Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
LES ONZE MILLE VERGES

Il s’avança rapidement du côté d’où venait la voix et trouva un lit. Une femme était couchée dessus tout habillée. Elle étreignit Mony passionnément en lui dardant sa langue dans la bouche. Celui-ci répondait à ses caresses. Il lui releva les jupes. Elle écarta les cuisses. Ses jambes étaient nues et un parfum délicieux de verveine émanait de sa peau satinée, mêlé aux effluves de l’odor di femina. Son con où Mony portait la main était humide. Elle murmurait :

— Baisons… Je n’en peux plus… Méchant, voilà huit jours que tu n’es pas venu.

Mais Mony au lieu de répondre avait sorti sa pine menaçante et, tout armé, il monta sur le lit et fit entrer son bracquemart en colère dans la fente poilue de l’inconnue qui aussitôt agita les fesses en disant :

— Entre bien… Tu me fais jouir…

En même temps elle porta sa main au bas du membre qui la fêtait et se mit à tâter ces deux petites boules qui servent d’appendages et que l’on appelle testicules, non pas comme on le dit communément, parce qu’elles servent de témoins à la consommation de