Page:Larousse - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle - Tome 1, part. 3, As-At.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
907
ATT ATT ATT ATT


Catherine de Gènes, sainte Françoise de Chantai, saint Lôandre, sainte Marie-Marguerite Alàcoque, sainte Thérèse, — Colombe : saint Ambroise ? év. ; saint Augustin, saint Célestin, saint Fabien, pape ; saint Grégoire le Grand, saint Hiiaire d’Arles, ie patriarche Noé, saint Pierre d’Alcantara, saint Rémi, sainte Reine, saint Thomas d’Aquin. — Colonne : saint Daniel Stylite, saint Sébastien, saint Sîméon Stylite, saint Théodule. — Coq : saint Edesse, sainte Opportune, saint Pierre, saint Vit.Coquilles de pèlerin : saint Jacques le Maieur, saint Roch, saint Sébald. — Corbeau- :

— saint Benoît, Noé, saint Paul, ermite. — Corbeille de pains, de poissons, de fleurs : sainte Adélaïde, sainte Dorothée, sainte Hedwige, sainte Marguerite. — Cornet de chasseur : saint Corneille, pape ; saint Hubert, saint Lambert, év. — Couronne d’épines : sainte Angêle, sainte Catherine de Sienne, sainte Ida, saint Louis, roi ; sainte Madeleine de Pazzi, saint Maurice, saint Théodore ; — d’étoiles : saint Jean Népomucène, la Sainte Vierge ;de flammes : sainte Gertrude ; — de fleurs : sainte Elisabeth de Hongrie, saint Jean de Dieu, sainte Rosalie, sainte Rose de Lima, sainte Ursule, sainte Victoire ; —’de souverain, de prince, de comte, etc. : saint Adalbert, sainte Adélaïde, saint Charlemagne, saint Cloud, sainte Elisabeth de Hongrie, sainte Elisabeth de Portugal, saint Fiacre, saint Henri, empereur ; saint Jean le Bon, saini Jean de Dieu, saint Josse, saint Louis, roi ; saint Louis, év. de Toulouse, saint Louis de Gonzague, saint Sébald, saint Sigebert. — Couteau : Abraham, saint Barthélémy, sainte Christine, saint Landry. — Crocs (instr. de supplice) : sainte Catherine d’Alexandrie, sainte Eulalie, saint Félicien, sainte Martine, sainte Tatienne. — Croissant : la Sainte Vierge. — Croix renversée : saint Pierre ;en forme de tour : saint Antoine et saint Philippe, apôtres ; en sautoir, "saint André ;avec banderoles : saint Jean-Baptiste.Croix : sainte Eulalie, sainte Hélène, saint Jude dit Thadée, saint Pierre d’Alcantara, saint Siméon, év. ; saint Théodore. — Crosse : saint Benoît, saint Bernard, saint Bernardin, la plupart des saints prélats, abbés ou abbesses.

Cygne : saint Cuthbert, abbé.

Dauphin : saint Lucien. — Discipline ou Fouet : saint Louis, saint Pierre d’Alcantara, saint Rémi, sainte Rose, sainte Thérèse, la plupart des solitaires. — Dragon ou autre bête monstrueuse : le prophète Daniel, saint Florentin, saint Georges, saint Guillaume, saint Jacques le Majeur, sainte Marguerite, sainte Marthe, saint Patrice, saint Philippe, apôtre ; saint Sainson, év. ; sainte Victoire, saint Victor. Echafaud : sainte Anastasie, saint Fructueux.

Église (modèle d’) : saint Benjamin, saint Bertin, saint Burchard, saint Dauphin, év. ; saint Germinien, sainte Hedwige, sainte Hildegarde, saint Lambert, saint Léopold, saint Orner, saint Perpétue, év. ; saint Pierre Nolasque, saint Romuald, saint Sébald, saint Virgile et autres saints fondateurs d’églises et de monastères. — Encensoir : les anges, Aaron, saint Zacharie. — Enclume : saint Eloi. — Enfants : saint Biaise, le prophète Élie, sainte Félicité, saint Hiiaire, saint Maclou, saint Nicolas, saint Valentin, saint Vincent de Paul. — Epée : saint Agathon, sainte Catherine d’Alexandrie ; saint Matthieu, saint Paul, apôtres ; saint Philéas, saintPierre Dainien, sainte Prisque, saint Théodore, saint Venance. — Equerre : saint Joseph, saint Jude Thadée, saint Thomas, apôtre. — Epis de blé : saint Fare. — Etendard : saint VLccurse, saint Antonin, saint Bénigne, saint Charlemagne, saint Georges, Saint Jean Ca . pistran, saint Michel, archange : saint Pierre, saint Quiryn, saint Vlad’islas, saint Venceslas saint Victor.

Fiole : saint Côme, saint Damien, saint Jean l’Ermite, saint Mathurin, saint Rémi.Flèches : saint Canut, roi ; sainte Christine, saint Edmond, saint Fauste, saint Germain, saint Sébastien, sainte Ursule. — Fleurs (bouquet de) : saint Hugues, saint Milon, abbé ; sainte Rose de Lima. V. ci-dessus Couronne.

Fouet. V. ci-dessus Discipline.Fuseau’ : sainte Anne, sainte Elisabeth, sainte Geneviève, sainte Gertrude, sainte Solange, la Sainte Vierge. 9

Glaive : saint Albert, év. de Liège ; saint Aubin, év. : saint Étienne, saint Germinien, saint Nicéphore, saint Pierre de Vérone, sainte Placide, saint Stanislas. — Globe crucifère : saint Dominique. — Grappe.de raisin : saint Félix de Noie, saint Maxime, év. ; saint Orner.

Gril en fer (instrum. de supplice) : sainte Crescenee, saint Crescence, sainte Juliette saint Laurent, saint Théodule, — Grue : saint Agricol.

Hache : saint Athanase, év. ; saint Barthélémy, apôtre ; saint Barthélémy de Sienne, saint Chrysogone, saint Cyriaque, saint Eusêbe, saint Mathias, saint Matthieu, apôtre.

Hallebarde : saint Germain, .saint Jude, saint Théodore. — Harpe : sainte Cécile, le roi ■ David. — Herse ; saint Biaise. — Houlette : le prophète Amos, saint Félix, sainte Geneviève, saint Pierre, apôtre ; sainte Solange, le Bon Pasteur.

Instruments de la Passion : saint Bernard, saint Jean de la Croix, sainj Jean de Dieu, sainte Madeleine de Pazzi.

Lampe : saint Julien, év. ; sainte Praxède.

— Lance : saint Adalbert, saint Canut, roi ; saint Longin, saint Thomas, saint Georges.Lanterne : sainte Geneviève, sainte Gudule,

ATT

saint Hugues, — Licorne : sainte Justine, la Sainte Vierge. — Lion : saint Agapet, saint Antoine, ermite ; sainte Euphémie, saint Ignace, saint Jérôme, le prophète Joël, saint Marc, l’évangéliste ; sainte Natalie, saint Pantaléon, saint Silvain. — Lis (branche ou fleur de) : sainte Agnès de Montepulciano ; saint Albert, saint Antoine de Padoue, sainte Catherine de Sienne, sainte Constance, saint François d’Assise, sainte Gertrude, saint Hyacinthe, saint Joseph, saint Louis de Gonzague, saint Marin, saint Nicolas de Tolentin, saint Pierre de Vérone, la Sainte Vierge.Livre ouvert : saint Augustin, sainte Geneviève, saint Hiiaire, saint Odon, saint Paul, saint Thomas d’Aquin, les apôtres, les Pères et les docteurs de l’Église ; —roulé ou fermé : les patriarches, les prophètes, les apôtres.Loup : saint Colomban, sainte R’adegonde.Lyre : David, sainte Cécile.

Maillet (instr, de supplice) : sainte Barbe, saint Gervais. — Marteau : saint Eloi, saint Othon, év. — Massue : saint Adalbert, saint Arcadius, saint Bénigne, saint Boniface, saint Eugène, saint Eusèbe, saint Isidore de Séville, saint Jacques le Mineur, saint Jude Thadée, saint Privât, saint Timothée, saint Vital.Moulin a vent : saint Victor (écrasé sous une meule de moulin). — Moutons (Troupeau de) : David, sainte Geneviève, saint Pierre, apôtre ; sainte Solange.

Narcisse (fleurs de) : saint Narcisre, év.

Navette a encens : les anges, sainte Jeanne, saint Séverin, év. — Navire : saint Bertin, V. ci-dessus Barque. — Nimbe crucifère : saint Janvier, saint Lazare.

Oie : saint Féréol, saint. Hugues, saint Martin, saint Rigobert, bénédictin.— Oiseaux : saint Agricol, saint Augustin, saint Benoît, saint Dominique, sainte Elisabeth, saint François d’Assise, saint Oswald, saint VincentOrgue : sainte Cécile, les anges formant des concerts célestes.—Orties : saint Jean d’Urtica. —Ours : saint Aventiti, saint Colomban, Saint Edmond, roi ; sainte Euphémie, le prophète Elisée, saint Gall, saint Marc, solitaire ; saint Probus~ saint Wast,

Pains : le prophète Abdias, sainte Gertrude, saint Jean I Aumônier, le grand prêtre Melchisédech, saint Roch. — Pain apporté par des oiseaux ; saint Antoine, saint Benoit, saint Érasme, saint Paul, ermite. —Palmes : les saints martyrs. —" Palmier ; saint Pantaléon.

Panetière : David, saint Jacques le Majeur, saint Roch, saint Sébald. — Panier de kletjrs et de fruits : saint Benoît, sainte Dorothée, saint Romain. — Peigne de fer (instr. de supplice) : saint Biaise, sainte Cécile, saint Sabas. — Pèlerin (costume de) : sainte Aurélie, saint Jacques le Majeur, saint Roch, sainte Rosalie, saint Sébald. — Pelle, avec des pains dessus : saint Albert, saint Honoré.

Pierre : saint Bavon, saint Barnabe, saint Benezet, architecte ; saint Brice, saint Calixte, pape ; saint Étienne, saint Jérôme, saint Paul, saint Mathias, saint Médard, saint Véran. — Pierre roulée par pénitence : saint Amet. — Pinceaux : saint Lazare, saint Luc. — Pinces ou tenaillë3 (instr. de supplice) : sainte Apollonie ou Apolline, saint

Félicien, sainte Martine, saint Romain.

Plan d’église : saint Bruno, saint Fructueux, saint Guillaume. — Plumes a écrire : saint Thomas d’Aquin, les évangélistes. — Poissons : saint Berthold, saint Gaultier, saint Gérard, abbé ; saint André, saint Antoine, solitaire ; saint Arnould, évêque ; saint Grégoire de Tours, le prophète Jonas. V. Baleine ; saint Lucien, saint Maelou, saint Odon, abbé ; saint Simon, apôtre. — Poissons écoutant prêcher : saint Antoine de Padoue, saint François d’Assise. — Pont : saint Benezet, saint Jean Népomucène. — Porte du ciel : la Sainte Vierge.— Portb de ville avec tours : le prophète Ezéchiel.

Quenouille : sainte Geneviève, sainte Gertrude, saintéSolange, la Sainte Vierge.

Rasoirs : saint Pamphile. — Râteau : saint Fiacre, saint Paulin, évêque. —Rats : sainte Gertrude. — Rosaire : V. Chapelet.Rose : saint Anselme, évêque ; sainte Dorothée, sainte Elisabeth de Hongrie, sainte Elisabeth de Portugal, saint Louis, évêque ; sainte Rose de Lima, sainte Ursule. — Roue (instr. de supplice) : saint Anicet, sainte Catherine d’Alexandrie, sainte Euphémie, saint Quentin. — Ruche : saint Ambroise, saint

Saint Sacrement : sainte Agnès de Bavière, saint Antoine de Padoue, sainte Barbe, sainte Claire, saint Guiilaume, archevêque ; saint Hugues, archevêque ; saint Hyacinthe, sainte Julienne de Liège, saint Lanfranc, saint Norbert, saint Raymond, saint Thomas d’Aquin.Sanglier : saint Cyr, saint-Colomban, saint Emilion. — Sceptre : saint Charlemagne, saint Louis, roi ; saint Henri, empereur ; saint Edmond ; roi, etc. ; — placé aux pieds du saint en signe de mépris des honneurs terrestres : saint Adelbert, saint Cloud, saint Fiacre, saint Josse, saint Louis, évêque. — Scie : saint Benjamin, le prophète Isaîe, saint Joseph, saint Simon, apôtre. — Serpent : saint Amand, sainte Cécile, sainte Christine, sainte Euphémie, saint Hiiaire d’Arles, saint Jean l’Evangéliste, saint Léonce, saint Mesmin, saint Patrice, saint Paul, à Malte : saint Phocas,- Serpette : saint Pierre, abbé. — Stigmates (marques des plaies de Jésus-Christ) : sainte Agnès de Montepulciano, sainte Catherine de Sienne, saint François d’Assise, sainte Madeleine do Pazzi.

ATT •

Tarière : saint Léger. — Taureau : sainte Blandine, saint Saturnin, saint Taurin.Taureau de bronze (instr. de supplice) : Saint Eustache, saint Hippolyte, sainte Pélagie, sainte Perpétue. — Tête de mort : saint Bruno, saint François d’Assise, saint Jérôme, sainte Madeleine repentante, — Torches (instrument de supplice) : saint Arcadius, sainte Dorothée, saint Liévin.—Troupeau, V, Moutons : saint Benezet, saint Cuthbert, saint’ Dragon, saint Médard.

Vache : sainte Brigitte. — Vaisseau. VBarque, Navire : saintCastor, saint Jean d Angleterre.—Vase a parfums : sainte Madeleine

Joseph d’Arimathie. — Violon : sainte Cécile, saint François d’Assise en extase, saint Genès, comédien ; saint Nicolas de Tolentin, les anges formant des concerts dans le ciel.

Les artistes modernes, soit qu’ils traitent des sujets chrétiens ou bibliques, soit qu’ils S’inspirent des fictions du paganisme, sont tenus de reproduire les attributs que nous venons d’indiquer. On conçoit d’ailleurs que, lorsqu’un même personnage a plusieurs attributs, il importe de choisir celui qui convient le mieux au rôle ou au caractère que l’on a en vue de faire ressortir dans la représentation de ce personnage : ainsi, si l’on veut montrer Apollon, dieu de l’harmonie, on placera dans ses mains une lyre, et non le pédum, qui est l’attribut d’Apollon Nomios (berger). On trouvera aux noms des principaux dieux et héros" de l’antiquité, ainsi qu’à ceux des saints les plus célèbres, l’explication des attributs donnés a ces personnages. Diverses figures allégoriques, comme celles des Arts, des Sciences, des Vertus théologales, de la Religion, de l’Amour céleste, de la Rêverie, de la Pudeur, etc., etc., ont des attributs spéciaux ; nous renvoj’ons, pour leur description, aux titres mêmes sous lesquels ces figures sont désignées.

ATTRIBUTAIRE s. m. (a-tri-bu-tè-rerad. attribut). Hist. relig. Membre d’une secte mahometane, qui faisait une distinction entre l’essence divine et ses attributs.

ATTRIBUTIF, IVE adj. (a-tri-bu-tif, i-ve

— rad. attribuer). Log. Qui indique ou énonce un-attribut : Proposition attributive.

—Jurispr. Qui donne un droit qu’on n’avait pas antérieurement, qui le fait passer d’une tête sur une autre : A Rome, le partage était attributif de propriété ; en France, le partage est déclaratif et non attributif de propriété. Il Attributif de compétence. Se dit d’un acte qui fixe la juridiction à saisir en cas de contestation sur cet acte, il Sceau attributif de juridiction, Sceau qui attribuait tous actes qui en étaient scellés à la juridiction du tribunal qui les avait scellés : Le sceau du Châtelet est attributif de juridiction. (Trév.)

— Grainm. Verbes attributifs, Dénomination que quelques grammairiens ont proposée pour les verbes qui contiennent en eux-mêmes le verbe substantif et l’attribut, comme aimer pour être aimant ^dormir pouvétre dormant. L’inconvénient de cette dénomination est qu’elle s’applique à tous les verbes, sans autre exception que le verbe substantif être.

attribution s. f. (a-tri-bu-si-on — lat. attributio, même sens ; formé de attribuere, attribuer). Action d’attribuer ; concession deprivilèges, de prérogatives : Un édit </’attribution de droits. Quand je vous donne la qualité d’orthodoxe, je vous avertis que c’est sans attribution de droit. (St-Evrem.) il Prérogative, privilège, droit attribué déjuger, d’examiner, d’administrer : Cela est dans /’attribution de tel magistrat, de tel tribunal. Votre affaire n’est point dans les attributions du juge de paix. Vous empiétez sur mes attributions. Parmi toutes les attributions de l’autorité, l’une des plus favorables à la tyrannie, c’est la faculté d exiler sans jugement. (Mme de Staël.) Il ne concevait pas que ce subalterne lui ordonnât de prendre part à des travaux en dehors de ses attributions. (G. Sand.) Il lui donna la charge de grand écuyer, attachant à ce titre dès attributions considérables. (Mérimée.) À mesure que la liberté.augmente, le cercle des attributions des tribunaux va toujours en s’élargissant. (DeTocqueville.) L’exercice du droit de chasse, en France, est tombé dans les attributions de Mercure. (Toussenel.)

— Par anal. Privilège exclusif, possession exclusive : Les lettres ne sont point une attribution des rangs, mais une distinction des esprits. (Chateaub.)

— Jurispr. Indication, dans une liquidation, des parts afférentes à chaque partageant, et des combinaisons à l’aide desquelles chacun touche ce qui lui revient. ; Le notaire a procédé ensuite aux attributions. Les parties ont approuvé les attributions faites par le notaire, il Lettres d’attribution, Pouvoir que lo roi donnait à des commissaires ou a une juridiction subalterne, pour juger une affaire en dernier ressort. Vieux dans ce dernier sens.

— Gramm. Rapport d’attribution Celui qui est ordinairement exprimé par la préposition à.

attristant (a-tri-stan) part.’prés, duv. Attrister : Tout en /’attristant, ce malheur ne l’a pas corrigé.

. attristant, ANTE adj.(a-tri-stan, an-te

— rad. attrister). Qui attriste, qui est propre à attrister, à affliger’ : Souvenir attristant. Nous avons reçu des nouvelles attristantes, Le ciel est d’un gris attristant. (Beaucé.)

ATT

907

Celait un spectacle de mort, mais d’une mort nullement attristante. (Micholot.) .... Tu semblés prendre à tache

D’offrir à ton esprit mille objets attristants.

— Antonymes. Consolant, désopilant, exhilarant ou hilarant, réjouissant.

attristé, ée (a-tri-sté) part. pass. du v. Attrister : Mon imagination fut attristée par le souvenir des malheurs et des fureurs des Pélopides. (Chateaub.) Depuis ce rêve, je suis attristée dans mon cœur. (G. Sand.) Mes relations ne seraient plus attristées par l’humeur intolérante et intolérable de cette fille. (G. Sand.) Pour les cœurs attristés par l’infortune, la nature du Nord a un charme particulier. (X. Marmier.)

Il rend tous les voisins attristés de sa joie.

— Par ex’t. Assombri :

Que peut cacher la tombe 4. ton œil attristé ? V. Huao.

Les arbres étendaient, soua un ciel attristé-, De leurs rameaux ternis la triste nudité.

La Ha&ps.

attrister v. a. ou tr. (a-tri-sté — rad. triste). Rendre triste, affliger : Cet événement, cette mort m beaucoup attristé. // ne faut attrister personne. (Acad.) Tout ce qui souille l’âme /’attriste et la noircit. (Mass.) Le vin a été donné à l’homme pour le réjouir, et non pas pour /’attrister. (Maucroix.) Les bouderies « attristent que les femmes aimées. (Balz.) Je sais que vous l’avez laissé mourir sans /’attrister de votre présence. (G. Sand.) Les jeux de mes camarades «i’attristaient ; leur physionomie même me repoussait. (Lamar.) On cesse bientôt de voir les gens qui vous attristent. (Alex. Dum.) Il y a dans tout culte hétérodoxe quelque chose de sombre gui attriste le cœur. (Ventura.)

Mais ce jeune inconnu me tourmente et m’altrhte. . Voltaire.

Chasse le noir passé qui nous attriste encore. V. Huao.

Triste, je. ne veux pas attrister votre joie,

Et je dois porter seul les maux que Dieu m’envoie.

— Par ext. Assombrir, donner un air de tristesse à : L’hiver attriste la nature. Des maisons noires et sales attristent tous les anciens quartiers.

Riez, n’afutsfes pas votre front gracieux.

Et dès que l’aquilon

Vient de ses noirs frimas allrUter la nature. Bojr. EAO.

— Absol. Causer de la tristesse : Un pareil spectacle est bien propre à attrister. En Russie, les nuits ont une clarté qui étonne, mais les jours conservent une obscurité qui attriste. (De Custine.)

S’attrister, v. pr. Devenir triste ; s’affliger :

// ne faut pas s’attrister sans motif. Un vrai

philosophe ne s’attriste point, quelque chose

qui lui arrive. On s’attriste, on se désespère

un refus. (La Bruy.) Heureuse l’âme chré-

le sot qui réussit, ne pas s’attrister à la chute d’un homme de talent, tel est le résultat de notre éducation et de nos mœurs. (Balz.) Sous les lois des tyrans, tout gémit, tout t’attriste. Voltaire.

Il Prendre la nature, le caractère de la tristesse : Toutes mes pensées, tous mes sentiments, toutes mes paroles, qui s’évaporaient autrefois en les échangeant avec lui, me restaient dans l’âme, s’y corrompaient, s’y attristaient^ (Lamart.)

— Par ext. S’assombrir, prendre un air de tristesse : Le ciel se voile et s’attriste.

— Antonymes. Charmer, consoler, contenter, dérider, désattrister, égayer, enchanter, ragaillardir, ravir, réjouir, satisfaire, transporter.

ATTRIT, ITE aâj. (a-tri, ite-du lat. attritus, broyé). Théol : Quial’attrition : Une âme attrite. En vertu du sacrement, l’homme, d’attrit, devient contrit. (De Launoy.)

ATTRITION s. f. (a-tri-si-on —lat. attritio, formé de ad, à, et terere, broyer). Pays. Action de deux corps durs qui s’usent par un frottement mutuel : C’est par Z’attrition que l’on aiguise, que l’on polit les métaux. (Acad.) Les métaux, quelque attrition qu’ils puissent éprouver, n attirent point les corps minces d eux. (Volt.) •

— Chirur. Broiement, éeorchuro résultant d’un frottement. On a aussi donné ce nom au plus haut degré de la contusion, à l’écrasement d’une partie quelconque. Il Friction énergique, exercée sur ie corps pour y réveiller ou y exalter la chaleur animale.

— Théol. Regret d’avoir offensé Dieu, causé par la crainte du châtiment : Lattrition est la contrition imparfaite, //attrition ne suffit pas sans la confession. (Acad*.) La probité sans courage ressemble à /"attrition, qui n’a pour principe qu’une crainte servile. (Duclos.) Il Dans le Iangago commun, Repentir, douleur, regret, chagrin : Ne me refusa pas, dit-elle avec un regard plein d’attrition. (Balz.) Inusité.

— Syn. Adriilon, componction, Contrition, renordi, repentir. La cpnlrition est la douleur éprouvée par celui qui a péché : On peut toujours faire acte de contrition. (Pcsc.)