Page:Chevreul - De la baguette divinatoire, 1854.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais après en avoir eu découvert la cause, il ne m’a plus été possible de le reproduire.

» C’est parce que nous ne sommes pas toujours dans le même état, que nous ne recevons pas constamment la même impression d’une même chose. Ainsi le bâillement d’un autre ne nous fait pas toujours bâiller ; le rire ne se communique pas toujours du rieur à son voisin, etc.

» Le grand orateur qui veut faire partager à la foule qui l’écoute la passion qui l’anime, n’arrive pas de prime abord à son but ; il commence par y prédisposer son auditoire, et ce n’est qu’après s’en être rendu maître qu’il lance son dernier argument, son dernier trait.

» Le grand poëte, le grand écrivain, usent constamment du même artifice, ils préparent d'abord leur lecteur à recevoir une impression finale.

» Rien de plus curieux, dans l’étude des causes qui déterminent les actions de l’homme, que la connaissance des moyens employés par le marchand pour appeler d’abord, et fixer ensuite l’attention de l’acheteur sur les qualités de l’objet qu’il veut lui faire prendre, que la connaissance des moyens employés par l’escamoteur pour faire tirer d’un jeu de cartes, telle carte plutôt que toute autre, ou pour porter l’attention du spectateur sur une certaine chose, afin de la distraire d’une autre, distraction sans laquelle l’escamoteur ne causerait point la surprise qui est l’objet final de son art. Il résulte de ces considérations que les professions les plus diverses emploient des moyens tout à fait analogues, quoi-