Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
161
LES ONZE MILLE VERGES

Mais j’étais riche, monsieur, et mes démarches n’étaient pas indifférentes au père de Florence que j’épousai finalement.

Nous partîmes pour la France et en route elle ne me permit jamais même de l’embrasser. Nous arrivâmes à Nice en février pendant le carnaval.

Nous louâmes une villa et un jour de bataille de fleurs, Florence m’avisa qu’elle avait décidé de perdre sa virginité le soir même. Je crus que mon amour allait être récompensé. Hélas ! mon calvaire voluptueux commençait.

Florence ajouta que ce n’était pas moi qu’elle avait élu pour remplir cette fonction.

Vous êtes trop ridicule, dit-elle, et vous ne sauriez pas ! Je veux un Français, les Français sont galants et s’y connaissent en amour. Je choisirai moi-même mon élargisseur pendant la fête.

Habitué à l’obéissance, je courbai la tête. Nous allâmes à la bataille des fleurs. Un jeune homme à l’accent nissard ou monégasque regarda Florence. Elle tourna la

  LES ONZE MILLE VERGES
12