100%.png

Nouvelles Lettres sur l’histoire de France/04

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Nouvelles Lettres sur l’histoire de France
◄  III
V  ►


NOUVELLES LETTRES


SUR


L'HISTOIRE DE FRANCE


SCENES DU SIXIEME SIECLE




QUATRIEME LETTRE [1]


HISTOIRE DE PRAETEXTATUS, EVEQUE DE ROUEN


(577 — 586)




Pendant que le fils du roi Hilperik, sans asile dans le royaume de son père et dans le royaume de son épouse, errait à travers les bruyères et les forêts de la Champagne, il n’y avait guère en Neustrie qu’un seul homme qui eût le courage de se dire hautement son ami. C’était l’évêque de Rouen, Prætextatus, qui, depuis le jour où il avait tenu le jeune prince sur les fonts de baptême, s’était lié à lui d’un de ces attachemens dévoués, absolus, irréfléchis, dont une mère ou une nourrice semble seule capable. L’entraînement de sympathie aveugle qui l’avait conduit à favoriser, en dépit des lois de l’Église, la passion de Merowig pour la veuve de son oncle, ne fit que s’accroître avec les malheurs qui furent la suite de cette passion inconsidérée. Ce fut au zèle de Praetextatus que, selon toute probabilité, le mari de Brunchilde dut les secours d’argent au moyen desquels il parvint à s’échapper de la basilique de Saint-Martin de Tours et à gagner la frontière d’Austrasie. A la nouvelle du mauvais succès de cette évasion, l’évêque ne se découragea point ; au contraire, il redoubla d’efforts pour procurer des amis et un asile au fugitif dont il était le père, selon la religion, et que son propre père persécutait. Il prenait peu de soin de dissimuler ses sentimens, et des démarches qui, de sa part, lui semblaient un devoir. Pas un homme, tant soit peu considérable parmi les Franks qui habitaient son diocèse, ne venait lui rendre visite sans qu’il entretînt longuement le visiteur des infortunes de Merowig, sollicitant avec instance pour son filleul, pour son cher fils, comme il disait lui-même, de l’affection et un appui. Ces paroles étaient une sorte de refrain que, dans sa simplicité de cœur, il répétait sans cesse et mêlait à tous ses discours. S’il arrivait qu’il reçût un présent de quelque homme puissant ou riche, il s’empressait de le lui rendre au double, en lui faisant promettre de venir en aide à Merowig et de lui rester fidèle dans sa détresse [2].

Comme l’évêque de Rouen gardait peu de mesure dans ses propos et se confiait sans précaution à toutes sortes de gens, le roi Hilperik ne tarda pas à être informé de tout, soit par le bruit public, soit par d’officieux amis, et à recevoir des dénonciations mensongères ou du moins exagérées. On accusait Praetextatus de répandre des présens parmi le peuple pour l’exciter à la trahison, et d’ourdir un complot contre le pouvoir et contre la personne du roi. Hilperik ressentit à cette nouvelle une de ces colères mêlées de crainte, durant lesquelles, incertain lui-même du parti qu’il fallait prendre, il s’abandonnait aux conseils et à la direction de Fredegonde. Depuis le jour où il était parvenu à séparer l’un de l’autre Merowig et Brunehilde, il avait presque pardonné à l’évêque Praetextatus la célébration de leur mariage ; mais Fredegonde, moins oublieuse que lui, et moins bornée dans ses passions à l’intérêt du moment, s’était prise contre l’évêque d’une haine profonde, d’une de ces haines qui, pour elle, ne finissaient qu’avec la vie de celui qui avait eu le malheur de les exciter. Saisissant donc l’occasion, elle persuada au roi de traduire Praetextatus devant un concile d’évêques comme coupable de lèse-majesté, selon la loi romaine, et de requérir tout au moins le châtiment de son infraction aux canons de l’Église, si l’on ne parvenait pas à lui trouver d’autre crime [3].

Praetextatus fut arrêté dans sa maison et conduit à la résidence royale, pour y subir un interrogatoire sur les faits qui lui étaient imputés, et sur ses relations avec la reine Brunehilde depuis le jour où elle était partie de Rouen pour retourner en Austrasie. Les réponses de l’évêque apprirent qu’il n’avait pas entièrement rendu à cette reine les effets précieux qu’elle lui avait confiés à son départ ; qu’il lui restait encore deux ballots remplis d’étoffes et de bijoux, qu’on évaluait à trois mille sols d’or, et, de plus, un sac de pièces d’or au nombre d’environ deux mille [4]. Joyeux d’une pareille découverte plus que de toute autre information, Hilperik s’empressa de faire saisir ce dépôt et de le confisquer à son profit ; puis, il relégua Praetextatus loin de son diocèse et sous bonne garde jusqu’à la réunion du synode qui devait s’assembler pour le juger [5].

Des lettres de convocation, adressées à tous les évêques du royaume de Hilperik, leur enjoignirent de se rendre à Paris dans les derniers jours du printemps de l’année 577. Depuis la mort de Sighebert, le roi de Neustrie regardait cette ville comme sa propriété, et ne tenait plus aucun compte du serment qui lui en interdisait l’entrée. Soit que réellement il craignît quelque entreprise de la part des partisans secrets de Brunehilde et de Merowig, soit pour faire plus d’impression sur l’esprit des juges de Prætextatus, il fit le voyage de Soissons à Paris, accompagné d’une suite tellement nombreuse, qu’elle pouvait passer pour une armée. Cette troupe établit son bivouac aux portes du logement du roi. C’était, selon toute apparence, l’ancien palais impérial, dont les bâtimens s’élevaient au sud de la cité de Paris sur la rive de la Seine. Sa façade orientale bordait la voie romaine qui, partant du petit pont de la Cité, se dirigeait vers le midi. Devant la principale entrée, une autre voie romaine, tracée vers l’orient, mais tournant ensuite au sud-est, conduisait, à travers des champs de vigne, sur le plateau le plus élevé de la colline méridionale. Là se trouvait une église dédiée sous l’invocation des apôtres saint Pierre et saint Paul, et qui fut choisie pour salle d’audience synodale, probablement à cause de sa proximité de l’habitation royale et du cantonnement des troupes[6].

Cette église, bâtie depuis un demi-siècle, renfermait les tombeaux du roi Chlodowig, de la reine Chlothilde et de sainte Ghenovefe on Geneviève. Chlodowig en avait ordonné la construction, à la prière de Chlothilde, au moment de son départ pour la guerre contre les Wisigohts. Arrivé sur le terrain désigné, il avait lancé sa hache droit devant lui, afin qu’un jour on pût mesurer la force et la portée de son bras par la longueur de l’édifice [7]. C’était une de ces basiliques du Ve et du VIe siècle, plus remarquables par la richesse de leur décoration que par la grandeur de leurs proportions architectoniques, ornées à l’intérieur de colonnes de marbre, de mosaïques et de lambris peints et dorés, et à l’extérieur d’un toit de cuivre et d’un portique [8]. Le portique de l’église de Saint-Pierre consistait en trois galeries, l’une appliquée à la face antérieure du bâtiment, et les deux autres formant de chaque côté des ailes saillantes en guise de fer à cheval. Ces galeries, dans toute leur longueur, étaient décorées de peintures à fresques, divisées en quatre grands compartimens, et représentant les quatre phalanges des saints de l’ancienne et de la nouvelle loi, les patriarches, les prophètes, les martyrs et les confesseurs [9].

Tels sont les détails que fournissent les documens originaux sur le lieu où s’assembla ce concile, le cinquième de ceux qui furent tenus à Paris. Au jour fixé par les lettres de convocation, quarante-cinq évêques se réunirent dans la basilique de Saint-Pierre. Le roi vint, de son côté, à l’église ; il y entra accompagné de quelques-uns de ses leudes armés seulement de leurs épées ; et la foule des Franks, en complet équipage de guerre, s’arrêta sous le portique, dont elle occupa toutes les avenues. Le chœur de la basilique formait, selon toute probabilité, l’enceinte réservée pour les juges, le plaignant et l’accusé ; on y voyait figurer, comme pièces de conviction, les deux ballots et le sac de pièces d’or saisis dans la maison de Praetextatus. Le roi, à son arrivée, les fit remarquer aux évêques en leur annonçant que ces objets devaient jouer un grand rôle dans la cause qui allait se débattre [10]. Les membres du synode, venus soit des villes qui formaient primitivement le partage du roi Hilperik, soit de celles qu’il avait conquises depuis la mort de son frère, étaient en partie Gaulois et en partie Franks d’origine. Parmi les premiers, de beaucoup les plus nombreux, se trouvaient Grégoire, évêque de Tours, Félix de fautes, Domnolus du Mans, Honoratus d’Amiens, AEtherius de Lisieux, et Pappolus de Chartres. Parmi les autres, on voyait Raghenemod, évêque de Paris, Leudowald de Bayeux, Romahaire de Coutance, Marowig de Poitiers, Malulf de Senlis, et Berthramn de Bordeaux. Ce dernier fut, à ce qu’il semble, honoré par ses collègues de la dignité et des fonctions de président [11].

C’était un homme de haute naissance, proche parent des rois par sa mère Inghelthrude, et devant à cette parenté un immense crédit et de grandes richesses. Il affectait la politesse et l’élégance des mœurs romaines, il aimait à se montrer en public dans un char à quatre chevaux, escorté par les jeunes clercs de son église, comme un patron entouré de ses cliens [12]. A ce goût de luxe et de pompe sénatoriale, l’évêque Berthramn joignait le goût de la poésie et composait des épigrammes latines qu’il offrait avec assurance à l’admiration des connaisseurs, quoiqu’elles fussent pleines de vers pillés et de fautes contre la mesure [13]. Plus insinuant et plus adroit que ne l’étaient d’ordinaire les gens de race germanique, il avait conservé de leur caractère le penchant à la débauche sans pudeur et sans retenue. A l’exemple des rois ses parens, il prenait des servantes pour concubines, et, non content de cela, il cherchait des maîtresses parmi les femmes mariées [14]. Il passait pour entretenir un commerce adultère avec la reine Fredegonde, et soit pour cette raison, soit pour une autre cause, il avait épousé, de la manière la plus vive, les ressentimens de cette reine contre l’évêque de Rouen. En général, les prélats d’origine franke, peut-être par l’habitude du vasselage, inclinaient à donner gain de cause au roi en sacrifiant leur collègue. Les évêques romains avaient plus de sympathie pour l’accusé, plus de sentimens de la justice et de respect pour la dignité de leur ordre ; mais ils étaient effrayés par l’appareil militaire dont le roi Hilperik s’entourait, et surtout par la présence de Fredegonde, qui, se défiant, comme toujours, de l’habileté de son mari, était venue travailler elle-même à l’accomplissement de sa vengeance.

Lorsque l’accusé eut été introduit, et que l’audience fut ouverte, le roi se leva, et, au lieu de s’adresser aux juges, apostrophant brusquement son adversaire : « Évêque, lui dit-il, comment t’es-tu avisé de marier mon ennemi Merowig, qui aurait dû n’être que mon fils, avec sa tante, je veux dire avec la femme de son oncle ? Est-ce que tu ignorais ce que les décrets des canons ordonnent à cet égard ? Et non-seulement tu es convaincu d’avoir failli en cela, mais encore tu as comploté avec celui dont je parle, et distribué des prescris pour me faire assassiner. Tu as fait du fils un ennemi de son père ; tu as séduit le peuple par de l’argent, afin que nul ne me gardât la fidélité qui m’est due ; tu as voulu livrer mon royaume entre les mains, d’un autre [15]… » Ces derniers mots, prononcés avec force au milieu du silence général, parvinrent jusqu’aux oreilles des guerriers franks, qui, en station hors de l’église, se pressaient par curiosité le long des portes qu’on avait fermées dès l’ouverture de la séance. A la voix du roi qui se disait trahi, cette multitude armée répondit aussitôt par un murmure d’indignation et par des cris de mort contre le traître ; puis, s’exaltant jusqu’à la fureur, elle se mit en devoir d’enfoncer les portes pour faire irruption dans l’église, et en arracher l’évêque afin de le lapider. Les membres du concile, épouvantés par ce tumulte inattendu, quittèrent leurs places, et il fallut que le roi lui-même se portât au-devant des assaillans pour les apaiser et les faire rentrer dans l’ordre [16].

L’assemblée ayant repris assez de calme pour que l’audience continuât, la parole fut donnée à l’évêque de Rouen pour sa justification. Il ne lui fut pas possible de se disculper d’avoir enfreint les lois canoniques dans la célébration du mariage ; mais il nia formellement les faits de complot et de trahison que le roi venait de lui imputer. Alors Hilperik annonça qu’il avait des témoins à faire entendre, et ordonna qu’ils fussent introduits. Plusieurs hommes d’origine franke comparurent, tenant à la main différens objets de prix qu’ils mirent sous les yeux de l’accusé en lui disant : « Reconnais-tu ceci ? voilà ce que tu nous as donné pour que nous promissions fidélité à Merowig [17]. » L’évêque, sans se déconcerter, répliqua « Vous dites vrai, je vous ai fait plus d’une fois des présens, mais ce n’était pas afin que le roi fût chassé de son royaume. Quand vous veniez m’offrir un beau cheval ou quelque autre chose, pouvais-je me dispenser de me montrer aussi généreux que vous-mêmes, et de vous rendre don pour don [18] ? » Il y avait bien sous cette réponse un peu de réticence, quelque sincère qu’elle fût d’ailleurs ; mais la réalité d’une proposition de complot ne put être établie par des témoignages valables. La suite des débats n’amena aucune preuve à la charge de l’accusé ; et le roi, mécontent du peu de succès de cette première tentative, fit lever la séance et sortit de l’église pour retourner à son logement. Ses leudes le suivirent, et les évêques allèrent tous ensemble se reposer dans la sacristie [19].

Pendant qu’ils étaient assis par groupes, causant familièrement, mais avec une certaine réserve, car ils se défiaient les uns des autres, un homme, que la plupart d’entre eux ne connaissaient que de nom, se présenta sans être attendu. C’était Aëtius, Gaulois de naissance, et archidiacre de l’église de Paris. Après avoir salué les évêques, abordant avec une extrême précipitation le sujet d’entretien le plus épineux, il leur dit : « Écoutez-moi, prêtres du Seigneur qui êtes ici réunis, l’occasion actuelle est grande et importante pour vous. Ou vous allez vous honorer de tout l’éclat d’une bonne renommée, ou bien vous allez perdre dans l’opinion de tout le monde le titre de ministres de Dieu. Il s’agit de choisir ; montrez-vous donc judicieux et fermes, et ne laissez pas périr votre frère [20]. » Cette allocution fut suivie d’un profond silence ; les évêques, ne sachant s’ils avaient devant eux un provocateur envoyé par Fredegonde, ne répondirent qu’en posant le doigt sur leurs lèvres en signe de discrétion. Ils se rappelaient avec terreur les cris féroces des guerriers franks, et les coups de leurs haches d’arme retentissant contre les portes de l’église. Presque tous, et les Gaulois en particulier, tremblaient de se voir signalés comme suspects à la loyauté ombrageuse de ces fougueux vassaux du roi ; ils restèrent immobiles et comme stupéfaits sur leurs sièges [21]

Mais Grégoire de Tours, plus fort de conscience que les autres, et indigné de cette pusillanimité, reprit pour son compte la harangue et les exhortations de l’archidiacre Aëtius. « Je vous en prie, dit-il, faites attention à mes paroles, très saints prêtres de Dieu, et surtout vous qui êtes admis d’une manière intime dans la familiarité du roi. Donnez-lui un conseil pieux et digne du caractère sacerdotal ; car il est à craindre que son acharnement contre un ministre du Seigneur n’attire sur lui la colère divine, et ne lui fasse perdre son royaume et sa gloire [22]. » Les évêques franks, auxquels ce discours s’adressait d’une manière spéciale, restèrent silencieux comme les autres, et Grégoire ajouta d’un ton ferme : « Souvenez-vous, mes seigneurs et confrères, des paroles du prophète qui dit : Si la sentinelle, voyant venir l’épée, ne sonne point de la trompette, et que l’épée vienne et ôte la vie à quelqu’un, je redemanderai le sang de cet homme à la sentinelle. Ne gardez donc point le silence, mais parlez haut, et mettez devant les yeux du roi son injustice, de peur qu’il ne lui arrive malheur, et que vous n’en soyez responsables [23]. » L’évêque s’arrêta pour attendre une réponse, mais aucun des assistans ne répondit mot. Ils s’empressèrent de quitter la place, les uns pour décliner toute part de complicité dans de semblables propos, et se mettre à couvert de l’orage qu’ils croyaient déjà voir fondre sur la tête de leur collègue, les autres, comme Berthramn et Raghenemod, pour aller faire leur cour au roi, et lui porter des nouvelles [24].

Hilperik ne tarda pas à être informé en détail de tout ce qui venait d’avoir lieu. Ses flatteurs lui dirent qu’il n’avait pas dans cette affaire, ce furent leurs propres paroles, de plus grand ennemi que l’évêque de Tours. Aussitôt le roi, saisi de colère, dépêcha un de ses courtisans pour aller en toute diligence chercher l’évêque et le lui amener. Grégoire obéit et suivit son conducteur d’un air tranquille et assuré [25]. Il trouva le roi hors du palais, sous une hutte construite en branchages, au milieu des tentes et des baraques de ses soldats. Hilperik se tenait debout, ayant à sa droite Berthranmn, l’évêque de Bordeaux, et à sa gauche, Raghenemod, l’évêque de Paris, qui tous les deux venaient de jouer contre leur collègue le rôle de délateurs. Devant eux était un large banc couvert de pains, de viandes cuites et de différens mets destinés à être offerts à chaque nouvel arrivant ; car l’usage et une sorte d’étiquette voulaient que personne ne quittât le roi, après une visite, sans prendre quelque chose à sa table [26].

A la vue de l’homme qu’il avait mandé dans sa colère, et dont il connaissait le caractère inflexible devant la menace, Hilperik se composa pour mieux arriver à ses fins ; et affectant, au lieu d’aigreur, un ton doux et facétieux : « O évêque, dit-il, ton devoir est de dispenser la justice à tous, et voilà que je ne puis l’obtenir de toi ; au lieu de cela, je le vois bien, tu es de connivence avec l’iniquité, et tu donnes raison au proverbe : le corbeau n’arrache point l’œil au corbeau [27]. » L’évêque ne jugea pas convenable de se prêter à la plaisanterie ; mais avec ce respect traditionnel des anciens sujets de l’empire romain pour la puissance souveraine, respect qui du moins chez lui n’excluait ni la dignité personnelle, ni le sentiment de l’indépendance, il répondit gravement : « Si quelqu’un de nous, ô roi, s’écarte du sentier de la justice, il peut être corrigé par toi ; mais si c’est toi qui es en faute, qui est-ce qui te reprendra ? Nous te parlons, et si tu le veux, tu nous écoutes ; mais si tu ne le veux pas, qui te condamnera ? Celui-là seul qui a prononcé qu’il était la justice même [28]. » Le roi l’interrompit, et répliqua : « La justice, je l’ai trouvée auprès de tous, et ne puis la trouver auprès de toi ; mais je sais bien ce que je ferai pour que tu sois noté parmi le peuple, et que tous sachent que tu es un homme injuste. J’assemblerai les habitans de Tours, et je leur dirai : Elevez la voix contre Grégoire, et criez qu’il est injuste et ne fait justice à personne ; et pendant qu’ils crieront ainsi, j’ajouterai : Moi qui suis roi, je ne puis obtenir justice de lui, comment vous autres qui êtes au-dessous de moi, l’obtiendriez-vous [29] ? » Cette espèce d’hypocrisie pateline, par laquelle l’homme qui pouvait tout essayait de se faire passer pour opprimé, souleva dans le cœur de Grégoire un mépris qu’il eut peine à contenir, et qui fit prendre à sa parole une expression plus sèche et plus hautaine. « Si je suis injuste, reprit-il, ce n’est pas toi qui le sais, c’est celui qui connaît ma conscience et qui voit au fond des cœurs ; et quant aux clameurs du peuple que tu auras ameuté, elles ne feront rien, car chacun saura qu’elles viennent de toi ; mais c’est assez là-dessus, tu as les lois et les canons, consulte-les avec soin, et si tu n’observes pas ce qu’ils ordonnent, sache que le jugement de Dieu est sur ta tête [30]. »

Le roi sentit l’effet de ces paroles sévères ; et comme pour effacer de l’esprit de Grégoire l’impression fâcheuse qui les lui avait attirées, il prit un air de cajolerie, et montrant du doigt un vase rempli de bouillon qui se trouvait là parmi les pains, les plats de viandes et les coupes à boire, il dit : « Voici un potage que j’ai fait préparer à ton intention, l’on n’y a mis autre chose que de la volaille, et quelque peu de pois chiches [31]. » Ces derniers mots étaient calculés pour flatter l’amour-propre de l’évêque ; car les saints personnages de ce temps, et en général ceux qui aspiraient à la perfection chrétienne, s’abstenaient de la grosse viande comme trop substantielle, et ne vivaient que de légumes, de poissons et de volatilles. Grégoire ne fut point dupe de ce nouvel artifice, et faisant de la tête un signe de refus, il répondit ; « Notre nourriture doit être de faire la volonté de Dieu, et non de prendre plaisir à une chère délicate. Toi qui taxes les autres d’injustice, commence par promettre que tu ne laisseras pas de côté la loi et les canons, et nous croirons que c’est la justice que tu poursuis [32]. » Le roi, qui tenait à ne point rompre avec l’évêque de Tours, et qui au besoin ne se faisait pas faute de sermens, sauf à trouver plus tard quelque moyen de les éluder, leva la main et jura, par le Dieu tout puissant, de ne transgresser en aucune manière la loi et les canons. Alors Grégoire prit du pain et but un peu de vin, espèce de communion de l’hospitalité, à laquelle on ne pouvait se refuser sous le toit d’autrui, sans pécher d’une manière grave contre les égards et la politesse. Réconcilié en apparence avec le roi, il le quitta pour se rendre à son logement dans la basilique de Saint-Julien, voisine du palais impérial [33].

La nuit suivante, pendant que l’évêque de Tours, après avoir chanté l’office des nocturnes, reposait dans son appartement, il entendit frapper à coups redoublés à la porte de la maison. Etonné de ce bruit, il fit descendre un de ses serviteurs, qui lui rapporta que des messagers de la reine Fredegonde demandaient à le voir [34]. Ces gens, ayant été introduits, saluèrent Grégoire au nom de la reine, et lui dirent qu’ils venaient le prier de ne point se montrer contraire à ce qu’elle désirait, dans l’affaire soumise au concile. Ils ajoutèrent en confidence qu’ils avaient mission de lui promettre deux cents livres d’argent, s’il faisait succomber Praetextatus en se déclarant contre lui [35]. L’évêque de Tours, avec sa prudence et son sang-froid habituels, objecta d’une manière calme qu’il n’était pas seul juge de la cause, et que sa voix, de quelque côté qu’elle fût, ne saurait rien décider. « Si vraiment, répliquèrent les envoyés, car nous avons déjà la parole de tous les autres ; ce qu’il nous faut, c’est que tu n’ailles pas à l’encontre. » L’évêque reprit sans changer de ton : « Quand vous me donneriez mille livres d’or et d’argent, il me serait impossible de faire autre chose que ce que le Seigneur commande ; tout ce que je puis promettre, c’est de me réunir aux autres évêques en ce qu’ils auront décidé conformément à la loi canonique [36]. » Les envoyés se trompèrent sur le sens de ces paroles, soit parce qu’ils n’avaient pas la moindre idée de ce qu’étaient les canons de l’église, soit parce qu’ils s’imaginèrent que le mot seigneur s’appliquait au roi, que, dans le langage usuel, on désignait souvent par ce simple titre ; et, faisant beaucoup de remerciemens, ils sortirent, joyeux de pouvoir porter à la reine la bonne réponse qu’ils croyaient avoir reçue [37]. Leur méprise délivra l’évêque Grégoire de nouvelles importunités, et lui permit ; de prendre du repos jusqu’au lendemain matin.

Les membres du concile s’assemblèrent de bonne heure pour la seconde séance, et le roi, déjà tout remis de ses désappointemens, s’y rendit avec une grande ponctualité [38]. Pour trouver un moyen d’accorder son serment de la veille avec le projet de vengeance que la reine s’obstinait à poursuivre, il avait mis en œuvre tout son savoir littéraire et théologique. Il avait feuilleté la collection des canons, et s’était arrêté au premier article, décernant contre un évêque la peine la plus grave, celle de la déposition. Il ne s’agissait plus pour lui que de charger sur nouveaux frais l’évêque de Rouen d’un crime prévu par cet article, et c’est ce qui ne l’embarrassait guère ; assuré, comme il croyait l’être, de toutes les voix du synode, il se donnait libre carrière en fait d’imputations et de mensonges. Lorsque les juges et l’accusé eurent pris place comme à l’audience précédente, Hilperik prit la parole, et dit avec la gravité d’un docteur commentant le droit ecclésiastique : « L’évêque convaincu de vol doit être destitué des fonctions épiscopales ; ainsi en a décidé l’autorité des canons [39]. » Les membres du synode, étonnés de ce début, auquel ils ne comprenaient rien, demandèrent tous à la fois quel était cet évêque à qui l’on imputait le crime de vol. « C’est lui, répondit le roi, en se tournant vers Praetextatus avec une singulière impudence, lui-même, et n’avez-vous pas vu ce qu’il nous a dérobé [40] ? »

Ils se rappelèrent en effet les deux ballots d’étoffe et le sac d’argent que le roi leur avait montrés sans expliquer d’où provenaient ces objets, et quel rapport ils avaient dans sa pensée aux charges de l’accusation. Quelque outrageante que fût pour lui cette nouvelle attaque, Praetextatus répondit patiemment à son adversaire : « Je crois que vous devez vous souvenir qu’après que la reine Brunehilde eut quitté la ville de Rouen, je me rendis près de vous, et vous informai que j’avais en dépôt chez moi les effets de cette reine, c’est-à-dire cinq ballots d’un volume et d’un poids considérables ; que ses serviteurs venaient souvent me demander de les rendre, mais que je ne voulais pas le faire sans votre aveu. Vous me dites alors : Défais-toi de ces choses, et qu’elles retournent à la femme à qui elles appartiennent, de crainte qu’il n’en résulte de l’inimitié entre moi et mon neveu Hildebert. De retour dans ma métropole, je remis aux serviteurs un des ballots, car ils n’en pouvaient porter davantage [41]. Ils revinrent plus tard me demander les autres, et j’allai de nouveau consulter votre magnificence. L’ordre que je reçus de vous fut le même que la première fois : Mets dehors, mets dehors toutes ces choses, ô évêque, de peur qu’elles ne fassent naître des querelles. Je leur ai donc remis encore deux ballots, et les deux autres sont restés chez moi. Maintenant, pourquoi me calomniez-vous et m’accusez-vous de larcin, puisqu’il ne s’agit point ici d’objets volés, mais d’objets confiés à ma garde [42] ? »

« Si ce dépôt t’avait été remis en garde, répliqua le roi, donnant sans se déconcerter un autre tour à l’accusation, et quittant le rôle de plaignant pour celui de partie publique, si tu étais dépositaire, pourquoi as-tu ouvert l’un des ballots, et en as-tu tiré une bordure de robe tissue de fils d’or, que tu as coupée par morceaux, afin de la distribuer à des hommes conjurés pour me chasser de mon royaume [43] ?

L’accusé reprit avec le même calme : « Je t’ai déjà dit une fois que ces hommes m’avaient fait des présens ; n’ayant à moi, pour le moment, rien que je pusse leur donner en retour, j’ai puisé là, et je n’ai pas cru mal faire. Je regardais comme mon propre bien ce qui appartenait à mon fils Merowig, que j’ai tenu sur les fonts de baptême [44]. A Le roi ne sut que répondre à ces paroles, où se peignait avec tant de naïveté le sentiment paternel qui était pour le vieil évêque une passion de tous les instans, et comme une sorte d’idée fixe. : Hilperik se sentait à bout de ressources : à l’assurance qu’il avait montrée d’abord succéda un air d’embarras et presque de confusion. Il fit lever brusquement la séance, et se retira encore plus déconcerté et plus mécontent que la veille [45].

Ce qui le préoccupait surtout, c’était l’accueil qu’après une semblable déconvenue il allait infailliblement recevoir de l’impérieuse Fredegonde, et il semble qu’en effet son retour au palais fut suivi d’un orage domestique dont la violence le consterna. Ne sachant plus que faire pour écraser, au gré de sa femme, le vieux prêtre inoffensif dont elle avait juré la perte, il appela auprès de lui ceux des membres du concile qui lui étaient le plus dévoués, entre autres Berthramn et Raghenemod. « Je l’avoue, leur dit-il, je suis vaincu par les paroles de l’évêque, et je sais que ce qu’il dit est vrai. Que ferai-je donc pour que la volonté de la reine s’accomplisse à son égard [46] ? » Les prélats, embarrassés, ne surent que répondre ; ils restaient mornes et silencieux, quand tout à coup le roi, stimulé et comme inspiré par ce mélange d’amour et de crainte qui formait sa passion conjugale, reprit avec feu : « Allez le trouver, et faisant semblant de lui donner conseil de vous-mêmes, dites-lui : « Tu sais que le roi Hilperik est bon et facile à émouvoir, qu’il se laisse aisément gagner à la miséricorde ; humilie-toi devant lui, et dis pour lui complaire que tu as fait les choses dont il t’accuse ; alors nous nous jetterons tous à ses pieds, et nous obtiendrons ta grace [47]. »

Soit que les évêques eussent persuadé à leur crédule et faible collègue que le roi, se repentant de ses poursuites, voulait seulement n’en pas avoir le démenti, soit qu’ils l’eussent effrayé en lui représentant que son innocence devant le concile ne le sauverait pas de la vengeance royale s’il s’obstinait à la braver, Praetextatus, intimidé d’ailleurs par ce qu’il savait des dispositions serviles ou vénales de la plupart de ses juges, ne repoussa point de si étranges conseils. Il réserva dans sa pensée, comme une dernière chance de salut, la ressource ignominieuse qui lui était offerte, donnant ainsi un triste exemple du relâchement moral qui gagnait alors jusqu’aux hommes chargés de maintenir, au milieu de cette société à demi dissoute, la règle du devoir et les scrupules de l’honneur. Remerciés comme d’un bon office par celui qu’ils trahissaient, les évêques allèrent porter au roi Hilperik la nouvelle du succès de leur message. Ils promirent que l’accusé, donnant à plein dans le piège, avouerait tout à la première interpellation ; et Hilperik, délivré par cette assurance du souci d’inventer quelque nouvel expédient pour raviver la procédure, résolut de l’abandonner à son cours ordinaire [48]. Les choses furent donc remises pour la troisième audience précisément au point où elles se trouvaient à la fin de la première, et les témoins qui avaient déjà comparu furent assignés de nouveau pour confirmer leurs précédentes allégations.

Le lendemain à l’ouverture de la séance, le roi, comme s’il eut repris simplement son dernier propos de l’avant-veille, dit à l’accusé en lui montrant les témoins qui se tenaient debout : « Si tu ne voulais que rendre à ces hommes présent pour présent, pourquoi leur as-tu demandé le serment de garder leur foi à Merowig [49] ? » Quelque énervée que fût sa conscience depuis son entrevue avec les évêques, Praetextatus, par un instinct de pudeur plus fort que toutes ses appréhensions, recula devant le mensonge qu’il devait proférer contre lui-même. « Je l’avoue, répondit-il, je leur ai demandé d’avoir de l’amitié pour lui, et j’aurais appelé à son aide non-seulement les hommes, mais les anges du ciel, si j’en avais eu la puissance, car il était, comme je l’ai déjà dit, mon fils spirituel par le baptême [50].

A ces mots qui semblaient indiquer de la part du prévenu la volonté de continuer à se défendre, le roi, outré de voir son attente trompée, éclata d’une manière terrible. Sa colère, aussi brutale en ce moment que ses ruses jusque-là avaient été patientes, frappa le débile vieillard d’une commotion nerveuse qui anéantit sur-le-champ ce qui lui restait de force morale. Il tomba à genoux, et se prosternant la face contre terre, il dit : « O roi très miséricordieux, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je suis un détestable homicide, j’ai voulu te tuer et faire monter ton fils sur le trône [51]… » Aussitôt que le roi vit son adversaire à ses pieds, sa colère se calma, et l’hypocrisie reprit le dessus. Feignant d’être emporté par l’excès de son émotion, il se mit lui-même à genoux devant l’assemblée, et s’écria : « Entendez-vous, très pieux évêques, entendez-vous le criminel faire l’aveu de son exécrable attentat ? s Les membres du concile s’élancèrent tous hors de leurs siéges et coururent relever le roi qu’ils entourèrent, les uns attendris jusqu’aux larmes, et les autres riant peut-être en eux-mêmes de la scène bizarre que leur trahison de la veille avait contribué à préparer [52]. Dès que Hilperik fut debout, comme s’il lui eût été impossible de supporter plus long-temps la vue d’un si grand coupable, il ordonna que Praetextatus sortît de la basilique. Lui-même se retira presque aussitôt, afin de laisser le concile délibérer selon l’usage avant de rendre son jugement [53].

De retour au palais, le roi, sans perdre un instant, envoya porter aux évêques assemblés un exemplaire de la collection des canons pris parmi les livres de sa bibliothèque. Outre le code entier des lois canoniques admises sans contestation par l’église gallicane, ce volume contenait, en supplément, un nouveau cahier de canons attribués aux apôtres, mais peu répandus alors en Gaule, peu étudiés et mal connus des théologiens les plus instruits. Là se trouvait l’article disciplinaire cité par le roi avec tant d’emphase à la seconde séance, lorsqu’il s’avisa de transformer l’imputation de complot en celle de vol. Cet article, qui décernait la peine de la déposition, lui plaisait fort à cause de cela ; mais comme son texte ne cadrait plus avec les aveux de l’accusé, Hilperik, poussant à bout la duplicité et l’effronterie, n’hésita pas à le falsifier soit de sa propre main, soit par la main d’un de ses secrétaires. On lisait dans l’exemplaire ainsi retouché : « L’évêque convaincu d’homicide, d’adultère ou de parjure, sera destitué de l’épiscopat. » Le mot vol avait disparu remplacé par le mot homicide, et chose encore plus étrange, aucun des membres du concile, pas même l’évêque de Tours, ne se douta de la supercherie. Seulement, à ce qu’il paraît, l’intègre et consciencieux Grégoire, l’homme de la justice et de la loi, fit, mais inutilement, des efforts, pour engager ses collègues à s’en tenir au code ordinaire, et à décliner l’autorité des prétendus canons apostoliques [54].

La délibération terminée, les parties furent appelées de nouveau pour entendre prononcer la sentence. L’article fatal, l’un de ceux du vingt-unième canon des apôtres, ayant été lu à haute voix, l’évêque de Bordeaux, comme président du concile, s’adressant à l’accusé, lui dit : « Écoute, frère et co-évêque, tu ne peux plus demeurer en communion avec nous et jouir de notre charité jusqu’au jour où, le roi, auprès de qui tu n’es pas en grace, t’aura accordé son pardon [55]. » A cet arrêt prononcé par la bouche d’un homme qui la veille s’était joué si indignement de sa simplicité, Praetextatus resta silencieux, et comme frappé de stupeur. Quant au roi, une victoire si complète ne lui suffisait déjà plus, et il s’ingéniait encore pour trouver quelque moyen accessoire d’aggraver la condamnation. Prenant aussitôt la parole, il demanda qu’avant de laisser sortir le condamné, on lui déchirât sa tunique sur le dos, ou bien qu’on récitât sur sa tête le psaume CVIIIe, qui contient les malédictions appliquées par les Actes des apôtres à Judas Iscariote « Que ses jours soient en petit nombre ; que ses fils deviennent orphelins et sa femme veuve. Que l’usurier dévore son bien, et que des étrangers enlèvent le fruit de ses travaux ; qu’il n’y ait pour lui ni aide ni pitié ; que ses enfans meurent et que son nom périsse en une seule génération [56]. »

La première de ces cérémonies était un symbole de dégradation infamante, l’autre s’appliquait seulement dans les cas de sacrilège. Grégoire de Tours, avec sa fermeté tranquille et modérée, éleva la voix pour qu’une semblable aggravation de peine ne fût point admise, et le concile ne l’admit point. Alors Hilperik, toujours en veine de chicanes, voulut que le jugement qui suspendait son adversaire des fonctions épiscopales fût rédigé par écrit avec une clause portant que la déposition serait perpétuelle. Grégoire s’opposa encore à cette demande, en rappelant au roi sa promesse formelle de renfermer l’action dans les bornes marquées par la teneur des lois canoniques [57]. Ce débat, qui prolongeait la séance, fut interrompu tout à coup par un dénouement où l’on pouvait reconnaître la main et la décision de Fredegonde, ennuyée des lenteurs de la procédure et des subtilités de son mari. Des gens armés entrèrent dans l’église et enlevèrent Praetextatus sous les yeux de l’assemblée qui n’eut plus qu’à se séparer. L’évêque fut conduit en prison au-dedans des murs de Paris dans une geôle dont les restes subsistèrent long-temps sur la rive gauche du grand bras de la Seine. La nuit suivante, il tenta de s’évader et fut cruellement battu par les soldats qui le gardaient. Après un jour ou deux de captivité, il partit pour aller en exil aux extrémités du royaume dans une île voisine des rivages du Cotentin : c’était probablement celle de Jersey, colonisée depuis un siècle, ainsi que la côte elle-même, jusqu’à Bayeux, par des pirates de race saxonne [58].

L’évêque de Rouen devait, selon toute apparence, passer le reste de sa vie au milieu de cette population de pêcheurs et de forbans ; mais après sept ans d’exil, un grand évènement le rendit tout à coup à la liberté et à son église. En l’année 584, le roi Hilperik fut assassiné avec des circonstances qui seront racontées, ailleurs, et sa mort, que la voix publique imputait à Fredegonde, devint, partout le royaume de Neustrie, le signal d’une espèce de révolution. Tous les mécontens du dernier règne, tous ceux qui avaient à se plaindre de vexations ou de dommages se faisaient justice eux-mêmes. On courait sus aux officiers royaux qui avaient abusé de leur pouvoir, ou qui l’avaient exercé avec rigueur et sans ménagement pour personne. Leurs biens étaient envahis, leurs maisons pillées et incendiées. Chacun profitait de l’occasion pour se livrer à des représailles contre ses oppresseurs ou ses ennemis. Les haines héréditaires de famille à famille, de ville à ville et de canton à canton, se réveillaient et produisaient des guerres privées, des meurtres et des brigandages [59]. Les condamnés sortaient de prison et les proscrits rentraient comme si leur ban se fût rompu de lui-même par la mort du prince au nom duquel il avait été prononcé. C’est ainsi que Praetextatus revint d’exil, rappelé par une députation que lui envoyèrent les citoyens de Rouen. Il fit son entrée dans la ville, escorté d’une foule immense, au milieu des acclamations du peuple, qui, de sa propre autorité, le rétablit sur le siège métropolitain, et en chassa comme intrus le Gaulois Mélantius que le roi avait mis à sa place [60].

Cependant la reine Fredegonde, chargée de tout le mal qui s’était fait sous le règne de son mari, avait été contrainte de se réfugier dans la principale église de Paris, laissant son fils unique, âgé de quatre mois, aux mains des seigneurs qui le proclamèrent roi et prirent le gouvernement en son nom. Sortie de cet asile quand le désordre fut devenu moins violent, il fallut qu’elle allât se faire oublier au fond d’une retraite éloignée de la résidence du jeune roi. Renonçant avec un extrême chagrin à ses habitudes de faste et de domination, elle se rendit au domaine de Rotoïalum, aujourd’hui le Val de Reuil, près du confluent de l’Eure et de la Seine. Ainsi les circonstances l’amenèrent à quelques lieues de cette ville de Rouen où l’évêque, qu’elle avait fait déposer et bannir venait d’être rétabli en dépit d’elle. Quoiqu’il n’y eût dans son cœur ni pardon ni oubli, et que sept ans d’exil sur la tête d’un vieillard ne l’eussent pas rendu pour elle moins odieux qu’au premier jour, elle n’eut pas d’abord le loisir de songer à lui ; sa pensée et toute sa haine étaient ailleurs [61].

Triste de se voir réduite à une condition presque privée, elle avait sans cesse devant les yeux le bonheur et la puissance de Brunehilde, maintenant tutrice, sans contrôle, d’un fils âgé de quinze ans. Elle disait avec amertume : « Cette femme va se croire au-dessus de moi. » Une pareille idée pour Fredegonde était une idée de meurtre ; dès que son esprit s’y fut arrêté, elle n’eut plus d’autre occupation que d’atroces et sombres études sur les moyens de perfectionner les instrumens d’assassinat et de dresser au crime et à l’intrépidité des hommes d’un caractère enthousiaste [62]. Les sujets qui paraissaient le mieux répondre à ses desseins étaient de jeunes clercs de race barbare, mal disciplinés à l’esprit de leur nouvel état, et conservant encore les habitudes et les mœurs du vasselage. Il y en avait plusieurs parmi les commensaux de sa maison ; elle entretenait leur dévouement par des largesses et une sorte de familiarité ; de temps en temps elle faisait sur eux l’essai de liqueurs enivrantes et de cordiaux dont la composition mystérieuse était l’un de ses secrets. Le premier de ces jeunes gens qui lui parut suffisamment préparé reçut, de sa bouche, l’ordre d’aller en Austrasie, de se présenter comme transfuge à la reine Brunehilde, de gagner sa confiance et de la tuer dès qu’il en trouverait l’occasion [63]. Il partit, et réussit en effet à s’introduire auprès de la reine ; il entra même à son service : mais après quelques jours, on se défia de lui ; on le mit à la question, et quand il eut tout avoué, on le renvoya sans lui faire d’autre mal, en lui disant : « Retourne à ta patronne. Fredegonde, outrée jusqu’à la fureur de cette clémence, qui lui semblait une insulte et un défi, s’en vengea sur son maladroit émissaire, en lui faisant couper les pieds et les mains [64].

Après quelques mois, quand elle crut le moment venu de faire une seconde tentative, recueillant tout ce qu’il y avait en elle de génie pour le mal, elle fit fabriquer, sur ses indications, des poignards d’une nouvelle espèce. C’étaient de longs couteaux à gaîne, semblables pour la forme à ceux que d’ordinaire les Franks portaient à la ceinture, mais dont la lame, ciselée dans toute sa longueur, était couverte de figures en creux. Innocent en apparence, cet ornement avait une destination véritablement diabolique ; il devait servir à ce que le fer pût être empoisonné plus à fond, et de telle sorte que la substance vénéneuse, au lieu de glisser sur le poli, s’incrustât dans les ciselures [65]. Deux de ces armes, frottées d’un poison subtil, furent remises par la reine à deux jeunes clercs, dont le triste sort de leur compagnon n’avait pas refroidi le dévouement. Ils reçurent l’ordre de se rendre, accoutrés en pauvres gens, à la résidence du roi Hildebert, de le guetter dans ses promenades, et quand l’occasion serait propice, de s’approcher de lui tous les deux, en demandant l’aumône, et de le frapper ensemble de leurs couteaux. « Prenez ces poignards, leur dit Fredegonde, et partez vite, pour qu’enfin je voie Brunehilde, dont l’arrogance vient de cet enfant, perdre tout pouvoir par sa mort et devenir mon inférieure. Si l’enfant est trop bien gardé pour que vous puissiez l’approcher, vous tuerez mon ennemie ; si vous périssez dans l’entreprise, je comblerai de biens vos parens, je les enrichirai de mes dons et les ferai monter au premier rang dans le royaume : soyez donc sans crainte, et n’ayez aucun souci de la mort [66]. »

A ce discours, dont la netteté ne laissait voir d’autre perspective que celle d’un danger sans issue, quelques signes de trouble et d’hésitation parurent sur le visage des deux jeunes clercs. Fredegonde s’en aperçut, et aussitôt elle fit apporter une boisson composée avec tout l’art possible, pour exalter les esprits en flattant le goût. Les jeunes gens vidèrent chacun une coupe de ce breuvage, dont l’effet ne tarda pas à se montrer dans leurs regards et dans leur contenance [67]. Satisfaite de l’épreuve, la reine reprit alors : « Quand le jour sera venu d’exécuter mes ordres, je veux qu’avant de vous mettre à l’œuvre, vous buviez un coup de cette liqueur, afin d’être fermes et dispos. » Les deux clercs partirent pour l’Austrasie, munis de leurs couteaux empoisonnés et d’un flacon renfermant le précieux cordial ; mais on faisait bonne garde autour du jeune roi et de sa mère. A leur arrivée, les émissaires de Fredegonde furent saisis comme suspects, et cette fois, on ne leur fit aucune grâce ; tous deux périrent dans les supplices [68].

Ces choses se passèrent dans les derniers mois de l’année 585 ; vers le commencement de l’année suivante, il arriva que Fredegonde, ennuyée peut-être de sa solitude, quitta le Val de Reuil, pour aller passer quelques jours à Rouen. Elle se trouva ainsi plus d’une fois dans les réunions et les cérémonies publiques en présence de l’évêque, dont le retour était une sorte de démenti donné à sa puissance. D’après ce qu’elle savait par expérience du caractère de cet homme, elle s’attendait au moins à lui voir devant elle une contenance humble et mal assurée, des manières craintives comme celles d’un proscrit amnistié de fait seulement et par simple tolérance : mais au lieu de lui témoigner cette déférence obséquieuse dont elle était encore plus jalouse depuis qu’elle se sentait déchue de son ancien rang, Praetextatus, à ce qu’il semble, se montra fier et dédaigneux ; son ame, autrefois si molle et si peu virile, s’était retrempée en quelque sorte par la souffrance et le malheur [69].

Dans une des rencontres que les solennités civiles ou religieuses amenèrent alors entre l’évêque et la reine, celle-ci, laissant déborder sa haine et son dépit, dit assez haut pour être entendue de toutes les personnes présentes : « Cet homme devrait savoir que le temps peut revenir pour lui de reprendre le chemin de l’exil [70]. » Praetextatus ne laissa pas tomber ce propos, et affrontant le courroux de sa terrible ennemie, il lui répondit en face : « Dans l’exil comme hors de l’exil, je n’ai point cessé d’être évêque, je le suis et je le serai toujours ; mais toi, peux-tu dire que tu jouiras toujours de la puissance royale ? Du fond de mon exil, si j’y retourne, Dieu m’appellera au royaume du ciel, et toi, de ton royaume, en ce monde, tu seras précipitée dans les gouffres de l’enfer. Il serait temps désormais de laisser là tes folies et tes méchancetés, de renoncer à cette jactance qui te gonfle sans cesse, et de suivre une meilleure route, afin que tu puisses mériter la vie éternelle et conduire à l’âge d’homme l’enfant que tu as mis au monde [71]. » Ces paroles, où l’ironie la plus acerbe se mêlait à la gravité hautaine d’une admonition sacerdotale, soulevèrent tout ce qu’il y avait de passion dans l’ame de Fredegonde ; mais loin de s’emporter en discours furieux et de donner en spectacle sa honte et sa colère, elle sortit sans proférer un seul mot, et alla dans le secret de sa maison dévorer l’injure et préparer la vengeance [72].

Mélantius, qui, pendant sept années, avait occupé induement le siège épiscopal, ancien protégé et client de la reine, s’était rendu auprès d’elle à son arrivée au domaine de Reuil, et depuis ce temps, il ne la quittait plus. Ce fut lui qui reçut la première confidence de ses sinistres desseins. Cet homme, que le regret de n’être plus évêque tourmentait jusqu’à le rendre capable de tout oser pour le redevenir, n’hésita pas à se faire le complice d’un projet qui pouvait le conduire au but de son ambition. Ses sept années d’épiscopat n’avaient pas été sans influence sur le personnel du clergé de l’église métropolitaine. Plusieurs des dignitaires promus durant cette époque se regardaient comme ses créatures, et voyaient avec déplaisir l’évêque restauré, à qui ils ne devaient rien, et dont ils attendaient peu de faveurs. Praetextatus, simple et confiant par caractère, ne s’était pas inquiété, à son retour, des nouveaux visages qu’il rencontra dans le palais épiscopal ; il n’avait point songé aux existences qu’un pareil changement ne pouvait manquer d’alarmer, et comme il était bienveillant pour tous, il ne se croyait haï de personne. Pourtant, malgré l’affection vive et profonde que le peuple de Rouen lui portait, la plupart des membres du clergé avaient pour lui peu de zèle et d’attachement. Chez quelques-uns, surtout dans les rangs supérieurs, l’aversion était complète ; l’un des archidiacres ou vicaires métropolitains la poussait jusqu’à la fureur, soit par dévouement à la cause de Mélantius, soit parce qu’il aspirait lui-même à la dignité épiscopale [73].

Quels que fussent les motifs de cette haine mortelle qu’il nourrissait contre son évêque, Fredegonde et Mélantius crurent ne pouvoir se passer de lui, et l’admirent en tiers dans le complot. L’archidiacre eut avec eux des conférences où se discutèrent les moyens d’exécution. Il fut décidé qu’on chercherait, parmi les serfs attachés au domaine de l’église de Rouen, un homme capable de se laisser séduire par la promesse d’être affranchi avec sa femme et ses enfans. Il s’en trouva un que cette espérance de liberté, quelque douteuse qu’elle fût, enivra au point de le rendre prêt à commettre le double crime de meurtre et de sacrilège. Ce malheureux reçut comme encouragement deux cents pièces d’or, cent de la part de Fredegonde, cinquante données par Mélantius, et le reste par l’archidiacre. Toutes les mesures furent prises, et le coup arrêté pour le dimanche suivant, qui était le 24 février [74].

Ce jour-là, l’évêque de Rouen, dont le meurtrier guettait la sortie depuis le lever du soleil, se rendit de bonne heure à l’église. Il alla s’asseoir à sa place accoutumée, à quelques pas du maître-autel, sur un siège isolé au-devant duquel se trouvait un prie-dieu. Le reste du clergé occupa les stalles qui garnissaient le chœur, et l’évêque entonna, suivant l’usage, le premier verset de l’office du matin [75]. Pendant que la psalmodie, reprise parles chantres, continuait en chœur, Praetextatus s’agenouilla en appuyant les mains et en inclinant la tête sur le prie-dieu placé devant lui. Cette posture, dans laquelle il resta long-temps, fournit à l’assassin, qui s’était glissé par derrière, l’occasion qu’il épiait depuis le commencement du jour. Profitant de ce que l’évêque, prosterné en prières, ne voyait rien de ce qui se passait à l’entour, il s’approcha de lui insensiblement jusqu’à la portée du bras, et tirant le couteau suspendu à sa ceinture, il l’en frappa sous l’aisselle. Praetextatus, se sentant blessé, poussa un cri ; mais soit malveillance, soit lâcheté, aucun des clercs présens n’accourut à son aide, et l’assassin eut le temps de s’esquiver [76]. Ainsi abandonné, le vieillard se releva seul, et appuyant les deux mains contre sa blessure, il se dirigea vers l’autel dont il eut encore la force de monter les degrés. Arrivé là, il étendit ses mains pleines de sang pour atteindre au-dessus de l’autel le vase d’or suspendu par des chaînes, où l’on gardait l’Eucharistie réservée pour la communion des mourans. Il prit une parcelle du pain consacré et communia. Puis rendant grace à Dieu de ce qu’il avait eu le temps de se munir du saint-viatique, il tomba en défaillance entre les bras de ses fidèles serviteurs, et fut transporté par eux dans son appartement [77].

Instruite de ce qui venait d’avoir lieu, soit par la rumeur publique, soit par le meurtrier lui-même, Fredegonde voulut se donner l’affreux plaisir de voir son ennemi agonisant. Elle se rendit en hâte à la maison de l’évêque, accompagnée des ducs Ansowald et Beppolen, qui ne savaient ni l’un ni l’autre quelle part elle avait prise à ce crime, et de quelle étrange scène ils allaient être témoins. Praetextatus était dans son lit, avait sur le visage tous les signes d’une mort prochaine, mais conservant encore le sentiment et la connaissance. La reine dissimula ce qu’elle ressentait de joie, et prenant avec un air de sympathie un ton de dignité royale, elle dit au mourant. » Il est triste pour nous, ô saint évêque ; aussi bien que pour le reste de ton peuple, qu’un pareil mal soit arrivé à ta personne vénérable. Plût à Dieu qu’on nous indiquât celui qui a osé commettre cette horrible action, afin qu’il fût puni d’un supplice proportionné à son crime [78]. »

Le vieillard, dont tous les soupçons étaient confirmés par cette visite même, se souleva sur son lit de douleur, et attachant ses yeux sur Fredegonde, il répondit : « Et qui a frappé ce coup, si ce n’est la main qui a tué des rois, qui a si souvent répandu le sang innocent et fait tant de maux dans le royaume [79] ? » Aucun signe de trouble ne parut sur le visage de la reine, et comme si ces paroles eussent été pour elle vides de sens, et le simple effet d’un dérangement fébrile, elle reprit du ton le plus calme et le plus affectueux : « Il y a auprès de nous de très habiles médecins qui sont capables de guérir cette blessure ; permets qu’ils viennent te visiter [80]. » La patience de l’évêque ne put tenir contre tant d’effronterie, et dans un transport d’indignation qui épuisa le reste de ses forces, il dit : « Je sens que Dieu veut me rappeler de ce monde ; mais toi qui t’es rencontrée pour concevoir et diriger l’attentat qui m’ôte la vie, tu seras dans tous les siècles un objet d’exécration, et la justice divine vengera mon sang sur ta tête. Fredegonde se retira sans dire un mot, et après quelques instans, Praetextatus rendit le dernier soupir [81].

A cette nouvelle, toute la ville de Rouen fut dans la consternation ; les citoyens, sans distinction de races, Romains ou Franks, s’unirent dans le même sentiment de tristesse mêlée d’horreur. Les premiers, n’ayant hors des limites de leur cité aucune existence politique, ne savaient exprimer qu’une douleur impuissante à la vue du crime dont une reine était le principal auteur ; mais parmi les autres, un certain nombre au moins, ceux à qui leur fortune ou leur noblesse héréditaire faisait donner le titre de seigneurs, pouvaient, selon le vieux privilége de la liberté germanique, parler haut à qui que ce fût, et atteindre en justice tous les coupables [82] Il y avait aux environs de Rouen plusieurs de ces chefs de famille, propriétaires indépendans, qui siégeaient comme juges dans les causes les plus importantes, et se montraient aussi fiers de leurs droits personnels que jaloux du maintien des anciennes coutumes et des institutions nationales. Parmi eux se trouvait un homme de cœur et d’entraînement, doué au plus haut degré de cette sincérité courageuse que les conquérans de la Gaule regardaient comme la vertu de leur race, opinion qui, devenue populaire, donna naissance par la suite à un mot nouveau, celui de franchise. Cet homme réunit quelques-uns de ses amis et de ses voisins, et leur persuada de faire avec lui une démarche éclatante, et d’aller porter à Fredegonde l’annonce d’une citation judiciaire.

Ils montèrent tous à cheval et partirent d’un domaine situé à quelque distance de Rouen pour se rendre au logement de la reine dans l’intérieur de la ville. A leur arrivée, un seul d’entre eux, celui qui avait conseillé la visite, fut admis en présence de Fredegonde, qui, redoublant de précautions depuis son nouveau crime, se tenait soigneusement sur ses gardes ; tous les autres restèrent dans le vestibule ou sous le portique de la maison. Interrogé par la reine sur ce qu’il voulait d’elle, le chef de la députation lui dit avec l’accent d’un homme profondément indigné : « Tu as commis dans ta vie bien des forfaits, mais le plus énorme de tous est ce que tu viens de faire en ordonnant le meurtre d’un prêtre de Dieu. Dieu veuille se déclarer bientôt le vengeur du sang innocent ! Mais nous tous, en attendant, nous rechercherons le crime et nous poursuivrons le coupable, afin qu’il te devienne impossible d’exercer de pareilles cruautés. » Après avoir proféré cette menace, le Frank sortit, laissant la reine troublée jusqu’au fond de lame d’une déclaration dont les suites probables n’étaient pas sans dangers pour elle dans son état de veuvage et d’isolement [83].

Fredegonde eut bientôt retrouvé son audace et pris un parti décisif. Elle envoya l’un de ses serviteurs courir après le seigneur frank, et lui dire que la reine l’invitait à dîner. Cette invitation fut accueillie par le Frank qui venait de rejoindre ses compagnons comme elle devait l’être par un homme d’honneur ; il refusa [84]. Le serviteur ayant porté sa réponse, accourut de nouveau le prier, s’il ne voulait point rester pour le repas, d’accepter au moins quelque chose à boire, et de ne pas faire à une demeure royale l’injure d’en sortir à jeun. Il était d’usage qu’une pareille requête fût toujours agréée ; l’habitude et le savoir-vivre, tel qu’on le pratiquait alors, l’emportèrent cette fois sur le sentiment de l’indignation, et le Frank, qui était près de monter à cheval, attendit sous le vestibule avec ses amis [85].

Un moment après, les serviteurs descendirent, portant de larges coupes remplies de la boisson que les hommes de race barbare prenaient le plus volontiers hors des repas. C’était du vin mélangé de miel et d’absinthe. Celui des Franks à qui venait de s’adresser le message de la reine fut servi le premier. Il vida sans réflexion, et tout d’un trait, la coupe de liqueur aromatisée ; mais à peine eut-il bu la dernière goutte qu’une souffrance atroce et comme un déchirement intérieur lui apprit qu’il venait d’avaler le poison le plus violent [86]. Un instant muet, sous l’empire de cette sensation foudroyante, quand il vit ses compagnons se disposer à suivre son exemple et à faire honneur au vin d’absinthe, il leur cria : « Ne touchez pas à ce breuvage, sauvez-vous, malheureux, sauvez-vous, pour ne pas périr avec moi ! » Ces paroles frappèrent les Franks d’une sorte de terreur panique ; l’idée d’empoisonnement, dont celle de sortilège et de maléfice était alors inséparable, la présence d’un danger mystérieux qu’il était impossible de repousser avec l’épée, fit prendre la fuite à ces hommes de guerre, qui n’eussent point reculé dans un combat. Ils coururent tous à leurs chevaux, celui qui avait bu le poison fit de même, et parvint à se placer sur le sien, mais sa vue se troublait, ses mains perdaient la force de soutenir la bride. Mené par son cheval qu’il ne pouvait plus diriger et qui l’emportait au galop à la suite des autres, il fit quelques centaines de pas et tomba mort [87]. Le bruit de cette aventure causa au loin un effroi superstitieux. Parmi les possesseurs de domaines du diocèse de Rouen, personne ne parla plus de citer Fredegonde à comparaître devant la grande assemblée de justice, qui, sous le nom de mâl, se réunissait au moins deux fois chaque année.

C’était l’évêque de Bayeux, Leudowald, qui, à titre de premier suffragant de l’archevêché de Rouen, devait prendre le gouvernement de l’église métropolitaine durant la vacance du siège. Il se rendit dans la métropole, et de là il adressa officiellement à tous les évêques de la province une relation de la mort violente de Praetextatus ; puis, ayant réuni le clergé de la ville en synode municipal, il ordonna, d’après l’avis de cette assemblée, que toutes les églises de Rouen fussent fermées, et qu’on n’y célébrât aucun office jusqu’à ce qu’une enquête publique eût mis sur la trace des auteurs et des complices du crime [88]. Quelques hommes de race gauloise et d’un rang inférieur furent arrêtés comme suspects, et soumis à la question ; la plupart avait eu connaissance du complot contre la vie de l’archevêque et reçu même à cet égard des ouvertures et des offres : leurs révélations vinrent à l’appui du soupçon général qui pesait sur Fredegonde ; mais ils ne nommèrent aucun de ses deux complices, Mélantius et l’archidiacre. La reine, sentant qu’elle aurait bon marché de cette procédure ecclésiastique, prit sous son patronage tous les accusés, et leur procura ouvertement les moyens de se dérober à l’information judiciaire, soit par la fuite, soit en opposant la résistance à main armée [89].

Loin de se laisser décourager par les obstacles de tous genres qu’il rencontrait, l’évêque Leudowald, homme consciencieux et attaché à ses devoirs sacerdotaux, redoubla de zèle et de soins pour découvrir l’auteur du meurtre et s’enquérir à fond des mystères de cette horrible trame. Alors Fredegonde mit en usage les ressources qu’elle réservait pour les occasions extrêmes ; on vit des assassins rôder autour de la maison de l’évêque et tenter de s’y introduire ; il fallut que Leudowald se fît garder jour et nuit par ses domestiques et par ses clercs [90]. Sa constance ne tint pas contre de pareilles alarmes ; les procédures, commencées d’abord avec un certain éclat, se ralentirent, et l’enquête, selon la loi romaine, fut bientôt abandonnée, comme l’avaient été les poursuites devant les juges de race franke, assemblés selon la loi salique [91].

Le bruit de ces évènemens, qui de proche en proche se répandaient par toute la Gaule, arriva au roi Gonthramn, dans sa résidence de Châlons-sur-Saône. L’émotion qu’il en ressentit fut assez vive pour le tirer un moment de l’espèce de nonchalance politique où il se complaisait. Son caractère était, comme on l’a déjà vu, formé des plus étranges contrastes, d’un fonds de piété douce et d’équité rigide, au travers duquel bouillonnaient, pour ainsi dire, et se faisaient jour par intervalle les restes mal éteints d’une nature sauvage et sanguinaire. Ce vieux levain de férocité germanique révélait sa présence dans l’ame du plus débonnaire des rois mérovingiens, tantôt par des fougues de fureur brutale, tantôt par des cruautés de sang-froid. La seconde femme de Gonthrann, Austrehilde, atteinte en l’année 580 d’une maladie qu’elle sentait devoir être mortelle, eut la fantaisie barbare de ne vouloir pas mourir seule, et de demander que ses deux médecins fussent décapités le jour de ses funérailles. Le roi le promit comme la chose la plus simple, et fit couper la tête aux deux médecins [92]. Après cet acte de complaisance conjugale, digne du tyran le plus atroce, Gonthramn était revenu avec une facilité inexplicable à ses habitudes de royauté paternelle et à sa bonhomie accoutumée. En apprenant le double crime de meurtre et de sacrilège dont la clameur générale accusait la veuve de son frère, il éprouva une véritable indignation, et, comme chef de la famille mérovingienne, il se crut appelé à un grand acte de justice patriarcale. Il fit partir en ambassade, auprès des seigneurs qui exerçaient la régence au nom du fils de Hilperik, trois évêques, Artemius de Sens, Agroecius de Troyes, et Veranus de Cavaillon dans la province d’Arles. Ces envoyés reçurent l’ordre de se faire autoriser, par les seigneurs de Neustrie, à rechercher, au moyen d’une enquête solennelle, la personne coupable du crime, et à l’amener de gré ou de force en présence du roi Gonthramn [93].

Les trois évêques se rendirent à Paris, où était élevé l’enfant au nom duquel depuis deux ans se gouvernait le royaume de Neustrie. Admis devant le conseil de régence, ils exposèrent leur message en insistant sur l’énormité du crime dont le roi Gonthramn demandait la punition. Lorsqu’ils eurent cessé de parler, celui des chefs neustriens qui avait le premier rang parmi les tuteurs du jeune roi, et qu’on appelait son nourricier, se leva et dit : « De tels méfaits nous déplaisent aussi au dernier point, et de plus en plus nous désirons qu’ils soient punis ; mais s’il se trouve parmi nous quelqu’un qui en soit coupable, ce n’est pas en présence de votre roi qu’il doit être conduit, car nous avons le moyen de réprimer, avec la sanction royale, tous les crimes commis chez nous [94]. »

Ce langage, ferme et digne en apparence, couvrait une réponse évasive, et les régens de Neustrie avaient moins de souci de l’indépendance du royaume que de ménagemens pour Fredegonde. Les ambassadeurs ne s’y méprirent pas, et l’un d’eux répliqua vivement : « Sachez que si la personne qui a commis le crime n’est pas découverte et amenée au grand jour, notre roi viendra avec une armée ravager tout ce pays par le glaive et par l’incendie ; car il est manifeste que celle qui a fait mourir le Frank par des maléfices est la même qui a tué l’évêque par l’épée [95]. » Les Neustriens s’émurent peu d’une pareille menace ; ils savaient que le roi Gonthramn manquait toujours de volonté lorsque venait le moment d’agir. Ils renouvelèrent leurs précédentes réponses, et les évêques mirent fin à cette inutile entrevue en protestant d’avance contre la réintégration de Mélantius dans le siège épiscopal de Rouen [96]. Mais à peine étaient-ils de retour auprès du roi Gonthramn, que Mélantius fut rétabli, grace à la protection de la reine et à l’ascendant qu’elle venait de reprendre par l’intrigue et par la terreur. Cet homme, digne créature de Fredegonde, alla chaque jour, pendant plus de quinze ans, s’asseoir et prier à la même place où le sang de Praetextatus avait coulé [97].

Fière de tant de succès, la reine couronna son œuvre par un dernier trait d’insolence, signe du plus incroyable mépris pour tout ce qui avait osé s’attaquer à elle. Elle fit saisir publiquement et amener en sa présence le serf de la glèbe qu’elle-même avait payé pour commettre le crime, et que jusque-là elle avait aidé à se soustraire à toutes les recherches. « C’est donc toi, lui dit-elle, feignant la plus vive indignation, toi qui as poignardé Praetextatus, l’évêque de Rouen, et qui es cause des calomnies répandues contre moi ? » Puis elle le fit battre sous ses yeux, et le livra aux parens de l’évêque, sans plus s inquiéter de ce qui s’ensuivrait que si cet homme n’eût rien connu du complot dont il avait été l’instrument [98]. Le neveu de Praetextatus, l’un de ces Gaulois à l’humeur violente, qui, prenant exemple des mœurs germaniques, ne respiraient que vengeance privée, et marchaient toujours armés comme les Franks, s’empara de ce malheureux, et le fit appliquer à la torture dans sa propre maison. L’assassin ne fit pas attendre ses réponses et ses aveux : « J’ai fait le coup, dit-il, et pour le faire, j’ai reçu cent sous d’or de la reine Fredegonde, cinquante de l’évêque Mélantius, et cinquante de l’archidiacre de la ville ; on m’a promis en outre la liberté pour moi et pour ma femme [99]. »

Quelque positives que fussent ces informations, il était clair désormais qu’elles ne pouvaient amener aucun résultat. Tous les pouvoirs sociaux de l’époque avaient tenté vainement d’exercer leur action dans cette épouvantable affaire. L’aristocratie, le sacerdoce, la royauté elle-même, étaient demeurés impuissans pour atteindre les vrais coupables. Persuadé qu’il n’y aurait pas pour lui de justice hors de la portée de son bras, le neveu de Praetextatus termina tout par un acte digne d’un sauvage, mais dans lequel la part du désespoir était peut-être aussi grande que celle de la férocité : il tira son épée, et coupa en morceaux l’esclave qu’on lui avait jeté comme une proie [100]. Ainsi qu’il arrivait presque toujours dans ce temps de désordre, un meurtre brutalement commis fut l’unique réparation du meurtre. Le peuple seul ne manqua pas à la cause de son évêque assassiné ; il le décora du titre de martyr, et pendant que l’église officielle intrônisait l’un des assassins, et que les évêques l’appelaient frère, les citoyens de Rouen invoquaient dans leurs prières le nom de la victime, et s’agenouillaient sur son tombeau [101]. C’est avec cette auréole de vénération populaire, que le souvenir de saint Prétextat, objet de pieux hommages pour les fidèles qui ne savaient guère de lui que son nom, a traversé les siècles. Si les détails d’une vie tout humaine par ses malheurs et par ses faiblesses peuvent diminuer la gloire du saint, ils attireront, du moins sur l’homme un sentiment de sympathie ; car n’y a-t-il pas quelque chose de touchant dans le caractère de ce vieillard, qui mourut pour avoir trop aimé celui qu’il avait tenu sur les fonts de baptême, réalisant ainsi l’idéal de la paternité spirituelle instituée par le christianisme ?


AUGUSTIN THIERRY

  1. Voir les livraisons de la Revue des 1er et 15 décembre 1833, et du 15 juillet 1834
  2. Gregor. Turon. Hist. Francor. ecclesiast., lib. V ; apud script. rerum francic, tom, II, pag.244 et 245 - Adriani Valesii rerum francic. lib. X, pag. 89 et seq.
  3. Audiens Chilpericus, quòd Praetextatus, Rothomagensis episcopus, contra utilitatem suam populis mumera daret, eum ad se arcessiri praecepit. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 243.)
  4. Quo discusso, reperit cum eodem res Brunichildis reginae commendatas (ibid). — Duo volucla speciebus et diversis ornamentis referta : quae adpreciabantur ampliùs quàm tria millia solidorum. Sed et sacculum cum numismatis auri pondere tenentem quasi millia duo. (Ibid., pag.245.)
    Trois mille sols (solidi) équivalent à 45,000 francs. Il y avait des pièces d’or d’un solidus (15 fr.) et d’un tiers de solidus.
  5. Ipsisque (rebus) ablatis, eum in exsilio usque ad sacerdotalem audientiam retineri praecepit. (Ibid., pag. 243.)
  6. Voyez l’Histoire de Paris par Dulaure, tome Ier, aux articles Palais des Thermes, rue Saint-Jacques, rue Galande, et rue de la Montagne-Sainte-Geneviève.
  7. Tunc rex projecit à se in directum bipennem suam, quod est francisca ; et dixit : Fiatur Ecclesia beatorum apostolorum, dùm auxiliante Deo revertimur. (Gesta regum francor., apud script. rerum francic., tom. II, pag. 554.
  8. Vid. D. Theod. Ruinart praefat. A Greg. Turon., pag. 95 et 96. — Greg. Turon. Hist. lib. II, cap. 14 et 16. — Fortunati Pictav. episc. carmina, apud script. rerum francie., tom. II, pag. 479. -Ibid., tom. III, pag. 437.
  9. Cui est porticus applicata triplex ; necnon et patriarcharum et prophetarum, et martyrum atque confessorum, veram vetusti temporis fidem, quae sunt tradita libris et historiarum paginis, pictura refert. (Script. rerum francit., tom. III, pag. 370.) - V. Dulaure, Hist. de Paris, tome Ier, pag. 277.
  10. Ostenderat autem nobis ante diem tertiam rex duo volucla, etc. (Greg. Turon. Hist, lib. V., pag. 245)
  11. Conjuncto autem concilio, exhibitus est. Erant autem episcopi qui advenerant apud Parisius, in basilicâ sancti Petri apostoli. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 24f3.)-Ibid, lib. VII, cap. 16 et passim. -Adriani Valesii, rerum francic. lib. X pag. 90 et seq.
  12. Hùc ego dùm famulans comitatu jungor eodem
    Et mea membra citò dùm veherentur equo.
    (Fortunati carmen ad Bertechramnum Burdigal. Episc., apud script. rerum francic. tom. II, pag. 487.)
  13. Sed tamen in vestro quaedam sermone notavi,
    Carmine de veteri furta novella loqui.
    Ex quibus in paucis superaddita syllaba fregit,
    Et, pede laesa suo, musica clauda jacet.
    (Ibid.)
  14. Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 316. — Abstulisti uxorem meam cum famulis ejus, et ecce, quòd sacerdotem non decet, tu cum ancillis meis, et illa cura famulis tuis dedzcus adulterii perpetratis. (Ibid,, lib. IX, pag, 352.) - Tùm Bertechramnus Burdigalensis civitatis episcopus cui hoc cum reginâ crimen impactum fuerat. (Ibid., lib. V, pag. 263.)
  15. Cui rex ait : « Quid tibi visum est, ô episcope, ut inimicum meum Merovechum, qui filius esse debuerat, cum amitâ suâ, id est patrui sui uxore, conjungeres ? An ignarus eras, quae pro hâc causâ canonum statuta sanxissent (Greg. Turon. Hist- lib. V, pag. 243.)
  16. Haec eo dicente, infremuit multitudo Francorum, voluitque ostia basilicae rumpere, quasi ut extractum sacerdotem lapidibus urgeret : sed rex prohibuit fieri. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 243.)
  17. Cùmque Praetextatus episcopus ea quae rex dixerat facta negaret, advenerunt falsi testes, qui ostendebant species aliquas, dicentes : « Haec et haec nobis dedisti, ut Merovecho fidem promittere deberemus. » (Ibid.)
  18. Ad haec ille dicebat : “Verum enim dicitis, vos à me saepiùs numeratos, sed non haec ausa exstitit, ut rex ejiceretur à regno,… » (Ibid.)
  19. Recedente verò rege ad metatum suum, nos collecti in unum sedebamus in secretario basilicae beati Petri. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 243.)
  20. Confabulantibusque nobis, subitò advenit Aëtius archidiaconus Parisiacae ecclesiae, salutatisque nobis, ait : — Audite me, ô sacerdotes Domini, qui in unum collecti estis… » (Ibid.)
  21. Haec eo dicente, nullus sacerdotum ei quicquam respondit. Timebant enimn reginae furorem, cujus instinctu haec agebantur. Quibus intentis, et ora digito comprimentibus …(Ibid.)
  22. Ego aio : « Adtenti estote, quaeso, sermonibus meis, ô sanctissimi sacerdotes Dei, et praesertìm vos, qui familiariores esse regi videmini : adhibete ei consilium sanctum et sacerdotale » (Greg. Toron. Hist. lib. V. pag. 243.)
  23. Illis vert silentibus adjeci : « Mementote, Domini mei sacerdotes, verbi prophetici quod ait : si viderit speculator… » (Ibid.) - Ezechiel, cap. 33, v. 6.
  24. Haec me dicente, non respondit ullus quicquam, sed erant omnes intenti et stupentes. Duo tamen adulatores ex ipsis, quod de episcopis dici dolendum est, nuntiaverunt regi (Greg. Turon. ibid. pag. 244.)
  25. Dicentes : « Quia nullum majorem iniinicum in suis causis quàm me naberet. illicòo unuss ex aulicis cursu rapido ad me repraesentandum dirigitur, (Ibid )
  26. Cùmque venissent, stabat rex juxtà tabernaculum ex ramis factum, et ad dexieram ejus Bertechramnus episcopus, ad laevam verò Ragnemodus stabat : et erat antè eus scamnum pane desuper plenum cum diversis ferculis. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 244.)
  27. Visoque me rex ait : « O episcope, justitiam cunctis largiri debes, et eccè ego justitiam à te non accipio ; sed, ut video, consentis iniquitati, et impletur in te proverbium illud, quòd corvus oculum corvi non eruit. » (Ibid.)
  28. Ad haec ego : « Si quis de nobis, ô rex, justitiae tramitem transcendere voluit, à te corrigi potest : si verò tu exceesseris, quis te corripiet ? Loquimur enim tibi, sed si volueris ; si autem nolueris, quis te condemnabit ?… » (Ibid.)
  29. Ad hac ille, ut erat ab adulatoribus contra me accensus, ait : « Cum omnibus enim inveni justitiam, et tecum invenire non possum. Sed scio quid faciam, ut noteris in populis…” (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 244.)
  30. Ad haec ego : « Quòd sim injustus, tu nescis. Scit enim ille conscientiam meam, cui occulta cordis sunt manifesta. Quod verò falso clamore populus te insultante vociferatur, nihil est, quia sciunt omnes à te haec emissa… » (Ibid.)
  31. At ille quasi me demulcens, quod dolosè faciens putabat me non intelligere, couversus ad juscellum quod coràm erat positum, ait : « Propter te haec juscella paravi, in quitus nihil aliud praeter volatilia, et parumper ciceris continetur. » (Ibid.)
  32. Ad haec ego, cognoscens adulationes ejus, dixi : « Noster cibus esse debet facere voluntatem Dei, et non his deliciis delectari… » (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 244.)
  33. Ille verò, porrectà dextrà, juravit per omnipotentem Deum, quòd ea quae lex et canones edocebant, nullo praetermitteret pacto. Post haec, accepto pane, hausto etiam vino, discessi. (Ibid.)
  34. Ostium mansionis nostrae gravibus audio cogi verberibus : missoque puero, nuntios Fredegundis reginae adstare cognosco. (Ibid.)
  35. Deindè precantur pueri, ut in ejus causis contrarius non existam, simulque duceutas argenti promittunt libras, si Praetextatus me impugnante opprimerelur. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 244.)-Deux cents livres d’argent (livre gauloise de douze onces) équivalent à un peu plus de 16,ooo francs.
  36. Dicebant enim : « Jàm omnium episcoporum promissi onem habemus : tantùm tu adversus non incedas. » Quibus ego respondi : « Si mihi mille libras auri argentique donetis, numquid aliud facere possum, nisi quod Dominus agere praecipit ?… » (Ibid.)
  37. At illi non intelligentes qua dicebam, gratias agentes discesserunt. (Ibid.)
  38. Convenientibus autem nobis in basilicâ sancti Petri, manè rex adfuit. (Ibid.)
  39. Dixitque Episcopus enim in furtis deprehensus, ab episcopali officio ut evellatur canonum auctoritas sanxit. » (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 244.)
  40. Nobis quoque respondentibus, quis ille sacerdos esset cui furti crimen inrogaretur, respondit rex : « Vidistis enim species quas nobis furto abstulit. » (Ibid., pag. 245.)
  41. Haec enim dicebat rex, sibi ab episcopo fuisse furata. Qui respondit : « Recolere vos credo, discedente à Rothomagensi urbe Brunichilde reginà, quòd venerim ad vos, dixique vobis, quia res ejus, id est quinque sarcinas, commendatas haberem… » (Greg. Turon. Hist. 1ib. V, pag. 245.)
  42. « Reversi iterùm requirebant alia : iterùm consului magnificentiam vestram. Tu autem praecepisti dicens : Ejice, ejice haec à te, ô sacerdos, ne faciat scandalum haec causa… Tu autem quid nunc calumniaris, et me furti arguis, cùm haec causa non ad furtum, sed ad custodiam debeat deputari ? » (Ibid.)
  43. Ad hz’c rex. « Si hoc depositum penes te habebatur ad custodiendum, cur solvisti unum ex his, et limbum aureis contextum filis in partes dissecasti, et dedisti per viros, qui me à regno dejicerent ? ». (Ibid.)
  44. « Jàm dixi tibi siperiùs, quia munera eorum acceperam ; ideòque cùm non haberem de prasenti quod darem, hinc praesumpsi ; et eis vicissitudinem munerum tribui. Proprium mihi esse videbatur, quod filio meo Merovecho erat, quem de lavacro regenerationis excepi. „ (Greg. Turon. Hist. Lib. V, pag. 245.)
  45. Videns autem rex Chilperieus, quòd eum his calumniis superare nequiret, adtonitus valdè, à conscientiâ confusus, discessit à nobis. (Ibid.)
  46. Vocavitque quosdam de adulatoribus suis, et ait : « Victum me verbis episcopi fateor, et vera esse quae dicit scie ; quid nuce faciam, ut reginae de eo voluntas adimpleatur ? » (Ibid.)
  47. Et ait : « Ite, et accedentes ad eum dicite, quasi consilium ex vobismetipsis dantes : Nosti quòd sit rex Chilpericus pius atque compunctus, et citò flectatur ad misericordiam : humiliare sub eo, et dicito ab eo objecta à te perpetrata fuisse.., » (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 245.)
  48. His seductus Pretextatus episcopus, pollicitus est se ità facturum. (Ibid.)
  49. Mane autem facto, convenimus ad consuetum locum : adveniensque et rex, ait ad episcopum : « Si munera pro muneribus his hominibus es largitus, eur sacramenta postulasti ut fidem Merovecho servarent ? » (Ibis.)
  50. Respondit episcopus : « Petii, fateor, amicitias eorum haberi cum eo ; et non solum hominem, sed, si fas fuisset, angelum de coelo evocassem, qui esset adjutor ejus : filius enim mihi erat, ut saepè dixi, spiritatis ex lavacro. » (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 245.)
  51. Cùmque haec altercatio altiùs tolleretur, Praetextatus episcopus, prostratus solo, ait : « Peccavi in coelum et coràm te, ô rex misericordissime, ego sum homicida nefandus ; ego te interficere volui, et filions tuum in solio tuo erigere. » (Ibid.)
  52. Haec eo dicente, prosternitur Rex coràm pedibus sacerdotum, dicens « Audite, ô piissimi sacerdotes, reum crimen exsecrabile confientem. » Cùmque nos flentes regem elevassemus à solo (lbid,)
  53. Jussit eum basilicam egredi. Ipse verò ad metatum discessit…(Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 245.)
  54. Transmittens librum canonum, in quo erat quaternio novus adnexus, habens canones quasi apostolicos, continentes haec : “Episcopus in homicidio, adulterio, et.perjurio deprehensus, à sacerdotio divellatur. » (Ibid.) - Adriani Valesii rerum francic. lib. X, pag. 94. — D. Tbeod. Ruinart. Praefat. ad. Greg. Turon, pag. 86.
  55. His ita lectis, cùm Praetextatus staret stupens, Berthechramnus episcopus ait : « Audi, ô frater et co-episcope, quia regis gratiam non habes, ideòque nec nostrâ caritate uti poteris, priusquàm regis indulgentiam merearis. (Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 245.)
  56. His ita gestis, petiit rex, ut aut tunica ejus scinderetur, aut centesimus octavus psalmus, qui ma ! edictiones Ischariotichas continet, super caput ejus recitaretur, (Ibid., pag. 246.)
  57. Aut certè judicium contra eum scriberetur, ne in perpetuum communicaret. Quibus conditionibus ego restiti, juxta promissum regis, ut nihil extra canones, gereretur. (Greg. Turon. Hist. lib.V, pag. 246.)
  58. Tunc Praetextatus à nostris raptus oculis, in custodiam positus est. De quâ, fugere tentans nocte, gravissimè caesus, in insulam maris, quod adjacet civitati Constantinae, in exsilium est detrusus. (Ibid.) -V. Dulaure, Hist. de Paris, tom, Ier. — V, l’Hist. de la conquête de l’Angleterre, liv. I et. II.
  59. Qui (Odo Judex) post martem regis ab ipsis (Francis) spoliatus ac denudatus est, ut nihil ei praeter quod super se auferre potuit remaneret. Domos enim ejus incendio subdiderunt ; abstulissent utique et ipsam vitam, ni cum reginâ ecclesiam expetisset. (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 299.) - Defuncto igitur Chilperico… Aurelianenses cum Blesensibus juncti super Dunenses inruunt, eosque inopinantes proterunt ; domos annonasque, vel quae movere facilè non poterant, incendioe tradunt ; pecora diripiunt. (Ibid.)
  60. Queni cives Rothomagenses post excessum regis de exsilio expetentes cum grandi laetitiâ et gaudio civitati suae restituerunt. (Ibid., pag. 299.)
  61. Greg. Turon. Hist, lib. VII, pag. 294. — Ibid., pag. 299. — Adriani Valesii rerum francic. lib. XII, pag. 214.
  62. Postquam autem Fredegundis regina ad supradictam villam (Rotoïalensem) abiit, cùm esset valdè moesta, quòd ei potestas ex parte fuisset ablata, meliorem se existimans Brunicbildem… (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 299.)
  63. ut cùm se subtiliter in ejus subderet famulatum…(Ibid.)
  64. Redire permissus est ad patronamu : reseransque quae acta fuerant, effatus quòd jussa patrare non potuisset, manuuom ac pedum abscissione multatur. (Greg. Turon. Hist. lib. VII, pag. 300.)
  65. Fredegundis duos cultros ferreos fieri praecepit : quos etiam caraxari profundiùs, et veneno infici jusserat, scilicet si mortalis adsultus vitales non dissolveret fibras, vel ipsa veneni infectio vitam posset velociùs extorquere. (Ibid. lib. VIII, pag. 324.)
  66. Quos cultros duobhus clericis cum his mandatis tradidit, dicens : « Accipite hos gladios, et quantociùs pergite ad Childebertem regem, adsimulantes vos esse mendicos… ut tandem Brunichildis, quae ab illo adrogantiam sumit, eo cadente conruat, mihique subdatur. Quòd si tanta est custodia circà puerum, ut accedere nequeatis, vel ipsam interimite inimicant… » (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 324.)
  67. Cùmque haec mulier loqueretur, clerici tremere coeperunt, difficile putantes haec jussa posse complere. At illa dubios cernens, medificatos potione direxit quò ire praecepit ; statimque robur animorum adcrevit… (Ibid.)
  68. Nihilominùs vasculum hâc potione repletum ipsos levare jubet, dicens : « In die illâ cùm haec que praecipio facitis, manè priusquàm opus incipiatis, hunc potum sumite… » (Ibid.)
  69. Dùm haec agerentur, et Fredegundis apud Rothomagensem urbem commorraretur…(Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 326.)
  70. Verba amaritudinis cum Praeextato pontifice habuit, dicens venturum esse tempus, quando exsilia in quibus detentus fuerat, reviseret. (Ibid.)
  71. Et ille : « Ego semper et in exsilio et extra exsilium episcopus fui, sum, et ero : nam tu non semper regali potentià perfrueris. Nos abh exsilio provehimur, tribuente Deo, in regnum ; tu verò ab hoc regno demergeris in abyssum… » (Ibid).
  72. Haec effatus, cùm verba illius mulier graviter acciperet, se à conspectu ejus felle fervens abstraxit. (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 326.)
  73. Ibique relinquentes eam (Fredegundem) cura Melantio episcopo, qui de Rothomago submotus fuerat. (Ibid. lib). VII, pag. 299. -Adriani Palesii rerum francic, lib. XIII, pag. 303.
  74. Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 331. — Adriani Valesii rerum francic. lib. XIII, pag. 303.
  75. Cùm sacerdos ad implenda ecclesiastica officia, ad ecclesiam maturiùs properasset, antiphonas juxta consuetudinem incipere per ordinem coepit. (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 326.)
  76. Cùmque inter psallendum formulae decumberet, crudelis adfuit homicida qui episcopum super formulam quiescentem, extracto balthei cultro, stil) ascellâ percutit. Ille verò vocem emittens, ut clerici qui aderant adjuvarent, nullius auxilio de tantis adstantihus est arjutus. (Ibid.)
  77. Ex quo lethali ictu erumpente cruore… propiùs ad atam accessit divinaque humiliter expetiit sacramenta. Factus igitur arae et mensae dominicae ex voto particeps. (Bollandi Acta Sanctor., tom. III, pag. 465.) - At ille plenas sanguine manus super altarium extendens, orationem fundens, et Deo gratias agens, in cubiculum suum inter manus fidelium deportatus (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pap. 326.) - V. Ducange, glossar., verbo Columba.
  78. Statimque Fredegundis cum Beppoleno duce et Ausovaldo adfuit, dicens : « Non oportuerat haec nobis ac reliqua plebi tuae, ô sancte sacerdos, ut ista tua cultui evenirent. Sed utinam indicaretur qui talia ausus est perpetrare, ut digna pro hoc scelere supplicia sustineret… »(Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 327.)
  79. Sciens autem eam sacerdos haec dolosè proferre, ait : « Et quis haec fecit, nisi is qui reges interemit, qui saepiùs sanguinem innocentera effudit ?… » (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 327.)
  80. Respondit mulier : « Sunt apud nos peritissimi medici, qui huic vulneri mederi possunt ; permitte ut accedant ad te. » (Ibid.)
  81. Et ille : « Jam, inquit, me Deus praecipit de hoc mundo vocari. Nam tu quae his sceleribus princeps inventa es, cris maledicta in saeculo, et erit Deus ultor sanguinis mei de capite tuo… » (Ibid.)
  82. Magnus tunce omnes Rothomagenses cives, et praesertim seniores loci illius Francos, moeror obsedit. (Ibid.).
  83. Ex quibus unus senior ad Fredegundem veniens, ait : « Multa enim mala in hoc saeculo perpetrasti, sed adhùc pejus non feceras, quàm ut sacerdotem Dei juberes interfici. Sit Deus ultor sanguinis innocentis velociter. Nam et omnes erimus inquisitores mali hujus, ut tibi dintiùs non liccat tàm crudelia exercere. (Ibid)
  84. Cùm autem haec dicens discederet à conspectu reginae, misit illa qui eum ad convivium provocaret. Quo renuente… (Ibid.)
  85. Rogat ut si convivio ejus uti non velit, saltèm vel poculum hauriat, ne jejunus à regali domo discedat. Quo expectante… (Ibid.)
  86. Accepto poculo, bibit absinthium cum vino et melle mixtum, ut mos barbarorum habet : sed hic potus veneno imbutus erat. Statim autem ut bibit, sensit pectori suo dolorem validum imminere : et quasi si incideretur intrinsecùs…(Ibid.)
  87. Exclamat suis, dicens : « Fugite, ô miseri, fugite malum hoc, ne mecum pariter perimamini. »- Illis quoque non bibentibus, sed festinantibus abire, ille protinùs excaecatus, ascensoque equo, in tertio ab hoc loco stadio cecidit, et mortuus est. (Ibid)
  88. Post haec Leudovaldus episcopus epistolas per omnes sacerdoces direxit, et accepto consilio, ecclesias rothomagenses clausit, ut in his populus solemnia divina non spectaret, donec indagatione communi reperiretur hujus auctor sceleris. (Ibid.)
  89. Sed et aliquos adprehendit, quibus supplicio subditis, veritatem extorsit, qualiter per consilium Fredegundis haec acta fuerant ; sed eâ defensante, ulcisci non potuit. (Ibid)
  90. Ferebant etiam ad ipsum percussores venisse, pro eo quòd haec inquirere sagaciter destinaret ; sed custodiâ vallato suorum, nihil ei nocere potuerunt. (Ibid.)
  91. In mallo, hoc est ante Tbeada, vel Tunginum, (Lex salica, apud script. Rerum francic., tom, IV, pag. 151.)
  92. Greg. Turon. Hist. lib. V, pag. 254.
  93. Itaque cùm haec ad Guntchramnum regem perlata fuissent, et crimen super mulierem jaceretur, misit tres episcopos ad filium, qui esse dicitur Chilperici… ut scilicet cum his qui parvulum nutriebant perquirerent hujus sceleris personam, et in conspectu ejus exhiberent. (Ibid. lib. VIII, pag. 327.)
  94. Quod cùm sacerdotes Iocuti fuissent, responderunt seniores : « Nobis prorsùs haec facta displicent, et magis ac magis ea cupimus ulcisci. Nam non potest fieri ut si quis inter nos culpabilis invenitur, in conspectum regis veslri deducatur… (Ibid)
  95. Tunc sacerdotes dixerunt : « Noveritis enim, quia si persona quae haec perpetravit in medio posita non fuerit, rex noster cum exercitu hùc veniens, omnem hanc regionem gladio incendioque vastabit ; quia manifestum est hanc interfuisse gladio episcopum, quae maleficiis Francum jussit interfici. (Ibid.)
  96. Et his dictis discesserum, nullum rationabile responsum accipientes ; obtestantes omninò ut nunquam in ecclesiâ illâ Mélantius, qui priùs in loco Praetextati subrogatus fuerat, sacerdotis fungeretur officio. (Ibid. pag. 328.)
  97. Fredegundis verò Melantium, quem priùs episcopum posuerat, ecclesiae instituit. (Ibid, pag. 331.)
  98. Illa quoque quò facilius detergeretur à crimine, adprehensum puerum caedi jussit vehementer, dicens : « Tu hoc blasphemium super me intulisti, ut Praetextatum episcopum gladio adpeteres.” Et tradidit eum nepoti ipsius sacerdotis, (Ibid, pag. 331) - Grégoire de Tours me semble s’être mépris sur les motifs de cette étrange action.
  99. Qui cùm enm in supplicio posuisset, omnem rem evidenter aperuit, dixitque : A reginâ enim Fredegunde centum solides accepi, ut hoc facerem ; à Melantio verò episcopo quinquaginta ; et ab archidiacono civitatis alios quinquaginta insuper et promissum habui ut ingenuus fierem, sicut et uxoer mea, (Ibid.)
  100. In hâc vote illius, evaginato homo ille gladio praedictum reum in frusta concidit. (Greg. Turon. Hist. lib. VIII, pag. 331.)
  101. Vid. Gregorii magni papae I. Epist. XXIX, apud script. rerum francic., tom. IV, pag, 29.