Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 3.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
160
LE MAHA-BHARATA.

devoir : bien plus, il n’existe pas de félicité après la mort. 1193.

» Le lever des récompenses pour les actions mauvaises ou bonnes, suivant la sainte écriture, la naissance ou la mort, sont, noble dame, les secrets des Dieux. 1194.

» Quiconque pense les savoir, — et les créatures d’ici-bas sont à cet égard dans l’erreur, — n’arrive point an salut après mille kalpas mêmes. 1106.

» Il faut garder ces secrets des Dieux, car les Divinités ont une science secrète. Les espérances formées et les espérances fondées sur des vœux sont des taches, qui sont effacées par la pénitence. 1195.

» La vue des choses est accordée aux yeux des brahmes, de qui les âmes sont favorisées par des grâces particulières ; mais, parce qu’on n’en voit pas la récompense, ce n’est pas une raison pour douter, et du devoir, et des Dieux.

» Il faut sacrifier de toutes ses forces ; il faut donner, sans médire. On reçoit ici-bas la récompense de ses œuvres, et d’ailleurs c’est le devoir éternel. 1197-1198.

» Le rishi Kaçyapa a répété ces choses, que Brahma avait dites à ses fils. Que ton doute, Krishna, se dissipe donc, comme la gelée blanche fond au matin. 1199.

« Tout a été fait après délibération, » dois-tu dira Abandonne ton sentiment d’athée. N’accuse plus Içvara, le créateur des êtres ; étudie-le, incline-toi devant lui, et rejette une telle pensée. 1200.

» N’aie plus en aucune manière de mépris pour cette Divinité suprême, grâce à laquelle, Krishna, le mortel dévot en lui parvient à l’immortalité. » 1201.

« Je ne méprise et je ne blâme aucunement le devoir, fils de Prîthâ, lui répondit Draâupadî. D’où viendrait