Page:Viollet-Leduc - Bibliographie des chansons, fabliaux, 1859.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


joies extatiques de la foi ; il faut remonter au fameux cantique des cantiques de Salomon, à cette allégorie si passionnée, si colorée de tons chauds, pour trouver des images aussi voluptueuses, aussi charnellement allégoriques que celles des cantiques de Claude Hopil.

C’est surtout à l’époque des hymnes patriotiques de la grande révolution que les citations deviennent pressées et curieuses ; on peut lire des chants entiers à la suite des titres étranges que portaient les recueils de ce temps-là, A travers les élans bizarres d’un enthousiasme fanatique et souvent féroce, dont Viollet-Leduc nous donne de nombreux échantillons, je tombe sur ce couplet badin d’un goût tout à fait choisi.

Si j’fais un amant, dit Manon,
Je veux avoir un franc luron
Qui soit bon patriote.
L’habit, la coiffur’n’y font rien,
Mais pour son bien et pour le mien
J’I’aimerais mieux sans culotte.

Quel délire aimable ! s’écrie en plaisantant Viollet-Leduc.

Après la série, de chansons vient celle si variée des fabliaux en prose et en vers. Ici la délimitation n’est peut-être pas très-régulièrement ordonnée entre les auteurs des fabliaux et les conteurs, car on trouve Lafontaine et l’abbé de Grécourt au milieu des premiers ; mais ce n’est là qu’une apparente confusion. Il faut lire ce titre général : Fabliaux, contes et fantaisies, et englober sous cette rubrique tout ce que l’auteur a séparé sous des dénominations particulières, malgré l’analogie évidente qu’ont entre elles ces diverses productions de l’esprit ; l’important est que les choses s’y trouvent. Du reste, une fois que l’on se sera familiarisé avec ces diverses subdivisions, elles contribueront à faciliter les recherches de l’érudit. Le chapitre des fabliaux contient d’ailleurs plus spécialement les contes en vers et les poésies dites sotadiques ; celui des contes réunit les ouvrages du même genre en prose. Tout ce qu’il n’a pu régulièrement classer dans ces deux larges cadres, tout ce qui a échappé à son premier coup d’œil rentre dans les catégories élastiques intitulées :