Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
124
LES ONZE MILLE VERGES


charrue, le sillon d’Alexine qui jouissait en agitant son cul lunaire dont la lune là-haut semblait sourire en l’admirant. Tout à coup commença l’appel monotone des sentinelles ; leurs cris se répétaient à travers la nuit. Alexine et Mony jouissaient silencieusement et lorsqu’ils éjaculèrent, presqu’au même instant et en soupirant profondément, un obus déchira l’air et vint tuer quelques soldats qui dormaient dans un fossé. Ils moururent en se lamentant comme des enfants qui appellent leur mère. Mony et Alexine, vite rajustés, coururent à la tente de Fédor.

Là, ils trouvèrent Cornabœux débraguetté, agenouillé devant Culculine qui, déculottée, lui montrait son cul. Il disait :

— Non, il n’y paraît point et jamais on ne dirait que tu as reçu un coup de couteau là-dedans.

Puis s’étant levé il l’encula en criant des phrases russes qu’il avait apprises.

Fédor se plaça alors devant elle et lui introduisit son membre dans le con. On eut dit que Culculine était un joli garçon que l’on enculait tandis qu’il enfilait sa queue dans