Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/665

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



219

[ À BOSC, À PARIS[1].]
17 mars [1786, — de Villefranche]

Nous ne sentons jamais mieux que nous sommes vos amis qu’aux moments où vous êtes affligé ; le peu que vous me dites m’inquiète ; vous parlez d’une triste nouvelle, mais sans ouvrir votre cœur ; vous êtes mal portant et chagrin, et vous vous contentez de le dire sans vous livrer, je ne dis pas seulement à la confiance, mais à l’effusion de l’amitiè. Ne songez-vous donc plus à la nôtre ? Ne vous serait-elle plus chère ? Vous avez un ton d’indifférence qui est fait pour nous peiner, en même temps que votre affliction nous tourmente.

Expliquez-vous, écrivez-nous ; nous sommes mal à l’aise jusqu’à d’autres nouvelles. Nous les attendons impatiemment.

Je ne vous écris que pour vous prier de nous en donner ; l’ami est revenu, après avoir été assez mouillé. Nous voilà tous occupés de vous. Adieu, mon ami ; reposez-vous encore quelquefois au sein de cette amitié qui nous a tous unis pour jamais. Nous vous embrassons avec un attendrissement que je ne puis vous exprimer.


220

[À ROLAND, À LYON[2].]
6 avril 1786, — [de Villefranche].

Tu vois, mon bon ami, que je n’ai pas perdu de temps à vider notre affaire auprès de la dulcinée ; mais j’ai grand peur qu’il ne se trouve que de la boue au fond du puits ; enfin nous serons certains qu’il n’y a pas autre chose, et tout sera dit.

J’ai envoyé ce matin le brouillon à notre ami, avec la lettre de sa cousine ; ainsi le voilà muni des pièces, en attendant la fin[3].

Le sieur Lafond n’a rien déposé, car il ne s’est pas rendu à l’as-

  1. Bosc, IV, 107 : Dauban, II, 548.
  2. Ms. 6239, fol. 146-147.
  3. Tout ce qui précède et divers passages des lettres qui suivent semblent faire allusion à quelque projet de mariage de Lanthenas.