Nouveaux contes berbères (Basset)/123

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ernest Leroux, éditeur (Collection de contes et de chansons populaires, XXIIIp. 172-174).

123

Aventures dangereuses (225).
(Zenagar)

Des individus étaient en voyage. En chemin, ils s’arrêtèrent chez des anthropophages. Quand ceux-ci les virent la nuit, ils se mirent à se réjouir, les saisirent tous et les emprisonnèrent dans des cages de fer, deux par deux dans chaque cage. La nuit et le jour, à chaque moment, ils leur donnaient à manger. Quand ils furent gras, ils en mangèrent trois.

Une nuit que les anthropophages dormaient, un des prisonniers, qui était avisé, chercha le moyen de sortir, lui et ses compagnons. Quand il eût fait un trou par où pouvaient sortir deux hommes, tous s’évadèrent par là. Le bruit du fer réveilla les gens qui se mirent à leur poursuite avec leurs lions et leurs serpents. Il les reprirent tous, excepté deux desquels était l’avisé ; ceux-ci se sauvèrent parce que, en entendant les anthropophages sur leurs traces, il avait fait une hutte d’herbe où ils s’étaient cachés, de sorte qu’ils ne furent pas aperçus.

Quand leurs ennemis furent partis, ils enlevèrent l’herbe et s’endormirent. À son réveil, l’avisé sentit son pied allégé ; il s’aperçut qu’un lion avait dévoré son compagnon, sauf le pied. Il demeura stupéfait et effaré jusqu’à ce qu’il fût sorti de l’antre du lion et s’enfuit. Il aperçut une tente au loin vers laquelle il se dirigea ; il y vit une femme qui lui dit : « Sois le bienvenu et le bien accueilli. » Puis elle lui dit de s’asseoir sur sa natte ; mais sous elle était un trou. On voulait l’emprisonner, mais il n’y avait pas que cela. Quand il se fut assis, elle tira la natte par dessous, l’avisé tomba dans un puits et la natte fut replacée sur lui. Il resta là jusqu’à ce qu’arriva le maître de la tente, portant deux hommes qu’il avait égorgés. Sa femme lui raconta ce qu’elle avait dit à l’avisé et ajouta : « Va le tuer, aussi, il est plus gras qu’eux. » Le prisonnier saisit le maître de la maison par ses longues tresses, le tua et dit à la femme qu’il était son mari. Elle le fit remonter. Alors il l’effraya et l’obligea de lui livrer tout ce qu’ils possédaient en fait d’ornements, d’argent, de parures, d’esclaves, de chameaux, de moutons et de brebis. Elle lui donna tout cela et il revint vers les siens.