Nouveaux contes berbères (Basset)/132

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ernest Leroux, éditeur (Collection de contes et de chansons populaires, XXIIIp. 188-189).

132

Chanson d’Abou Mançour (234).
(Ouargla).

 
Abou Mançour, Bou Guellâl, j’entre chez toi.
Qui est avec toi ? Qui est ton frère ? Abou Mançour ?
Ah’med ben Daouia (aime) les filles, Abou Mançour.
Qui est avec toi ? Qui est ton frère, Abou Mançour ?
’Abd el Qâder ben Khodja, Abou Mançour ;
El H’adj Ba Hamoudi, Abou Mançour.
Où est-il ? Où est-il allé, Abou Mançour ?
Pourquoi a-t-il pris la hache, Abou Mançour ?
Il est allé fendre des palmiers, Abou Mançour.
Il est allé à Koumbaï Chaiâ, Abou Mançour.
Arrête l’eau de la source, par la colère de Dieu, Abou Mançour,

Un quart, le soir, Abou Mançour.
Il veut le matin un plat de couscous, Abou Mançour.
Où est-il ? Où est-il allé, Abou Mançour ?
Il est allé sur le banc d’El H’adj’Aïssa, Abou Mançour.
Pas d’excuse, pas de pardon, Abou Mançour.
Il a donné ’Aïcha pour une mesure de (grain)
Il a donné ’Aïcha pour une mesure de dattes, Abou Mançour,
Où est-il ? Où est-il allé, Abou Mançour ?
Il est allé à la fontaine, Abou Mançour,
À la fontaine d’El H’adj’Aïssa.
Il est allé apporter la hache, Abou Mançour ;
Bou Guellal est entré avec toi (235).