Poésies (Marie de France)/Fable LXX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 300-301).

FABLE LXX.

Dou Chamel è del Puche [1].

Une Puce, ce dit, munta
Sor un Chameul, sel’ chevalcha
Deci à une autre cuntrée ;
Dunc s’est la Puche purpencée
Si a mercié le Camoil,
Ki si soef dedens sun poil
L’aveit ensenble od li portée
Jamès sans li ne fuit alée.
Par sun travoil le servireit
Mult volentiers s’ele poveit.10
Li Cameus li ad respundu
K’unques de li carkiez ne fu ;
Ne ne sout qu’ele fut sor lui
Ne qu’ele li feist nul anui.

MORALITÉ.

Ainsi vet de la puvre gent
[a]Se as Rikes unt aproichement,
Forment les cuident currecier
Damaige faire et mult charger.


  1. La Fontaine, liv. VIII, fab. 15, Le Rat et l’Éléphant.
    Sanbader, fab. 4.
    Phædr. apprend. Burm. et Barbou, Pulex et Camelus.
    Anon. Nil., fab. 40.
    Clément Marot, Apologue de la Mouche et de l’Éléphant.
    Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8°, tom. IV, p. 184.
Variantes.
  1. Les Riches vont après menant.