Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
41
LES ONZE MILLE VERGES


« Entrons tout de même, il doit y avoir du pèze dans les tiroirs, » répliqua le second. À

ce moment Culculine qui s’était traînée vers le bouton de l’électricité éclaira brusquement la pièce.

Les cambrioleurs restèrent interdits devant ces nudités : « Ben, merde ! dit le premier, foi de Cornabœux, vous avez du goût ». C’était un colosse brun dont les mains étaient poilues. Sa barbe en broussaille le rendait encore plus hideux : « Mince de rigolade, dit le second, moi, la merde, ça me va, ça porte bonheur ». C’était un pâle voyou borgne qui mâchonnait un mégot de cigarette éteinte. « T’as raison, La Chaloupe, dit Cornabœux, je viens justement de marcher dedans et pour premier bonheur je crois que je vais enfiler Mademoiselle. Mais d’abord pensons au jeune homme. » Et se jetant sur Mony épouvanté, les cambrioleurs le bâillonnèrent et lui lièrent les bras et les jambes. Puis se tournant vers les deux femmes frissonnantes mais un peu amusées, La Chaloupe dit : « Et vous, les mômes, tâchez d’être gentilles, sans quoi je le dirai à Prosper ».