Page:Chaudon, Dictionnaire historique, 1766 tome 4-QUA-ZYP.djvu/461

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


452. VEC VEG posé, Veccus fut élevé sur le Siége Patriarchal. Son zèle pour le main tien de la réunion lui attira la haine des Schismatiques grecs qui inten terent contre lui des accusations ca lomnieuses. Cette persécution le por ta en 1279, à envoyer la démission de son Patriarchat à l’Empereur & à se retirer dans un Monastére ; mais ce Prince le rappella peu après. Michel Paleologue étant mort , An dronic qui lui succéda , se laissant conduire par la Princesse Eulogia, sa Tante , s’opposa à l’union , fit dé poser Veccus , & l’envoya en exil, où ce grand Prélat mourut de misere en 1298. Il avoit composé plusieurs Ecrits pour la défense de la vérité , & il inséra dans son Testament une illustre déclaration de sa créance sur 1’article du Saint-Esprit , conforme à la doctrine de l’Eglise Latine sur ce point. VECELLI , Voyez TITIEN. VECELLI, ( FRANçoIs ) frere du Titien , Peintre, mourut dans un âge fort avancé , mais avant ’son frere. François Vecelli s’adonna d’abord à la profession des armes , il vint en suite à Venise, où il apprit la Pein ture sous son frere. Il y faisoit des progrès si rapides, que le Titien crai gnit en lui un Rival qui le surpassât , ou du moins qui l’égalât ; c’est pourquoi , il entreprit tout pour le dégoûter de ce bel Art ; & lui per suada d’embrasser le Commerce. François Vecelli s’appliqua à faire des Cabinets d’Ebene , ornés de figures & d’Architecture. Il peignoit cepen dant encore pour ses amis. Plusieurs de ses ouvrages ont été attribués au Giorgion. vECELLI , ( HoRAcE ) fils du Titien, Peintre , mort fort jeune, de la Peste , en 1576, faisoit des Por traits , qu’il étoit souvent difficile de ne pas confondre avec ceux de son pere ; mais l’état d’opulence , où il étoit , & sur-tout , sa folle pas sion pour l’Alchymie, lui firent né gliger la Peinture. VEDELIUS , (NIcoLAs ) du Pa latinat , enseigna la Philosophie à Geneve, puis la Théologie & l’Hé --4 breu à Deventer & à Franeker , & mourut en 1642. On a de lui un Trai té contre les Arminiens , intitulé de Arcanis Ariminianismi. VEENHUSEN , ( JEAN ) Littéra teur Hollandois , vivoit sur la fin du dernier siecle, il travailla sur divers Auteurs Classiques. Son emploi de Profesleur des Belles-Lettres , 1’en gagea dans ce travail. Les principa les éditions que nous lui devons, sont celles de Stace & de Pline le jeune , dites de Variorum ; le Srace fut imprimé à Leyde , in-8° , 1761, & le Pline en 1669 , aussi in-8° , dans la même Ville. vEENINx , [ JEAN-BAPTIsrE ] Peintre , né à Amsterdam , en 1621 , mort près d’Utrecht en 166o , avoit une facilité étonnante ; son pinceau suivoit en quelque sorte la rapidité de son génie. Il s’adonna à tous les genres , Histoire , Portrait , Paysage, Marines , Fleurs , Animaux. Il réus sissoit principalement dans les grands Tableaux ; cependant il en a fait de petits avec la patience & le talent de Gerard-Deu & de Mieris. On dé sireroit plus d’élegance dans ses figu res, & de correction dans son Des sein. VEGA , [ ANDRE’ ] Théologien scholastique Espagnol, de l’Ordre de St. Dominique , mourut en 157o , après avoir assisté au Concile de Tren te. On a de lui les Traités, de Jus tificarione ; de Fide , operibus & me riris. Ces ouvrages sont peu lus. VEGA , [ LoPEs DE ] Poëte Espa gnol , appellé aussi Lope Felix de Vega Carpio , naquit à Madrid , en 1562 , d’une Famille noble. Ses ta lens lui mériterent des places & des distinctions. Il fut Secretaire de l’E vêque d’Avila , puis du Comte de Lemos, du Duc d’Albe , &c. Après la mort de sa seconde femme , il embrasla l’état Ecclésiastique , reçut l’ordre de Prêtrise , & se fit Cheva lier de Malte. Ce Poëte se fit recher cher à cause de la douceur de ses mœurs, & de l’enjouement de son esprit. Jamais génie ne fut plus fé cond pour composer , des Comedies. Celles qu’on a rassemblées, compo