Page:Morin - Héroïsmes d'antan, victoires d'aujourd'hui, 1923.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Son rapport gagna de nouveaux partisans aux expéditions lointaines. Hautement protégé, il repartait le 19 mai 1535. La traversée fut longue et périlleuse et ce ne fut qu’en juillet qu’il toucha de nouveau à la baie des Chaleurs. Les équipages reposés, l’on releva l’ancre et, le dix août, Cartier arrivait a une baie à laquelle il donna le nom de Saint-Laurent, que l’on fêtait ce jour-là, nom qui resta au golfe et au fleuve qui s’y déverse. Avançant toujours avec le plus grand courage, il s’arrêta dans une île délicieuse, nommée depuis l’île d’Orléans, et sut se faire agréer des habitants d’une petite bourgade — Stadaconé — qui est aujourd’hui Québec. Ces paysages calmes et fleuris enchantèrent les Français qu’avaient assombris les rives tourmentées et sauvages voisines de l’océan ; ils prirent l’audacieuse résolution de passer l’hiver dans ce pays mystérieux…

Mais Cartier était surtout impatient de voir cette autre bourgade, Hochelaga, destinée à être, plus tard. Ville-Marie, et le Montréal d’aujourd’hui. Là, les naturels se montrèrent accueillants et le conduisirent sur cette montagne au pied de laquelle s’élevaient les quelques habitations des sauvages.

C’est alors qu’un pays immense se déroula sous ses yeux étonnés et ravis. Il donna à la montagne le nom de Mont-Royal et ses guides lui laissèrent soupçonner que ces rivières majestueuses qu’il voyait se perdre à l’horizon pourraient, après de longs mois de navigation, le conduire à de fabuleuses mines de cuivre et d’argent… Ils entendaient la région du Lac Supérieur et, comme le rapporte le Brief Récit « … en disant cela, les Hurons touchoient la chaîne d’argent de son sifflet et le manche doré d’un poignard, et montroient que cela venoit d’amond ledict fleuve. »


Le Sieur de Maisonneuve.
L’hiver fut tragique. Le froid et le scorbut emportèrent le quart de ses hommes et, le printemps revenu, il remit à la voile. Mais la France était déchirée par les persécutions religieuses. Comme l’a écrit notre grand historien, Garneau : « La voix de Cartier fut perdue dans le fracas des armes. » Deux années s’écoulèrent. La fin dramatique de son expédition avait soulevé toutes les violences du parti opposé aux colonies. Enfin, le progrès l'emporta et, en 1541, François Ier nom-