Page:LeMay - La Chaine d'or, 1879.djvu/2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA CHAÎNE D’OR



Ce que je conte est vrai. Ce n’est pas une histoire
Comme on en fait souvent et qu’on doit ne pas croire.
Au reste en ces temps durs il surgit bien des maux.
Tant de bras vigoureux demeurent en repos
Et qui travailleraient s’ils avaient de l’ouvrage !
Oui, l’on souffre partout. Puis il faut du courage
Pour redire les maux de l’humble pauvreté,
Comme, pour les guérir, il faut la charité,
La charité du Christ qui va courbant la tête,
Et que rien ici-bas ne rebute ou n’arrête.