Numa Roumestan/XIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 239-255).

XIV - LES VICTIMES


Un matin. Dix heures. L’antichambre du ministre de l’instruction publique, long couloir, mal éclairé, à tentures sombres et lambris de chêne, s’encombre d’une foule de solliciteurs, assis ou piétinants, plus nombreux de minute en minute, chaque nouveau venu donnant sa carte au solennel huissier à chaîne qui la prend, l’inspecte, et religieusement la pose, sans un mot, à côté de lui, sur le buvard de la petite table où il écrit dans le jour blême de la croisée toute ruisselante d’une fine pluie d’octobre.

Un des derniers arrivants a pourtant l’honneur d’émouvoir cette auguste impassibilité. C’est un gros homme hâlé, brûlé, goudronné, avec deux petites ancres d’argent en boucles d’oreilles, et une voix de phoque enroué comme il en râle, dans la claire vapeur matinale des ports provençaux.

— Dites-y que c’est Cabantous le pilote… Il sait ce que c’est… Il m’attend.

— Vous n’êtes pas le seul, répond l’huissier, qui sourit discrètement de sa plaisanterie.

Cabantous n’en sent pas la finesse ; mais il rit de confiance, la bouche fendue jusqu’aux ancres, et tanguant des épaules, à travers la foule qui s’écarte de son parapluie trempé, il va prendre place sur une banquette à côté d’un autre patient presque aussi tanné que lui.

Té ! vé… C’est Cabantous… Hé ! adieu…

Le pilote s’excuse, il ne remet pas la personne.

— Valmajour, savez bien…, on s’est connu là-bas, aux arènes.

— C’est tron de Dieu ! vrai… , mon homme, tu peux dire que Paris t’a changé…

Le tambourinaire est maintenant un monsieur aux cheveux noirs très longs, rejetés derrière l’oreille, à l’artiste, ce qui avec son teint bistré, sa moustache bleuâtre qu’il effile continuellement, le fait ressembler à un Tzigane de la Foire aux pains d’épice. Là-dessus, une crête toujours levée de coq de village, une vanité de beau garçon et de musicien où se trahit et déborde l’exagération de son midi d’apparence tranquille et peu bavarde. L’insuccès de l’Opéra ne l’a pas refroidi. Comme tous les acteurs en pareil cas, il l’attribue à la cabale ; et pour sa sœur et lui, ce mot prend des proportions barbares, extraordinaires, une orthographe de sanscrit, la kkabbale, un animal mystérieux qui tient du serpent à sonnettes et du cheval de l’Apocalypse. Et il raconte à Cabantous qu’il débute dans quelques jours à un grand café-concert du Boulevard, « un eskating, allons ! » où il doit figurer dans des tableaux vivants, à deux cents francs par soir.

— Deux cents francs par soir.

Le pilote roule des yeux…

— Et en plus, ma biographille qu’on criera dans les rues et mon portrait de sa grandeur nature sur tous les murs de Paris, avé le costume de troubadour de l’ancien temps que je mettrai le soir pour faire ma musique.

C’est cela surtout qui le flatte, le costume. Quel dommage qu’il n’ait pas pu mettre sa casquette à créneaux et ses souliers à la poulaine, pour venir montrer au ministre l’engagement superbe, sur du bon papier cette fois, que l’on a signé sans lui. Cabantous regarde la feuille timbrée, noircie sur ses deux faces, et soupire :

— Tu es bien heureux… Moi, voilà plus d’un an que j’espère après ma médaille… Numa m’avait dit d’y envoyer mes papiers, j’y ai envoyé mes papiers… Puis j’ai plus entendu parler de la médaille, ni des papiers, ni de rien du tout… J’ai écrit à la marine, ils connaissent pas, à la marine… J’ai écrit au ministre, le ministre m’a pas répondu… Et le plus foutant, c’est qu’à présent, sans mes papiers, quand j’ai une discussion avec les capitaines marins pour le pilotage, les prud’hommes ils veulent pas écouter mes raisons. Alors, voyant ça, j’ai mis la barque à la calanque, et je me suis pensé : allons voir Numa.

Il en pleurerait presque, le malheureux pilote.

Valmajour le console, le rassure, promet de parler au ministre pour lui, ceci d’un ton assuré, le doigt à la moustache, comme un homme à qui l’on n’a rien à refuser. Du reste, cette attitude hautaine ne lui est pas particulière. Tous ces gens qui attendent une audience, vieux prêtres aux façons béates, en mantelet de visite, professeurs méthodiques et autoritaires, peintres gommeux, coiffés à la russe, épais sculpteurs aux doigts en spatule, ont ce même maintien triomphant. Amis particuliers du ministre, sûrs de leur affaire, tous en arrivant ont dit à l’huissier :

— Il m’attend.

Tous ont la conviction que si Roumestan les savait là ! C’est ce qui donne à cette antichambre de l’instruction publique une physionomie très spéciale, sans rien de ces pâleurs de fièvres, de ces tremblantes anxiétés qu’on trouve dans les salles d’attente ministérielles.

— Avec qui est-il donc ? demande tout haut Valmajour s’approchant de la petite table.

— Le directeur de l’Opéra.

— Cadaillac… va bien, je sais… C’est pour mon affaire…

Après l’insuccès du tambourinaire à son théâtre, Cadaillac s’est refusé à le faire entendre de nouveau. Valmajour voulait plaider ; mais le ministre, qui craint les avocats et les petits journaux, a fait prier le musicien de retirer son assignation, lui garantissant une forte indemnité. C’est cette indemnité qu’on discute sans doute en ce moment, et non sans quelque animation, car le coup de clairon de Numa franchit à tout instant la double porte du cabinet qui s’ouvre enfin brutalement.

— Ce n’est pas ma protégée, c’est la vôtre.

Le gros Cadaillac sort sur ce mot, traverse l’antichambre à pas furieux, se croisant avec l’huissier qui s’avance entre deux haies de recommandations :

— Vous n’avez qu’à donner mon nom.

— Qu’il sache seulement que je suis là.

— Dites-y que c’est Cabantous.

L’autre n’écoute personne, marche, très grave, quelques cartes de visite à la main, et, derrière lui, la porte qu’il laisse entr’ouverte montre le cabinet ministériel, plein du jour de ses trois fenêtres sur le jardin, tout un panneau couvert par le manteau doublé d’hermine de M. de Fontanes peint en pied.

Avec un peu d’étonnement sur sa figure cadavérique, l’huissier revient et appelle :

— Monsieur Valmajour.

Le musicien n’est pas étonné, lui, de passer ainsi avant tous les autres.

Depuis le matin il a son portrait affiché sur les murs de Paris. C’est un personnage à présent, et le ministre ne le ferait plus languir dans les courants d’air d’une gare. Fat, souriant, le voilà planté au milieu du somptueux cabinet où des secrétaires sont en train de mettre à bas cartons et tiroirs dans une recherche effarée. Roumestan, furieux, tonne, gronde, les mains dans ses poches :

« Mais enfin, ces papiers, qué diable !… On les a donc perdus, les papiers de ce pilote… Vraiment, messieurs, il y a ici un désordre… »

Il aperçoit Valmajour. « Ah ! c’est vous… » et il saute dessus d’un bond, pendant que par les portes latérales des dos de secrétaires se sauvent épouvantés, emportant des piles de cartons.

« Ah çà, est-ce que vous n’allez pas finir de me persécuter avec votre musique de chien ?… Vous n’avez pas assez d’un four ? Combien vous en faut-il ?… Maintenant vous voilà, me dit-on, sur les murs en costume mi-parti… Et qu’est-ce que c’est que cette blague qu’on vient de m’apporter ?… Ça votre biographie !… Un tissu d’inepties et de mensonges… Vous savez bien que vous n’êtes pas plus prince que moi, que ces parchemins dont on parle n’ont jamais existé que dans votre imagination. »

D’un geste discuteur et brutal il tenait le malheureux par le milieu de sa jaquette, à poignée pleine, et le secouait tout en parlant. D’abord ce skating n’avait pas le sou. Des puffistes. On ne le paierait pas, il en serait pour la honte de ce sale coloriage sur son nom, celui de son protecteur. Les journaux allaient recommencer leurs plaisanteries, Roumestan et Valmajour, le galoubet du ministère… Et se montant au souvenir de ces injures, ses larges joues remuées d’une colère de famille, un accès de la tante Portal, plus effrayant dans le milieu solennel et administratif où les personnalités doivent disparaître devant les situations, il lui criait de toutes ses forces :

« Mais allez-vous-en donc, misérable, allez-vous-en !… On ne veut plus de vous, on en a assez de votre galoubet. »

Valmajour, hébété, se laissait faire, bégayant « Va bien… va bien… » implorant la figure apitoyée de Méjean, le seul que la colère du maître n’eût pas mis en fuite, et le grand portrait de Fontanes qui semblait scandalisé de violences pareilles, accentuant son air ministre à mesure que Roumestan le perdait davantage. Enfin, lâché par le poignet robuste qui l’étreignait, le musicien put gagner la porte, s’enfuir éperdu, lui et ses billets de skating.

« Cabantous pilote !… dit Numa lisant le nom que lui présentait l’huissier impassible… Encore un Valmajour !… Ah ! mais non… J’en ai assez d’être leur dupe… Fini pour aujourd’hui… Je n’y suis plus… »

Il continuait à arpenter son cabinet, dissipant ce qui lui restait de cette grande colère dont Valmajour avait injustement porté tout le choc. Ce Cadaillac, quelle impudence ! Venir lui reprocher la petite, chez lui, en plein ministère, devant Méjean, devant Rochemaure !

« Ah ! décidément je suis trop faible… La nomination de cet homme à l’Opéra est une lourde faute. »

Son chef de cabinet partageait cet avis, mais il se serait bien gardé de le dire ; car Numa n’était plus le bon enfant d’autrefois, qui riait le premier de ses emballements, acceptait les railleries et les remontrances. Devenu le chef effectif du cabinet, grâce au discours de Chambéry et à quelques autres prouesses oratoires, l’ivresse des hauteurs, cette atmosphère de roi où les plus fortes têtes chavirent, l’avait changé, rendu nerveux, volontaire, irritable.

Une porte sous tenture s’ouvrit, madame Roumestan parut, prête à sortir, élégamment coiffée, un ample manteau dissimulant sa taille. Et de cet air de sérénité qui, depuis cinq mois, éclairait son joli, visage : « Est-ce que tu as conseil aujourd’hui ?… Bonjour, monsieur Méjean.

— Mais oui… Conseil… séance… Tout !

— Moi qui voulais te demander de venir jusque chez maman… J’y déjeune… Hortense aurait été si contente.

— Tu vois, ce n’est pas possible. »

Il regarda sa montre :

— Je dois être à Versailles à midi.

— Alors je t’attends, je te conduirai à la gare.

Il hésita une seconde, rien qu’une seconde.

— Bien… Je signe ceci, et nous partons.

Pendant qu’il écrivait, Rosalie donnait tout bas à Méjean des nouvelles de sa sœur. Le retour de l’hiver l’impressionnait, on lui défendait de sortir. Pourquoi n’allait-il pas la voir ? Elle avait besoin de tous ses amis. Méjean eut un geste de tristesse découragée : « Oh ! moi…

— Mais si… mais si… Tout n’est pas dit pour vous. Ce n’est qu’un caprice ; je suis sûre qu’il ne tiendra pas. »

Elle voyait les choses en beau et voulait tout son monde heureux comme elle. Oh ! si heureuse et d’un bonheur si complet qu’elle mettait une discrète superstition à n’en jamais convenir. Roumestan, lui, contait partout son aventure, aux indifférents comme aux intimes, avec une fierté comique : « Nous l’appellerons l’enfant du ministère ! » et il riait aux larmes de son mot.

Vraiment, pour qui connaissait son existence au dehors, le ménage en ville impudemment installé avec réceptions et table ouverte, ce mari si empressé, si tendre, qui parlait les larmes aux yeux de sa paternité future, paraissait indéfinissable, paisible dans son mensonge, sincère dans ses effusions, déroutant les jugements de qui ne savait pas les dangereuses complications des natures méridionales.

— Je te conduis, décidément… dit-il à sa femme, en montant en voiture.

— Mais si l’on t’attend… ?

— Ah ! tant pis… on m’attendra… Nous serons plus longtemps ensemble.

Il prit le bras de Rosalie sous le sien, et se serrant contre elle comme un enfant :

, vois-tu, il n’y a que là que je suis bien… Ta douceur m’apaise, ton sang-froid me réconforte… Ce Cadaillac m’a mis dans un état… Un homme sans conscience, sans moralité…

— Tu ne le connaissais donc pas ?

— Il mène ce théâtre, c’est une honte !…

— C’est vrai que l’engagement de cette demoiselle Bachellery… Pourquoi l’as-tu laissé faire ? Une fille qui a tout faux, sa jeunesse, sa voix, jusqu’à ses cils.

Numa se sentait rougir. C’était lui maintenant qui les attachait, du bout de ses gros doigts, les cils de la petite. La maman lui avait appris.

— À qui appartient-elle donc cette rien du tout ?… Le Messager parlait l’autre jour de hautes influences, de protection mystérieuse…

— Je ne sais pas… À Cadaillac sans doute.

Il se détournait pour cacher son embarras, et se rejeta tout à coup en arrière, épouvanté.

— Quoi donc ? demanda Rosalie, regardant aussi par la portière.

L’affiche du skating, immense, de tons criards, qui ressortaient sous le ciel pluvieux et grisâtre, répétait à chaque angle de rue, à chaque place libre sur un mur nu ou des planches de clôture, un troubadour gigantesque, entouré de tableaux vivants en bordure, en tache jaune, verte, bleue, avec l’ocre d’un tambourin jeté en travers. La longue palissade, qui ferme les constructions de l’Hôtel de Ville devant lesquelles leur voiture passait à l’instant, était couverte de cette réclame grossière, éclatante, qui stupéfiait même la badauderie parisienne.

— Mon bourreau ! fit Roumestan avec une désolation comique.

Et Rosalie doucement grondeuse :

— Non… ta victime… Et si c’était la seule ! Mais une autre a pris feu à ton enthousiasme…

— Qui donc ça ?

— Hortense.

Elle lui raconta alors ce dont elle était enfin certaine, malgré les mystères de la jeune fille, son amour pour ce paysan, ce qu’elle avait cru d’abord une fantaisie et qui l’inquiétait maintenant comme une aberration morale de sa sœur.

Le ministre s’indignait.

— Est-ce que c’est possible ?… Ce rustre, ce Jeannot !…

— Elle le voit avec son imagination, et surtout à travers tes légendes, tes inventions qu’elle n’a pas su mettre au point. Voilà pourquoi cette réclame, ce grotesque coloriage qui t’irrite me remplit de joie au contraire. Je pense que son héros va lui paraître si ridicule qu’elle n’osera plus l’aimer. Sans cela, je ne sais de que nous deviendrions. Vois-tu le désespoir de mon père… te vois-tu, toi, beau-frère de Valmajour… Ah ! Numa, Numa… pauvre faiseur de dupes involontaire…

Il ne se défendait pas, s’irritant contre lui-même, contre son « sacré midi » qu’il ne savait pas dompter.

— Tiens, tu devrais rester toujours comme te voilà, tout contre moi, mon cher conseil, ma sainte protection. Il n’y a que toi de bonne, d’indulgente, et qui me comprenne et qui m’aime.

Il tenait sa petite main gantée sous ses lèvres, et parlait avec tant de conviction que des larmes, de vraies larmes lui rougissaient les paupières. Puis, réchauffé, détendu par cette effusion, il se sentit mieux et lorsque, arrivés place Royale il eut aidé sa femme à descendre avec mille précautions tendres, ce fut d’un ton joyeux, libre de tout remords, qu’il jeta à son cocher : « rue de Londres… vite ! »

Rosalie, lente dans sa démarche, entendit vaguement cette adresse et cela lui fit de la peine. Non qu’elle eût le moindre soupçon mais il venait de lui dire qu’il allait gare Saint-Lazare. Pourquoi ses actes ne répondaient-ils jamais à ses paroles ?…

Une autre inquiétude l’attendait dans la chambre de sa sœur, où elle sentit en entrant l’arrêt d’une discussion entre Hortense et Audiberte, qui gardait sa figure de tempête, le ruban frémissant sur ses cheveux de furie. La présence de Rosalie la retenait, c’était visible aux lèvres, aux sourcils serrés méchamment ; pourtant la jeune femme, s’informant de ses nouvelles, elle fut bien forcée de lui répondre, et parla alors fiévreusement de l’eskating, des belles conditions qu’on leur faisait, puis, s’étonnant de son calme, demanda presque insolente :

— Est-ce que Madame ne viendra pas entendre mon frère ?… C’est quelque chose qui en vaut la peine, au moins, rien que pour le voir dans ses habillements !

Décrit par elle, en son dictionnaire paysan, des crevés de la toque à la pointe courbe des souliers, ce costume ridicule mit au supplice la pauvre Hortense qui n’osait plus lever les yeux sur sa sœur. Rosalie s’excusa ; l’état de sa santé ne lui permettait pas le théâtre. En outre, il y avait à Paris certains endroits de plaisir où toutes les femmes ne pouvaient aller. La paysanne l’arrêta aux premiers mots.

« Pardon… Moi, j’y vais bien et je pense que j’en vaux une autre… je n’ai jamais fait le mal, moi ; j’ai toujours rempli mes devoirs de réligion. »

Elle élevait la voix, sans rien de sa timidité ancienne, comme si elle eût acquis des droits dans la maison. Mais Rosalie était bien trop bonne, trop au-dessus de cette pauvre ignorante, pour l’humilier surtout en songeant aux responsabilités de Numa. Alors, avec tout l’esprit de son cœur, toute sa délicatesse, de ces mots de vérité qui guérissent en brûlant un peu, elle essaya de lui faire comprendre que son frère n’avait pas réussi, qu’il ne réussirait jamais dans ce Paris implacable, et que plutôt que de s’acharner à une lutte humiliante, descendue dans les bas-fonds artistiques, ils feraient bien mieux de retourner au pays, de racheter leur maison, toutes choses dont on leur fournirait les moyens, et d’oublier dans leur vie laborieuse, en pleine nature, les déboires de cette malheureuse expédition.

La paysanne la laissa aller jusqu’au bout, sans une fois l’interrompre, dardant seulement sur Hortense l’ironie de ses yeux mauvais comme pour l’exciter à la réplique. Enfin, voyant que la jeune fille ne voulait rien dire encore, elle déclara froidement qu’ils ne s’en iraient pas, que son frère avait à Paris des engagements de toute sorte… de toute sorte… auxquels il lui était impossible de manquer. Là-dessus elle jeta sur son bras la lourde mante humide, restée au dos d’une chaise, fit une révérence hypocrite à Rosalie : « Bien le bonjour, madame… Et merci, au moins. » Et s’éloigna suivie d’Hortense.

Dans l’antichambre, baissant la voix à cause du service :

— Dimanche soir, qué ?… Dix heures et demie, sans faute.

Et, pressante, autoritaire :

— Vous lui devez bien ça, voyons, à ce pauvre ami… Pour lui donner du cœur… D’abord qu’est-ce que vous risquez ? C’est moi que je viens vous prendre… C’est moi que je vous ramène.

La voyant hésiter encore, elle ajouta, presque haut, sur un diapason de menace :

— Ah çà, est-ce que vous êtes sa promise, oui ou non ?

— Je viendrai… Je viendrai… dit la jeune fille épouvantée.

Quand elle rentra, Rosalie, qui la voyait distraite et triste, lui demanda :

— À quoi songes-tu, ma chérie ?… C’est toujours ton roman qui continue ?… Il doit être bien avancé depuis le temps ! ajouta-t-elle gaiement en lui prenant la taille.

— Oh ! oui, très avancé…

Avec une sourde intonation de mélancolie, Hortense reprit, après un silence :

— Mais c’est ma fin que je ne vois pas.

Elle ne l’aimait plus ; peut-être même ne l’avait-elle jamais aimé. Transformé par l’absence et ce « doux éclat » que le malheur donnait à l’Abencerage, il lui était apparu de loin comme l’homme de sa destinée. Elle avait trouvé fier d’engager son existence à celui que tout abandonnait, le succès et les protections. Mais au retour, quelle clarté impitoyable, quelle terreur de voir combien elle s’était trompée.

La première visite d’Audiberte la choqua d’abord par des façons nouvelles, trop libres, trop familières, et les regards complices avec lesquels elle l’avertissait tout bas : « Il va venir me prendre… Chut !… dites rien ! » Cela lui parut bien prompt, bien hardi, surtout la pensée d’introduire ce jeune homme chez ses parents. Mais la paysanne voulait précipiter les choses. Et tout de suite Hortense comprit son erreur, à l’aspect de ce cabotin rejetant ses cheveux en arrière, d’un mouvement inspiré, cassant et déplaçant le sombrero provençal sur sa tête à caractère, toujours beau, mais avec une préoccupation visible de le paraître.

Au lieu de s’humilier un peu, de se faire pardonner l’élan généreux qu’on avait eu vers lui, il gardait l’air vainqueur et fat de la conquête, et, sans parler, – car il n’aurait trop su quoi dire –, il traita la fine Parisienne comme il eût traité celle des Combettes en pareil cas, la prit par la taille d’un geste de soldat troubadour et voulut l’attirer à lui. Elle se dégagea avec une détente répulsive de tous ses nerfs, le laissant effaré et niais, pendant qu’Audiberte intervenait vite et grondait son frère très fort. Qu’est-ce que c’était que ces manières ? C’est à Paris qu’il les avait apprises, au faubourg de Saint-Germeïn sans doute, auprès de ses duchesses ?

— Attends au moins qu’elle soit ta femme, allons !

Et à Hortense :

— Il vous aime tant… Il se calcine le sang, pécaïré !

Dès lors, quand Valmajour vint chercher sa sœur, il crut devoir prendre l’allure sombre et fatale d’une vignette de scène musicale, la mer m’attend, le cavalier Hadjoute. La jeune fille aurait pu en être touchée ; mais le pauvre garçon paraissait décidément trop nul. Il ne savait que lisser le poil de son feutre en racontant ses succès au noble faubourg ou des rivalités d’acteur. Il lui parla un jour, pendant une heure, de la grossièreté du beau Mayol qui s’était abstenu de le féliciter après un concert, et il répétait tout le temps :

— C’est ça, votre Mayol !… Bé ! il n’est pas poli, votre Mayol.

Et toujours les attitudes surveillantes d’Audiberte, sa sévérité de gendarme de la morale, en face de ces deux amoureux à froid. Ah ! si elle avait pu deviner, dans l’âme d’Hortense, la terreur, le dégoût de son effroyable méprise !

— Hou ! la caponne… la caponne… lui disait-elle quelquefois en essayant de rire avec de la colère plein les yeux, car elle trouvait que l’affaire traînait trop et croyait que la jeune fille hésitait à affronter les reproches, les répugnances de ses parents. Comme si cela eût compté pour cette libre et fière nature avec un amour vrai au cœur mais comment dire : « Je l’aime… » et s’armer, se monter, combattre quand on n’aime pas ?

Pourtant elle avait promis, et chaque jour on la harcelait de nouvelles exigences ; ainsi cette « première » du Skating où la paysanne voulait l’emmener à toute force, comptant sur le succès, l’entraînement des bravos pour tout enlever. Et, après une longue résistance, la pauvre petite avait fini par consentir à cette sortie du soir en cachette de sa mère avec des mensonges, des complicités humiliantes ; elle avait cédé par peur, par faiblesse, peut-être aussi dans l’espoir de ressaisir là-bas sa vision première, le mirage évanoui, de rallumer la flamme si désespérément éteinte.