100 percent.svg

Parcs et Boudoirs/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Devant le lit de Louis XIV.


Le lit est haut, carré, doré,
On s’y couche en grimpant des marches.
Un lit bon pour des patriarches,
Et non pour un couple sacré
D’heureux amants de notre sorte.

Un suisse, derrière la porte,
Très orgueilleux frappait avec
Sa hallebarde un grand coup sec
Sur le parquet de l’antichambre.


Depuis Janvier jusqu’à Décembre,
Le Soleil se reposait là
De l’étiquette et du gala.

Qu’il devait être épouvantable,
Médiocrement appétissant,
Ce roi magnanime et puissant,
Quand, sa perruque sur la table,
On le coiffait d’un beau madras,
Et qu’il s’endormait dans les draps
Royaux près de Mesdemoiselles !
— Oiseaux dont on coupait les ailes
Pour mieux plaire à Sa Majesté. —

Gardait-il toujours sa fierté ?
Était-il au ciel ? à Versailles ?
Semblait-il gagner des batailles ?

Va, notre lit est plus joyeux,
Le lit aux tentures diverses,
Le lit bleu, blanc, rose, où tu berces
Ma tête dans tes bras soyeux !