Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
57
LES ONZE MILLE VERGES


Ronange. Bientôt, il commença à jouir et improvisa ce sonnet qu’il récita à l’actrice dont le travail pédestre ne cessa pas jusqu’au dernier vers :

ÉPITHALAME

Tes mains introduiront mon beau membre asinin
Dans le sacré bordel ouvert entre tes cuisses
Et je veux l’avouer, en dépit d’Avinain,
Que me fait ton amour pourvu que tu jouisses !

Ma bouche à tes seins blancs comme des petits-suisses,
Fera l’honneur abject des suçons sans venin.
De ma mentule mâle en ton con féminin
Le sperme tombera comme l’or dans les sluices.

Ô ma tendre putain ! tes fesses ont vaincu
De tous les fruits pulpeux le savoureux mystère,
L’humble rotondité sans sexe de la terre,

La lune, chaque mois, si vaine de son cul
Et de tes yeux jaillit même quand tu les voiles
Cette obscure clarté qui tombe les étoiles.

Et comme le vit était arrivé à la limite de l’excitation, Estelle baissa ses pieds en disant :

— Mon prince, ne le faisons pas cracher