Page:Chaudon, Dictionnaire historique, 1766 tome 4-QUA-ZYP.djvu/573

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
564
ZVV ZYP

rus & constrictus. Comenius, Hoorn beck & les autres, à qui il répondoit dans ce dernier ouvrage, ne se cru rent pas vaincus & repliquerent. Il crut les reduire au silence par un troisieme vol, qu’il publia en 1677, sous ce titre : Irenicom astix victus & constrictus, imà obmutes ens, in-8°. Ses adversaires se turent en effet, en nuyés apparemment du combat. Ces trois piéces réunies sont regardées comme le corps de doctrine des con ciliateurs. Elles sont peu communes, sur-tout la derniere. Ell « s forment étant rassemblées 2 vol. in-8°.

ZWINGER, (Theodore) sa vant Medecin, nâquit à Bâle d’une sœur de Jean Oporin, fameux Im primeur. Il enseigna dans sa patrie le Grec, la Morale, la Politique & la Médecine. Son nom a été long temps célebre par une énorme com pilation intitulée : Le theatre de la vie humaine, qui avoit été commen cée par Conrad Licosthene, son beau pere ; & qui fut augmentée par Jac ques Zvvinger, son fils. Ce Savant mourut en 1588, à 54 ans, & son fils en 161o.

ZWINGER, (Theodore) fils de Jacques, né en 1597, eut d’abord du goût pour la Médecine ; mais après être revenu d’une grande maladie, il se détermina à la Théologie. En 1627 il fut fait Pasteur de St. Theo dore, il eut occasion — d’allier ces fonctions avec celles de Médecin du rant la peste qui affligea la Ville de Bâle, en 1629. Ce Savant mourut en 1651, apres avoir publié plusieurs ouvrages de controverse qu’on ne 1it plus. Son fils Jean Zvvin$ er, Pro fesseur en Grec & Bibliothécaire de Bâle, mort en 1696, marcha sur les traces de son pere.

ZWINGER, (Theodore) fils de Jean, fut Frofesseur d’eloquence, de Physique & de Medecine a Bâle, où il finit sa carriere en 1724 On a de lui, l. Des Recherches sur l’aiman. II. Un recueil de dissertations de Mé decine, III. Le Thearre de la prati que medicinale. IV. Un Theatre Bora mique. V. Un Dictionnaire Latin &


Allemand. VI. Une Physique expéri mentale. VII. Diverses Dissertarions de Médecine & de Philosophie. vIII. Un Abrege de la Medecine d’ttmu.ler. IX. Un Traite des maladies des en fans. Ces ouvrages sont en latin.

ZWINGER, (Jean Rodolphe) néàBâleen 166o, mort en 17os, Profesla long temps la Théologie ; il étoit fort versé dans l’Histoire, & assez habile Théoiogien, mais très prévenu en faveur des opinions de sa Secte. Outre quelques The es & quel ques Sermons, l’on a de lui un traité Allemand intitulé : l’Espoir d’srae t.

ZUYLICHEM, Voyez HUYGENS.

ZYPŒUS, ou VANDEN-ZYPE, (François) naquit à Malines en 158o. Ses succès dans l’étude du droit le firent appeller par Jean le Mire, Evêque d’Anvers, qui le fit son Secretaire particulier, ensuite Cha noine, Official & Archidiacre de sa Cathédrale. C’étoit un homme d’es prit, de mœurs douces, & très-pro fond dans la connoissance du droit civil & canonique. Il a composé sur ces matieres plusieurs ouvrages la tins, estimez, que l’on a recueillis en 2 vol. in-fol. à Anvers chez Jerome & Jean-Baptiste Verdussen, en 1675. Zypœus mourut en 165o, à 71 ans.

ZYPŒUS, (Henri) frere du pré cédent, né à Malines en 1577, em brasla la regle de St. Benoir dans le Monastere de St. Jean à Ypres. En 1616, il fut fait Abbé de St. André près de Bruges, avec le droit de por ter la mître qu’il obtint le premier en 1623. Zopaus rétablit la discipli ne dans son Monasté e, & repara les desordres, que les Heretiques y avoient causés. Sa mort arrivee en 1659, dans la 83 me. année de son âge, fut digne d’un Chetien & d’un Religieux. Son principal ouvrage est intitule : Sanctus Gregorius Magnus Eccles « Doctor, primus ejus nominis Pontifex Romarus, ex nobilissima & antiquissima in Ecolesia Dei far-ilii Aenedioinâ criundus, à Ypres 1611, in. 3°. Ce Livre en faveur du Mona chisme de St. G ero, e est contre Ba renius. Il y a de l’érudition, mais ses