Page:Le Play, L’Organisation Du Travail, 1893.djvu/473

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entre les mains de ceux qui en disposent, ce que sont les moteurs dans les régions manufacturières : on les mettra en action dès que la découverte d’un nouveau procédé de destruction donnera au possesseur de l’invention une supériorité momentanée sur ses rivaux. Les prétendus progrès, dont quelques-uns s’enorgueillissent (§ 58), auront ramené les peuples civilisés aux mœurs de la barbarie. Déjà l’empire de la force domine tellement l’esprit de justice, que les grandes nations semblent perdre l’espoir de remédier au mal par des congrès : et la paix armée de notre époque est devenue aussi funeste aux peuples que l’étaient autrefois les guerres prolongées. Un tel état de choses ne saurait se perpétuer en Europe sans amener la décadence[1]. La suprématie resterait alors définiti-

  1. Cette situation implique le même besoin qui fit naître la monarchie féodale et qui l’illustra en France au XIIIe siècle. Le passage suivant peint admirablement la cause de l’ascendant extraordinaire de saint Louis. « Au sujet de ces étrangers que le roi avait réconciliés, aucuns de son conseil lui disaient qu’il ne faisait pas bien de ne pas les laisser guerroyer ; car s’il les laissait bien s’appauvrir, ils ne lui courraient pas sus aussitôt que s’ils étaient bien riches. Et à cela le roi répondait et disait qu’ils ne parlaient pas bien : car si les princes voisins voyaient que je les laissasse guerroyer, ils se pourraient aviser entre eux et dire : C’est par méchanceté que le roi nous laisse guerroyer. Alors il en adviendrait qu’à cause de la haine qu’ils auraient contre moi, ils me viendraient courir sus, et j’y pourrais bien perdre, sans compter que j’y gagnerais la haine de Dieu qui dit : Bénis soient tous les pacifiques. D’où il advint ainsi que les Bourguignons et les Lorrains, qu’il avait paci-