Mozilla.svg

Nouveau Chemin de la croix/Première station

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie générale A. Côté et Cie (p. 21-23).

PREMIÈRE STATION.


Jésus est condamné à mort.



Pourquoi Jésus est-il condamné à mort ? A-t-il commis quelque crime ? Non. Personnellement il est l’innocence même. Et cependant il faut qu’il meure pour les péchés des hommes dont il s’est fait le frère. En entrant dans la famille humaine, il est devenu solidaire de nos fautes, et il doit subir la sentence de mort portée contre le péché.

En entrant dans la vie, nous aussi sommes condamnés à mort.

Pourquoi ? Pour nos fautes personnelles ? — Non, puisque nous n’avons pas encore péché ; mais pour la faute de nos premiers parents.

Terrible et mystérieuse solidarité ! Par le seul fait que nous naissons hommes, nous recevons au même instant et le bienfait de la vie et notre condamnation à mort !

La sentence est irréformable, et sans commutation de peine possible — morte morieris ! Seule la date de l’exécution est incertaine.

Ah ! quel mal épouvantable est-ce donc que le péché puisqu’il a attiré un pareil châtiment sur l’humanité, et puisqu’il a fallu le dernier supplice d’un Dieu pour l’expier !

Ô mon Jésus, qui avez voulu mourir pour moi, vous ne me demandez pas de mourir mais de vivre pour vous en ce monde afin de vivre avec vous dans l’autre. Car je ne mourrai pas tout entier, non omnis moriar.