Poésies (Marie de France)/Fable LV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LV.

De celui qui veut vendre son Bouc avoc sun Cheval.
alias
Dou riches Hons è de son Chevax [1].

Uns riches Huns ce dit esteit
Qui sun Cheval vendre voleit,
Et un sien Bos tut à un priz [2] ;
Pur vingt solx dist à ses amis
Qe s’aucuns d’aus vuleit duner,
[a]Se nus d’aus les veut achater.
Uns Marchéans le bargaigna [3],
Le Cheval dist qu’il retenra

Mès li Bous ne voleit niant.
Li riches Hons par mal-talent10
Dist, qu’andeus les acatereit [4]
Ou anbedeus il les laireit.

MORALITÉ.

Véoir poez dou nun-sachant
Qui prise sun mal autrestant
Cume sun bien tut igaument ;
Ne puet lessier sun fol talent.


  1. Le Grand d’Aussy, tom. IV, p. 178.
  2. Tot en un pris, en un seul marché, ensemble, d’un même bloc.
  3. Un maquignon marchanda le cheval.
  4. Répondit qu’il les acheteroit tous deux, ou qu’il n’auroit ni l’un ni l’autre.
Variantes.
  1. Pour tant le vausit achater.