Numa Roumestan/IV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 57-73).

IV - UNE TANTE DU MIDI - SOUVENIRS D’ENFANCE



La maison Portal, qu’habite le grand homme d’Aps pendant ses séjours en Provence, compte parmi les curiosités de l’endroit. Elle figure au Guide Joanne avec le temple du Junon, les arènes, le vieux théâtre, la tour des Antonins, anciens vestiges de la domination romaine dont la ville est très fière et qu’elle époussette soigneusement. Mais du vieux logis provincial ce n’est pas la porte charretière, lourde, cintrée, bossuée d’énormes têtes de clous, ni les autres fenêtres hérissées de grilles en broussailles, de fers de lances emphatiques, qu’on fait admirer aux étrangers ; seulement le balcon du premier étage, un étroit balcon aux noires ferrures en encorbellement au-dessus du porche. De là Roumestan parle et se montre à la foule quand il arrive ; et toute la ville pourrait en témoigner, la rude poigne de l’orateur a suffi pour donner ces courbes capricieuses, ce renflement original au balcon jadis droit comme une règle.

« Té ! vé !… Il a pétri le fer, notre Numa ! »

Ils vous disent cela, les yeux hors de la tête, avec un roulement d’r – pétrrri le ferrr – qui ne permet pas l’ombre d’un doute.

La race est fière en terre d’Aps, et bonne enfant ; mais d’une vivacité d’impressions, d’une intempérance de langue dont la tante Portal, vrai type de la bourgeoisie locale, peut donner et résumer l’idée. Énorme, apoplectique, tout le sang afflué aux joues tombantes, lie de vin, en contraste avec une peau d’ancienne blonde, ce qu’on voit du cou très blanc, du front où de belles coques soignées, d’un argent mat, sortent d’un bonnet à rubans mauves, le corsage agrafé de travers, mais imposant tout de même, l’air majestueux, le sourire agréable, ainsi vous apparaît d’abord madame Portal dans le demi-jour de son salon toujours hermétiquement clos selon la mode du Midi ; vous diriez un portrait de famille, une vieille marquise de Mirabeau bien à sa place dans cet ancien logis bâti il y a cent ans par Gonzague Portal, conseiller maître au parlement d’Aix. On trouve encore en Provence de ces physionomies de maisons et de gens d’autrefois, comme si par ces hautes portes à trumeaux le siècle dernier venait de sortir laissant pris dans l’entre-bâillure un pan de sa robe à falbalas.

Mais en causant avec la tante, si vous avez le malheur de prétendre que les protestants valent les catholiques, ou qu’Henri V n’est pas près de monter sur le trône, le vieux portrait s’élance violemment de son cadre, et les veines du cou gonflées, ses mains irritées dérangeant à poignée la belle ordonnance de ses coques lisses, prend une effroyable colère mêlée d’injures, de menaces, de malédictions, une de ces colères célèbres dans la ville et dont on cite des traits bizarres. À une soirée chez elle, le domestique renverse un plateau chargé de verres ; tante Portal crie, se monte peu à peu, arrive à coups de reproches et de lamentations au délire violent où l’indignation ne trouve plus de mots pour s’exprimer. Alors s’étranglant avec ce qui lui reste à dire, ne pouvant frapper le maladroit serviteur qui s’est prudemment enfui, elle relève sa jupe de soie sur sa tête, s’y cache, y étouffe ses grognements et ses grimaces de fureur, sans souci de montrer aux invités ses dessous empesés et blancs de grosse dame.

Dans tout autre endroit du monde, on l’eût traité de folle ; mais en Aps, pays des têtes bouillantes, explosibles, on se contente de trouver que madame Portal « a le verbe haut ». C’est vrai qu’en traversant la place Cavalerie, par ces après-midi paisibles où le chant des cigales, quelques gammes de piano animent seuls le silence claustral de la ville, on entend, trahie par les auvents de l’antique demeure, d’étranges exclamations de la dame secouant et activant son monde « monstre… assassin…, bandit…, voleur d’effets de prêtres… je te coupe un bras… je t’arrache la peau du ventre. » Des portes battent, des rampes d’escalier tremblent sous les hautes voûtes sonores, blanchies à la chaux, des fenêtres s’ouvrent avec fracas comme pour laisser passer les lambeaux arrachés des malheureux domestiques qui n’en continuent pas moins leur service, accoutumés à ces orages et sachant bien que se sont là de simples façons de parler.

En fin de compte une excellente personne, passionnée, généreuse, avec ce besoin de plaire, de se donner, de se mettre en quatre, qui est un des côtés de la race et dont Numa avait éprouvé les bons effets. Depuis sa nomination de député, la maison de la place Cavalerie était à lui, sa tante se réservant uniquement le droit de l’habiter jusqu’à sa mort. Et quelle fête pour elle que l’arrivée de ses Parisiens, le train des aubades, des sérénades, des réceptions, des visites, dont la présence du grand homme remplissait sa vie solitaire, avide d’exubérance. Puis elle adorait sa nièce Rosalie de tout le contraste de leurs deux natures, de tout le respect que lui imposait la fille du président Le Quesnoy, le premier magistrat de France.

Et vraiment il fallait à la jeune femme une indulgence singulière, ce culte de la famille qu’elle tenait de ses parents, pour supporter pendant deux grands mois les fantaisies, les surprises fatigantes de cette imagination en désordre, toujours surexcitée, aussi mobile que ce gros corps était paresseux. Assise dans le vestibule frais comme une cour mauresque, où se concentrait une odeur de moisi de renfermé, Rosalie, une broderie aux doigts, en Parisienne qui ne sait pas rester inactive, écoutait, des heures durant, les confidences surprenantes de la grosse dame plongée dans un fauteuil en face d’elle, les bras ballants, les mains vides pour mieux gesticuler, ressassant à en perdre haleine la chronique de la ville entière, ses histoires avec ses bonnes, son cocher, dont elle faisait selon l’heure et son caprice des perfections ou des monstres, se passionnant toujours pour ou contre quelqu’un, et, à court de griefs, accablant son antipathie du jour des accusations les plus effroyables, les plus romanesques, d’inventions noires ou sanglantes, dont sa tête était farcie comme les Annales de la propagation de la Foi. Heureusement Rosalie, en vivant près de son Numa, avait pris l’habitude de ces frénésies de paroles. Cela passait bien au-dessous de sa songerie. À peine se demandait-elle comment, si réservée, si discrète, elle avait pu entrer dans une pareille famille de comédiens, drapés de phrases, débordant de gestes ; et il fallait que l’histoire fût bien forte pour qu’elle l’arrêtât d’un « oh ! ma tante… » distraitement jeté.

— Au fait, vous avez raison, ma petite. J’exagère peut-être un peu.

Mais l’imagination tumultueuse de la tante se remettait vite à courir sur une piste aussi folle, avec une mimique expressive, tragique ou burlesque, qui plaquait tour à tour à sa large face les deux masques du théâtre antique. Elle ne se calmait que pour raconter son unique voyage à Paris et les merveilles du passage du « Somon » où elle était descendue dans un petit hôtel adopté par tous les commerçants du pays, et ne prenant air que sous l’étouffant vitrage chauffé en melonnière. Dans toutes les histoires parisiennes de la dame, ce passage apparaissait comme son centre d’évolution, l’endroit élégant, mondain par excellence.

Ces conversations fastidieuses et vides avaient pour les pimenter, le français le plus amusant, le plus bizarre, dans lequel des poncifs, des fleurs sèches de vieilles rhétoriques se mêlaient à d’étranges provençalismes, madame Portal détestant la langue du cru, ce patois admirable de couleur et de sonorité qui vibre comme un écho latin par-dessus la mer bleue et que parlent seuls là-bas le peuple et les paysans. Elle était de cette bourgeoisie provençale qui traduit « Pécaïré » par « Péchère » et s’imagine parler plus correctement. Quand le cocher Ménicle (Dominique) venait dire, à la bonne franquette : « Voù baia de civado au chivaou…[1] », on prenait un air majestueux pour lui répondre : « Je ne comprends pas… parlez français, mon ami. » Alors Ménicle, sur un ton d’écolier : « Je vais bayer dé civade au chivau… – C’est bien… Maintenant j’ai compris. » Et l’autre s’en allait convaincu qu’il avait parlé français. Il est vrai que, passé Valence, le peuple du Midi ne connaît guère que ce français-là.

En outre, tante Portal accrochait tous les mots, non au gré de sa fantaisie, mais selon les us d’une grammaire locale, prononçait déligence pour diligence, achéter, anédote, un régitre. Une taie d’oreiller s’appelait pour elle une coussinière, une ombrelle était une ombrette, la chaufferette qu’elle tenait sous ses pieds en toute saison, une banquette. Elle ne pleurait pas, elle tombait des larmes ; et, quoique très enlourdie, ne mettait pas plus de demi-heure pour faire son tour de ville. Le tout agrémenté de ces menues apostrophes sans signification précise dont les Provençaux sèment leurs discours, de ces copeaux qu’ils mettent entre les phrases pour en atténuer, exalter ou soutenir l’accent multiple : « Aie, ouie, avai, açavai, au moins, pas moins, différemment, allons !… »

Ce mépris de la dame du Midi pour l’idiome de sa province s’étend aux usages, aux traditions locales, jusqu’aux costumes. De même que tante Portal ne voulait pas que son cocher parlât provençal, elle n’aurait pas souffert chez elle une servante avec le ruban, le fichu arlésiens. « Ma maison n’est pas un mas, ni une filature, » se disait-elle. Elle ne leur permettait pas davantage de « portait chapo… » Le chapeau, en Aps, c’est le signe distinctif, hiérarchique, d’une ascendance bourgeoise ; lui seul donne le titre de madame qu’on refuse aux personnes du commun. Il faut voir de quel air supérieur la femme d’un capitaine en retraite ou d’un employé de la mairie à huit cents francs par an, qui fait son marché elle-même, parle du haut d’une gigantesque capote à quelque richissime fermière de Crau, la tête serrée sous sa cambrésine garnie de vraies dentelles antiques. Dans la maison Portal, les dames portaient chapeau depuis plus d’un siècle. Cela rendait la tante très dédaigneuse au pauvre monde et valut une terrible scène à Roumestan quelques jours après la fête des Arènes.

C’était un vendredi matin, pendant le déjeuner. Un déjeuner du Midi, frais et gai à l’œil, rigoureusement maigre, – car tante Portal était à cheval sur ses commandements, – faisant alterner sur la nappe les gros poivrons verts et les figues sanglantes, les amandes et les pastèques ouvertes en gigantesques magnolias roses, les tourtes aux anchois, et ces petits pains de pâte blanche comme on n’en trouve que là-bas, tous plats légers, entre les alcarazas d’eau fraîche et les fiasques de vin doux, tandis qu’au dehors cigales et rayons vibraient et qu’une barre blonde glissait par un entrebâillement dans l’immense salle à manger sonore et voûtée comme un réfectoire de couvent.

Au milieu de la table, deux belles côtelettes pour Numa fumaient sur un réchaud. Bien que son nom fût béni dans les congrégations, mêlé à toutes les prières, ou peut-être à cause de cela même, le grand homme d’Aps avait une dispense de Monseigneur et faisait gras, seul de la famille, découpant de ses mains robustes la chair saignante avec sérénité, sans s’inquiéter de sa femme et de sa belle-sœur, qui s’abreuvaient, comme tante Portal, de figues et de melons d’eau. Rosalie s’y était habituée ; ce maigre orthodoxe de deux jours par semaine faisait partie de sa corvée annuelle, comme le soleil, la poussière, le mistral, les moustiques, les histoires de la tante et les offices du dimanche à Sainte-Perpétue. Mais Hortense commençait à se révolter de toutes les forces de son jeune estomac ; et il fallait l’autorité de la grande sœur pour lui fermer la bouche sur ces saillies d’enfant gâtée qui bouleversaient toutes les idées de madame Portal à l’endroit de l’éducation, de la bonne tenue des demoiselles. La jeune fille se contentait de manger ces broutilles en roulant des yeux comiques, la narine éperdument ouverte vers la côtelette de Roumestan, et murmurant tout bas, rien que pour Rosalie :

— Comme ça tombe !… Justement j’ai monté à cheval ce matin… J’ai une faim de grande route.

Elle gardait encore son amazone qui allait bien à sa taille longue, souple, comme le petit col garçon à sa figure mutine, irrégulière, tout animée de la course au grand air. Et sa promenade du matin l’ayant mise en goût :

— À propos, Numa… Et Valmajour, quand irons-nous le voir ?

— Qui ça, Valmajour ? fit Roumestan, dont la cervelle fuyante avait déjà perdu le souvenir du tambourinaire… Té, c’est vrai, Valmajour… Je n’y pensais plus… Quel artiste !

Il se montait, revoyait les arceaux des arènes virant et farandolant au rythme sourd du tambourin qui l’agitait de mémoire, lui bourdonnait au creux de l’estomac. Et, subitement décidé :

— Tante Portal, prêtez-nous donc la berline…Nous allons partir après déjeuner.

Le sourcil de la tante se fronça sur deux gros yeux flambant comme ceux d’une idole japonaise.

— La berline… Avaï !… Et pourquoi faire ?… Au moins, tu ne vas pas mener tes dames chez ce joueur de tutu-panpan.

Ce « tutu-panpan » rendait si bien le double instrument, fifre et tambour, que Roumestan se mit à rire. Mais Hortense prit la défense du vieux tambourin provençal avec beaucoup de vivacité. De ce qu’elle avait vu dans le Midi, cela surtout l’avait impressionnée. D’ailleurs ce ne serait pas honnête de manquer de parole à ce brave garçon. « Un grand artiste, Numa…, vous l’avez dit vous-même ! »

— Oui, oui, vous avez raison, sœurette… Il faut y aller.

Tante Portal, suffoquée, ne comprenait pas qu’un homme comme son neveu, un député, se dérangeât pour des paysans, des ménagers, des gens qui, de père en fils, jouaient du flûtet dans les fêtes de village. Toute à son idée, elle avançait une lippe dédaigneuse, mimait les gestes du musicien, les doigts écartés sur un flûtet imaginaire, l’autre main tapant sur la table. Du joli monde à montrer à des demoiselles !… Non, il n’y avait que ce Numa… Chez les Valmajour, bonne sainte mère des anges !… Et s’exaltant, elle commençait à les charger de tous les crimes, à en faire une famille de monstres, historique et sanglante comme la famille Trestaillon, quand elle aperçut, de l’autre côté de la table, Ménicle, qui était du pays des Valmajour et l’écoutait, de face, tous les traits écarquillés d’étonnement. Aussitôt, d’une voix terrible, elle lui commanda de s’aller changer bien vite, et de tenir la berline prête pour deux heures manque un quart. Toutes les colères de la tante finissaient de la même façon.

Hortense jeta sa serviette et courut embrasser la grosse femme sur les deux joues. Elle riait, sautait de joie : « Dépêchons-nous, Rosalie… »

Tante Portal regarda sa nièce :

— Ah çà ! Rosalie, j’espère bien que vous n’allez pas courir les routes avec ces enfants ?

— Non, non, ma tante… je reste près de vous, répondit la jeune femme, tout en souriant de la physionomie de vieux parent que son infatigable obligeance, sa résignation aimable avait fini par lui donner dans la maison.

À l’heure dite, Ménicle était prêt ; mais on le laissait aller devant, rendez-vous pris sur la place des Arènes, et Roumestan partait à pied avec sa belle-sœur, curieuse et fière de voir Aps, au bras du grand homme, la maison où il était né, de reprendre par les rues avec lui les traces de sa petite enfance et de sa jeunesse.

C’était l’heure de la sieste. La ville dormait, déserte et silencieuse, bercée par le mistral, soufflant en grands coups d’éventails, aérant, vivifiant l’été chaud de Provence, mais rendant la marche difficile, surtout le long du cours où rien ne l’entravait, où il pouvait courir en tournant, encercler toute la petite cité avec des beuglements de taureau lâché. Serrée des deux mains au bras de son compagnon, Hortense s’en allait, la tête basse, éblouie et suffoquée, heureuse pourtant de se sentir entraînée, soulevée par ces rafales arrivant comme des vagues dont elles avaient les cris, les plaintes, l’éclaboussement poudreux. Parfois il fallait s’arrêter, se cramponner aux cordes tendues de loin en loin contre les remparts pour les jours de grand vent. De ces trombes où volaient des écorces et des graines de platane, de cette solitude le cours élargi prenait un air de détresse, encore tout souillé des débris du récent marché, cosses de melon, litières, mannes vides, comme si dans le Midi le mistral seul était chargé du balayage. Roumestan voulait rejoindre vite la voiture ; mais Hortense s’acharnait à la promenade, et haletante, déroutée par cette bourrasque qui enroulait trois fois autour de son chapeau son voile de gaze bleue, collait devant sa marche son costume court de voyageuse, elle disait :

— Comme c’est drôle, les natures… ! Rosalie, elle, déteste le vent. Elle dit que ça lui éparpille les idées, l’empêche de penser. Moi, le vent m’exalte, me grise…

— C’est comme moi… criait Numa, les yeux pleins d’eau, retenant son chapeau qui fuyait. Et tout à coup, à un tournant :

« Voilà ma rue… c’est ici que je suis né… »

Le vent tombait, ou plutôt se faisait moins sentir, soufflant encore au loin, comme on entend du fond du port aux eaux calmes les détonations de la mer sur les brisants. C’était dans une rue assez large, pavée de cailloux pointus, sans trottoir, une maisonnette obscure et grise entre un couvent d’Ursulines ombragé de grands platanes et un ancien hôtel d’apparence seigneuriale portant des armes incrustées et cette inscription : « Hôtel de Rochemaure. » En face, un monument très vieux, sans caractère, bordé de colonnes frustes, de torses de statues, de pierres tumulaires criblées de chiffres romains, s’intitulait « Académie » en lettres dédorées au-dessus d’un portail vert. C’est là que l’illustre orateur avait vu le jour le 15 juillet 1832 ; et l’on aurait pu faire plus d’un rapprochement de son talent étriqué, classique, de sa tradition catholique et légitimiste à cette maison de petit bourgeois besogneux flanquée d’un couvent, d’un hôtel seigneurial et regardant une académie de province.

Roumestan se sentait ému, comme chaque fois que la vie le mettait en face de sa personnalité. Depuis bien des années, trente ans peut-être, il n’était pas venu là. Il avait fallu la fantaisie de cette petite fille… L’immobilité des choses le frappait. Il reconnaissait aux murs la trace d’un arrêt de volet que de sa main d’enfant il faisait tourner chaque matin en passant. Alors les fûts de colonnes, les précieux tronçons de l’Académie jetaient aux mêmes places leurs ombres classiques ; les lauriers-roses de l’hôtel avaient cette même odeur amère, et il montrait à Hortense l’étroite fenêtre d’où la maman Roumestan lui faisait signe quand il revenait de l’école des frères : « Monte vite, le père est rentré. » Et le père n’aimait pas à attendre.

— Comment, Numa, c’est sérieux ?… vous avez été chez les frères ?

— Oui, sœurette, jusqu’à douze ans… à douze ans, tante Portal m’a mis à l’Assomption, le pensionnat le plus chic de la ville… mais ce sont les ignorantins qui m’ont appris à lire, là-bas, dans cette grande baraque aux volets jaunes.

Il se rappelait en frémissant le seau plein de saumure sous la chaire, dans lequel trempaient les férules pour rendre le cuir plus cinglant, l’immense classe carrelée où l’on récitait les leçons à genoux, où pour la moindre punition on se tramait, tendant et retirant la main, jusqu’au frère droit et rigide dans sa rugueuse soutane noire relevée sous les bras par l’effort du coup, frère Boute-à-cuire, comme on l’appelait, parce qu’il s’occupait aussi de la cuisine, et le « han ! » du cher frère, et la brûlure au bout des petits doigts pleins d’encre, que la douleur poignait d’un fourmillement de piqûres. Et comme Hortense s’indignait de la brutalité de ces punitions, Roumestan en racontait d’autres plus féroces ; quand il fallait par exemple balayer à coup de langue le carreau fraîchement arrosé, sa poussière devenue boue et souillant, mettant à vif le palais tendre des coupables.

— Mais c’est affreux… Et vous défendez ces gens-là !… Vous parlez pour eux à la Chambre !

— Ah ! mon enfant… ça, c’est la politique… fit Roumestan sans se troubler.

Tout en causant, ils suivaient un dédale de ruelles obscures, orientales, où de vieilles femmes dormaient sur la pierre de leur porte, d’autres rues moins sombres, mais traversées dans leur largeur par le claquement de grandes bandes de calicot imprimé, balançant des enseignes : Mercerie, draperie, chaussures ; ils arrivaient ainsi à ce qu’on appelle à Aps la placette, un carré d’asphalte en liquéfaction sous le soleil, entouré de magasins clos à cette heure et muets, au bord desquels, dans l’ombre courte des murs, des décrotteurs ronflaient, la tête sur leur boîte à cirer, les membres répandus comme des noyés, épaves de la tempête qui secouait la ville. Un monument inachevé décorait le milieu de la placette. Hortense voulant savoir ce qu’attendait ce marbre blanc et veuf, Roumestan sourit un peu gêné :

« Toute une histoire ! » dit-il en hâtant le pas.

La municipalité d’Aps lui avait voté une statue, mais les libéraux de l’Avant-garde ayant blâmé très fort cette apothéose d’un vivant, ses amis n’avaient osé passer outre. La statue était toute prête, on attendait sa mort probablement pour la poser. Certes il est glorieux de penser que vos funérailles auront un lendemain civique, que l’on ne sera tombé que pour se relever en marbre ou en bronze ; mais ce socle vide, éblouissant sous le soleil, faisait à Roumestan, chaque fois qu’il passait là, l’effet d’un majestueux tombeau de famille, et il fallut la vue des Arènes pour le tirer de ses idées funèbres. Le vieil amphithéâtre dépouillé de l’animation bruyante du dimanche, rendu à sa solennité de ruine inutile et grandiose, montrait à travers les grilles serrées ses larges corridors humides et froids, où le sol s’abaissait par endroits, où les pierres se descellaient sous le pas des siècles.

« Comme c’est triste ! » disait Hortense, regrettant le tambourin de Valmajour ; mais ce n’était pas triste pour Numa. Son enfance avait vécu là ses meilleures heures tout en joies et en désirs. Oh ! les dimanches de courses de taureaux, la flânerie autour des grilles avec d’autres enfants pauvres comme lui, n’ayant pas les dix sous pour prendre un billet. Dans le soleil ardent de l’après-midi, le mirage du plaisir défendu, ils regardaient le peu que leur laissaient voir les lourdes murailles, un coin de cirque, les jambes chaussées de bas éclatants des toreros, les sabots furieux de la bête, la poussière du combat s’envolant avec les cris, les rires, les bravos, les beuglements, le grondement du monument plein. L’envie d’entrer était trop forte. Alors les plus hardis guettaient le moment où la sentinelle s’éloignait ; et l’on se glissait avec un petit effort entre deux barreaux.

« Moi, je passais toujours, » disait Roumestan épanoui. Toute l’histoire de la vie se résumait bien dans ces deux mots : soit chance ou adresse, si étroite que fût la grille, le Méridional avait toujours passé.

« C’est égal, ajouta-t-il en soupirant, j’étais plus mince qu’aujourd’hui. » Et son regard allait, avec une expression de regret comique, du grillage serré des arcades au large gilet blanc où ses quarante ans sonnés bedonnaient ferme.

Derrière l’énorme monument, la berline attendait abritée du vent et du soleil. Il fallut réveiller Ménicle endormi sur son siège, entre deux paniers de provisions, dans sa lourde lévite bleu de roi.

Mais, avant de monter, Roumestan montra de loin à sa belle-sœur une ancienne auberge, Au Petit Saint Jean, messageries et roulages, dont la maçonnerie blanche, les hangars large ouverts tenaient tout un coin de la place des Arènes, encombrée de pataches dételées et poudreuses, de charrettes rurales basculées, les brancards en l’air, sous leurs bâches grises :

— Regardez ça, sœurette, dit-il avec émotion… C’est là que je me suis embarqué pour Paris, il y a vingt et un ans… Nous n’avions pas le chemin de fer alors. On prenait la diligence jusqu’à Montélimar, puis le Rhône… Dieu ! que j’étais content et que votre grand Paris m’épouvantait… C’était le soir, je me rappelle…

Il parlait vite, sans ordre, les souvenirs se pressant à mesure.

— … Le soir, dix heures, en novembre… Une lune si claire… Le conducteur s’appelait Fouque, un personnage ! … Pendant qu’il attelait, nous nous promenions de long en large avec Bompard… Bompard, vous savez bien… Nous étions déjà grands amis. Il était, du moins s’imaginait être élève en pharmacie, et comptait venir me rejoindre… Nous faisions des projets, des rêves de vie ensemble, à s’aider pour arriver plus tôt… En attendant, il m’encourageait, me donnait des conseils, étant plus âgé… Toute ma peur, c’était d’être ridicule… Tante Portal m’avait fait faire pour la route un grand manteau, ce qu’on appelait un raglan… J’en doutais un peu de mon raglan de tante Portal… Alors Bompard me faisait marcher devant lui… Té ! je vois encore mon ombre à côté de moi… Et, gravement, avec cet air qu’il a, il me disait : « Tu peux aller, mon bon, tu n’es pas ridicule… » Ah ! jeunesse, jeunesse…

Hortense, qui maintenant craignait de ne plus sortir de cette ville où le grand homme trouvait sous chaque pierre un retard éloquent, le poussait doucement vers la berline :

— Si nous montions, Numa… Nous causerions aussi bien en route…


  1. Je vais donner de l’avoine au cheval.