Nouveaux contes berbères (Basset)/120

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ernest Leroux, éditeur (Collection de contes et de chansons populaires, XXIIIp. 168-169).

120

Le rat et la vieille (221).
(A, Ferah).

Un rat vola du lait à une vieille. Elle courut après lui, lui coupa la queue et lui dit : « Rends-moi le lait, je te rendrai ta queue. » Il alla trouver la chèvre et lui dit : « Donne-moi du lait que je porterai à la vieille pour qu’elle me rende ma queue. » La chèvre répondit : « Donne-moi des feuilles de figuier. » Le figuier lui dit : « Répare-moi le canal, je te donnerai des feuilles. » Le canal lui dit : « Amène-moi le maçon, je te donnerai de l’eau. » Le rat alla trouver le maçon qui lui dit : « Donne-moi un mouton, je te bâtirai une fontaine. » Il alla vers le berger qui lui répondit : « Donne-moi un chien, je te donnerai un mouton. »

Il alla chercher un chien et le donna au berger. Celui-ci lui donna un mouton qu’il donna au maçon. Le maçon lui bâtit une fontaine ; celle-ci lui donna de l’eau qu’il amena au figuier ; le figuier lui donna des feuilles, il les porta à la chèvre ; la chèvre lui donna du lait qu’il apporta à la vieille ; celle-ci lui rendit sa queue. Il la porta chez le forgeron pour la raccommoder, le forgeron le frappa et il mourut.