Poésies (Marie de France)/Fable IX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE IX.

De deus Suris, l’une borgoise et l’altre vileine [1].

Ci dist d’une Suriz vileine
Ki a une vile prucheine,
Voleit aler pur deporter [2] ;
[a]Parmi un bos l’estuet aler.
Dedenz le bois li anuita [3]
Une logete [4] illuec truva

C’une Suriz dou bos ot faite
È sa viande i ot atraite.
La Suriz de vile demande
[b]Se laiens [5] n’i a point de viande ;10
Cele respunt g’en ai assez
Venez avant si la véez,
[c]E se plus amiez compaignie
Si seriiez vus bien servie.
[d]Qant ele ot illuec pièce estéi [6],
A sa cumpaigne en a parléi,
Dist ke ses estres est mauvès [7]
E ke n’i volt demourer mès ;
Od li s’en-viengne, si aura
Richeces granz que li dunra ;20
Beles despensses [8], biaus celliers,
È buns boivres, è buns meingiers ;
Cele l’atrait, od li s’en va,
En riches sales la mena,

Se li ad mustréi ses soliers
[e]Ses despenses è ses greniers ;
Plentéi [9] de ferme è de miel
[f]È cele cuida estre en ciel.
Mais lors vindrent li Buteillier [10]
Qui durent entrer ù célier,30
Si tost cum il uvrirent l’uis
Les Suriz fuient el pertuis [11] ;
La Boschage fu esbahie [12]
Ki lor estre ne saveit mie.
Kant cil issirent don célier
Les Suriz r’alèrent au mengier,
Cele fu mourne è en dolor
Qui de mort ot éu paor ;

Sa cumpaingne la regarda,
Par grant amur li demanda40
Qel sanblant fait ma duce amie !
Jeo suis, fet-ele, mal baillie [13]
Pur la poour que j’ai éue,
Mult m’en repenz qant jeo t’ai crue ;
Tu me cunteies tut tun bien
Mès dou tun mal ne me deiz rien,
Or as tu paour de la gent
De chas è de chiens ensement [14],
È des engins que hum fait pur tei ;
[g]Miauz aim en bois estre par mei50
En seurtei è sans destreces
Q’en tes grans sales en tristesces.

MORALITÉ.

Ceste Fable dist sans respit

Chascuns aint miex le sien petit
Que il ad en paiz sanz dutance
Q’autrui richesce o mesestance [15]
Dunt puet estre en léiauté
È bien fenir en vérité.



  1. Je ne sais pourquoi, dans quelques manuscrits, cette fable est intitulée : D’une Soris et d’une Choete.

    La Fontaine, Le Rat de ville et le Rat des champs, liv. I, fab. IX.

    Horat., lib. II, sat. 6.

    Phædr. append. Burm., fab. 9, Mures.

    Rom. Nil., lib. I, f. 10. Mus urbanus et rusticus.

    Anon. Nil., fab. 13.

  2. S’amuser, se réjouir.
  3. La nuit la surprit.
  4. C’est la leçon des num. 1830 et E. 6. Les autres manuscrits que j’ai consultés portent coete, holete, hulette, olette, etc.
  5. Là-dedans, dans son logis.
  6. Au bout de quelque temps la souris de ville.
  7. Elle lui dit que sa demeure était incommode, qu’elle n’y pouvoit rester et que s’il lui plaisoit de la suivre, elle lui offriroit de riches présents.
  8. Buffet, office où l’on serre le manger.
  9. Abondance, quantité, plenitas.
  10. Sommeliers, gens chargés du soin des caves. La charge de grand bouteiller de la couronne (buticularius, de Buteus, baril), ne fut dans son origine (sous la première race), qu’un simple office ; mais elle devint, sous la seconde race, la deuxième dignité du royaume.
  11. Trou, retraite.
  12. La souris des champs fut d’autant plus effrayée, qu’elle ignorait les êtres du cellier.
  13. Toute triste, encore alarmée.
  14. J’ai préféré cette leçon à celle qne présentent plusieurs man. qui portent, de chaz et d’oisiaus ou de chiens et d’oisiaus, ou encore, et des chaz trestot ensement, n° 1830 ; de chaz, d’oisiaus tot ensement, n° 7615. Nos ancêtres grands chasseurs, élevoient comme on le fait de nos jours dans quelques cantons, une espèce de chiens propre à détruire les rats, les mulots, les loirs, etc. Voyez les divers traités de vénerie.
  15. Chagrin, peine, affliction.
Variantes.
  1. Parmi un bois covint passer.

  2. S’el ot illuc point de viande.

  3. Se eussiez grant compaignie.

  4. Qant ot illuec grant piece esté.

  5. Ses despenses et ses lardiers.

  6. Cele cuida bien estre el ciel.
    A ce vindrent li Botelier,
    Qui entrer voloient en celier.

  7. Mielz vorroie estre el bois par moi,
    En seurté et sanz doutance
    Qu’en tes grans sales en mèsestances.