Page:Morin - Héroïsmes d'antan, victoires d'aujourd'hui, 1923.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Morin - Héroïsmes d'antan, victoires d'aujourd'hui, 1923, illust 03.png
La première messe au Canada.


Héroïsmes d’Antan…



Ami Lecteur, en parcourant cette brochure, n’y voyez pas, d’un œil distrait, la seule réclame publicitaire d’une compagnie de chemins de fer américaine, et quelques images de trappeurs légendaires ou d’anonymes guerriers… C’est, au contraire, une des pages les plus glorieuses de votre histoire que vous apportent ces lignes, une page peut-être trop oubliée — vous en avez tant d’autres, et de si nobles ! — mais qu’il faut que l’on se rappelle.

Car le Canada fut un de vos enfants. Si de tragiques événements vous ont séparés, s’il a grandi sous la tutelle d’une autre protectrice le beau nom de France, malgré la distance et le temps, a toujours sommeillé dans son cœur. Et quand tonna le premier canon, quoique brandissant un autre drapeau que le vôtre, il fut un des plus prompts parmi ces ardents adolescents qui s’élancèrent vers vos champs de bataille.

Aujourd’hui, alors que de nouveau vous reportez les yeux vers les arts, vers le commerce, et les autres industrieuses manifestations de la paix, alors qu imitant le Train-Exposition Français qui traversa nos prairies, le Train-Exposition Canadien a couru des rivages méditerranéens jusqu’aux landes bretonnes, il importe de resserrer des liens qui ne furent jamais tout à fait dénoués, et de réveiller dans votre esprit le souvenir de ces premiers siècles de notre histoire, qui ne sont autres que d’illustres chapitres de la vôtre.

C’est pourquoi le Chemin de Fer National du Canada saisit avec joie cette occasion d’évoquer de glorieuses figures, qui nous sont communes, de décrire leurs combats, leurs épreuves, et ces voyages trop souvent tragiques