Page:Taxil, Mémoires d'une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les Notes, réservées aux Mages seuls, doivent avoir été rédigées fort postérieurement à la restitution du manuscrit de l’Introïtus Apertus à Philalèthe par Jean Lange, son imprimeur d’Amsterdam. En effet, il y est écrit qu’Helvétius, après l’aventure que j’ai rapportée selon son propre récit, travailla sans succès, pendant plus de quatre années, à la recherche de la pierre philosophale. On comprend que le médecin du prince d’Orange s’obstina à ses expériences, comme tant d’autres : après avoir été longtemps incrédule, il avait, un jour, constaté les merveilleux résultats ; il savait que la pierre philosophale existait, puisqu’il en avait reçu du mystérieux étranger une parcelle, et qu’il avait opéré lui-même avec succès. Mais il ignorait que la pierre était un infernal talisman ; il la croyait produit naturel ; il ne savait pas que la transmutation du plomb en or était, non une œuvre de chimie, mais un prestige diabolique.

D’après la phrase employée par Philalèthe, il semble assez certain qu’Helvétius reçut l’initiation au 9e degré après quatre années environ passées dans les grades inférieurs.

Thomas Vaughan s’exprime ainsi :

« J’avais eu soin de confier à un Frère intelligent et zélé la mission de nous gagner tout-à-fait le savant médecin, après qu’il fut convaincu de l’existence de la pierre ; — mais je me réservais de lui donner moi-même la suprême initiation. Je fis de lui le successeur de Serenus. »

En 1668, Philalèthe initia Simon de Vriès, à La Haye, et il le chargea de veiller sur Spinoza, qu’il savait devoir être très utile à la secte. C’est ainsi que Simon de Vriès, très riche par l’or des Rose-Croix, fut le protecteur de Spinoza ; il pourvoyait à tous ses besoins. Spinoza avait alors trente-six ans et travaillait fiévreusement à l’exposé de son système panthéiste, qui a gagné tant d’âmes à Satan.

L’année suivante, Philalèthe fit passer une sorte d’examen au jeune Charles Blount, auquel il portait un intérêt tout particulier, puisqu’il avait été désigné par Lucifer pour être souverain grand-maître de la fraternité après lui.

Thomas Vaughan se rendit dans la famille Blount et questionna l’adolescent, pour se rendre compte des progrès qu’il avait faits en impiété. Le jeune Charles combla de joie Phllalète par ses réponses.

Mais voici ce qui montre bien l’affreux degré de précocité satanique de Charles Blount. Il avait quinze ans à peine.

Il dit à Thomas Vaughan :

— Venez dans ma chambre, et vous verrez quelque chose qui vous réjouira.