Poésies (Marie de France)/Fable LXIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 267-273).

FABLE LXIII.

La Compaignie dou Vilain è dou Serpent [1].

Dou Vilain è de la Sarpent
Nus mustre ci cunfètement [2],
Orent ensamble cumpaignie
E loiauté par foi plévie [3].
La Sarpenz au Vilain proia
E par amurs si cummanda,
Que let li apurtast suvent
Deus fois le jur par tel cuvent [4],
Qe grant sans li enssengnereit [5]

E que riche humme le fereit.10
[a]Si li mustra dunques le liu
Où el aveit lung-tans manu [6],
Dedenz une pierre chavée [7]
Là ù fait aveit s’arrestée [8].
Li Vilains n’a mie ublié
Qu’il ne li ait du lait porté ;
Li Serpens li done mut d’or
Se li ensengna sun trésor ;
Sa teire li fist bien arer [9]
Si li enseingna à semer,20
Tant li dunna or et argent
Que merveille fu à la gent [10].
Mais bien li dit que tut perdreit
Si tost cum rien li mèffereit,

De quel heure qu’il avendreit
Que bien è mal feire porreit.
Li Vileins en mèsun ala [11]
La rèsun sa Fame cunta
[b]Qu’il ot oïe de la Serpent ;
Et ele dist hastivement30
Que se il sun cunseil velt creir
A mult bun chief en purreit treire [12].
Ocie lou, si fera bien
Puis nel’ creindra de nule rien [13].
En doute en est et en merci,
Bien se deit délivrer de li,
N’aura doute de sun meffet ;
Le pocon [14] li port plain de let
Puis l’a assis à terre jus,
Si se trait un petit en sus40
Qant la Sarpenz venra avant
Sa hache poigne bien tranchant

Si la fière si durement [15],
Qe il ni ait recuvrement.
Li Vilains dist q’insi fera,
Le lait a pris, puis s’en ala,
Le boucel mist devant la pieire
E puis se traist un pou airièrre.
La Serpanz vint, si voleit beivre,
E li Vileins le volt deçeivre [16] ;50
La hache hauce pur férir [17]
Et Elle vit le caup venir
En la pierre se met dedenz
E li Vileins s’en vait dolenz.
Ne demora fors qu’au demain
Toutes les Berbix au Vilain
[c]Furent toutes mortes truvées,
Car li Sarpens les aveit tuées.
Sun enffant ocist el bercuel [18]
Dunt li Vilains ot mult grant duel ;60
Par maltalent è par dreite ire
A sa Fame cummence à dire,

Fame, fet-il, cunsselle mei
Cist maus m’est tut venuz par tei ;
Tu me dunas cunseil de mal,
E mult félun è desloial.
Elle respunt à sun Barun [19],
Jeo n’en sai cunssel ne raisun
Fors tant que tu voises à li [20]
E li prie pur Diu merci.70
Au Vilein est tart qu’il i aut,
Le busquet prist plain de lait caut
Devant le pertuis au Serpent [21]
S’en est venuz duteusement [22]
Sa courpe bat, merci cria [23]
E li Sarpens li demanda
Que il queroit à tut sun lait [24].
Merci, fait-il, de mun meffait.
[d]Que nus scions ensi amis
Cum nus avuns esté jadis.80

Nenin, nenil, fait-il, biaus mestre
Ce ne purreit en nul sens estre,
[e]Jamès ne te purreiz amer.
Se tu me viex let aporter
Enssi cum tu avant fesis
[f]Bien t’iert rendu, ce m’est avis [25].
Le lait metras devant mun hus [26]
Puis te trairas un po en sus.
Ne te woel mais véoir si près
Kar jeo ne te crerai jamès ;90
Ne sai cument ge te kreroie
Tant cum en ceste pierre voie
Le cop ke ta hache i feri ;
E si resai très bien de fi
Qant le bers veiras devant tei [27]
Où tes anfez fu morz par mei,
Que de mei t’estuet mambrer ;
Tu ne purras mie ublier,

Selunc iceste mesestance,
[g]Tel amur è tel bienwollanche,100
Cum entre nus devuns aveir.
Sanz malfaire et sanz malvoleir
Otrei-jeo bien que nus aïons [28]
[h]Si que jamès ne nus voions.

MORALITÉ.

Ensi est suvent avenu,
De plusurs Fames en est sçu,
Qi si cunseillent lur Seignour
Qi plus lur vient à deshounour.
Mainte Feme consselle à feire
[i]Ce dunt miex li vausist retreire [29] ;110
Li sages Hum ne deit entendre
A fole Fame cunseil prendre,
Cume cil fist à sa Vilaine,
Dunt il ot puis travoil è paine ;
Moult éust avoir gaaignié
Sel’ ne l’eust si desconsellié [30].


  1. La Fontaine, liv. V, fab. XII, La Poule aux œufs d’or ; et liv. X, fab. XII, Les deux Perroquets, le Roi et son Fils.

    AEsop., fabul. 136 et 191.

    Pidpay, tom. III, p. 93.

    Phædr. append. Burm., fab. 33, Pauper et Serpens.

    Anon. Nil., fab. 65.

    Le Grand d’Aussy, tom. IV, pag. 231.

  2. Parfaitement, de quelle façon, confectè,
  3. Par foi jurée, par serment, par promesse solennelle.
  4. Convention.
  5. Qu’il lui enseigneroit quantité d’actions sages, réfléchies et bien pensées.
  6. Demeuré, resté, habité, de manere.
  7. Creuse, de cavea.
  8. Sa demeure, son domicile.
  9. Labourer, cultiver, arare.
  10. Que tout le monde fut surpris.
  11. Le Vilain retournant dans sa maison.
  12. Terminer d’une manière satisfaisante.
  13. Puis vous ne le craindrez plus.
  14. Petit pôt. Les manuscrits portent : boucel, bousquet busquet.
  15. Frappe-le si fortement qu’il n’en puisse revenir.
  16. Tromper, décevoir.
  17. Frapper.
  18. Il tua son enfant encore au berceau.
  19. À son mari.
  20. Excepté que tu ailles vers lui.
  21. Pertuis, trou, cachette, de pertusus.
  22. Avec crainte.
  23. Il se frappe la poitrine en criant miséricorde.
  24. Ce qu’il pouvoit desirer en apportant son lait.
  25. Je te ferai du bien, je te le promets.
  26. Ma porte.
  27. Quand tu regarderas le berceau où j’ai fait périr ton fils.
  28. Je pense que nous ne devons plus nous voir, et même que nous n’ayons à l’avenir aucune relation ensemble.
  29. Discontinuer, s’abstenir, abandonner, retrahere.
  30. Donné de si mauvais conseils.
Variantes.
  1. Si li monstre ou ele fu
    Et ou el ót lonc tens géu
    Dedens une pierre cavée
    Ou ele s’estoit airestée.

  2. Que li avoit dit le Serpent,
    Ele respont isnelement
    S’il en voloit son conssel fère,
    Qu’il en porroit à bon chief trère.

  3. Furent en la faude trovées
    Que li Sarpanz ot acourées.

  4. Que je resoie vos amis
    Si comme j’ai esté toudis.

  5. Autrement nous poons amer.

  6. Bien ert tenus gel’ te plevis.
    Le lait devant mon wis metras
    Et puis en sus si te trairas.

  7. Tel hennor et tel remembrance.

  8. Si que nous nous entrevoions.

  9. Dont mainte gent vient à contraire.