Poésies (Marie de France)/Fable CII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE CII.

Du Chat, du Mulet et de la Souriz.
alias
Du Cat ki se fist Vesque.

Uns Cas séoit deseur un four
[a]Où gueitié aveit tute jour
Vit le Mousket è la Suriz [1] ;
Si les apela par biaux diz,
Puis dist que leur évesque fu,
E que mal conseill unt créu ;
Que sa bénéiçun n’aveient :
E les Suriz li responneient [2]
Qu’assez vuelent-il miex murir
Que desous ses ungles venir.10

Les Suriz s’enturnent fuiant
E le Chat les vet enchauçant [3] ;
En la paroi se sunt fichiéez [4]
Miex i vuelent estre muciéez
E quant i porrunt hors issir [5]
Pur sa bénéichun oïr,
Si qu’il ne puissent jur véoir
Que od leur évesque remanoir [6].
Mult criement sa bénéiçun
Car el le tienent à félun.20

MORALITÉ.

Par cest essemple vus devise.
Nus ne se deit metre en justise
De celi qui mal li veult fère ;
Returner deit en autre terre.


  1. Mousket, la Musaragne, sorte de petit rat. Mus araneus, ou peut-être le Mulot.
  2. Lui répondirent.
  3. Les poursuit vivement.
  4. Elles se sont placées dans un trou de la muraille.
  5. Sortir, exire.
  6. Demeurer.
Variantes.
  1. Gaitié i ot trestoute jour.