Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 7, 1922.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DEUXIÈME PARTIE



ACTE TROISIÈME

Des hauteurs dominant un golfe de Sicile, au flanc de la colline. Quelques vieilles pierres marquent l’emplacement de sépultures latines. Il subsiste de l’ancienne voie un ou deux tombeaux, moins délabrés. Une vieille colonne aussi, à demi brisée. Une dégringolade, dans les rochers, d’amandiers en fleurs… des cactus. Dominant à droite, un immense rocher abrupt surplombe toute la baie. On aperçoit l’anse du golfe en bas ; il est six heures du soir. Le soleil se couche, normalement rouge ; dans le crépuscule, un croissant de lune commence à paraître. C’est le paysage ordinaire que reproduisent les « cartolina », mais la paix du soir le rend magique. Grelot d’une voiture. Parmi l’escarpement du rocher, des chèvres maigres, — leur meneur, qui, dès qu’il voit les étrangers, souffle dans sa flûte. Le bruit de la voiture s’arrête, on entend une voix italienne : « Ec co signora, ec co la platza… »



Scène PREMIÈRE


MADAME DE MARLIEW, LA COMTESSE STÉPHANIE, LE VOITURIER

(Entre un voiturier, précédant Mesdames de Marliew et la comtesse Stéphanie. Elles ont des ombrelles ouvertes.)

L’ITALIEN.

Tomba latina


MADAME DE MARLIEW.

Je pense qu’il veut dire… le cimetière antique