Poésies (Marie de France)/Fable LXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXV.

De l’Escharbot ki cuidoit voler si com li Aigles [1].

Dun Escarbot nus cunte et dit,
E jeo l’ai truvé en escrit,
Qi ot géu en un fémier ;
Qant il fu saol de mengier
Fors s’en issi, à-munt garda [2],
E vit l’Aigle cum il vola.
Mult part le tint à orgoillox
En sun cuer fu mult enviox,
As autres Escarboz a dist
[a]Qe Destinée trop leur meffist [3] ;10

L’Aigle aveit fet curteis è bel,
Et il n’estoient ver ne oisel ;
Saoul il ne pooient voler,
[b]A géun ne savoient aler.
L’Aigle a esgardé tut entur,
(Qe nus tennomes à segnur)
Si halt vola que nel’ vi pas,
E qant il veut si revient bas.
Si est sa voiz et basse et quoie,
N’est pas plus halte de la moie [4] ;20
Autresi est mes cors luisanz
[c]Comme li siens est tant soit granz ;
Une chose ai en mun penssé
Ne en yver, ne en esté,
Ne voil mais en femier entrer ;
[d]As [5] altres Oiseax vueil voler,
Si viverai com il vivrunt
Et irai là ù il irunt.
Dunc cummença à caanter
Mult laidement, et à crier.30

Derrier l’Aigle fist un grant salt,
Car il cuida voler plus halt,
Ainz qu’il fust gaires luinz alez
Esturdis fust et estanchiez [6].
Ne pooit mie hault munter,
N’à sun femier puis assener ;
Aveit grant faim, mengier voleit,
Par grant destresce se plengneit.
[e]Ne li chausist se il chéist [7]
Ne se pur ce nus l’eschernist,40
Niant plus qu’hum fait au Worpil
Qe les Bestes tienent pur vil.
Or ne m’en chalt que l’en me tiengne
Ver u Oisel, mais que jeo viengne
Dedenz la fiente d’un cheval,
Car de faimai doleur è mal [8].

MORALITÉ.

[f]Ensi avient as Sorquidiez
Par eaus méisme sunt jugiez ;
Ce emprenne ki ne pueent faire
S’en unt après hunte et cuntraire.50


  1. La Fontaine, livre I, fable III, la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf.
    Phædr., lib. I, fab. 24, Rana et Bos.
    Anon. Nilant., fab 33, Rana rupta et Bos.
    Vincent. Bellov. Spec. Hist.
    Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8°, tom. IV, p. 187.
  2. Il s’en fut, puis regardant en l’air.
  3. Que la destinée, la nature l’avoit bien maltraité.
  4. Elle n’est pas plus forte que ne l’est la mienne.
  5. Avec, comme.
  6. N’en pouvant plus, atterré extinctus.
  7. Peu lui importoit de tomber ou même d’être raillé autant que le Renard.
  8. Sous-entendu, je me meurs.
Variantes.
  1. Que leur Spaude leur meffit.

  2. Ne vint ne poéent avaler.

  3. Com est li siens jà soit il granz.

  4. G’irai o les Oisiaus voler.

  5. Ne li caloit s’oiseax l’oïst,
    Ne se nus d’ax l’escarnisist.

  6. Ensi avient des surcuidiés
    Par ax les ai sovent jugiés,
    Que emprendent que ne puent fère
    Donc les convient venir arrière.