Pluneret. Réf. et montres de 1427 à 1536, dites par., év. de Vannes.

Vairé d'or et d'azur, qui est Rochefort, à la bande (aliàs, au chef, aliàs : à la bordure) de gueules, chargée de quatre tourteaux d'hermines. (G. le B.) La branche de Pinieux. fondue au Xvii» siècle dans Cybouault, puis du Bonëxic.

CouèsBO (de), sr dudit lieu, par. de Guer, év. de Saint-Malo.

La branche aînée fondue au XV* siècle dans le Borgne de la Ville-Basse, puis Gallery. Lesrde Saint-Martin, ressort de Dinan, débouté à la réformation de 1689.

CouêsBOuc (de), voyez (du) Bouays.

CouësBy (de). sr dudit lieu, par. de Guégon. Réf. 1436, dite par., év. de Vannes.

D'or à deux fasces de gueules, à l'orle de merlettes de même, comme Cadoret. Fondu dans du Val, puis Talhouêt et en 1734 Huchet.

ToLêLlan (de), sr dudit lieu, par. de Guitté, év. de Saint-Malo.

Guillaume, écuyer dans les guerres de Guyenne, donne quittance de ses gages en 1387. Fondu au XV* siècle dans l'Hermine. Porte une aigle éployée (Sceau 1387).

( ouëSmeS ou Coësmes (de), (orig. du Maine), sr dudit lieu, — baron de Neubourg, de Lucé et de Bonnélable, au Maiue, — vicomte de Saint-Nazaire, — sr du Boisjoubert, — par. de Donges.

Réf. de 1454, par. de Donges, év. de Nantes.

D'or au lion d'azur, armé et lampassé de gueules ; aliàs : à la bordure engreslée de même iSceau 1348) ; aliàs : de gueules à six annelets d'argent (Sceau 1276).

Angelbaud et Eléazar, croisés en 1158 ; Charles, vivant en 1333 épouse Marguerite de Maulévrier, dame de Neubourg ; Payen, chevalier, reçoit une montre au Mans en 1348 ; Brisegault, épouse vers 1368 Marguerite je Chelles, daim ; de Lucé; Charles, leur petit fils, Yicomte de Saint-Nazaire, par son mariage en 1460 avec Marguerite de Rteux ; autre Charles, épouse vers 1500 Gabriello d'Harcourt, dame de Bonnétable.

La branche aînée fondue dans Montafiè, en Piémont, puis BourbonSoissons ; la branche de Saint-Nazaire fondue dans Bretagne-Vertus, puis Goulaine.

CooësNONgles (de), voyez Joyault.

CooëspeLle (de), sr du Fretay, par. de Maroué, — de Rochefort, — du Verger, par. de Taden, — de Coutances, — de la Bégassi're, — de Suliep.

Ext. réf. 1669, six gén., réf. de 1440 à 1535, par. de Trérauzon et Maroué, év. de Saint-Brieuc.

D'azur à trois quintefeuilles d'argent.

Perrin, de la paroisse de Trémuzon, anobli en H46. cBlancs-Manteaux). Jean, épouse vers M8I Aliette de Coôtgoureden.

Couëspl\n (de), sr dudit lieu, de la Ville-Moriu et du Passoué, par. de Guer, — des Fresches, — du Plessix, — de la Prunelaye.

Anc. ext. réf., 1669, six gén., et maint, à l'intend. en 1701 ; réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Guer, év. de Saint-Malo.

D'argent à l'aigle impériale de sable (Sceau 1377), comme Boisguéhenneuc, Bouillant et Courtois.

Jean flls de Raoul, épouse en 1500 Guillemette Souchet. Gouôssal (de) voy. Botteuc (le).

  • CorëssiN (de), sr de Bresséan, par. de Béganne, — de la Béraye, par. de Caden, — de Kergal, — de Lescouôt, — du Boisriou, — de Kerhaude, par. d'Herbignac, — de Clergerel, par. de Pluherlin.

Anc. ext. réf. 1668, neuf gén., réf. et montresde 1426 à 1536, par. de Béganne, 6v. de Vannes.

D'azur à deux bandes d'argent.

Guillaume, alloué de Guérande en U28 -.Guillaume, époux e. 457 de Guillemette de Oavaro, eut ses biens confisqués par le duc en 1488 pour avoir tenu le parti des Français ; Philippe, chevalier de Saint-Michel en i«54 ; un volontaire au combat de Saint-Oast en (758 ; un chevalier de Malte en 1786.

  • Goustus (de), sr dudit lieu, par. de Carentoir, — de la Villeloulais et de la Vallée, par.

de Campénéa", — de la Brétaudière, par. de Saint-Philbert, — de la RocheBlanche, — de Penros.

Anc. ext., réf. 1669, cinq gén. ; réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Campénéac év de Saint-Malo.

D'argentan rencontre de cerf de gueules. Devise : Plutêt mourir que mentir.

Michel, sr de la Vallée, épouse en 1474 Denise du Bois-Jagu ; un page de la Reine en 1760, général commandant en second l'armée de Charette, fusillé àChallans en 1795.

Touffon, srde Kerdreux, de *Kerdellec' h, de Kerjéan-Marec et de Bellevue, par. de Plouha, — de Kermouster, — de Trefllcurs, — de, Kerguilaven.

Anc. ext. réf. 1669, cinq gén., réf. et montres de 1441 à 1569, par. de Plouha, év. de Saint- Brieuc.

De sable à trois têtes de lévrier coupées d'argent, colletées d'or, comme la Boulaye ; aliàs : une tour donjonnée (Sceau 1283).

Urvoy, chevalier, fils Alain, faitune donation en Plouha aux moines de Bcauport en 1267 ; Henry, écuyer, appelé à asseoir une rente au profit du duc sur le havage de Lannion, en 1283 et aussi mentionné avec ses frères, Geoffroi leur père et Alain, leur aïeul, dans' un accord avec le procureur de Beauport en 1307; Guillaum\ prête serment au duc entre les nobles de Goëllo en 1437 ; autre Guillaume vivant en 1513 épouse Jeanne Thérézien, dame de Kermorvézen.

Couilliboeuf, srde ( hef-du-Bois, par. de Plourin. Déb. réf. 1670, ress. de Morlaix.

D'azur au rencontre de bœuf d'argent, accorné d'oiv

Une famille de même nom et armes a été maintenue en ^ormandie en 1667.

Couldeboic, sr de la Quélennaye, par. de Bains,— de Rrambis, par. d'Allaire, — du Parc-Anger, par. de Redqn, — des Greffins, par. de Rijffiac. Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. dq Vannes.

D'argent à Irois têtes de bouc de sable (mss. Gaignières). Eon, passeur et procureur de Redon en 1405. Fondu en 1575 dans Bernard.

Couldre (de La), sr dudit lieu et de la Garenne, par. de Plouguenast, — de Kerthomas, par. de Péaule.

Déb. réf. 1670, réf. et montres de 1469 à 1535, dites par., év. de SaintBrieuc et Vannes.

D'azur à six maclea d'or ; au chef d'argent, çhargé de cinq mouchetures d'hermines.

Colllon, sr de la Porte-Alain, — de Keimorvan, ress. de Saint-Brieuc.

D'azur au cygne nageant d'argent sur une fasce ondée et abaissée de même, accomp. en chef de deux étoiles d'or (Arm. 1696) ; aliàs : d'argent à la croix ancrée d'azur (Arm. 1696).

f Oulombe, év. de Léon, ress. de Brest. D'azur au lion d'or. (Arm. 1696.)

Valentin, capitaine de vaisseaux et gouverneur de Quimper en 1679, confirmé ou anobli en 1698.

Coupebie, sr de la Carizière, par. de la Haye-Fouassière, — de Porlhereau, par. de Yeriou, — de la Bogerie, — de la Lande et de Tartifume, par. de Port-Saint-Père. Maint., réf. 1669, 0 gén., par les privilèges de la mairie de Nantes.

D'azur à la fasce d'argent, chargée de Irois roses de gueules, accomp. en chef de deux étoiles d'or, et en pointe d'un croissant d'argent.

Michel, échevinde Nantes en 1616 ; Maurice, auditeur des comptes en 1617. Le sr des Jonchères, débouté a la réformation de 1670.

Couperie, sr de Beaulieu, ress. de Nantes.

De gueules au chef d'argent, chargé de deux étoiles de sable (Arm. 169(3). Jean, contrêleur général des tailles en 1696.

Couplière, sr de Quénar, par. de Sévignac, — de Brangolo, par. de Broons. Réf. et montres de 1428 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.

Raoul, au nombre des défenseurs de Dinan, assiégé par les français en 1448, épouse Marguerite du Chastcllier, veuve de Gilles de Kersaliou, sieur de Limoêlan, dont Robert père d'Olivier, marié en 1516 à Cyprienne de Trécesson ; Françoise, fille des précédents, en procès avec le sieur du Plessis-Gautron en 1546. Moierne : Botherel-Bretonnière.

Couppé, sr des Essarts, par. de Langast, — de la Villedanoe, de la VilleguérilT et de Montorien, par. de Plouguenast, — de Vignette, — de la Salle, — de Saint-Sympho- rien, — de Carménè, par. de Plessala. Ext. arrêt du pari, de 1737, quatre gén., év. de Saint-Brieuc.

D'argent à six hermines de sable, 3.2. 1.

Fondu dans la Motte-Rouge.

Couppé, sr du Portblanc, par. de Tonquédec, — de Kervennou, — de Lestimbert, — de la Fougerais. Déb. réf. 1668, ress. de Lannion.

D'azur à une quintefeuille d'argent, accomp. de trois molettes de même (Ar m 1696.).

Un receveur des octrois de Lannion en 1696, et un alloué de cette ville en 1754, père d'un sénéchal de Lannion en 1786, député aux Etats-Généraux, puisàla Convention, † 1832. Un sénéchal de Dinan en 1730.

Couppegorge, sr de la Bretesche, par. de Maisdon, — de la Ville-Bessac, par. de

Frossay, — de Maubreuil, du Maupas et du Bernier, par. de Carquefou, du

Bois, par. de Chantenay. Réf. et montres de 1429 à 1543, par. de Carquefou et Chantenay, év. de Nantes.

Laurent, connétable de Tuffon en 1387 ; autre Laurent, srdu Bois, maître d'hêtel du due en 1455.

La branche de la Brestesche fondue en 1440 dans la Po^ie ; la branche de Maubreuil fondu<> dans Mènardeau.

COUPPKi..

Montre de 1479, par. de Plélan-le-Grand, év. de Saint-Malo.

Raoulet, franchi par lettres de 1426.

Couppu, sr de la Couppuaye, par. de Comblessac, — du Corrouët, — de la Villequéno, par. de Carentoir, — de Quélen, par. de Guégon. Réf. de 1427 à 1442, par. de Comblessac et Guer, év. de Saint-Malo.

D'argent à la croix de sable, chargée de cinq étoiles d'or (Sceau 1381).

Pierre, surnommé le Sage, sénéchal de Rennes et l'un des rédacteurs de la très-ancienne coutume en 1330, imprimée pour la première fois on 1484 ; Guillaume, ratifie Guérande en 138! et épouse Olive de Liniac, dame de Quélen.

La branche ainée fondue dans Raguenel.

Cour (de La), srde Beauregard, par. de Cléguerec, — de la Villeneuve, par. de Lignol, — de Fos, par. de Melrand, — de Pont-de-Loc, par. de Graudchamp, — de Kergolher, par. de Plaudren. Réf. et montres 1426 à 1536, par. de Cléguerec, Lignol et Melrand, év. de Vannes.

De gueules à trois orceaux ou eslamaux d'argent (Arm. del'Ars.).

Cour (de La), sr des Villers, — de la llochefordière, par. du Cellier. Déb.. réf. 1669. ress. de Nantes.

D'azur à la fasce d'argent, chargée de trois roses de gueules, accomp. en chef de trois molettes d'argent, et en pointe d'un croissant d'or (Arm. 1696).

Cour (de La) (orig. du Languedoc, y maint, en 1734), srde la Bellière, — de Montcamp. De gueules à l'aigle d'or, couronnée d'azur, languée, becquée et onglée d'argent.

Antoine-Joseph, receveur des consignations à Rennes, marié en 1767 à N. Gardin de la Glétière.

Couradin ou Couraudin (orig. de Touraine), sr des Mortiers.

D'azur à un olivier d'or, terrassé de sinople, accomp. de deux fleurs de lys d'or. (Arm. 1696.)

Mathurin, correcteur des comptes en 1706, maître en 1718, f en charge. Courbe (de La).

Une fasce endentée, accomp. de trois croissants renversés (Sceau 1349), Alain, fait hommage au vicomte de Rohan en 1396.

Courchamps (Dt) coyez Guillemin.

Courcoué, sr des Cognets, — de Kerguy, ress. de Saint-Brieuc.

D'argent à la fasce de sinople, accomp.de sept perroquets de même, 4. 3. ; aliàs : écarlelé d'azur et de gueules à la fasce d'or, accomp. de trois macles de même, brochante sur le tout (Arm. 1696.).

Courcy (de), voyez Potier.

Courhin ( le), sr de Kerhuel, par. de Lignol.

Réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Lignol, év. de Vannes. D'or à l'aigle éployée de sable, becquée et membrée d'azur (Arm. de l'Ars.). Jean, de la maison du sire do Guéméné en 1481.

Couriault (le), sr de Quelvezin, par. de Carnao, — de Kerroc'h, — de Kerascoët, — de la Villeneuve, — de Penros, par. de Bubry, — du 4 Quilio.

Ext. réf 1669, neuf gén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de Carnac, év. de Vannes.

D'argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or.

Jean, fils de Pierre et ses fils, Guillaume, Maurice et Derrien, exempts de rouages pour avoir été au siège de Saint-lames-de-Beuvron en 1426; René, fils de Maurice, vivant en 141G, marié à Marguerite Guiomarc'h.

Couriolle, sr de Launay-Romelin et de Sénac, par. de Pipriac, — de la Fosse-Piquet, par. de Bains, — du Buisson.

Maint , réf. 1669, 0 gén., réf. et montres de 1481 à 1536, par. de Redon et év. de Vannes. D'or à trois croissants de sable.

Pierre, audiencier à la chancellerie en 1586 ; Pierre, greffier en chef civil en la cour du parlement en 1594, anobli en 1614. Le sr des Baudes, demeurant à Lamballe, débouté à la réformation de 16C9.

Courmeau, sr de Leurmen, par. de Ploumilliau, év. de Tréguier. De gueules à trois coquilles d'argent (G. le B.), comme Robert.

Cours (des), par. de Bohal.

Déb. réf., 1669, ress. de Vannes.

Courceriers (de), (orig. du Maine). sr dudit lieu, par. de Saint-Thomas de Courceriers, — de la Ferrière. D'hermines à trois quintefeuilles de gueules (Sceau 1380).

Guillaume, chevalier, dans une montre reçu au Mans en 1380, témoin en 1405 au traité de mariage de Charles de Rohan-Guéméné avec Catherine du Guesclin.

Cette famille s'est alliée en Bretagne aux d'Avaugour, Goulaine et Montbourcher.

Courson, sr de Liffiac, de * Liscineuc, de Kerléau, des Fontaines et de la 'Villeneuve, par. de Plélo, — de Colomeur, — de Kernescop, de Kerdaniel. de Costang, de Kersalic, de Kertanguy, de Porlzandré, de Kerlévénez, du Bilo, du Moguer et de la Belleissue, par. de Plouha. — de Grand-Pré, — de la * Ville-Hélio, par. de Plourhan, — de l'isle, — de Hauteville, par. de Hénon, - de la Villevalio, — de la Ville-Costiau, par. de Trémeloir, — du Val, — du Guern, par. de Kernével, — de Melchonec, par. de Plouaret, — de Lessac, par de Guérande, — de la Villeneuve, par. de Saint-Gilles-le-Vicomte, — du Vauhardy, par. de Trédaniel.

Tome I. 39

Ane. ext , réf. 11)68, six gén., et maint, à l'intend. en 1702 ; réf. et montres de 1423 à 1569, par. de Plélo et Plouha, év. de Saiut-Brieuc.

D'or à trois chouettes de sable, membrées et becquées de gueules.

Robert, croisé en 1248 (cab. Courtois); Jean, prête serment au duc entre les nobles de Goôllo en 1437 ; Jean, sr de Liflïac et de Liscineuc, vivant en 1469, épouse Margilie Henry ; François, sr de Kernescop, chef d'une autre branche, vivant en 1513, épouse Françoise Taillard ; un maréchal de camp en 1819 † 1847 ; une chanoinesse de Saint-Antoine de Viennois en 1789; un lieutenant de vaisseau fusillé à Quiberon en 1795 ; un général de division en 1873 † 1879 : un général de brigade en 1863.

Une branche établie en Angleterre, porte : d'argent à la bande de sable, chargée de trois chouettes d'or ; devise : Laissez Courson tenir ce que Courson a pris.

Cette branche a produit : Robert, cardinal du titre de Saint-Etienne et légat du SaintSiège, auquel on doit les statuts de l'université de Paris en 1215 ; Girard, l'un des envoyés du duc de Bedfort en France, pour la ratification du traité de Troyes en 1427.

Court (le), sr des Perrières et du Brueil, par. de Landehen,— du Pont-Ollivier, — de la Barre, par. de Plestan, — de Saint-Riveul, par. de Plénée-Jugon. Réf. et montres de 1423à 1535, dites par., év. de Dol et Saint-Brieuc. D'azur à l'aigle éployée d'or. Devise < Li droict chemin est U court.

Jean, envoyé en Angleterre pour traiter de la rançon de Charles de Blois en 1357 ; Alainr de la par. de Landehen, fait un échange avec les moines de Boquen en 1274.

Les s" de Béru, originaires de Bourgogne, de même nom et armes, sont alliés en Bretagne aux Guériff et aux la Monueraye ; le sr de la Yillethassetz, paroisse de Trigavou,. porte les mêmes armes, brisées d'un chef d'hermines, chargé d'unchevron de sable et d'une ancre de gueules, en pointe.

Court (le), sr de la Petite-Ville, ress. de Rennes.

D'argent à une aigle au vol abaissé de sable, chargée d'une fasce d'or (Arm. 1696.).

Court (le), par de Cohazé-Pontivy, év. de Vannes.

De gueules à 3 estamaux ou orceaux d'argent (Arm. de l'Ars.).

Courtajs, sr d'Aron, par. de Beaucé, — de Racinoux, par. de Saiut-Ouen-des-Alleux, — de Saint-Germain, par. de ce nom.

Ext. réf., 1668, six gén., réf. de 1478 à 1513, par. de Beaucé et Saint-Germainen-Coglais, év. de Rennes. D'argent à trois rencontres de taureau de sable.

Olivier, secrétaire du duc Pierre II, anobli en 1452 ; maitre Jean, fils du précédent^ avocat, se gouvernant noblement en 1478.

Courte (orig. du Maine), srde la Hlanchardière, — de la Bougatrière.

D'azur à la fasce d'or, accomp. de trois besants d'argent (Arm. 1690) ; aliàs : d'azur à 3 besants d'or, surmontés d'un lambel de même.

René, maire d'Ernée en 1696 ; un capitaine au régiment d'Anjou en i78J.

Courtel, sr de la Roche.

Réf. 1513, par. de Ploufragan, év. de Saint-Brieuc.

D'azur à sept besants d'or, à la bordure d'argent (Arm de l'Ars.). Bertrand, de la paroisse de Poulfragan, anobli en H16.

Le srde laVrillière, par. delà Chapelle-Basse-Mer, débouté à la réformation de 1670.

CourtePI e.

D'azur à trois bêches d'argent (Sceau 1237).

Courtoeuvre (de) (orig. de Normandie, y maintenu en 1667), sr du Boischevreuil — de Bose-André, — de la Rigotière.

D'argent à cinq fusées de gueules, rangées en fasce.

Le sr du Boischevreuil admis aux Etats de 175'i ; un garde du corps et un mousquetaire de la garde du Roi de 1738 à 1775.

Courtois, srdu Reuzidou, par. de liirinon, — de Kerandraon, par. de Lanneuffret, — de Botquénal, par. de Loperhet.

Réf. et montres de 1426 à 1481, par. de Dirinon, év. de Cornoiiaille et Plounéventer, év. de Léon.

D'argent à trois hures de sanglier de sable ; aliàs ; d'argent au chevron de gueules, accomp. de trois hures de sanglier de sablo.

La branche du Beuzidou et de Kerandraon fondue dans le Vayer.

Courtois, sr de Kerjézéquel et de Kerboronné, par. de Guiler, — de Kermoal, par. de Guipavas, — de Bourgneuf, par. de Gouesnou, — de Kermenguy.

Anc. ext., réf. 1671, huit gén., réf. et montres de 1448 à 1534, dites par., év. de Léon.

D'or à deux jumelles de sablo, accomp. de trois trèfles de même, posés en l'asco entre les jumelles.

Jean, épouse en 1448 Marie de Penancoet.

La branche de Kerboronné fondue en 1452 dans Penancoet.

Courtois, sr de Coëtcastel, par. d'Hcrbignac, — de Ouenzelle. Ext. réf. 1668, quatre gén.. ress. de Guérande.

D'argent à l'aigle impériale de sable, comme Boiaguchcniieuc, Bouillant et Coucsplan. Devise : Courtoisie convie, rusticité nuit.

René, épouse en 1542 Charlotte du Beysit ; un chevalier de Saint-Michel en 1657.

Courtois, sr de la Ville-Asselin, par. de Saint-Grégoire de Rennes.

D'azur au cygne d'argent, accomp. de trois étoiles de même.

Quatre greffiers en chef aux enquêtes du parlement, depuis 1670, le dernier † 1814. (Famille éteinte).

Cour Ville (dé), voyez Reiinard. [graphic]

Cousin, sr de la Croix, — de la Marrière.

D'azur au chevron d'or, chargé de deux palmes adossées de sinople et accomp. de trois moucherons (cousins) d'argent (Arm. 1690.)

Guillaume, auditeur des comptes en 1573, conseiller au parlement en 1594

Cousinot (orig. de Paris), s' de Montrevel. D'azur à trois colombes d'argent.

Jacques, prieur de Bêcherai, conseiller au parlement en 1651.

Coussaye (de La) (orig. du Poitou), sr de Fougeray, — de la Porte, — de Serzay.

De gueules au lion d'or ; au chef d'argent, chargé de trois étoiles d'azur. Devise : Patrice subsidient astra leonis.

Olivier, époux en 1500 de Denise Saunier, bisaïeul de Trajan, maître des comptes en 1588, puis général des finances et président aux comptes en 1601.

Coussy (de), sr de Kerbourbon, par. de Saint-Patern, év. de Vannes. Fu&é de vair et de gueules. (G. le B.).

Guillaume, dit Goulu, bouteiller de la duchesse Isabeau d'Ecosse en 1450.

Coussy (de), sr de la Mataudais, par. de Rougé, — de Launay, par. de Saint-Donatien.

D'or à la fasce d'azur, chargée de trois roses d'argent et accomp. de trois flammes de gueules (Arm. 1096).

M» Jean, procureur et syndic de Châteaubriant en 1586 ; deux échevins de Nantes en 1582 et 1628 ; un procureur du Roi au présidial de Nantes en i69G.

Coustard, sr du Hallay.

Déb., réf. 1668, ress. de Fougères.

D'or à la tour d'azur, accostée de deux losanges de gueules ; au bâton d'argent brochant en fasce sur le tout (Arm. 1696).

Cousturié, sr de Beauvoir, — de la Chesnaye, — de Chambrelles, — de la Garenne, par. de Soudan, — de la Jaleusie et de Kerpond'armes, par. de Guérande, — du Helfaut et de Tréhuelan, par. d'Elven. Ext. réf. 1671, sept gén., ress. de Rennes.

D'azur à la bande endentée d'or.

Guillaume, épouse vers H80 Jeanne de Broêl ; deux conseillers au parlement de IG20 et 1649.

Fondu dans Champion,

CousTimieB (le), sr du Rortay.

D'argent à la fleur de lys de gueules.

Pierre, alloué et lieutenant-génératau présidial de Nantes, conseiller au parlement en 1570.

Coutances (de) (orig. de Touraine), s" de la Celle, ea Tuuraine, — du Boisdais, — de la Bouvarrlière, par. de Saiat-Herblain, — du Vigneu, par. de Couëron, — de la Haye-Mahéas, par. de Saint-Etienne-de-Monl-Luc, — de Mallève, par. de Chantenay, — de Baillou. Ext. réf. 1669, trois gén., ress. de Nantes.

D'azur à deux fasces d'argent, accomp. de trois besants d'or entre \c, s fasces, posés 2. et i. Devise : Constantiâ, justicià et fidelitate.

Jean, srde Négron, maire de Tours en U79 ; Sidrac et Louis, chevaliers do Malte on 1575 et 1595 ; Valentin, épouse en 1570 Claudine Poidras ; un page du Roi en 1722.

Coutel (orig. d'Anjou), sr d'Ardanne.

D'azur au lion d'or ; au chef pale d'argent et de gueules. Antoine, conseiller au parlement en 1560, † 1581.

Coutelier (le), sr de Penhoët et du Brossay, pir. de Fégréac, — de la Sébiuière, par. de Monnières.

Anc. est., réf. 1669, six gén., réf. et montres de 1440 à 1513, par. de Fégréac, év. de Nantes.

De gueules à la levrette rampante d'argent, colletée de gueules. Jean, vivant en 1513, épouse Marie de la Boucelays.

Couturet, sr de Bellébat, par. de Saint-Patern. Déb. réf. 1668, ress. de Vannes.

Couvey (orig. de Normandie, y maint, en 1463 et 1666), s' de la Brémanière, — de Champserie, — de la Touche, — de la Ferronnière, — de la Tantonniére.

Maint. à l'intend. en 1699 et par arrêt du pari, de 1748, anc. ext., dix gén., ress de Rennes.

D'azur au chevron d'or, accomp. de trois quintefeuilles de même.

Guillaume, de la paroisse de Romagny, élection de Mortain, vivait en 1463 ; Jean. épouse vers 1540 Gabrielle d'Amphernet.

Couvrun (de), sr dudit lieu, par. de Plérin, — du Plessix-Budes par. de Plédran, — de Sacé, en Normandie, — de la Morandaye, par. de Trémuzon — de Launay, par. de Trégueux.

Réf. et montres de 1423 à 1535, dites par., év. de Saint-Rrieuc.

D'or à sept macles d'azur, 3. 1. 3. comme Plédran ; aliàs : une fasce accomp. de sept macles (Sceau 1380).

La branche ainée fondue au xv« siècle dans le Forestier de Kerahuis ; la branche de Launay et de Sacé fondue dans Romilley, puis Budes.

Couvran.

D'argent au chevron de gueules, accomp. de trois trèfles de sable (Arm. 1098). Un procureur au parlement en 1696.

Couyer, sr de la Chasteigneraye, par. de de Saint-Jacut, — de la Barre, — du Vivier, — du Tertre, par. de Pleucadeu":, — de la Grenaudais, par. de Saint-Gravé, de la Chesnardière.

Ext., réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1427 à 1536, par. de Saint-Jacut, év. de Vannes.

D'argent à trois cœurs de gueules.

Olivier, anobli pour avoir été au siège de Beuvron en Hîfi ; Guillaume, son fils épouse en 1461 Françoise Mandart.

Coz (le), sr de Bourgerel, par. de Treffrin, — de Lestauret. Déb., réf. 1669 et à l'intend. en 1704, ress. de Carhaix. D'argent à la croix pattéc de sinople (Arm. 1696).

Coz (le), sr du Colombier, ress. de Carhaix.

De gueules à la colombe essorante d'or (Arm. 1606).

Coz (le), sr de Kerlen, ress. de Lannion.

De gueules à la hache d'armes d'or en pal (Arm. 1696).

Cozic (le), sr de Crec'hbalbé, par. de Dirinon, — de Guernamboulc'h, par. d'Irvillac. Réf. et montres de 1448 à 1562, dites par., év. de Cornouaille. Moderne : Buzic.

Cozic (le), sr de Kerhuel, par de Ploumagoar, — de Kerloaguen et du Garspern, par. de Plougonven, — de Lostanvern, par. de Botsorhel, — de Coelgourhant et de Loedu, par. de Louargat, — du Mur, — de Saint-Illio, — de Bodister, par. de Plourin.

Anc. ext., réf. 1670, huit gén., réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Tréguier.

De gueules au croissant, accomp. de six trèfles, le tout d'or ; aliàs : d'argent à l'aigle de sable, membrée et becquée de gueules, qui est Kerloaguen.

Mathieu, croisé en 1218 (cab Courtois) ; Olivier, de la ville de Guingamp, entendu dans l'enquête pour la canonisation de Charles de Blois en 1371 ; Pierre, épouse vers 1427 Catherine de Pestivien ; Jean, abbé de Sainte-Croix de Guingamp en 1546.

La branche de Kerloaguen fondue en 1669 dans Kermuson.

Cozou, sr de Kerriou, par. de Goudelin, — de Kerascouët, par. de Ploubaznalec, — de Launay.

Ext. réf. 1Ô70, quatre géu., réf. et montres de 1481 à 1513, par. de Plouagat- Chàtelaudren, év. de Tréguier.

D'argent à six (aliàs trois) feuilles de lierre de sinople. Pierre, fils de Prirent, épouse en 1535 Raoulctte Danion.

Craffort (orig. d'Ecosse).

Une fasce d'hermines, accomp. en chef de deux étoiles (Sceau 1406, mss. Gaignièrex).

Robert, capitaine de Vannes et du château de l'Hermine en 1402.

Crambzel ( CRAMEZEL (orig.d'Angleterre) sr de la Ville-Brénoguen, par. de Saint-André-des-Eaux, — de la Salle-Branguen, par. de Saint-Molf, — de la Touche et de * Kerhué, par. de Guérande, — de la Haye, — du Minihy, — de la Bernardière, par. de Saint-Dolay, — de Kergérault.

Ext., arrêt du parl, de 1741 et 1743, neuf gén., ress. de Guérande.

D'azur (aliàs : de gueules) à trois dauphins d'argent, voyez Pourceau. Devise : Fidelis patriæ.

Jean, épouse vers 1470 Jeanne Bouchard, de la maison de Kerbouchard, paroisse de Saint-Guenolé de Batz ; Jean, petit-fils du précédent, gendarme à la bataille de Dreux en 1562, épouse 1o Jeanne de Kerpoisson, 2o Jeanne de Keralan. Un général de division en 1881.

Crane (de), sr dudit lieu.

Réf. de 1513, par. d'Illifaut, év. de Dol.

De gueules au sautoir d'argent, à la bordure de même (Sceau 1276).

Alain, écuyer dans une montre de 1371 ; Jean épouse en 1500 Marguerite Mouraud.

Craon (de), (orig. d'Anjou), baron dudit lieu, — comte de la Suze, au Maine, sr de Briolay, — de Chantocé, — d'Ingrande, — de Sablé, — de Sillé-le-Guillaume, — vicomte de Châteaudun, — sr de la Porte, par. de Maumusson.

Losangé d'or et de gueules (Sceau 1379).

Guy, croisé en 1190; Jean, évêque du Mans, puis archevêque du Reims, 1373 ; Jean, grand échanson de France, tué à la bataille d'Azincourt en 1415 ; Antoine, grand panetier de France, tué à Azincourt en 1415 ; Pierre, favori du duc Jean IV, et célèbre par l'assassinat qu'il tenta sur la personne du connétable de Clisson en 1392, se retira après ce crime en Bretagne, où le roi Charles VI marchait à sa poursuite, lorsque la folie de ce prince se déclara dans la forêt du Mans ; Jeanne, épousa Pierre de Beauvau, mort en 1435, et leurs descendants sont qualifiés princes de Craon depuis 1722.

La branche aînée de cette maison alliée aux Vitré, Fougères, Bodégat, Lohèac, Machecoul et Rochefort, s'est fondue en 1373 dans les Sully, d'où la baronnie de Craon est passée aux la Trémoille, puis aux d'Aloigny, qui la vendirent au commencement du XVIIe siècle aux la Forest d'Armaillé.

Cras (le), sr de Kerstang, par. de Gommenec'h.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dite par., év. de Tréguier.

Jean, contrarié et en plaid pour sa noblesse en 1427 ; Yvon, présent par Guillaume son fils, en brigandine et pertuisane à une montre de 1479, ce dernier déclaré exempt de fouages en 1513 et son père avant lui, depuis soixante ans passés.

Crec'hgrizien (de), sr dudit lieu. par. de Plougoulm, — du Couëdic, par de Sizun.

Réf. et montres de 1427 à 1481, dites par., év. de Léon.

D'azur à six besants d'argent, 3, 2, 1, à la bordure de gueules, voyez Loumenven.

Crech'morvan (de), sr dudit lieu, év. de Tréguier.

D'or au chevron d'azur, accomp. en chef de deux trèfles de gueules et d'un rencontre de cerf de même en pointe. (G. le B.), voyez Kerouzlac.

Moderne Kerret. dudit lieu, par. de Plouvorn, — du Cosquermeur, par. de Taulé, — de Kerincuff, par. de Plouénan, — de Guernec'h, — de Keranglaz, — de Kerogon, par. du Minihy, — de Lescoat, par. de Plounévez, — de Mescanton, par. d3 Plouzévédé, — de Kerillio, — de Trévistin, — de Lesvennec, — de Kersaint, par. de Plougasnou.

Âne. ext., réf. 1663, six gén., rrf. et nualres de 1443 à 1481, par. de Plouvorn el Plounévez-Lochrist, év. de Léon.

D'argent à trois tours crénelées de gueules, comme Coëtnempren. Devise : Tu dispone. i

Maitre Jean, vougier à deux chevaux à une montre de 1481, épouse Françoise Guéguen. La branche ainée fondue en 1490 dans Kerhoênt.

Cette famille portait jusqu'au commencement du xv« siècle le nom de Ci.oc'her, voyez Oixic'her.

Crec'hriou (de), voyez Kernec'hriou (de).

Chef, sr de Kermoné, par. de Plounéour-Trez, év. de Léon. D'or au cerf de sable (Arm. 1696). Un notaire royal à Landerneau en 1696.

Créih: (du), voyez Ruellan.

Créménec (de), sr dudit lieu et de Kerlan. par. de Priziac, év. de Vannes. D'argent à trois pommes de pin d'azur. (G. le B.). Fondu dans Esinez puis TalhouU.

Crémeur (de), sr dudit lieu, — de Lannuguy, par. de Saint-Martin-des-Champs, — de Quistillic, par. de Taulé, - duCleuziou, - de Launay, — de Penamprat.

Ext., réf. 1670, cinqgén., réf. et montres de 1503 à 1543, par. de Saint-Martin et du Minihy, év. de Léon. De sable à trois quintefeuilles d'argent, une étoile do même en abyme. Alain, épouse vers 1500 Jeanne le Quentel.

Cren (le). sr de Kerlen, par. de Landudec.

Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Landudec, év. de Cornouaille.

Porte un sautoir et une bordure (Sceau 1276).

Cren (le), sr de Kerbolo.

L'n abbé d'Huiron au diocèse de Châlons-sur Marne en 1770.

Crénan (de), sr dudit lieu. par. du Fœil év. de Saint-Brieuc. D'argent à deux hallebardes de gueules en pal.

Eudes, croisé en i2i8 (cab. Courtois) ; Yves, de la paroisse de Plésidy, échanson et valet de chambre de Charles de Blois, entendu dans l'enquête pour sa canonisation en i37i.

Fondu dans le Nepvou, d’où la terre de Crénan a passé successivement aux Rocquefort, Urvoy et Perrien.

Crenolle (de), par. de Plessala, év. de Saint-Brieuc.

Seigneurie successivement possédée par les maisons de Kostrenen, de Guémadeux et du Quengo et érigée en marquisat en 1779, en faveur d’Anne-Louis du Quengo, brigadier d’infanterie, voyez Quengo.

Créquy (de) (orig. d’Artois), marquis, puis duc de Créquy, prince de Poix, — sr de Canaples, — duc de Lesdiguières, pair de France.

D’or à un créquier de gueules. Devise : Nul ne s’y frotte.

Jean, sire de Créquy et de Cnnaples, épouse en 1525 Marie d’Acigné, dame de Boisjoly, dont : Antoine, évêque de Nantes, puis d’Amiens, et cardinal, † 1574 ; Antoine oncle du précédent lui succéda sur le siège de Nantes en 1561 ; Charles, maréchal de France, tué d’un coup de canon au siège de Brème en 1638 ; François, maréchal et général des galères de France, † 1687. (Famille éteinte en 1801.)

Cresolles (orig. d’Angleterre), sr de Tréhuélan, par. d’Elven, — du Porlzou, par. de Ploeren, — de la * Villeneuve, du Rest, du Modetz et de Penarstang, par. de Brélévenez, — de Launay, — de Penlan, par. de Servel, — de Kervérault, du Boisriou et de Kergolvez, par. de Cavan, — du Vieux-Trévou, par. de Trévou, — de Cleuzireuz, — de Kerglezrec, par. de Trébeurden, — de Pencrec’h, — de Kermarec.

Anc. ext., réf. 1008, huit gén. et maint. àTinlend. en 1697; réf. et montres de 1420 à 1543, par. d’Elven et Ploeren, év. de Vannes, Lannion, Brélévenez, Servel et Trévou-Tréguignec, év. de Tréguier.

Fascé denché d’or et d’azur de six pièces ; aliàs : losungé d’or et d’azur, pour la branche de Pencrec’h.

Jean, contrôleur de l’hôtel du duc Jean V en 1409 ; Gilles, secrétaire du duc François II en 1461, épouse Marguerite le Du ; un page du Roi en 1738.

La branche de Tréhuélan fondue vers 1458 dans le Comte.

La branche du Modetz fondue au xviie siècle dans du Cleuz du Gage.

Crespel (orig. de Bruxelles), sr de la Touche.

De gueules à une main fermée d’argent, accomp. de trois cygnes de même (Arm. 1696).

Jean, établi à Nantes en 1591, naturalisé en 1611 ; Paul, avocat à la Roche-Bernard en 1696.

Crespin (orig. d’Anjou), sr du Gast, — de Billy, en Blésois, — des Loges, — de Baracé, — de la Chabosselaye.

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois pommes de pin de même,

François, président aux Grands-Jours de Bretagne en 1538, puis président à mortier en 155», père de René, aussi président à mortier en 1570.

Une branche fondue en 1697 dans Contades ; une autre branche transplantée dans l’Orléanais, y maintenue en 1668.

Crespin, sr de Tréogat, par. de RufRac, év. de Vannes.

Fuselé d’argent et de gueules, comme du Bec.

Julien, fermier général et procureur fiscal de l’abbaye de Redon en 1675, marié à Jacquette Daniello.

Crespy (orig. d’Anjou), sr de la Mabillière, — du Boisrobin et de Roussillon, par. d’Héric, év. de Nantes.

Burelé d’or et d’azur de 10 pièces.

Deux maîtres des comptes en 1599 et 1632.

Creux (du) sr de la Folie, — de la Tiollays.

Réf. de 1428, par. d’Evran, év. de Saint-Malo.

De gueules à trois fasces d’or ; à la bande d’hermines sur le tout (G. le B.) ; aliàs d’azur à la croix d’argent (Arm. de l’Ars.).

Fondu en 1458 dans Beaumanoir.

Crévy (le), par. de la Chapelle-sous-Ploërrael, év. de Saint-ilalo.

Seigneurie successivement possédée par les maisons de ùerval, Rougè, Monjean, Quèîennecet Rogier, érigée en comté, en 1697 en faveur du sieur Rogier. (voyez Rogiek) ; et transmise par mariage en 1741 aux Brilhac.

Croc, sr de la Robinaye, par. de Bain, — de la Tuvelière, par. de Saint-Symphorien, — de la Gerbaudière. Ext. réf. 1671, quatre gén., ress. de Rennes.

D’azur au griffon d’or, armé, becqué et langué de gueules.

Pierre, officier de Tristan de la Lande, son procureur et receveur à Bain et comme tel exempt de fouages, réformation de 1427, paroisse de Bain ; Jean, époux de Françoise Corsin, père de Zacharie, conseiller au parlement en 1568 ; Paul, conseiller au parlement en 1660.

Moderne Coniac.

Crocelay, sr de la Violais et de la Briançais, par. de Fay, — de la Gratinais, par. de Blain.

Ext., réf. 1668, huit gén., ress. de Nantes.

D’argent à la bande de gueules, accomp. de trois trèfles de sable.

Gilles. sr de la Violais épouse en 1440 Jeanne de Lescouble ; un chevalier de Malte en 1644; un grand maître des eaux et forêts de Bretagne en 1661 ; un page du Roi en 1700.

Fondu en 1714 dans Berthou de Kerverzio.

Crocq, sr de la Ronce, de Mesarabouin et de la Rouère, par. de Billé. Réf. de 1478 à 1513, dite par., év. de Rennes.

D’argent à la fasce de gueules, (Arm. de l’Ars.).

Moderne : la Sauldraie.

Croix (de la)}, voy. Suau.

Croisic le), évèché de Nantes, ville et château assiégé en 1342 et 1597.

Un pal fleurdelysé, accosté de deux croissants adossés (Sceau 1557) ; aliàs : d'argent à la croix de gueules, cantonnée de quatre mouchetures d'hermines de sable.

Croisier.

Déb., réf. 1668, ress. de Morlaix.

D'azur à trois croix recroisettées d'or (Arm. 1696).

9

Croisille (de La), sr dudit lieu, par. de Saint-Symphorien, — de la Maison-Neuve, par. d'Etrelles Réf. 1440, par. d'Etrelles, év. de Rennes.

Une fasce accomp. en chef de trois coquilles (Sceau 1352). La branche aînée fondue dans Hattes.

Croissant sr de Garengeot, par. de Saint-Aubin-des-Landes, év. de Rennes.

Un chirurgien ordinaire du Roi, membre de l'académie royale de chirurgie, chirurgienmajor du régiment du Roi en 1742 f à Cologne en 1759.

Croizil (du), sr d'Ardaineet de la Jolleterie, par. de Sainte-Pazanne,— de la Salle, par. de Fresnay, — de Château-Thébaud, par. de ce nom,— du Plessis-Guéry, par. de Monnières. Réf. de 1429 à 1442, par. de Sainte-Pazanne et Fresnay, év de Nantes.

Jean, écuyer dans une montre do 1346. Fondu en 1*>16 dans Foucher.

Chosnier, sr des Vignes, — de Monterai, — de Coulevart, — de Bellestre, — de la Gardelle, — de la Berthaudière. Maint, par arrêt du conseil et lettres-patentes de 1758, ress. de Saint-Malo.

D'or au croc de batelier de sable (Arm. 1696).

Julien, bourgeois do Saint-Malo, tenant nef noble en 1513 dans la paroisse de Vildé-laMarine, député de Saint-Malo pour prêter serment au Roi en 1524 ; Micltel, capitaine des vaisseaux du Roi, reçut de Louis XIII en 1630 une chaine d'or avec son portrait, en considération de ses services.

Crouëzé, sr de Bolezen, — du Rochay, — de la Roche-Martin.

D'azur à la croix engreslée d'argent, accomp. de quatre roses de même. Jean, prête serment au duc entre les nobles de Goêllo en 1437.

Crouëzé, sr de la Maillardière, — de Kervilv, par. de Pleibert-Christ, — du Mur, par. de Plouigneau.

Déb., réf. 1668, ress. de Morlaix.

D'argent à la fasce de sable, chargée de trois quintefeuilles d'argent et accomp. de trois molettes de sable (Arm. 1696).

Deux sénéchaux de Quimper depuis 1662 ; un sénéchal de Morlaix enl696. Fondu dans Guernimc.

Crouzil, sr de la Guinassière, par. de Langon, év. de Vannes.

Déb. réf. 1668, ress. de Rennes. Crozat (orig. de Languedoc), maquis de Moy, en Picardie, — baron de Thiers, en Auvergne, — marquis de Carman, par. de Kernilis, — sr du Chastel, par. de Plouarzel.

— de Trémazan, par. de Landunvez, — baron de Beaumanoir, par. de Vieux-Bourgde-Quiotin, —sr de Coëlivy, par. de Plouvien.

De gueules au chevron d'argent, accomp. de trois étoiles de même.

Un secrétaire du Roi en la grande chancellerie en iTM ; un lieutenant-général des armées du Roi en 1744, dont la fille transmit par mariase en 1744 la terre du Chastel à la maison de Gontaut-Biron. Un maréchal-général des logis, marié en 1726, à MarieLouise de Laval-Montmorency, dont la fille transmit par mariage en 1749, la baronnie de Beaumanoir aux Bêthune.

Croze, sr de Kermourault, par. d'Arradon. Déb., réf. 1669, ress. de Vannes.

Nicolas, conseiller au présidial de Vannes en 1663, laissa deux filles mariées aux s" de Gnuvello et de Carné.

Crozon, par. et comté, partage des puinés des comtes de Cornouaille.

Ce comté a été possédé ensuite par les maisons de Léon, Rohan, Ratmadec, du flan, la Porte d'Artois, Rousselet de Châteaurenaull et d'Estaing.

Chugot, sr de Pontanscoul, év. de Tréguier.

D'azur au sautoir d'argent, accomp. de trois tètes d'épervier d'or en (lancs et en pointe, et d'un annelet d'argent en chef (G. le B.)

Cruguil (de), sr dudit lieu, par. de Brélévenez,— de Kerouc'hant, par. de Trédarzec,

— de Kerhamon, par. de Servel, év. de Tréguier.

D'argent à une (leur de lys de gueules en abyme, cantonnée de quatre oiseaux affrontés de même (G. le B.), comme Ballineuc. Fondu en 1360 dans Lannion.

Cucé (de), sr dudit lieu, par. de Cesson, év. de Rennes.

De gueules au chevron d'argent, accomp. de trois billettes de même (Sceau 1346) ; alias bandé d'argent et de gueules, la première bande chargée d'un lion de sable.

Fondu dans Montbourcher, d'où la seigneurie de Cucé acquise par les Bourgneuf a été érigée en marquisat en 1644 en faveur d'Henry de Bourgneuf, premier président, | 1660, voyez Bourgneuf. Il a appartenu ensuite aux Boisgelin puis aux Cahideuc.

Cuisine (de La), sr dudit lieu, par. de Pléhédel, — de Kerhervé, — de Poullic, par. de Ploubazlanec, — de Kerpunçz, par. de Kerity.

Anc. ext.. réf. 1669, cinq gén., réf. et montres de 1423 à 1543, dites par., év. de Saint-Brieuc.

De sable au cerf passant d'or, comme Noël et Trépompé. Alain, épouse vers 1540 Jeanne du Vieux-Chastol.

  • Ciîmont ( de), (orig. du Périgord, maint, en Limousin en 1698), sr dudit lieu, — de Poislière, — de la Cholletière, — da Buisson, — de la Guière, par. d'Oudon. Maint, a l'intend. en 1701.

D'azur h. la croix (aliàs : à trois croix) patlée d'argent. (Sceau 1340.).

Jean, lieutenant-colonel au régiment de Palluau, † 1647, épousa Florence de la Grue. Cette famille alliée en Bretagne aux Drouet, Salliou et la Tullaye, a produit un commandeur de la Guerche en 1750 ; deux chevaliers de Malte en 1777 et un page du Roi en 1781.

Cupif (orig. d'Ecosse), sr de la Robinaye et de la Beraudière, en Anjou.

D'azur au chevron d'or, accomp. de trois trèfles de même ; aliàs : d'argent à trois trèfles de sinople.

Jacques, archer de la garde écossaise en 1148, se fixa en H66 à Candé, où il épousa Renée l'Eporvier, de la maison de la Bouvardière ; Jean, maire d'Angers en U03 ; Robert, archidiacre de Cornouaille, prieur de Lochrist, doyen du Folgoèt et évêque de Léon puis de Dol, + 1657.

Cl-ssy (de), ress. de Dinan.

D'azur au chevron d'or, accomp. de trois têtes de lion de même (Arm. 109(3).

Cijverville (deï voyez Cavelier.

Cuy (de), voyez Verger (du).

Cuzh.lac.

D'argent à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'or. (G. le B.)

Cybouault, sr des Noës, de Trégaray et de la Chasteigneraye, par. de Sixte, — de Pinieux par. de Limerzel, — du Deil, par. d'AHaire, — de Brigûan, par. de Pontchàteau — de la Vesquerie, par. d'Arthon, — de Couëbic et de la Touchelais, par. de Savenay, — de Crévy, par. de Saint-Liphard, — de laHélardière, par de Donges, — de la Ville-Frégon, par. de Bouvron.

Réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Sixte, év. de Vannes et Aithon, év. de Nantes.

D'argent au chevron de sable, bordé de gueules, accomp. en pointe d'une merlette de sable.

Geoffroi, Jean, Hervé et Guillaume, armés en 1420 pour le recouvrement de la personne du duc.

La branche de la Chasteigneraye fondue vers 1580 dans Porcaro ; la branche du Deil fondue vers 1627 dans Pépin ; la branche de Pinieux fondue en 1650 dans du Boue.vic.

Cygny (se).

De gueules au cygne d'argent, becqué et membré de sable. (G le B.). Cyre (de).

D'or à la fasce de gueules, accomp. de trois étoiles de même ; à la bordure engreslée d'azur. (G. le B.)

  1. Note Wikisource : l’année de 1796 ne semble correspondre à la mort d’aucun membre de la famille. Au contraire, Augustin-Marie Champion de Cicé est mort en 1815 à Hambourg.