Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, I, 1820.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LAI D’ELIDUC.


----


De un mut ancien Lai Bretun
Le cunte è tute la reisun,
Vus dirai si cum jeo entent,
La vérité mun escient.

En Bretaine ot un Chevalier
Pruz, è curteis, hardi, è fier ;
Eliduc ot nun, ceo m’est vis,
N’ot si vaillant hum al païs.
Feme ot espusée noble è sage,
De haut gent è de grant parage :10
Ensemble furent lunguement ;
Mut s’entreamèrent léaument,
Mès puis avient par une guere
Que il alat soudées quere,
Iloc ama une Meschine,
Fille est à Rei è à Reïne.
Guillardun ot nun la pucele,
El Réaume n’en ot plus bele,
La femme resteit apelée
Guildeluec en sa cuntrée :20
De les deus ad li Lai à nun
Guildeluec è Guillardun.