Poésies (Marie de France)/Fable XXXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 179-181).

FABLE XXXV.

D’un Homme qui ne voloit fere Oevre [1].

Dun Hume voil ici mustrer
E par essample ramembrer [2] ;
De ses Mains cunte et de ses Piez
E de sun Chief qui ert iriez [3],
Envers [4] sun Ventre k’il purta
[a]Por lur gaaing que il gasta

Qant il ne volst rien traveillier
Se li tolirent [5] le mengier.
Mais kant li Ventres géuna
Hastiwenient s’afèbloia [6],10
E Mainz è Piez, qu’il ne pooient
Si traviller cum il suloient [7].
Qant le grant fobleté sentirent,
Mengier è boivre au ventre uffrirent.
Mais trop l’orent fet géuner
Si qu’il ne pooit riens guster ;
[b]Li Ventres revet au néent
E Mains è Piez tut ensement [8].

MORALITÉ.

Cest essample puet-om véoir
Chascuns Franz-Huns [9] le doit savoir,20
Nus ne puet mie aveir honour
Qui hunte fet à sun Sengnour,
Ne li Sires tut ensement

[c]Pur qu’il voille honir sa Gent
Se l’uns à l’altre en ert fallis
Andui en èrent mal-ballis [10].


  1. La Fontaine, liv. III, f. ii. Les Membres et l’Estomac.

    AEsop., fab. ccvi.

    Titus Livius, lib. II, cap. xxxii.

    Romul. Nilant., lib. III, f. xxxv. Membra et Venter.

    Jean de Sarisbery, Membris conspirantibus ; Hist. litt. de la France, tom. XIV, p. 117.

    Vincent. Bellov. Speculum historiale.

    Jehan d’Abundance. La guerre et desbat entre la langue, les membres et le ventre, qui ne veulent rien bailler, ne administrer au ventre et cessent chascun de besoigner, Lyon, in-4°, sans date et sans nom d’auteur.

  2. Faire ressouvenir.
  3. Fâché, irrité, iratus.
  4. Contre.
  5. Otèrent, enlevèrent la faculté de rien prendre.
  6. Il fut tellement affoibli.
  7. Ils avoient coutume, solebant.
  8. Pareillement, semblablement.
  9. Libre, affranchi.
  10. Ruinés, maltraités.
Variantes.
  1. Por son gaaing qui tout gasta.

  2. Et mains et piez tout ensement.
    Se la Nature ne nous ment.

  3. Qui face honte à son serjant
    Quant home à l’autre faillis
    Chascuns en remaint mal baillis.