Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
70
LETTRES DE VOYAGES

le palais de la Bourse ; et enfin le parc de la Tête-d’Or qui est une promenade digne d’une grande et riche cité comme celle de Lyon. Nous passons la journée du lendemain à visiter les tableaux du Palais-des-Arts et le musée Guimet qui sont tous les deux fort intéressants, et nous prenons le rapide du soir pour Avignon, la ville des papes, enchantés de notre séjour à Lyon et de toutes les choses intéressantes que nous y avons vues.

Quatre heures de chemin de fer séparent Lyon d’Avignon. On aperçoit Vienne, Valence, Montélimar, Chateauneuf et on arrive en gare dans la ville française la plus curieuse que je connaisse encore. On se retrouve en plein moyen-âge à l’aspect des remparts que longe le chemin de fer et qui ont été construits par les papes vers 1350, à l’époque où les vicaires de Jésus-Christ habitaient Avignon. Ces remparts sont très bien conservés et c’est un curieux spécimen de fortifications de cette époque. On y voit encore les 39 tours rondes ou carrées de l’enceinte avec leurs créneaux et leurs machicoulis. Des boulevards en font le tour. Avignon est une ville de 38,050 habitants qui était déjà prospère avant la conquête des Romains et les