75%.png

Nouvelle Biographie générale/Avis des éditeurs

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Index alphabétique — A
Titre  ►
Index par tome


AVIS DES ÉDITEURS.


Neminem lædere, et suum cuique tribuere.
Cicero, de Officiis.


La Biographie Universelle que nous publions est le complément indispensable de notre Encyclopédie moderne en trente volumes qui vient d’être achevée.

Les trente ou trente-deux volumes compactes qui composeront cette Biographie représentent au moins cent volumes ordinaires.

D’après le plan adopté pour la rédaction des articles, la Nouvelle Biographie Universelle sera, nous croyons pouvoir l’affirmer, supérieure aux divers dictionnaires biographiques qui jusqu’à ce jour ont paru en France et à l’étranger.

On reproche avec raison à ces dictionnaires, quel que soit du reste leur mérite, de consacrer souvent des articles trop longs à des hommes obscurs, dérobant ainsi aux célébrités réelles l’espace qui leur appartient de droit. Cette disproportion choquante, véritable tache dans un ouvrage sérieux, nous la ferons disparaître en proportionnant, aussi exactement que possible, la longueur des articles à l’importance des personnages.

C’est ce qui nous permettra de donner des détails très-circonstanciés sur les personnes les plus remarquables par leurs actes et leurs travaux. Ces détails, qui seraient fastidieux dans la biographie de gens obscurs, offrent ici un véritable charme ; car tout intéresse dans la vie des grands hommes : leurs portraits personnifient l’histoire.

Chaque article commence par le nom, les prénoms, l’état ou profession, les dates de la naissance et de la mort, et se termine invariablement par l’indication des sources à consulter. C’est à cette innovation heureuse que nous devrons le précieux avantage d’être concis et complets à la fois. Aussi le nombre des articles nouveaux, omis dans la plupart des dictionnaires biographiques, est-il très-considérable dans notre ouvrage ; et les détails qui y manqueraient pourront être facilement suppléés à l’aide des sources indiquées. Les dates, ainsi mises en évidence, faciliteront singulièrement la recherche des homonymes.

Depuis l’antiquité jusqu’au seizième siècle, tous les homonymes ont été rangés par ordre chronologique et par ordre de pays (pour les souverains). À partir de cette époque, c’est l’ordre alphabétique des prénoms que l’on a suivi pour les homonymes contemporains. Par ce moyen, nous évitons la confusion qui existait dans les publications antérieures.

La partie bibliographique a été l’objet d’un soin particulier : les titres des ouvrages sont donnés dans leurs langues respectives, avec l’indication précise du format des éditions, de la date et du lieu de leur publication.

En jetant un coup d’œil sur les sources indiquées au bas de chaque article, on pourra se convaincre de la quantité prodigieuse et, ce qui vaut mieux encore, de la qualité des documents dont nous avons dû nous entourer. Dans ce choix de matériaux de toute nature, qu’il a fallu analyser ou traduire des diverses langues anciennes et modernes nous avons donné la préférence non pas aux travaux de seconde main mais aux documents primitifs, originaux, auxquels devront puiser tous les biographes et travailleurs consciencieux.

Parmi les documents spéciaux de chaque pays nous citerons, par exemple, pour la Grande-Bretagne : Biographia Britannica ; Watt, Bibliotheca Britannica ; Tanner, Bibliotheca Britanno-Hibernica British Biography ; Wood, Athenæ Oxonienses. — Pour l’Allemagne : Joerdens, Lexicon Deutscher Dichter und Prosaïsten ; Henning, Deutscher Ehrentempel ; Meusel, Gelehrtes Deutschland ; Bermann, Œsterreichisches Biographisches Lexicon. — Pour la France : La Croix du Maine et Duverdier, Bibliothèques françoises (édit. de Rig. de Juvigny) ; Histoire littéraire de la France, commencée par les Bénédictins en 1733, et continuée par les membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; Goujet, Bibliothèque françoise ; la Galerie française ; d’Auvigny, Turpin, etc. Vies des hommes illustres de la France. — Pour l’Italie : Tiraboschi, Storia della Letteratura italiana ; Mazzuchelli, Scrittori d’Italia ; Ughelli, Italia sacra ; Fabroni, Vitae Italorum doctrina exccellentium, 14 vol. in-8° ; Tipaldo, Biografia degli Italiani illustri ; Biografia degli uomini illustri di Napoli, 13 vol. in-4°. — Pour l’Espagne : Schott, Hispania illustrata ; Nic. Antonio, Bibliotheca Hispana vetus et nova ; Alvarez y Baena, Higos de Madrid ; Ticknor, History of spanish literature. — Pour le Portugal : Barbosa Machado, Bibliotheca Lusitana. — Pour le Danemark, la Norwège et l’Islande : Neyrup et Krafft, Dansk-Norsk Literatur Lexicon. — Pour l’Amérique : Allen, American Biographical Dictionary ; Encyclopedia americana. — Pour la Russie et la Pologne : Entsiklopedechesky Lexikon. — Pour la Suède : Gezelius, Biographiskt Lexicon öfver Svenske Män. — Pour la Belgique : Foppens, Bibliotheca Belgica. — Pour la Hollande : Kok, Vaderlandsch Woordenboek. Enfin, parmi les documents généraux : Ersch et Gruber, Allgemeine Encyclopædie, dont 104 vol. in-4° ont déjà paru ; Jœcher, Allgemeines Gelehrten-Lexicon, avec le Supplément d’Adelung ; Chalmers, Biographical Dictionary ; Aikin, General Biography ; les Mémoires de Nicéron ; les Dictionnaires historiques de Bayle, de Chauffepié, de Marchand, de Moréri (l’édit. de 10 vol. in-folio), où ont si largement puisé tous les biographes et surtout les collaborateurs de la Biographie Universelle, que nous nous plaisons encore à citer comme une source précieuse, avec les Dictionnaires de Ladvocat, de Feller, Chaudon et Delandine, etc., etc. Dans l’intérêt même de notre publication, et avec une loyauté dont on nous saura gré, nous n’avons jamais hésité à avouer nos emprunts et à faire connaître nos autorités[1].

Depuis la publication de la Biographie Universelle, commencée par les frères Michaud dès 1810, une foule d’éloges, de notices, de renseignements en tout genre ont paru, soit en France, soit dans les divers pays étrangers. Chaque ville, chaque village a voulu compter au nombre de ses concitoyens, sinon des grands hommes, du moins des hommes remarquables. Des prix ont été proposée pour leur éloge ; les mémoires des Académiques des villes de province ont été remplis de ces biographies, et dans le grand nombre d’ouvrages réimprimés depuis le commencement de ce siècle, il en est peu qui n’aient été enrichis d’une vie, ou d’une notice biographique sur l’auteur ; enfin, des travaux tout spéciaux, formant souvent plusieurs volumes, ont été publiés sur tel ou tel savant, littérateur, artiste, guerrier, administrateur, agronome, etc.

Tous ces documents ont été recueillis autant qu’il nous a été possible ; leur nombre est tellement considérable que cette richesse même est souvent un embarras pour savoir choisir et se borner.

Pour conduire ce vaste travail, pour tenir la balance égale entre les hommes célèbres de toutes les nations, pour justifier, en un mot, le titre d’Universelle, donné à cette Nouvelle Biographie, il fallait un homme qui fût à la fois initié aux lettres, aux sciences ainsi qu’aux principales langues anciennes et modernes. Tous ceux qui connaissent M. le docteur Hoefer approuveront notre choix pour la direction d’une pareille entreprise.

Dans l’accomplissement de notre tâche difficile, nous resterons fidèles à cette belle et antique devise, placée au frontispice de l’ouvrage : Neminem laedere, et suum cuique tribuere : « Ne léser personne, et rendre justice à chacun. » Tenant compte des faiblesses humaines, et étrangers à tout esprit de parti, nous serons, dans nos appréciations, plutôt indulgents que sévères.

Si la perfection absolue est impossible, c’est du moins avec la conscience de nos bonnes intentions et avec l’amour et la vérité que nous nous sommes chargés de la mission de passer en revue les vivants et les morts, et que nous avons assumé sur nous cette grave responsabilité. Heureux si, comme nous osons l’espérer, cette œuvre immense obtient l’estime et l’approbation de tous les gens de bien.


FIRMIN DIDOT FRÈRES.
  1. Nous avons toujours eu soin d’indiquer, non pas avec les simples initiales, mais en toutes lettres, les noms des auteurs d’articles tombés dans le domaine public. En les empruntant dans diverses Biographies, Dictionnaires et Encyclopédies, nous les avons souvent modifiés ou corrigés. Si plusieurs d’entre eux se trouvent déjà dans Moréri, Bayle, Chaudon et Delandine, ainsi que dans d’autres recueils plus anciens, c’est que la biographie et l’histoire ne s’inventent pas.