Page:Roland Manon - Lettres (1780-1793).djvu/793

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


propos, c’est de prêcher la paix à tous ; de bien persuader à Joseph que la cuisinière ne peut contribuer en aucune façon à le faire sortir, tant qu’il fera bien son service ; mais qu’aussi on ne la renverra pas pour lui faire plaisir, tant qu’on sera content d’elle, comme nous le sommes ; d’un autre côté, il faut encourager Claudine et lui faire sentir qu’on n’a d’autre vue que de la conserver, pourvu qu’elle soit toujours la même ; puis signifier qu’on ne veut rien savoir ni entendre de leurs querelles et propos. De cette façon, le plus attaché ou le plus patient nous demeurera : il faudra bien se consoler de l’autre.

J’ai passé la matinée de vendredi à donner l’émétique à la Saint-Jean[1] ; mais j’ai fait venir le médecin le lendemain ; il s’est trouvé que j’ai agi comme un docteur, qu’il faut la purger aujourd’hui comme je l’avais indiqué et qu’elle doit se tirer d’affaire. J’avais donné mon émétique en lavage ; il a mené des deux côtés, fait rendre des vers, etc., et, comme il était dans de belle eau claire, la malade trouvait merveilleux d’avoir à prendre une boisson si douce qui faisait tant d’effet. Je n’ai pas si bien raisonné mon affaire, ainsi qu’il est d’ordinaire ; j’ai fait un dîner de laitage, délicieux mais traître, dont j’ai eu l’estomac en souffrance tout ce jour et encore hier matin. J’ai donc pris le coin du feu et Rousseau. Mon ami, je lirai cet auteur toute ma vie, et si jamais nous en étions à cet état que nous nous sommes plu à supposer, où toi, vieillard et aveugle, tu ferais des lacets tandis que je travaillerais de l’aiguille, il me suffirait de garder en livres les ouvrages de J.-J. ; leur lecture nous ferait encore verser des larmes délicieuses et ranimerait les sentiments qui nous rendraient heureux en dépit du sort.

J’ai fait une lettre amicale à Mme Braun, et je l’engage à traduire ces lettres allemandes sur la Suisse.

Ton carton de travail est enfin venu à son tour sur mon bureau. Je l’ai tout feuilleté sans trop m’y reconnaître, puis j’ai pris un article, et je vais aller. J’ai remis Rousseau à sa place, car cet enchanteur me

  1. Paysanne voisine du Clos. — Voir lettre du 22 novembre.