Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 9, 1922.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PÉLISSIER.

Oui, je prenais mon pardessus…


BLONDEL.

En passant, voulez-vous avoir la complaisance de dire à Bouguet… ou plutôt à Madame Bouguet… oui, à Madame Bouguet… que je désire lui parler… Ils sont certainement dans le groupe. Je viens d’y laisser Monsieur Bouguet.

(Un grand temps. Il reste seul et considère machinalement sa maison.)


Scène X


MADAME BOUGUET, BLONDEL


MADAME BOUGUET, (dans le fond.)

Mon ami ? Pélissier m’avertit que vous me cherchez.


BLONDEL.

Oui. Je voudrais dire un mot à Bouguet. Où est-il ?


MADAME BOUGUET.

Voilà quelques minutes, il s’est absenté… attendez… (Se rappelant.) Ah ! il est monté au laboratoire. Il m’a dit qu’il allait fermer son secrétaire.


BLONDEL.

Depuis combien de temps ?…


MADAME BOUGUET.

Une dizaine de minutes !


BLONDEL.

C’est curieux… Pourquoi fermer son secrétaire ? À quel propos ?


MADAME BOUGUET.

Sans doute à cause du fameux livre, des notes