Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, II.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


rend compte des ressorts politiques qui les font agir, qui transporte sur les aîles de la renommée les nouvelles les plus intéressantes ; en un mot, c’est lui qui est l’écho de tous les grands évènemens ; il voit à ses pieds les héros et les souverains ; il fait pencher à son gré l’opinion publique en faveur de tel ou tel. L’auteur qui débute, le comédien qui le fait valoir, jusqu’au parterre qui le siffle, tous sont sous sa verge de fer ; le journaliste enfin étend ses droits sur toutes les classes de la société, et sans certain voyage[1] qu’il est journellement exposé à faire, son état

  1. L’auteur a voulu sans doute parler ici de la déportation à Cayenne, des jour-