Poésies (Mallarmé, 1914, 8e éd.)/Cantique de Saint Jean

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
PoésiesNouvelle Revue française (p. 68-70).




CANTIQUE DE SAINT JEAN




Le soleil que sa halte
Surnaturelle exalte
Aussitôt redescend
Incandescent

Je sens comme aux vertèbres
S’éployer des ténèbres
Toutes dans un frisson
À l’unisson


Et ma tête surgie
Solitaire vigie
Dans les vols triomphaux
De cette faux

Comme rupture franche
Plutôt refoule ou tranche
Les anciens désaccords
Avec le corps

Qu’elle de jeûnes ivre
S’opiniâtre à suivre
En quelque bond hagard
Son pur regard

Là-haut où la froidure
Éternelle n’endure
Que vous le surpassiez
Tous ô glaciers


Mais selon un baptême
Illuminée au même
Principe qui m’élut
Penche un salut.