Odes (Horace, Séguier)/III/30 - Épilogue

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 138).


XXX

ÉPILOGUE


J’ai fini cette œuvre, au métal durable,
Pyramide altière, incommensurable,
Que la pluie à flots, l’aquilon bramant,
Kronos dans sa fuite et l’entassement
Des siècles futurs laisseront intacte.
Je me survivrai ; ma gloire compacte
Vaincra Libitine : oui, mon nom croîtra,
Toujours rajeuni, tant qu’au Capitole
Monteront grand prêtre et vierge ignicole.
Aux bords où mugit l’Aufide, on dira,
Comme au sol aride, à peuple rustique,
Où régna Daunus, que, d’humble puissant,
Horace importa le mode éolique
Dans le vers latin. Muse au noble accent,
D’un juste succès t’enorgueillissant,
Pare mes cheveux du laurier delphique.