Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
LES ONZE MILLE VERGES

Le résultat ne fut pas long à se produire, ses fesses se serrèrent, ses ruades devinrent plus vives, elle déchargea en disant : « Salauds, vous m’excitez, il faut me satisfaire.»

« Il a promis de le faire vingt fois, » dit Culculine, et elle se déshabilla. Le prince fit comme elle. Ils furent nus en même temps et, tandis qu’Alexine gisait pâmée sur le lit, ils purent admirer leurs corps réciproquement. Le gros cul de Culculine se balançait délicieusement sous une taille très fine et les grosses couilles de Mony se gonflaient sous un énorme vit dont Culculine s’empara. « Mets-le lui, dit-elle, tu me le fera après. » Le prince approcha son membre du con entr’ouvert d’Alexine qui tressaillit à cette approche : « Tu me tues ! » cria-t-elle. Mais le vit pénétra jusqu’aux couilles et ressortit pour rentrer comme un piston. Culculine monta sur le lit et posa son chat noir sur la bouche d’Alexine, tandis que Mony lui léchait le troufignon. Alexine remuait son cul comme une enragée, elle mit un doigt dans le trou du cul de Mony qui banda plus fort sous cette caresse.