Page:Démosthène - Œuvres complètes, Auger, 1819, tome 1.djvu/532

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


NOTES
SUR LA QUATRIÈME PHILIPPIQUE.


(1) Les Athéniens avaient envoyé déjà des troupes au secours d’Olynthe ; mais elles étaient composées de soldats mercenaires.

(2) Philippe, devenu maître d’Amphipolis et de Pydna à la faveur des intelligences qu’il avait dans ces deux villes, se défit des traîtres, ou par l’exil, ou par la mort. L’exemple fut inutile pour les deux principaux magistrats d’Olynthe : car l’année qui suivit les Olynthiennes, ils imitèrent une trahison si mal payée, et en reçurent la même récompense.

(3) Neuf ans avant cette harangue, l’Eubée s’était divisée en deux factions, dont l’une réclama le secours de Thèbes, et l’autre celui d’Athènes. Les Thébains d’abord ne rencontrèrent point d’obstacle, et firent sans peine triompher leur faction. Mais, à l’arrivée des Athéniens, tout changea de face. Ils repoussèrent les Thébains, les chassèrent de l’île, et y rétablirent le calme. Ils firent cette expédition avec la plus grande promptitude ; en moins de cinq jours ils se trouvèrent prêts, et le succès fut aussi prompt que les préparatifs. — Lorsque Hiérax et Stratoclès… Les députés étrangers montaient à la tribune pour exposer leur commission et pour se faire mieux entendre du peuple. Hiérax et Stratoclès, au nom d’Amphipolis, menacée d’un nouveau siège par Philippe, offraient de se remettre, eux et leur ville, sous la protection d’Athènes ; mais Athènes rejeta l’offre, de peur de rompre la paix conclue avec Philippe l’année d’auparavant.

(4) Thrace, grande contrée d’Europe. Nous voyons dans Justin que Philippe porta ses armes dans la partie de la Thrace, nommée la Chalcidique, qu’il y usa de sa perfidie accoutumée, et soumit la province entière, après avoir, par ses artifices, détrôné, pris ou tué les rois d’alentour.

(5) Les Illyriens, peuples voisins de la Macédoine, avaient remporté une grande victoire sur Perdiccas, frère de Philippe, l’année que celui-ci parvint à la couronne ; ils s’étaient emparés de plusieurs villes de son royaume : Philippe, la seconde année de sou règne, passa dans l’Illyrie,