Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t1.djvu/401

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Rien de si difficile à faire tomber, qu’une idée triviale ou un proverbe accrédité. Louis xv a fait banqueroute en détail trois ou quatre fois, et on n’en jure pas moins foi de gentilhomme. Celle de M. de Guimenée n’y réussira pas mieux.

— Les gens du monde ne sont pas plutôt attroupés, qu’ils se croient en société.

— J’ai vu des hommes trahir leur conscience, pour complaire à un homme qui a un mortier ou une simare : étonnez-vous ensuite de ceux qui l’échangent pour le mortier, ou pour la simare même. Tous également vils, et les premiers absurdes plus que les autres.

— La société est composée de deux grandes classes : ceux qui ont plus de dînés que d’appétit, et ceux qui ont plus d’appétit que de dînés.

— On donne des repas de dix louis ou de vingt à des gens en faveur de chacun desquels on ne donnerait pas un petit écu, pour qu’ils fissent une bonne digestion de ce même dîné de vingt louis.

— C’est une règle excellente à adopter sur l’art de la raillerie et de la plaisanterie, que le plaisant et le railleur doivent être garans du succès de leur plaisanterie à l’égard de la personne plaisantée, et que, quand celle-ci se fâche, l’autre a tort.

— M*** me disait que j’avais un grand malheur ; c’était de ne pas me faire à la toute-puissance des sots. Il avait raison : et j’ai vu qu’en entrant dans le monde, un sot avait de grands avantages, celui